Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Matériaux et méthodes d'une histoire renouvelée

La femme au xviiie siècle, un terrain d’enquête pionnier ?

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

1Dans cet article, il ne s’agira pas de la place ou des ombres de l’Histoire dans l’œuvre romanesque des Goncourt mais de l’œuvre proprement historique des deux frères : il s’agira d’abord de réfléchir aux raisons pour lesquelles les Goncourt ont choisi, dans les années 1850, de se faire une « spécialité » de la société du xviiie siècle, et particulièrement de la question des femmes, ou de « la » femme. Pourquoi en effet constituer ou isoler un tel objet ?

  • 1 Roland Mortier, Le « Tableau littéraire de la France au xviiie siècle », Bruxelles, Palais des Acad (...)
  • 2 Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), Paris, Honoré Champion, 200 (...)

2Pour la période choisie, sans doute, il n’y a guère d’hésitation : le fait que la fin du xviiie siècle ait coïncidé avec un moment de complet bouleversement politique (celui de la Révolution) a incité tous les observateurs à voir le siècle comme une période close sur elle-même, comme une entité. La nécessité d’en faire le bilan, ainsi que l’avait montré Roland Mortier, était déjà inscrite dans le concours d’éloquence organisé par l’Institut en 1804, avec son « Tableau littéraire de la France au xviiie siècle »1 … Les Goncourt sont donc des acteurs parmi beaucoup d’autres de la redécouverte du xviiie siècle qui s’est opérée au lendemain des soubresauts de l’histoire de la France révolutionnaire. La thèse de Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle, qui a été élaborée à partir d’un corpus très diversifié de travaux produits entre 1830 et 1860, a bien fait voir que cette redécouverte était aussi une réinvention. Après une période marquée par une franche défiance et par une espèce de mise à distance d’un siècle immoral, responsable de la Révolution, initiée d’ailleurs dès les années 1800 (et même plus tôt si l’on songe à l’Essai sur les révolutions de 1797, de Chateaubriand), un premier pas s’était opéré dans les années 1830. En quelque sorte, la révolution de juillet 1830 aurait inauguré une forme de désenchantement par rapport aux promesses non-tenues du xixe siècle ‒ car celui-ci se révèle alors tel qu’il est : bourgeois et matérialiste. Désenchantement prenant parfois la forme d’un « dédain systématique » qui fut compensé par une redécouverte du xviiie siècle tournant presque à l’« engouement irréfléchi » : ce sont les formules qu’emploie Théophile Gautier dans sa critique des Galeries de portraits du xviiie siècle de Houssaye parues en 18542.

3Pour l’objet, à savoir « la » femme, ou bien les femmes, la réponse paraît moins aisée. Une certaine exaspération face à la vogue du xviiie siècle a fait juger à Catherine Thomas qu’après 1860, il ne s’écrivait plus rien de très neuf sur le sujet. Et ajoute-t-elle,

une œuvre comme La Femme au xviiie siècle (1862), si elle précise des points de vue jusqu’alors épars, n’apporte rien de radicalement nouveau dans l’élaboration d’un imaginaire du xviiie siècle […] : les Goncourt ne font que prolonger des images et des opinions déjà présentes dans leurs premiers écrits ainsi que dans leur Journal, où leur prédilection pour [cette période] se fait sentir bien avant 1860.

4En fait, dans le débat public des années 1840 et 1850, la question de la place de la femme dans la société contemporaine était posée par des gens qui pour l’essentiel étaient très éloignés des frères Goncourt, politiquement et sociologiquement – puisqu’on ne peut rattacher Jules et Edmond ni au « parti noir », qui travaillait à préserver le statu quo de l’infériorité féminine et à garder dans d’étroites limites l’accès des femmes à l’instruction (celui que dénonçaient Michelet et Quinet), ni aux utopismes sociaux imprégnant 1848, qui suggéraient de faire bouger des frontières trop rigides. C’était donc une manière de détour que d’aller évoquer les femmes du passé, un détour dont les desseins sont difficiles à discerner mais qui doit ramener, d’une façon ou d’une autre, à des discours sur la féminité du siècle industriel, du siècle bourgeois par excellence qu’est le temps vécu par les Goncourt. J’essaierai de montrer ici que La Femme au xviiie siècle d’une part ne se réduit pas à une synthèse des « travaux d’approche » exécutés par les deux frères au cours de la décennie précédente, mais aussi que le livre inaugure une manière très singulière pour son époque de faire une histoire vue d’en-bas, en utilisant en quelque sorte un levier qui serait l’histoire de la femme en société pour atteindre à une histoire des mœurs et de là, dire quelque chose de l’âge démocratique.

Des femmes objets d’histoire ou des femmes sujettes de l’Histoire ?

  • 3 Virginia Woolf, Une Chambre à soi, Paris, UGE-10/18, 2001, p. 67-69 : « Les croisades… L’université (...)
  • 4 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-sous-Bois, ENS Éditions, 1994.

5En effet, à l’époque de la jeunesse et du début de carrière des Goncourt, constituer les femmes en objet d’histoire n’avait absolument rien d’évident. Au xxe siècle, les pionnières de l’histoire des femmes – à commencer par Virginia Woolf dans un passage resté célèbre d’Une Chambre à soi (1929) –, ont abondamment souligné le fait que l’histoire comme récit ou objet d’étude était trop longtemps restée unilatéralement celle des hommes3. Les femmes n’y apparaissaient que comme figurantes, ou au mieux comme comparses. Et bien entendu, la fabrication et l’écriture de cette histoire était le fait des hommes : la discipline, dans l’ordre académique ou dans la profession universitaire était très fortement voire exclusivement masculine, et c’est resté vrai jusqu’aux années 1960 pour un pays comme la France4. Au milieu du xixe siècle, très rares étaient donc les femmes qui se mêlaient d’écrire de l’histoire si l’on excepte la comtesse d’Agoult ou bien Louise Colet, deux écrivaines que les Goncourt manquaient rarement une occasion de ridiculiser dans le Journal et qui ont témoigné à chaud sur l’unité italienne, au tout début des années 1860. Les auteurs classées comme des pionnières du féminisme, depuis Olympe de Gouges jusqu’aux journalistes saint-simoniennes des années 1830-1840, ne s’en sont guère mêlées. C’est en effet un genre noble, assimilé à l’exercice des facultés analytiques, et pour cette raison très fermé aux femmes, alors même que leur légitimité est moins discutée dans d’autres segments de la production littéraire tels que les livres de piété, les traités d’éducation, voire aussi la poésie lyrique et le roman, que l’on juge mieux en adéquation avec leurs aptitudes naturelles (légèreté et vivacité de plume, acuité du regard et sens du détail, vigueur de l’imagination et du sentiment). Après 1848, le féminisme a mauvaise presse en France, et les prétentions des femmes à s’inviter et à s’ingérer dans la vie publique sont pour partie agglomérées au discrédit qui entoure les quarante-huitards. Les Vésuviennes, souligne méchamment Maxime Du Camp dans ses Souvenirs d’un demi-siècle, en faisant référence à ce bataillon de femmes costumées et armées qui s’étaient en quelque sorte improvisées gardes nationaux en 1848, mieux aurait valu les appeler les Vénusiennes… Le dérèglement des sens va de pair avec le désordre de l’esprit – ce qui annonce la Commune et rappelle en même temps la Révolution et le triptyque « femmes, peuple, hystérie »…

6C’est dans cette atmosphère peu favorable que le thème des femmes dans l’histoire, qui n’est pas encore tout à fait l’équivalent d’une histoire des femmes, réapparaît dans les années 1850 : pendant cette décennie est publié tout un faisceau de travaux consacrés aux femmes illustres du passé, notamment celles qui ont illustré la littérature et les arts, ou bien simplement la conversation, la politesse et le bon goût. Les Goncourt ne sont donc absolument pas seuls à s’intéresser à cette affaire et il est permis de se demander avec qui ils partageaient alors cette préoccupation pour le féminin en régime d’historicité. Sous bénéfice d’inventaire, bien entendu, on peut recenser un certain nombre de publications s’apparentant à des biographies collectives de femmes et en dresser la liste suivante, en remontant à la fin de l’Ancien Régime :

  • Histoire littéraire des femmes françoises, ou Lettres historiques et critiques contenant un précis de la vie & une analyse raisonnée des ouvrages des femmes qui se sont distinguées dans la littérature françoise, de Joseph de La Porte, Paris, 1769.

    • 5 L’ouvrage connut son petit succès, puisqu’il reparut un peu plus tard, en 1789, avec un titre modif (...)

    Dictionnaire historique portatif des femmes célèbres, par Jean-François de la Croix, Paris, 2 vol., 17695.

    • 6 Il avait déclenché une mini-polémique avec Madame d’Épinay et Diderot. Voir sur ce point Qu’est-ce (...)

    Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différents siècles, par Antoine-Léonard Thomas, Paris, Moutard, 1772, rééd. 18036.

  • Femmes célèbres de toutes les nations, avec leur portrait, par Ternisien d’Haudricourt, Paris, 1788, 5 fasc. in-4° (puis a cessé sa publication).

  • Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises, et des étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, par Fortunée Briquet, Paris, 1804.

  • Biographie des jeunes demoiselles ou Vie des femmes célèbres, depuis les Hébreux jusqu’à nos jours : ouvrage destiné à l’instruction de la jeunesse et ornée de portraits en taille-douce, par Adélaïde Dufrénoy (1765-1825), Paris, Eymery, 1816, 2 vol. in-12°.

    • 7 Femme de lettres née en 1793, fille de l’acteur Paban, parfois confondue avec sa sœur Clotilde-Mari (...)

    Année des dames, ou Petite biographie des femmes célèbres pour tous les jours de l’année, Paris, Crevot, 1820, 2 vol. in-18°, rééd. sous le titre Almanach des femmes célèbres, par leurs talents, leur courage, ou leurs vertus, par Gabrielle de Paban7, Paris, Ladvocat, 1823, 2 vol. in-18°.

  • Biographie universelle et historique des femmes célèbres mortes ou vivantes… par une société de gens de lettres, par L. Prudhomme père, Paris, Lebigre, 1830, 4 vol. (déjà paru en 1780 et à nouveau repris en 1838).

    • 8 Publication probablement interrompue. C’était l’ouvrage d’une féconde polygraphe, Agathe Pauline Ca (...)

    Galerie biographique universelle et populaire des hommes et des femmes célèbres, à 60 centimes la livraison, Paris, Dondey-Dupré, 1833, 4 fasc8.

  • Les Femmes célèbres de tous les pays : leurs vies et leurs portraits, par la duchesse d’Abrantès et Joseph Straszewicz (1801-1838), Paris, Lachevardière, 1834.

  • Les Femmes célèbres de 1789 à 1795 et leur influence dans la Révolution, pour servir de suite et de complément à toutes les histoires de la Révolution française, par E. Lairtullier, Paris, 1840, 2 vol.

  • Album de la conversation. Esprit et portraits des femmes célèbres, publié anonymement, Paris 1842.

  • Les Femmes célèbres de l’ancienne France. Mémoires historiques sur la vie publique et privée des femmes françaises, depuis le ve siècle jusqu’au xviiie siècle, par Antoine Leroux de Lincy (1806-1869), Paris, Leroy, 1847-1858, 2 vol., rééd. 1858.

  • Le Génie des femmes, ou influence qu’elles exercent sur la civilisation et la vie individuelle. Avec un examen historique, critique et littéraire des femmes célèbres aux diverses époques de l’histoire, par N.H. Cellier du Fayet, Paris, 1850, 3 vol.

  • Le Gymnase moral des jeunes personnes, ou Nouvelles anecdotiques relatives à des femmes célèbres de notre époque… par J.-B.-Joseph de Champagnac (1798-1858), Paris, Lehuby, 1852.

  • Les Étoiles du monde, galerie historique des femmes les plus célèbres de tous les temps et de tous les pays. Texte par Messieurs d’Araquy, Dufayl, Alexandre Dumas, de Genrupt, Arsène Houssaye, Miss Clarke, Paris, Garnier frères, 1858.

  • L’Esprit des femmes célèbres, recueilli et mis en ordre par Louis de Montchamp, Paris, Delahays, 1858.

  • Galerie de femmes célèbres, tirées des « Causeries du lundi » de Sainte-Beuve, Paris, 1859

  • Les Femmes célèbres de la Révolution, par C.-B. De Noisy, Rouen, Vimont, « Bibliothèque morale de la jeunesse », 1860.

  • Galerie chrétienne des femmes célèbres, par Joséphine Amory de Langerack, Paris, R. Ruffet, 1862.

  • 9 Nicole Pellegrin, « Introduction. La vie et les écrits de Fortunée Briquet », in Fortunée Briquet, (...)
  • 10 Quelques éléments se rattachent à ce sujet dans les articles de Sandrine Aragon, « L’histoire des f (...)
  • 11 Le cas des publications se rattachant aux almanachs est sans doute un peu différent. Les almanachs (...)

7Ces dictionnaires, ouvrages portatifs et distrayants pour la plupart mais parfois aussi vraies sommes d’érudition, ne sont pas un genre à sous-estimer, comme l’a montré Nicole Pellegrin dans l’édition critique qu’elle a donnée de celui de Fortunée Briquet : « C’est grâce à ces compilations, recueils d’éloges et dictionnaires, qu’une histoire spécifique aux femmes, distincte et inséparable de celle des hommes, s’est transmise9 » d’une génération à l’autre. On peut en dresser une rapide typologie10. Pour un petit nombre, il s’agit de recueils d’anecdotes croustillantes, voire salaces, comme on en retrouvera encore au xxe siècle avec par exemple la série « Histoires d’amour de l’histoire de France » de Guy Breton, qui fut très prisée en son temps. Pour d’autres, il s’agit de publications en feuilleton, le plus souvent inachevées et abandonnées après quelques livraisons. Des entreprises éditoriales de ce type étaient très fréquentes, même si finalement fort peu étaient réellement lucratives. Certaines se faisaient sous forme de fascicules, d’autres sous forme de feuilles volantes11.

8Travaillant plutôt dans une perspective d’édification, quelques-uns des livres consacrés aux femmes célèbres ciblaient le public des jeunes filles catholiques. Pour d’autres encore, il s’agissait de se centrer sur les figures d’héroïnes ou de figurantes de la grande scène révolutionnaire. Tragédie et pathétique sont alors nécessairement au rendez-vous dans ces galeries de portraits, où l’on trouve par exemple pêle-mêle Théroigne de Méricourt, Mme Necker, Charlotte Corday, Suzette Labrousse, Mme Rolland, la mère Duchesne, Lucile Desmoulins, Olympe de Gouges, Mlle d’Orbe, Rose Lacombe, les furies de la guillotine, Mlle Maillard, Sophie Momoro, Catherine Théot, Mme Tallien, Aspasie Carlemigelli, Sophie Lapierre, Marie-Antoinette, Mme de Staël, Mme de Stainville, Cécile Renaud… Dans certains cas enfin, la perspective est réellement celle d’une défense et illustration de la contribution des femmes à l’histoire politique et littéraire. Ce sont parfois des travaux de femmes auteurs, qui cherchent à renouer la chaîne des temps et à honorer leur propre sexe tout en sensibilisant l’opinion éclairée sur l’ancienneté de la contribution des femmes au rayonnement de la culture nationale. En 1804, une jeune poétesse originaire de Poitiers, qui avait connu son petit succès dans le Paris du Consulat, nommée Fortunée Briquet, publiait ainsi un important ouvrage dont le titre complet est Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises, et des étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres. L’ouvrage porte une dédicace au Premier Consul. En 1811, toujours sous le régime napoléonien, Stéphanie-Félicité de Genlis faisait paraître son De l’influence des femmes sur la littérature française comme protectrices des lettres et comme auteurs, qui suscita une certaine polémique.

  • 12 Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), op. cit., p. 390. De manièr (...)
  • 13 Jeanne Calo, La Création de la femme chez Michelet, Paris, Nizet, 1975, p. 65. Sans doute, il peut (...)

9Dans cette production récurrente consacrée aux femmes du passé, quelle serait donc l’originalité des années 1850 ? C’est déjà, de toute évidence, le fait que ce sous-genre ait attiré des grands noms. Excusez du peu : Victor Cousin avait fait paraître plusieurs ouvrages entre 1853 et 1862 intitulés Nouvelles études sur les femmes illustres et la société du xviie siècle consacrés respectivement à « Madame de Hautefort et Madame de Chevreuse » (1856), « Madame de Sablé » (1854) et à « La jeunesse de madame de Longueville » (1853)… Mais il y a aussi Sainte-Beuve, qui avait publié une anthologie « au féminin » de ses Lundis en 1859. Catherine Thomas a montré qu’il avait, dès 1850, contribué à la réhabilitation des maîtresses de Louis XV, comme l’avaient fait déjà Arsène Houssaye (1848) ou Jules Janin (dans Barnave). Longtemps honnies, ces favorites du xviiie siècle étaient accusées de l’avilissement de la royauté et de l’abaissement de la noblesse. Sainte-Beuve commentant les mémoires de Mme du Hausset, la femme de chambre de la Pompadour avait abouti à une représentation « indulgente », accordant à ces femmes leur « distinction et liberté de mœurs12 ». Concomitamment à la contribution des Goncourt (qui se décline en deux temps avec Portraits intimes du xviiie siècle, en 1857, et Les Maîtresses de Louis XV, en 1860), il faudrait encore citer les articles d’Albert de la Fizelière parus en août 1859 dans la Gazette des Beaux-Arts. Et puis, la décennie fut également marquée par la production de Jules Michelet, qui mit lui aussi en valeur le thème du féminin dans l’histoire en publiant tour à tour La Femme en 1860 et La Sorcière en 1862. L’Histoire de France avait, auparavant, pointé du doigt l’influence néfaste des femmes sur les principales dynasties régnantes, et le « rôle funeste en politique, des riches héritières, des grandes dames équivoques, dépravées ou prostituées, des actrices et intrigantes politiques de 1792, qui appartiennent toutes sans espoir de rédemption à l’enfer michelétiste13 »… Tout au plus les femmes gardent-elles une capacité à allégoriser, à « incarner » les collectifs comme le peuple, la Patrie, et tirent un certain avantage de la période révolutionnaire parce que celle-ci leur permit de se sublimer dans la quête de la liberté et le service du genre humain : ainsi l’épouse de Condorcet est « toute lumière », tandis que Charlotte Corday va à l’échafaud « dans une majesté singulière, et comme transformée par l’auréole du soleil couchant »…

10Cette propension à approcher l’histoire des femmes par le biais de la « galerie de portraits » était-elle une façon de remédier à l’ignorance (ou au désintérêt) du sort des femmes ordinaires, celles de la bourgeoisie ou celles du peuple ? Ou bien plutôt une façon de suggérer que l’histoire que l’on voulait faire était celle de la haute société et des figures les plus « illustres », i.e. des illustrations méritantes de leur sexe, dignes d’être dressées en exemples ? En tout cas, telle n’était pas la manière de voir des Goncourt dans leur livre de 1862 : leur projet affiche cette ambition originale de faire une place aux femmes de toute condition, et si l’écriture de La Femme au xviiie siècle reste impressionniste, l’ouvrage ne se ramène pas à une série de vignettes enchaînées les unes après les autres. Sans doute, des « histoires de femmes » adoptant ainsi une perspective plus générale existaient déjà avant leur tentative de synthèse. Avant 1800, on ne pourrait guère citer que le livre de Antoine-Léonard Thomas, Essai sur le caractère, les mœurs et l’esprit des femmes dans les différents siècles, paru une première fois en 1772 et plusieurs fois réédité (notamment en 1803), puis l’ouvrage de l’Écossais William Alexander, Histoire des femmes. Depuis la plus haute Antiquité jusqu’à nos jours, avec des anecdotes curieuses, et des détails très intéressans sur leur état civil et politique, chez tous les peuples barbares et civilisés, anciens et modernes (traduit par le chanoine Cantwell et paru en 4 vol. à Paris en 1794) et une mystérieuse Histoire générale des femmes parue à Paris en 1788. Cela devait rester sans changement majeur dans les premières décennies du siècle. En revanche, la liste de publications historiques de ce type s’étoffe à partir de la fin de la décennie 1830, ainsi qu’en témoigne l’inventaire suivant :

  • 1839 Histoire de la condition des femmes chez les peuples de l’Antiquité, par Louis-Auguste Martin,

  • 1840 Les Douze étoiles, précédées de l’histoire des femmes en France (keepsake), par Charles Richomme

  • 1849 Histoire morale des femmes, par Ernest Legouvé (rééd. 1856)

  • 1853 Précis d’histoire littéraire des femmes françaises, par Ch. Yves.

  • 1862 La Femme au xviiie siècle

  • 1872 La Femme grecque. Étude de la vie antique, par Clarisse Bader (1840-1902)

  • 1889 Les Femmes dans l’Histoire, par Henriette Guizot-De Witt (1829-1908)

11Je m’arrêterai un instant à l’une des premières femmes à s’être faites historiennes des femmes que l’on peut identifier, Clarisse Bader, dont le premier ouvrage qui eut un certain retentissement (La Femme grecque. Étude de la vie antique) datait de 1872. Elle devait plus tard collaborer au Correspondant et à la Revue des Questions Historiques – c’est-à-dire la rivale, conservatrice et catholique, de l’école méthodique et de la Revue Historique. Lorsqu’elle publia La Femme dans la société française moderne, en 1883, après avoir reçu l’encouragement de l’Académie française (le prix Botta, fondé par la poétesse américaine Ann Charlotte Lynch Botta) elle adopta le plan suivant : 1/ l’éducation, la jeune fille et la fiancée ; 2/ l’épouse, la veuve, la mère ; 3/ la femme dans la vie intellectuelle de la France ; 4/ La femme dans la vie publique de notre pays ; 5/ la femme du xixe siècle. Comparons-le au plan choisi par les Goncourt dans leur grande synthèse de 1862 : 1/ La naissance. Le couvent. Le mariage ; 2/ La société. Les salons ; 3/ La dissipation du monde ; 4/ L’amour ; 5/ La vie dans le mariage ; 6/ La femme de la bourgeoisie ; 7/ Femme du peuple. La fille galante ; 8/ La beauté et la mode ; 9/ La domination et l’intelligence de la femme ; 10/ L’âme de la femme ; 11/ La vieillesse de la femme ; 12/ La philosophie et la mort de la femme. Force est de constater que le plan de La Femme au xviiie siècle est beaucoup moins convenu que celui de l’ouvrage de Bader. Les âges de la vie n’y occupent que la partie liminaire et la partie terminale de l’exposé. Entre les deux, le propos va et vient entre la conjugalité, la vie mondaine, les classes sociales, le corps et l’esprit… L’historienne des femmes travaillant au début des années 1880, déjà imprégnée probablement des préoccupations du féminisme républicain de Léon Richer et Maria Deraismes, épouse les questionnements du xixe siècle à propos de la place de la femme dans la société. Clarisse Bader s’en défend dans sa préface, mais la cinquième partie de son livre témoigne bien de l’orientation d’ensemble de son travail : rechercher dans le passé les prémisses d’une émancipation encore à confirmer, quoique déjà sensible, et qui se traduit par un élargissement de l’éventail des rôles sociaux tenus par les femmes.

  • 14 Celle-là même qui suscite méfiance et dégoût chez Michelet, pour qui seule la femme recréée par l’é (...)

12Le travail historique des frères Goncourt s’inscrit donc bien dans un courant, si ce n’est dans une vogue. Le sujet auquel ils touchent – la connaissance ou l’éclairage d’un temps désormais révolu par la médiation du féminin – a suscité maintes tentatives littéraires dans les années 1850. Mais ils ne cherchent pas à professer une leçon d’histoire pour le présent. Leur projet se restreint à dire simplement ce qui fut. Le sens de leur démarche d’historiens des femmes, c’est qu’elle vise à dépasser aussi bien l’anecdote individuelle que l’histoire à thèse, afin d’approcher, à travers la femme, l’histoire des mœurs. Bien qu’il soit parfois question de saisir la « substance » du féminin, en tant qu’elle a dominé une époque et lui a donné un ton, c’est bien de la femme réelle qu’il s’agit14.

Continuité et innovation dans la méthode de La Femme au xviiie siècle

  • 15 Damien Zanone, Écrire son temps. Les mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, PUL, 2006 ; Henri Ros (...)

13Les femmes leur apparaissent en effet comme un levier pour atteindre le secret du beau xviiie siècle, comme un portail d’accès à la société d’Ancien Régime. Le premier point qu’on peut souligner, c’est que les écritures féminines avaient contribué de façon importante à faire mieux connaître et apprécier le xviiie siècle. Dès l’époque de la Révolution, il y avait eu en nombre des femmes mémorialistes, en particulier chez les Émigrées qui jugèrent alors indispensable de fixer ce moment de bouleversement de leur statut et de leur mode de vie, afin que leur propre lignée et plus généralement, la postérité, sachent le sort qui leur avait été fait. Ainsi que l’a montré Damien Zanone, cette volonté d’« écrire son temps » répondait à l’incertitude que la Révolution avait fait peser sur le devenir historique, et la menace qu’elle avait mise sur la civilisation aristocratique… À côté des travaux d’Henri Rossi sur les mémoires aristocratiques féminins, les recherches de Suzanne Fiette ont particulièrement mis en évidence les audaces et les singularités de ces voix féminines évoquant et rappelant à elles en quelque sorte le temps passé15. Il faut en particulier avoir conscience que ces femmes n’étaient plus les mêmes, à la fois parce que l’âge les avait éloignées de l’Ancien Régime de leur jeunesse et parce que les épreuves, l’insécurité, l’errance les avaient mûries.

  • 16 Voir Éléonore Reverzy, « L’Histoire silencieuse », Europe, 93, 2015, no 1039-1040, p. 48-61.
  • 17 Domenica De Falco, La Femme et les personnages féminins chez les Goncourt, Paris, Honoré Champion, (...)

14Dans les mémoires historiques sur l’Ancien Régime, débordant ou non sur la période révolutionnaire, ce sont en particulier les femmes qui ont mis le doigt sur les contradictions de l’ancienne société, où la chasse au bonheur virait à la dissolution des mœurs, où l’étiquette asséchait la vie de relations. Il ne faut surtout pas se figurer que leur regard rétrospectif est sans nuance – le thème de la nostalgie est en fait davantage prégnant dans les mémoires masculins, qui mettent d’ailleurs davantage au second plans mœurs et modes de vie pour donner la première place à la grande histoire militaire ou politique. Dans La Femme au xviiie siècle, les Goncourt renvoient par exemple régulièrement, en notes, aux mémoires de Madame de Genlis, parus dans les années 1820. Le monde d’avant la Révolution est omniprésent dans leur œuvre romanesque, à travers les lignées, l’ascendance des personnages, ainsi Mademoiselle de Varandeuil, pour n’en citer qu’un16… La déchéance de la noblesse les hante, et la femme peut apparaître comme le meilleur conservatoire de cette caste en deuil d’elle-même qui se puisse faire. À suivre Domenica De Falco, ce serait même un des motifs de leur fascination pour Mathilde et de la fidélité qu’Edmond lui voua, après la chute du Second Empire17

15À côté de la documentation autobiographique, les Goncourt ont bien senti l’importance que le témoignage laissé par les épistolières pouvait revêtir, dans la perspective d’une reconstitution de l’atmosphère morale et des usages sociaux de la France d’Ancien Régime. Ils ont donc exploité en abondance ce matériau (et tout spécialement des correspondances comme celle de Mme Du Deffand, de Mlle de Lespinasse, de Mme Necker, etc…)

  • 18 La Femme au xviiie siècle, op. cit., p. 308. Sur le caractère partiellement imaginaire de cette vis (...)

De l’intelligence spirituelle de la femme du xviiie siècle, il reste encore cette preuve, écrivent-ils : son amour des lettres. Les femmes de ce temps vivent avec les lettres dans une communion familière, dans une intimité journalière. On perçoit chez toutes un fondement, une éducation, un coin de littérature… que développent encore les modes des salons, le passe-temps des traductions, les amusements d’usage… la rime d’une chanson, l’imagination d’un conte, la définition de deux synonymes, d’un proverbe, toute sorte de petits jeux qui excitent sa facilité, aiguisent son invention18.

  • 19 Citons par exemple la thèse du marquis Albert De Luppé, Les Jeunes filles dans l’aristocratie et la (...)

16Il faut le souligner, toutes les entreprises pionnières d’histoire des femmes qui suivront, depuis Clarisse Bader jusqu’aux premiers travaux universitaires du début du xxe siècle19 exploiteront les mêmes matériaux, évidemment enrichis au fil du temps par de nouvelles publications.

17Mais le « commerce » intime d’Edmond et Jules avec le xviiie siècle se traduit par la fréquentation de bien d’autres sources que les mémoires imprimés et les correspondances éditées : seuls ces matériaux-là sont précisément cités en notes infrapaginales, mais parallèlement à eux il y a brochures, estampes, tableaux, inventaires, journaux, procès, toute sorte d’« archives vivantes », pour parler comme Pierre-Jean Dufief, qui sont à leur disposition. La collection et la curiosité sont donc à la base de la construction de leur savoir sur le xviiie siècle. C’est une quête qui revendique son côté arbitraire et qui ne fait pas système.

  • 20 Rédigée à partir de 1846 environ, interrompue avec la Révolution de février et l’Illusion Lyrique, (...)
  • 21 Journal, entrée du 8 juin 1857.

18Ils se situent donc à proximité de l’endroit où George Sand s’était placée lorsqu’elle avait posé la question du « document » – et érigé le papier de famille et la lettre privée au rang de matériaux d’une histoire restituant la réalité des temps passés, encore à écrire, mais qu’elle se fixait pour objectif de mettre en pratique dans son autobiographie, l’Histoire de ma Vie,20. Rappelons que lorsque les frères Goncourt ont exploité les papiers de l’actrice Sophie Arnould, Barbey les avait qualifiés de « sergent Bertrand » de la littérature21, c’est-à-dire de nécrophiles – soulignant par là ce que cette curiosité pour les fonds de tiroir, l’intimité, la corporéité, conservait d’impur ou en tout cas manquait singulièrement de noblesse…

  • 22 Nicolas Bourguinat, « Quelques réflexions d’historien sur Salammbô », Anne Herschberg Pierrot (dir. (...)

19Mais La Femme au xviiie siècle n’est assurément pas un manuel. La réussite de l’ouvrage est de parvenir à lier un matériau très hétérogène avec légèreté, de passer d’un moment du siècle à l’autre sans dérouter (de la Régence à la prérévolution, du mariage de Louis XV au règne mondain de Marie-Antoinette…). Elle tient beaucoup, me semble-t-il, à la vivacité de l’écriture et à l’enthousiasme qui se dégage de la plume goncourtienne. On dit que le livre fut mal reçu des « historiens professionnels » : mais de qui parle-t-on exactement sous cette dénomination ? Encore une fois, comme je l’avais souligné à propos de Salammbô et des sources du roman antique de Flaubert, seule l’Antiquité (et encore, principalement l’Antiquité romaine) peut être considérée, à cette époque, comme un objet réellement devenu la propriété d’un milieu académique structuré, et comme un objet ciblé par des procédures codifiées d’établissement du savoir22. Or précisément, les Goncourt avaient jugé tout à fait inadéquats aussi bien l’art que l’histoire de cette période :

  • 23 Journal, entrée du 13 mai 1862 (éd. Robert Ricatte, t. 1, p. 816).

Le beau y est impersonnel, l’artiste aussi. Il y a des époques, il n’y a point d’artistes. Le sublime, le parfait, l’absolu du beau, l’Antiquité l’a atteint dans sa sculpture ; mais même là, l’art antique a supprimé la figure humaine, la physionomie, l’expression. C’est un art décapité.
L’histoire même de l’Antiquité m’est antipathique. Il faut être un esprit creux ou peu critique pour être tenté : se tenir satisfait d’hypothèses et de vraisemblances, c’est embrasser la nuée du Passé23.

20Mais au dehors de l’histoire ancienne, l’histoire du Moyen Âge ou des temps modernes ne pouvait alors passer pour une discipline strictement codifiée et professionnalisée. Elle restait pour une large part le domaine de l’érudition et des sociétés savantes locales, comme elle l’était du temps de Mabillon et encore dans le second xviiie siècle – d’où Bouvard et Pécuchet

21Sainte-Beuve, dans Le Constitutionnel, reconnut au livre un mérite essentiel, celui de chercher à saisir non pas la femme, mais les femmes dans leur diversité :

  • 24 Le Constitutionnel, 1er décembre 1862, p. 3 (cf. Journal, éd. Robert Ricatte, op. cit., t. 1, p. 89 (...)

On comprend en effet que les femmes du xviiie siècle, tout en ayant quelques trats communs ne restent pas les mêmes pendant toute cette durée et se distinguent entre elles par des nuances infimes… Les femmes de ce temps nous sont montrées à tous les rangs et à toutes les classes, à tous les crans et à tous les moments de la société, à toutes les heures et à tous les âges24

  • 25 Voir Élisabeth Badinter, « Les Goncourt romanciers et historiens des femmes », La Femme au xviiie s (...)
  • 26 Cité par Élisabeth Badinter, « Les Goncourt romanciers et historiens des femmes », op. cit., p. 37.

22C’est pourtant ce trait qui fait sentir à l’historien ou au lecteur d’aujourd’hui tout ce que l’entreprise goncourtienne conserve d’inabouti. Élisabeth Badinter dans sa préface de 1982, a fait remarquer que pour les Goncourt, il n’y avait hors des femmes du monde, qui sont le seul visage accompli de la féminité, que des « femelles25 ». Les Goncourt accordent beaucoup moins d’attention aux déclinaisons possibles de la femme du peuple (depuis la diversité des métiers jusqu’aux hiérarchies de la prostitution) que ne l’avait fait par exemple Rétif de la Bretonne dans Les Contemporaines, un texte que par ailleurs ils connaissent et exploitent à l’occasion. Néanmoins, Badinter reconnaissait bien volontiers elle-même qu’on se figure mal à partir de quelles sources les Goncourt auraient pu camper la paysanne, qui représentait plus ou moins 90 % de la population féminine du siècle des Lumières. Et de même citait-elle la lettre de Hugo adressée aux Goncourt, où celui-ci souligne que si le livre ne satisfait pas forcément « sa mauvaise humeur… contre les méchancetés et les injustices », il faut les acquitter de toute accusation de partialité, et l’ouvrage n’a pas défendu volontairement une perspective réductionniste ramenant la société aux cercles de l’aristocratie éclairée : « Pourquoi exiger l’apôtre ou le prophète là où l’historien est complet ?26 », ajoute Hugo.

  • 27 Voir supra note 13.

23Michelet, quant à lui, leur fera quelques discrets signes d’admiration, notamment dans la préface de sa Régence, publiée en 1863, les qualifiant d’« éminents écrivains », « savants ingénieux ». Mais lorsqu’ils vont le visiter pour le remercier, dans sa maison du quartier du Luxembourg, les compliments de ce « grand somnambule du passé » sont un peu à double sens : il regrette qu’on manque d’une « histoire du mobilier français », il les croit, « vous Messieurs qui êtes des observateurs », destinés à écrire une « histoire des femmes de chambre » – catégorie qu’il juge, ainsi que l’illustre l’appréciation de Jeanne Calo27, absolument détestable.

  • 28 Il faisait partie du Recueil des rapports sur le progrès des lettres et des sciences en France comm (...)

24Aussi, La Femme au xviiie siècle apparaît-elle comme le couronnement, pour les frères Goncourt, d’un effort méthodique pour saisir la réalité d’une société par les mœurs et les mentalités : non pas une histoire platement descriptive de la « vie quotidienne », comme celle qui a fait autrefois la matière d’une collection à succès chez Hachette, mais une histoire chassant l’événementiel et le politique pour accéder par les « petits faits » de l’histoire du quotidien à l’esprit, aux goûts, à l’imaginaire d’une époque. Cela ne leur fut pas volontiers pardonné, ni par la critique, ni par l’institution universitaire dont le Rapport sur les études historiques paru en 1867 à l’Imprimerie impériale, et rédigé par Geffroy, Zeller et Thiénot ne les mentionne même pas – ce qui est l’occasion dans le Journal de regretter que reste incomprise leur ambition, celle « du document animé par l’esprit, de l’histoire sociale retrouvée sous l’histoire28 ».

Conclusion

  • 29 Edmond et Jules de Goncourt, Préfaces et manifestes littéraires, Paris, Flammarion, 1926.
  • 30 Robert Kopp, « Préface », Portraits intimes du xviiie siècle. Les Maîtresses de Louis XV, Paris, Ro (...)
  • 31 Cité par Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), op. cit., p. 399.

25Au total, cette rapide recherche sur le contexte intellectuel et l’environnement éditorial de La Femme au xviiie siècle, fait apparaître que le terrain d’enquête choisi par les Goncourt n’avait rien d’aventureux. Comme le souligna Sainte-Beuve, il était le fruit d’un long « commerce » des deux frères avec le xviiie siècle, par lequel ils apparaissent assez typiques des intellectuels et des milieux éclairés de leur génération, mais nullement précurseurs. De même que leur apport n’est pas dans la redécouverte de l’art du xviiie siècle, il n’est pas non plus exactement dans l’histoire orientée à la manière de Jean-Baptiste Capefigue. En revanche, leur originalité est bien d’avoir une première fois mis en œuvre l’histoire sociale et totalisante telle qu’ils la programmaient dans une préface des Maîtresses de Louis XV de 1860, où ils évoquaient la nécessité de faire « à la femme cette grande actrice méconnue de l’histoire la place que lui a faite l’humanité moderne dans le gouvernement des mœurs et de l’opinion publique29 ». Parler d’une histoire intime, concrète, anecdotique, n’est-ce pas ainsi que l’écrivait Robert Kopp30, qui a repris l’argument d’Élisabeth Badinter, suggérer que l’on pourrait voir dans l’entreprise goncourtienne une préfiguration de cette « nouvelle histoire » qui passionna le public cultivé et bouleversa quelque peu les approches du passé par la profession historienne dans les années 1970 ? L’omniprésence des figures féminines s’explique par le poids qu’ils accordent à ces femmes dans le siècle. Elles sont la cause, la substance de tout, et pour leur rendre la part qui leur revient, il faut une histoire nouvelle, une histoire intime, qui doit se nourrir de détails : aussi bien ceux des intérieurs que ceux de la vie quotidienne des favorites (volontiers approchées comme inconsistantes et légères, voire infantiles, ce que l’œuvre antérieure des Goncourt avait contribué à faire nuancer), ce sont donc des détails de décoration, de ménage, de finances qui relèvent du domestique, du quotidien, du trivial, et qui, comme les citations, sont détachés d’un ensemble très hétéroclite de sources. Barbey d’Aurevilly, dans sa critique de Marie-Antoinette, avait identifié un changement dans la méthode des Goncourt, dans leur rapport à leur objet et avait justement noté : « MM de Goncourt sont de l’École trumeau [mais] le sujet a pris les historiens, les a pénétrés, les a grandis ! Ils n’ont plus qu’un pied dans le trumeau mais ils en sont sortis par tête et par la poitrine. Ces frères de Goncourt, qu’on aurait pu appeler les sœurs, les voilà qui ne chiffonnent plus dans l’histoire mais qui l’écrivent pour la première fois31. »

Notes

1 Roland Mortier, Le « Tableau littéraire de la France au xviiie siècle », Bruxelles, Palais des Académies, 1972.

2 Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), Paris, Honoré Champion, 2003, p. 20. L’ouvrage d’Houssaye est un célèbre recueil de ses articles paru une première fois sous le titre de Le Café de la Régence en 1843. Pour le texte des Goncourt, paru en 1862, je m’appuierai sur l’édition suivante : Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au xviiie siècle, éd. d’Élisabeth Badinter, Paris, Flammarion, 1982.

3 Virginia Woolf, Une Chambre à soi, Paris, UGE-10/18, 2001, p. 67-69 : « Les croisades… L’université… La Chambre des Communes… La guerre de Cent Ans… La guerre des Deux Roses… Jamais une femme de la classe moyenne, n’ayant à sa disposition que son intelligence et son caractère n’a pu participer à l’un quelconque des grands mouvements qui, rapprochés, constituent la vue de l’historien sur le passé. […] Jamais elles n’écrivaient leurs mémoires, rarement elles tinrent un journal, on ne possède d’elles qu’une poignée de lettres. Elles ne laissèrent ni drames, ni poèmes sur lesquels nous puissions les juger… À quel âge se mariaient-elles ? À quoi ressemblaient leurs maisons ? Disposaient-elles d’une chambre à elles ? Faisaient-elles la cuisine ? Pouvaient-elles avoir une domestique ? […] En un mot que faisaient-elles de huit heures du matin à huit heures du soir ? »

4 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-sous-Bois, ENS Éditions, 1994.

5 L’ouvrage connut son petit succès, puisqu’il reparut un peu plus tard, en 1789, avec un titre modifié : Dictionnaire portatif des femmes célèbres. Contenant l’histoire des femmes savantes, des actrices, & généralement des dames qui se sont rendues fameuses dans tous les siècles, par leurs aventures, les talents, l’esprit & le courage, toujours en deux gros volumes.

6 Il avait déclenché une mini-polémique avec Madame d’Épinay et Diderot. Voir sur ce point Qu’est-ce qu’une femme ? Un débat, éd. d’Élisabeth Badinter, Paris, P.O.L., 1989. L’ouvrage contient notamment la « Lettre de Madame d’Épinay à l’abbé Galiani sur le livre de Thomas », et le « Sur les femmes » de Diderot. Les Goncourt citent à plusieurs reprises le livre de Thomas (ainsi p. 320 et p. 354).

7 Femme de lettres née en 1793, fille de l’acteur Paban, parfois confondue avec sa sœur Clotilde-Marie Collin de Plancy.

8 Publication probablement interrompue. C’était l’ouvrage d’une féconde polygraphe, Agathe Pauline Caylac de Ceylan, qui signait sous le pseudonyme de « comtesse Brady », aidée pour la circonstance par un certain Antoine Genevay… Étaient abordés entre autres Marie Stuart et Madame de Sévigné.

9 Nicole Pellegrin, « Introduction. La vie et les écrits de Fortunée Briquet », in Fortunée Briquet, Dictionnaire des femmes célèbres françaises, Strasbourg, PUS, 2016.

10 Quelques éléments se rattachent à ce sujet dans les articles de Sandrine Aragon, « L’histoire des femmes revue et corrigée par les femmes ? Trois traits sur les femmes célèbres publiés par Mmes Galien, Briquet et Genlis », in Sylvie Steinberg et Jean-Claude Arnould (dir.), Les Femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Rouen, Publications des Universités de Rouen et Le Havre, 2008, p. 367-379, et d’Isabelle Ernot, « Masculin/féminin dans les dictionnaires et recueils de biographies féminines (début xixe – années 1860) », in Nicole Pellegrin (dir.), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 67-84.

11 Le cas des publications se rattachant aux almanachs est sans doute un peu différent. Les almanachs républicains ont partiellement continué ce genre autour d’un panthéon restreint de femmes, bien sûr, à des fins d’édification : dès la fin du siècle, des imprimeurs d’extrême gauche diffusaient la légende de Louise Michel en saynètes dessinées…

12 Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), op. cit., p. 390. De manière moins directe, l’influence de Barbey d’Aurevilly, dont l’œuvre romanesque exploite également l’équation entre le féminin et l’époque prérévolutionnaire, a pu jouer pour orienter les auteurs vers ce thème pendant la décennie 1850. Chez lui, comme l’avait remarqué Gisèle Séginger, l’écriture de l’histoire faisait du xviiie siècle une période de décadence catastrophique, provoquée non seulement par l’indignité de la noblesse mais surtout par celle de la monarchie – par ses mœurs dissolues, sa nonchalance, son irresponsabilité, elle aurait au fond, depuis le début de la dynastie des Bourbons proprement dite, oublié les devoirs chrétiens d’humilité et de tempérance, ce qui a conduit un peuple entier au désastre… Voir sur ce point Gisèle Séginger, « Barbey d’Aurevilly : l’histoire de l’Histoire », in Éléonore Reverzy, Romauld Fonkoua et Pierre Hartmann (dir.), Les Fables du politique, des Lumières à nos jours, Strasbourg, PUS, 2012, p. 339-348.

13 Jeanne Calo, La Création de la femme chez Michelet, Paris, Nizet, 1975, p. 65. Sans doute, il peut y avoir dans le Moyen Âge du jeune Michelet des femmes symboles, courageuses, pures, dévouées (la reine Mathilde, Blanche de Castille, Jehanne) et il va même jusqu’à écrire dans le t. V p. 162 de l’Histoire de France que « c’est par elles, pour elles, que l’esprit français est devenu le plus brillant et, ce qui vaut mieux, le plus sensé d’Europe ». Mais dès lors qu’Athénaïs est devenue le centre de son attention, il n’est plus question de tout cela, et plus que jamais, pour Michelet, « la mère, l’amie, la femme de chambre sont toutes trois ennemies du mari, car elles forment obstacle au but auquel il aspire : la possession totale de son épouse » (ibid.).

14 Celle-là même qui suscite méfiance et dégoût chez Michelet, pour qui seule la femme recréée par l’écriture peut se voir reconnaître une forme de pureté.

15 Damien Zanone, Écrire son temps. Les mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, PUL, 2006 ; Henri Rossi, Mémoires aristocratiques féminins, Paris, Champion, 2002 ; Suzanne Fiette, De mémoire de femmes. L’histoire racontée par les femmes de Louis XIV à 1914, Paris, Perrin, 2002, p. 11-43 notamment pour l’Ancien Régime : elle emploie la formule, un peu galvaudée, de « devoir de mémoire ».

16 Voir Éléonore Reverzy, « L’Histoire silencieuse », Europe, 93, 2015, no 1039-1040, p. 48-61.

17 Domenica De Falco, La Femme et les personnages féminins chez les Goncourt, Paris, Honoré Champion, 2012.

18 La Femme au xviiie siècle, op. cit., p. 308. Sur le caractère partiellement imaginaire de cette vision, qui sert aussi à mettre à distance le temps présent qui est celui des Goncourt, c’est-à-dire le Second Empire, voir Pierre-Jean Dufief, « Les Goncourt et l’art de la conversation », in Jean-Louis Cabanès et alii (dir.), Les Goncourt dans leur siècle. Un siècle de « Goncourt », Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 233-242.

19 Citons par exemple la thèse du marquis Albert De Luppé, Les Jeunes filles dans l’aristocratie et la bourgeoisie à la fin du xviiie siècle, Paris, Édouard Champion, 1924, ou bien Léon Abensour, Le Féminisme sous le règne de Louis-Philippe et en 1848, Paris, Plon-Nourrit, 1913, et du même, Histoire générale du féminisme. Des origines à nos jours, Paris, Delagrave, 1921.

20 Rédigée à partir de 1846 environ, interrompue avec la Révolution de février et l’Illusion Lyrique, puis achevée pour publication dans La Presse en 1853, l’Histoire de ma Vie fut d’ailleurs l’occasion pour les deux frères, qui n’aimaient guère ses romans, de reconsidérer l’œuvre de George Sand.

21 Journal, entrée du 8 juin 1857.

22 Nicolas Bourguinat, « Quelques réflexions d’historien sur Salammbô », Anne Herschberg Pierrot (dir.), Savoirs en récit, t. 1, Flaubert : la politique, l’art, l’histoire, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2010, p. 35-61. Voir également Robert Kopp, « “Qui nous délivrera des Grecs et des Romains ?” Les Goncourt face à l’Antiquité classique », Madeleine Bertaud (dir.), La Littérature française au croisement des cultures. Colloque des 5-8 mars 2008 à l’Université de Paris-Sorbonne, Genève, Droz, 2009, p. 61-77 (Travaux de Littérature, t. 22).

23 Journal, entrée du 13 mai 1862 (éd. Robert Ricatte, t. 1, p. 816).

24 Le Constitutionnel, 1er décembre 1862, p. 3 (cf. Journal, éd. Robert Ricatte, op. cit., t. 1, p. 893.

25 Voir Élisabeth Badinter, « Les Goncourt romanciers et historiens des femmes », La Femme au xviiie siècle, op. cit., p. 21-24. Elle s’appuie particulièrement sur les développements du début du chapitre VII, assimilant la femme du peuple, durcie par le travail, à une « hommasse » (ibid., p. 229-230).

26 Cité par Élisabeth Badinter, « Les Goncourt romanciers et historiens des femmes », op. cit., p. 37.

27 Voir supra note 13.

28 Il faisait partie du Recueil des rapports sur le progrès des lettres et des sciences en France commandité par le Second Empire (voir notamment à ce sujet l’ouvrage d’Évelyne Barbin, Jean-Luc Godet, Gerhardt Stenger (dir.), 1867, l’année de tous les rapports. Les lettres et les sciences à la fin du Second Empire, Pornic, Éditions du Temps, 2009. Cf. aussi le Journal, éd. Robert Ricatte, op. cit., t. 2, p. 132, note 1. L’entrée est du 10 février 1868.

29 Edmond et Jules de Goncourt, Préfaces et manifestes littéraires, Paris, Flammarion, 1926.

30 Robert Kopp, « Préface », Portraits intimes du xviiie siècle. Les Maîtresses de Louis XV, Paris, Robert Laffont, 2003. Voir la conclusion d’Élisabeth Badinter, « Les Goncourt romanciers et historiens des femmes », op. cit., p. 40-41, où est évoquée l’œuvre de Philippe Ariès. Avec le recul, je remarquerais cependant que cette « nouvelle histoire » n’a eu qu’une brève durée de vie et n’a pas réellement survécu à ses promoteurs – à moins qu’elle ne soit réellement devenue un patrimoine commun de tous les historiens.

31 Cité par Catherine Thomas, Le Mythe du xviiie siècle au xixe siècle (1830-1860), op. cit., p. 399.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site