Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Une petite histoire ?

La figure du « pédéraste » dans le Journal des Goncourt (1851-1870). Stéréotypie et expertise d’un lecteur (Georges Eekhoud)

Michael Rosenfeld

Texte intégral

1Le « pédéraste » est un personnage-type dont on peut observer la création progressive dans les deux versions successives de ce que l’on connaît comme le Journal des Goncourt. Sous ce titre, en effet, on trouve des réalités textuelles bien diverses : Edmond de Goncourt a publié, chez Charpentier en 1887, un Journal des Goncourt : mémoires de la vie littéraire, version du journal qui fut la seule connue du public pendant fort longtemps. Depuis les éditions établies par Robert Ricatte en 1956 et par Christiane et Jean-Louis Cabanès entre 2005 et 2013, on peut prendre la mesure du geste de censure opéré par Edmond de Goncourt par l’état initial, sur manuscrit, du journal. La présente étude confrontera, sur la question de l’homosexualité incarnée dans la figure récurrente du « pédéraste », ces deux états de texte qu’il faudra désigner diversement (Journal pour la version révélée par les éditions récentes, Journal des Goncourt pour celle mise au point par Edmond de Goncourt). L’homosexualité est évoquée à maintes reprises dans le Journal entre 1851 et 1870, que ce soit du point de vue général (de la façon dont on en parle par dérision dans le monde) ou du point de vue particulier aux deux frères, appliqué à telle ou telle de leurs connaissances. Dans le Journal des Goncourt, ces observations du Journal sont souvent reprises, mais infléchies davantage par le discours social contemporain des années 1880 et tendent à constituer de manière plus stable le personnage homosexuel.

  • 1 Un des premiers usages du mot en français date de la traduction de l’ouvrage de Krafft-Ebing : Rich (...)

2L’absence d’une identité homosexuelle et du mot « homosexuel » lui-même durant cette période (puisqu’il n’apparaît qu’en 1869 en allemand et au tournant du siècle en français1) oblige à l’usage de termes différents et souvent péjoratifs. Jacques-Philippe Saint-Gérand, dans son article du numéro de la revue Romantisme qui a consacré en 2013 un dossier à « Sodome et Gomorrhe » fournit les éléments nécessaires pour cerner le contexte :

  • 2 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets : remarques sur un innommable des (...)

[…] dans l’idéologie morale, politique et religieuse ambiante du xixe siècle, c’est l’homme qui est responsable de la perpétuation de l’espèce et s’écarter de cette finalité met irrémédiablement l’individu en marge de la société. Bougre ou culiste s’opposent ainsi avec une terrible force de dégoût et de condamnation à coniste, tandis que les femmes déviantes ne sont désignées que par des termes ayant un ancrage historique : lesbienne, saphiste, tribade2.

3Pour éclairer cette archéologie lexicale, les mots utilisés par les Goncourt pour désigner l’homosexualité dans le Journal et le Journal des Goncourt doivent être inventoriés. Le tableau suivant présente les termes pratiqués entre 1851 et 1870 et leur fréquence.

  • 3 On se référera à l’article de Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets », ibid., p. 23 pour (...)
  • 4 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 470, t. II, p. 23, p. 376, p. 410-411, t. III, p. 355, p. (...)
  • 5 Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt : mémoires de la vie littéraire, Paris, Charpentier, 1887, (...)
  • 6 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, 81-2, t. III, p. 101, p. 293, p. 430-431, p. 557, p. 566, p. (...)
  • 7 Journal des Goncourt, vol. 2 (1862-1865), p. 114 et p. 121-122.
  • 8 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, 370. Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1159-60, t. II, p (...)
  • 9 Journal des Goncourt, vol. 1 (1851-1861), p. 173.

Terme utilisé3

Fréquence dans le Journal

Fréquence dans le Journal des Goncourt ou terme en usage

Pédérastie

204

45

Tribaderie

96

27

Éphèbe

38

19

 

  • 10 On se référera à l’article de Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets », ibid., p. 23 pour (...)
  • 11 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 429, t. III, p. 119.
  • 12 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 69.
  • 13 Journal des Goncourt, t. I (1851-1861), p. 18.
  • 14 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 176-7.
  • 15 Journal des Goncourt, t. I (1851-1861), p. 260.
  • 16 Journal, éd. Robert Ricatte, t. 1, p. 1159-60.
  • 17 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 267.
  • 18 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 403.
  • 19 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 59-60.
  • 20 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 71 et p. 106, t. II, p. 392, et t. III, p. 144, p. 256, p (...)

Terme utilisé10

Fréquence dans le Journal

Fréquence dans le Journal des Goncourt ou terme en usage

Enculer (entre hommes)

211

-

Termes utilisés une fois

Sapho12

Sapho13

Bordel de petits garçons14

« lupanar de jeunes garçons15 »

Tapette16

« Bonhomme féminin, garçon douteux »17

Amours lesbiennes18

Lesbiennes19

être de la garde nationale20, chercher des amants, homme qui n’a pas de sexe, faire les puces, sodomie, amours contre-nature (femmes), petit giton, mignons, vilains goûts… qu’elle voulait faire des saletés avec moi.

Ces termes disparaissent dans Le Journal des Goncourt.

  • 21 Robert Kopp, « Les Goncourt Historiens », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 14 e (...)

4La diminution des trois quarts des références à l’homosexualité, quel que soit le terme retenu pour la désigner (on passe de 48 à 11 occurrences) et les modifications de certaines d’entre elles démontrent un travail de réécriture d’Edmond et, comme on va le montrer, une censure de sa part. Ces termes ont en partie leur origine dans le discours médical dont l’influence sur les œuvres et les observations des Goncourt a déjà été évoquée par Robert Kopp et Jean-Louis Cabanès21.

  • 22 Pierre Hahn, Nos Ancêtres les pervers : La vie des homosexuels sous le second empire, Béziers, H & (...)
  • 23 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 71 et Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 32.

5L’ouvrage qu’Ambroise Tardieu, éminent médecin légiste, a publié en 1857, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs est la référence en vigueur pour l’homosexualité. Il sera en usage dans les tribunaux jusqu’aux années 189022. Les Goncourt fréquentent Tardieu dans plusieurs salons, il est évoqué plusieurs fois dans leur journal à partir de 1862, comme convive dans les soirées mais également comme source d’information. Durant un dîner chez Flaubert le 4 mai 1862 : « On philosophe sur de Sade, on théorise sur Tardieu23. » Nous pouvons donc estimer que les Goncourt connaissent les théories de Tardieu qui sont représentatives du discours scientifique contemporain et expriment une vue extrêmement péjorative des homosexuels. Sur l’apparence de ces derniers, Tardieu renforce l’image stéréotypée de « l’homme-femme » :

  • 24 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière, 1859, p. (...)

Les cheveux frisés, le teint fardé, le col découvert, la taille serrée de manière à faire saillir les formes […] toute la personne exhalant l’odeur des parfums les plus pénétrants, et dans la main un mouchoir, des fleurs […] La coiffure et le costume constituent l’une des préoccupations les plus constantes des pédérastes […] Le costume retient également quelque chose des habitudes efféminées des pédérastes […] Est-ce bien un homme ? Ses cheveux, séparés sur le milieu de la tête, retombent en boucles sur ses joues comme ceux d’une jeune fille coquette24.

6Tardieu est un des premiers médecins légistes à déclarer avoir trouvé des signes physiques, les stigmates de la pédérastie :

  • 25 Ibid., p. 156.

Parmi ces déformations du pénis, les unes, telles que l’amincissement, l’étranglement et l’élongation du gland, répondent très-exactement à la disposition infundibuliforme de l’anus sur lequel elles se moulent en quelque sorte ; de même que la torsion et le changement de direction de la verge s’expliquent par la résistance de l’orifice anal proportionnée au volume du membre et exigeant pour l’intromission une sorte de mouvement de vis ou de tire-bouchon qui à la longue s’imprime sur l’organe tout entier25.

7Ces propos, risibles de nos jours, jouissaient d’une validation scientifique en leur temps. L’aspect efféminé des pédérastes les rendait facilement reconnaissables à l’opinion commune de l’époque et quoi qu’il en soit, si des doutes demeuraient, on pouvait toujours vérifier leurs attributs intimes pour confirmer les suspicions et les classer scientifiquement. Les Goncourt semblent être fortement influencés par ce discours que l’on retrouve dans une des rares occurrences dans leurs œuvres littéraires, la nouvelle l’ancien maire de R. dans le recueil Une Voiture de Masques de 1856 :

  • 26 Edmond et Jules de Goncourt, « L’ancien maire de R… », Une Voiture de Masques, Paris, E. Dentu, 185 (...)

Méprise du créateur que cette cervelle femelle logée dans cette caricature de mâle ! Cervelle coulée au moule des gynécées engouée de chiffons, manœuvrant toute la machine solide de ce corps ridicule aux petits travaux des Arachnés. Homme-femme ayant ambition depuis trente ans d’aller à Paris pour caresser de l’œil les belles robes et les beaux bonnets, et les petits brodequins26 !

8Ce qui est mis en question ici n’est pas la sexualité de l’ancien maire, mais sa virilité. Son comportement et son aspect féminin s’inscrivent dans le discours médical sur la pédérastie et font écho aux propos de Tardieu, nous menant à une réflexion supplémentaire concernant le personnage décrit. Nous retrouvons d’autres exemples de l’influence d’éléments additionnels du discours social : le discours juridique et la littérature sur les Goncourt. En 1853 Jules raconte dans le Journal faire une visite chez le président d’une Cour de justice afin de discuter d’une affaire juridique les concernant :

  • 27 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 106.

Nous allâmes d’abord chez un président du nom de Legonidec, qui demeurait en haut de la rue de Courcelles, peut-être plus près de la plaine de Monceau, où, d’après le bruit public, il allait chercher des amants. Il était sec comme son nom, froid comme un vieux mur, jaune, blême et une mine d’inquisiteur, dans un appartement qui sentait le moisi du cloître27.

  • 28 Journal des Goncourt, t. II (1851-1861), p. 39.
  • 29 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, Paris, Mille et une Nuits, 2000, p. 64.
  • 30 Michael Sibalis, « Paris », in David Higgs (sous la dir.), Queer Sites : Gay urban histories since (...)

9Ceci est repris presque mot par mot dans le Journal des Goncourt sans le passage dans lequel on soupçonne le président de chercher des amants masculins28. Les propos de Flaubert dans son Dictionnaire des Idées reçues : « Magistrature : Belle carrière pour se marier. Magistrats tous pédérastes29 » expriment des idées semblables à celles des Goncourt et accrédite un lieu commun. Voici un des premiers exemples de cette construction et de cette déconstruction du pédéraste dans le Journal des Goncourt ; dans ce cas précis, malgré le fait que le détail historique du lieu où le magistrat cherche ses amants, la plaine Monceau, qui deviendra quelques années plus tard le Parc Monceau, renforce la crédibilité des soupçons des Goncourt. Cet endroit était effectivement un des lieux de rencontre pour les homosexuels de la période et les archives de police, sur une période plus tardive mais encore toujours actuelle, indiquent que 2 % des arrestations dans les lieux publics pour « outrage à la pudeur » se font au Parc Monceau30.

  • 31 Mirande Lucien, Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999, (...)
  • 32 Le fonds Georges Eekhoud à la bibliothèque du Patrimoine à Anvers, Erfgoedbibliotheek Hendrik Consc (...)

10Il n’a pas fallu attendre le début du xxie siècle pour être attentif à la présence soutenue de la thématique homosexuelle dans le Journal des Goncourt : le sujet tenait particulièrement à cœur à Georges Eekhoud, écrivain naturaliste belge qui fut l’un des premiers auteurs à évoquer ouvertement l’homosexualité. Il se montre, dans ses écrits privés, toujours très attentif au sujet, sur ce qu’il peut en entendre ou en lire. Eekhoud et Edmond de Goncourt ont échangé quelques lettres, Edmond le remercie pour son roman Kees Doorik dans une lettre du 27 mars 1883 et un an plus tard lui écrit une longue lettre concernant son recueil de nouvelles Kermesses31. Eekhoud ne semble cependant pas avoir assez marqué Edmond pour figurer dans le Journal des Goncourt ou même dans le manuscrit non expurgé du Journal. Sur la question homosexuelle, Eekhoud se montre un lecteur particulièrement pointu du Journal des Goncourt : la découverte toute récente, à la Bibliothèque du Patrimoine d’Anvers32, des exemplaires annotés d’Eekhoud (complet à l’exception du cinquième volume qui correspond à la période 1872-1877), permet de le confirmer.

  • 33 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 157-8.

11Nous pouvons dater la lecture du Journal des Goncourt par Eekhoud de l’année 1896 et ce par deux éléments : l’un est la présence d’une coupure de L’Écho de Paris du 22 avril 1896, dans lequel le feuilleton du Journal des Goncourt fut publié, qui a été découpée et collée par Eekhoud dans un des volumes. L’autre est une annotation d’Eekhoud au crayon rouge à la page parlant du 51e anniversaire de Zola en 1891, disant : « Il en a 56 aujourd’hui. (Fig. 1) » Sachant que Zola est né en 1840, cela situe donc bien cette lecture d’Eekhoud en 1896. L’acuité de la lecture qu’Eekhoud fait du texte est démontrée dans l’annotation suivante en crayon bleu cette fois à un passage de 1854 sur un théâtre qui serait un bordel : « Voir Nana (Fig. 2) ». Dans son édition du Journal, Jean-Louis Cabanès nous indique qu’Edmond a ajouté en note à ce passage « Anecdote racontée à Zola qui l’a mise dans Nana. 188033 ». Eekhoud, qui n’a pas eu connaissance du Journal, a donc identifié le passage du roman de Zola dans cette anecdote bien caractéristique de son auteur.

Fig. 1 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 3e série, 2e volume, t. 8, p. 224 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

Fig. 2 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 1er volume, p. 66 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

  • 34 Je me réfère à deux articles sur les Goncourt et la censure : Silvia Disegni, « Les Goncourt et la (...)
  • 35 Roger Kempf, L’indiscrétion des frères Goncourt, Paris, Grasset, 2004, p. 132.

12La censure de leurs œuvres littéraires et théâtrales par les autorités a fortement marqué Edmond34 et même si le Journal des Goncourt n’est pas menacé par la censure directement, il prête une attention particulière à son contenu et s’autocensure par mesure de précaution. Cette autocensure est pratiquée avec différentes mesures : si Edmond, par exemple, garde les mentions des envies de Zola, de Renan et de Gavarni pour les jeunes filles impubères – comme nous le relate Roger Kempf dans son ouvrage L’Indiscrétion des frères Goncourt35 –, la pédérastie ne jouit pas de la même indulgence. Toute référence à l’homosexualité doit apparaitre dans un discours qui la condamne ou dans des cadres spécifiques qui concordent : l’Antiquité, les étrangers, ou encore les homosexuels très efféminés et facilement reconnaissables dont la menace est bien moindre car classés et catégorisés par la science. Un des éléments les plus frappants dans la lecture que fait Eekhoud est la compréhension des indices d’homosexualité malgré l’autocensure effectuée par Edmond pour la réécriture du texte pour le Journal des Goncourt. Les exemples suivants vont montrer certaines des décisions d’Edmond pour la création du personnage « pédéraste » et les lectures d’Eekhoud.

13Journal, 22 février 1863 :

Chez Flaubert. La Lagier, c’est-à-dire une causerie grasse, de l’esthétique scatologique.

  • 36 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 517-8.

On cause des actrices dérangées de ventre ; merdeuses, foireuses, diarrhéeuses ; les femmes qui “perdent leur légumes” selon son mot… Ainsi, elle est en relation avec un pédéraste du nom d’André, qui fait pour 1.800 francs de passe dans sa saison de bals d’Opéra. Et elle nous raconte la façon dont, pour se faire peloter, ces hommes se font de la gorge : ils prennent du mou, le font bouillir et le taillent en forme de tétons. L’autre soir André était furieux : un putain de chat lui avait mangé un téton36 !

14Dans le Journal des Goncourt, cette scène est évoquée de la façon suivante et n’échappe pas à l’œil fin d’Eekhoud dont on peut voir les annotations au crayon bleu.

1522 février 1863 :

Puis on parle pédérastie, et d’un certain pédéraste se faisant 1 800 francs dans la saison des bals masqués, pédéraste qui a trouvé le moyen de se faire de la fausse gorge avec du mou de veau qu’il fait bouillir, et taille en forme de téton. L’autre jour, dit-elle, il était désolé. Un putain de chat, ainsi qu’il s’exprime dans son dialecte franco-germanique, au moment où il allait partir pour l’Opéra, avait mangé un de ses seins, qu’il faisait refroidir dans le chéneau de sa mansarde. (Fig. 3 et fig. 4)

Fig. 3 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 94 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

Fig. 4 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 95 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

  • 37 Jean-Louis Cabanès, « L’esthétique des Goncourt : Dissonances et Consonances » in Jean-Louis Cabanè (...)

16Le fait que cette entrée du Journal ait été insérée dans le Journal des Goncourt, alors que l’on aurait pu s’attendre à sa suppression, peut être expliqué par plusieurs éléments typiques de la réécriture37 pratiquée par Edmond de Goncourt, dans son travail à partir des matériaux de l’écriture intime. Tout d’abord, l’aspect efféminé de la Belle André et le ridicule que l’on accorde à son travestissement se trouvaient correspondre tout à fait aux stéréotypes véhiculés dans le sillage de Tardieu. La mention de la prostitution et du gain remarquable qu’elle permet va dans le même sens : se rassurer dans la stéréotypie, s’en repaître et gargariser, si l’on peut dire : ainsi le pédéraste navigue dans des eaux où l’on rencontre la prostitution et le crime. Que ces propos soient tenus par une actrice, Suzanne Lagier, semble également les légitimer aux yeux d’Edmond et permettre leur réécriture. La mise en scène ainsi créée par Edmond : le décor (chéneau de la mansarde d’André) qui n’existe pas dans le Journal, la fureur d’André, dont la virilité semble trop prononcée pour un pédéraste et qui devient de la désolation, le tout lié à la perte de l’identité du personnage par la suppression de son nom pour devenir « un certain pédéraste », renforcent l’impression qu’il s’agirait d’un personnage fictif. L’existence d’un personnage réel, ainsi dit « belle André », est cependant avérée, ainsi que l’a montré Jean-Louis Cabanès en mettant au jour les archives de police à son sujet :

  • 38 Bruno Fuligni, Les Archives secrètes de la police : Quatre siècles d’Histoire, de crimes et de fait (...)

Droubay, dit la belle André. Demeurant rue Vieille-du-Temple 125. Il est aussi escroc. Il doit avoir demeuré rue Notre-Dame-de-Nazareth 58. Il s’habille souvent en femme. Il a un autre article et un dossier38.

  • 39 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 470 et Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 519.

17Le dialecte franco-germanique est donc ajouté par Edmond quand il évoque ce personnage : on remarque en effet qu’il ne figure pas dans le dossier de police qui n’aurait pas manqué de l’indiquer (de même que son origine étrangère) si c’était vraiment le cas. Il peut s’agir ici d’un déplacement national, car pour paraphraser Sartre : « Les pervers, c’est les autres. » Parler des mœurs outrageuses des étrangers, Russes, Anglais, Allemands est un déplacement contemporain très commun, qui légitime la mention de l’homosexualité dans le discours littéraire. Nous le retrouvons à plusieurs reprises dans le Journal et également dans le Journal des Goncourt. Dans l’entrée du Journal du 15 novembre 1857, où Edmond parle de la « Comtesse Samoïloff, fille de ce Pahlen qui étrangla Paul II, et parente de l’empereur, ayant quitté son mari pédéraste », Suzanne Lagier leur rapporte une histoire de Russie concernant l’amour d’un homme pour un autre39. Le passage suivant, parlant des mœurs d’un jeune Anglais, est repris presque mot pour mot d’un texte à l’autre : le 7 avril 1862, Saint Victor parle d’un jeune Anglais qu’il a rencontré :

  • 40 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 27.

Le jeune Anglais ajoutait placidement et posément : Moi, j’ai les goûts cruels, mais je m’arrête aux hommes et aux animaux40.

  • 41 Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, « Le Sadisme Anglais », Histoires Insolites, Paris, Librairie M (...)

18Eekhoud rajoute : « Rapprocher du sadisme anglais de Villiers dans la… [illisible] (Fig. 5) ». Nous constatons qu’il considère le passage assez important pour utiliser ici deux crayons, le bleu et le rouge. Eekhoud fait sans doute référence au conte de 1888 d’Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, Le Sadisme Anglais41, dédié à Joris-Karl Huysmans et évoquant des pratiques sexuelles masculines divergentes en France et en Angleterre. La négation de sentiments homosexuels est donc permise dans le Journal des Goncourt.

Fig. 5 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 27 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

19Un dernier exemple de déplacement national pourra être pris dans l’entrée du 4 mai 1865 du Journal :

  • 42 Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1159-60.

Il y a le violoniste hongrois Reminy, avec sa tête glabre de prêtre et de diable ; il y a son accompagnateur, un petit bonhomme gras et douteux, éphébique et féminin, avec sa tête d’Alsacienne, les cheveux blonds, en baguettes, tombant droit de la raie du milieu de sa tête, en redingote allemande de séminariste dans l’ouverture de laquelle se flétrit un peu de lilas blanc – tapette étrange et inquiétante42.

20Dans le Journal des Goncourt le passage est annoté par Eekhoud (Fig. 6) et nous éclaire sur les procédés de réécriture d’Edmond. Les termes « éphébique et tapette » disparaissent d’un texte à l’autre, donnant place à la caractérisation « gras et féminin » et « douteux, un peu inquiétant » qui semble suffire ici à Eekhoud pour comprendre l’allusion. La nationalité hongroise du violoniste Reminy, l’air alsacien de son accompagnateur et la mise en doute de la virilité de ce dernier semble créer assez de déplacements pour permettre à Edmond de garder ce passage. La mention des cheveux séparés au milieu se retrouve par ailleurs dans l’ouvrage de Tardieu – c’est peut-être l’élément qui a retenu l’attention d’Eekhoud.

21Un autre déplacement communément pratiqué dans la littérature contemporaine est la référence (ou le retour) à l’Antiquité et au modèle pédérastique qui y était général et largement accepté. On pourra en développer deux exemples. D’abord cette entrée du Journal datée d’un « dimanche, entre le 30 octobre et le 10 novembre 1858 », où Edmond affirme que Flaubert

  • 43 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 176-7.

[…] a choisi pour son roman Carthage comme le lieu et la civilisation du globe la plus pourrie. En six mois, il n’a fait encore que deux chapitres, qui sont un bordel de petits garçons et un repas de mercenaires43.

  • 44 Coll. Eekhoud, Journal des Goncourt, 1er volume, p. 260.

22Le passage repris dans le Journal des Goncourt est quasi identique : le bordel devient un lupanar et les petits garçons deviennent de jeunes garçons. Il semble que pour Edmond, l’existence d’un bordel pédophilique soit permissible dans Le Journal des Goncourt quand on parle de l’Antiquité et surtout d’une œuvre littéraire d’un auteur tel que Flaubert. Eekhoud annote le passage au crayon rouge44.

Fig. 6 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 267 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.

23Le second exemple, implique Sainte-Beuve, qui tient un discours audacieusement libéral sur l’homosexualité, inspiré de la Grèce Antique. Il est particulièrement révélateur :

242 mai 1863 – Dîner de Sainte-Beuve avec Lagier chez Véfour au Cabinet de la Renaissance.

  • 45 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 557.

Lagier, perdant un peu l’équilibre devant cet académicien, tombe en plein du côté où elle penche ; et la voilà, avec sa rude langue, allant au fond de la chronique ordurière, et décrivant de visu l’anus d’un pédéraste de ses amis. Cela, au lieu de dégoûter, me paraît assez ragoûter Sainte-Beuve, qui part, s’allume et se lance et commence à dire : « En sortant de l’Académie, j’ai vu une fois un petit jeune homme… Eh bien ! certainement, j’aurais été en Grèce, j’aurais été à lui comme on va à une femme. – Oh ! ça, dit Gavarni, pour moi, c’est de l’autre côté du mur. »
Sainte-Beuve répond assez vivement que la constitution physique ne donne pas de ces préjugés-là ; qu’au fond, il est aussi naturel de sentir et même d’exprimer ces sentiments-là pour l’homme que pour la femme. Il cite de l’Anthologie un des païdika, une déclaration d’amour à un petit giton ; et finit : c’est charmant45.

25Cette légitimation de la part de Sainte-Beuve semble effrayer Edmond qui supprime entièrement le passage du Journal des Goncourt sans même tenter de le réécrire. Pourtant le modèle antique et l’implication de l’actrice Suzanne Lagier auraient pu suffire pour justifier son maintien. Une des raisons principales de cette censure est manifeste ; sauvegarder l’honneur de Sainte-Beuve – mort depuis 1869 – dont la probité et la virilité ne doivent pas être mises en doute. Une autre serait l’imagerie trop flagrante de l’anatomie du pédéraste qui ne mentionne pas les stigmates qui selon Tardieu devraient s’y trouver.

26Il faut pour finir s’attarder à considérer la validité que peut avoir le Journal des Goncourt (Journal ou Journal des Goncourt) en tant que document historique. Un exemple pourra étayer la réflexion à ce sujet :

27Journal – 10 octobre 1864

  • 46 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 799.

Chez Magny. On parle de l’affaire Coin, du théâtre ou paraissent des femmes qu’on insultait, qu’on débinait, et que remplaçaient des hommes nus ; de David, chef de bureau au Ministère de la Guerre, qui fournissait les mignons de la Garde en si grand nombre que le gouvernement a cru à une conspiration militaire, et que c’est pour cela que la police est intervenue. Boitelle, causant de cette affaire, a dit qu’il a sur ces choses-là une mine de renseignements précieux : c’est un registre des putains et des pédérastes de Paris, rédigé par un nommé Félix, employé aux mœurs depuis trente ans, blessé à l’affaire Orsini, mort depuis, et qu’on a saisi à son domicile après sa mort46.

  • 47 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 132.
  • 48 On se réfèrera à l’article de Saint-Gérand cité dans la note 3, p. 33 pour les références concernan (...)
  • 49 Félix Carlier, Les Deux Prostitutions, Paris, E. Dentu, 1887.

28Plusieurs éléments dans ce passage, qui n’est pas repris dans le Journal des Goncourt, retiennent l’intérêt. La remarque sur le lien entre les soldats et la pédérastie n’est pas nouvelle : Tardieu l’évoque dans son ouvrage47 ainsi que Delvau dans son Dictionnaire érotique moderne de 186648 qui mentionne plusieurs militaires pédérastes et des scandales contemporains. L’affaire du dénommé David du ministère de la guerre chez les Goncourt fait probablement référence au lieutenant Davilliers, de ce même ministère de la Guerre, arrêté par la police parisienne pour proxénétisme de jeunes soldats dont Delvau parle également. Les propos de Boitelle, préfet de Police de Paris et responsable de la Sûreté générale depuis 1858, concernant le fameux registre des pédérastes sont d’une grande importance : le dénommé Félix est en effet sans aucun doute Félix Carlier, qui fut le chef de la brigade des mœurs de la police parisienne de 1860 à 1870. Il est étonnant que Boitelle pense Félix mort, car en 1864, date de l’entrée dans le Journal, celui-ci est en poste à la Brigade des mœurs et, en 1887 il publie un ouvrage intitulé Les Deux Prostitutions49. Ce livre dans laquelle Carlier relate ses expériences à la brigade des mœurs entre les années 1860 et 1870 contient une partie sur la prostitution « antiphysique » et la prostitution des militaires. Le seul registre qui y figure est celui de femmes prostituées et aucune mention n’est faite de l’existence d’un registre des pédérastes. Les mentions de ce registre sont très rares, il s’agit ici avec le Journal de la seule observation contemporaine à ce sujet : le registre était supposé être secret. Les détails précédemment donnés sur « la Belle André » sont tirés de ce même fonds.

  • 50 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 799 et Coll. Eekhoud, Journal des Goncourt, 2e volume, (...)

29Force est de constater, pour conclure, que les Goncourt mettent en œuvre un personnage homosexuel fortement stéréotypé. Dans Le Journal des Goncourt, Edmond le construit en acceptant sans réserve les conventions de son temps ; le pédéraste ne peut pas être viril et les modèles antiques ou étrangers sont adoptés. Dans un cas d’amour homosexuel féminin en 1862, un autre topos, celui de la prison, semble permettre à Edmond de réécrire le passage et de l’insérer dans le Journal des Goncourt50. Tous ces modèles de cryptage se retrouvent dans le discours littéraire contemporain de la rédaction du Journal des Goncourt et s’insèrent dans le phénomène de moralisation des Goncourt que Jean-Louis Cabanès a mis en évidence :

  • 51 Jean-Louis Cabanès, « Les Goncourt moralistes : le général et le particulier », op. cit., p. 12.

On l’aura constaté : les Goncourt écrivent en partie double. Ils rapportent des anecdotes, brossent des portraits, esquissent des scènes de mœurs, ils les prolongent en faisant apparaître, au terme du décrit, une petite moralité ponctuée par des allégories ou par l’émergence de « types ». Le réel s’impose aux sens de l’observateur sous la forme d’une pluralité de signes qu’il faut déchiffrer pour mieux en extraire les fables51.

  • 52 Robert Kopp, « Les Goncourt Historiens », op. cit., p. 15-16.
  • 53 Pierre-Jean Dufief, « Le roman à l’école de l’histoire ou l’histoire comme source d’un nouveau roma (...)
  • 54 Quelques exemples de recherches sur l’homosexualité dans le discours social du xixe siècle qui cite (...)

30Pour étudier d’une façon plus détaillée les choix faits parmi les entrées du Journal des Goncourt de la part d’Edmond, il faudra attendre les volumes encore à paraître de l’édition du Journal établie par Christiane et Jean-Louis Cabanès, mais les trois tomes existants nous ont déjà donné une vue claire de la multitude de références sur l’homosexualité qui ont disparu dans la réécriture destinée à alimenter l’édition du Journal des Goncourt parue du vivant d’Edmond. Dans leur monde, les Goncourt sont parmi les très rares observateurs de ce qui est dit de l’homosexualité. Selon Robert Kopp52 leur désir était d’être une source pour l’histoire et les historiens mais également d’être eux-mêmes considérés comme des historiens ainsi que le remarque Pierre-Jean Dufief53. Les procédés de réécriture mis en œuvre pour aboutir Le Journal des Goncourt sont une preuve supplémentaire de l’influence des deux frères sur la construction du discours social à propos de l’homosexualité au xixe siècle54.

Notes

1 Un des premiers usages du mot en français date de la traduction de l’ouvrage de Krafft-Ebing : Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis : avec recherches spéciales sur l’inversion sexuelle. Trad. de la 8e édit. Allemande, Paris, G. Carré, 1895.

2 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets : remarques sur un innommable des dictionnaires conformes, et recours aux excentriques », Romantisme, no 159, janvier-mars 2013, p. 22.

3 On se référera à l’article de Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets », ibid., p. 23 pour une liste exhaustive des termes en usage.

4 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 470, t. II, p. 23, p. 376, p. 410-411, t. III, p. 355, p. 454, p. 470, p. 517-518, p. 519, p. 557, p. 579-580, p. 658, p. 698-699, p. 707, p. 708, p. 791, p. 799. Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1200, et t. II, p. 69.

5 Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt : mémoires de la vie littéraire, Paris, Charpentier, 1887, volume 2 (1862-1865), p. 94-5, p. 121-122 et p. 158. (Cet ouvrage sera désigné comme Journal des Goncourt à travers cet article).

6 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, 81-2, t. III, p. 101, p. 293, p. 430-431, p. 557, p. 566, p. 579-580, p. 707. Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 124.

7 Journal des Goncourt, vol. 2 (1862-1865), p. 114 et p. 121-122.

8 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, 370. Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1159-60, t. II, p. 33.

9 Journal des Goncourt, vol. 1 (1851-1861), p. 173.

10 On se référera à l’article de Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets », ibid., p. 23 pour une liste exhaustive des termes en usage.

11 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 429, t. III, p. 119.

12 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 69.

13 Journal des Goncourt, t. I (1851-1861), p. 18.

14 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 176-7.

15 Journal des Goncourt, t. I (1851-1861), p. 260.

16 Journal, éd. Robert Ricatte, t. 1, p. 1159-60.

17 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 267.

18 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 403.

19 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 59-60.

20 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 71 et p. 106, t. II, p. 392, et t. III, p. 144, p. 256, p. 291, p. 403, p. 557 et p. 799. Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1182.

21 Robert Kopp, « Les Goncourt Historiens », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 14 et Jean-Louis Cabanès, « Les Goncourt moralistes : le général et le particulier », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 15, 2008, p. 7-23.

22 Pierre Hahn, Nos Ancêtres les pervers : La vie des homosexuels sous le second empire, Béziers, H & O, 2006 [Paris, 1979], p. 84-89.

23 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 71 et Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 32.

24 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière, 1859, p. 137-139.

25 Ibid., p. 156.

26 Edmond et Jules de Goncourt, « L’ancien maire de R… », Une Voiture de Masques, Paris, E. Dentu, 1856, p. 189.

27 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 106.

28 Journal des Goncourt, t. II (1851-1861), p. 39.

29 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, Paris, Mille et une Nuits, 2000, p. 64.

30 Michael Sibalis, « Paris », in David Higgs (sous la dir.), Queer Sites : Gay urban histories since 1600, London, Routledge, 1999, p. 21.

31 Mirande Lucien, Eekhoud le rauque, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999, p. 62 et 64-66. Les deux lettres sont conservées aux Archives et Musée de la Littérature à Bruxelles, cote MLA 01142 pour la première de 1883 et MLA 01157 pour celle de 1884.

32 Le fonds Georges Eekhoud à la bibliothèque du Patrimoine à Anvers, Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, comprend sa bibliothèque privée, dans laquelle j’ai retrouvé le Journal des Goncourt qu’on peut consulter à la cote 782654. Les volumes du Journal des Goncourt de ce fonds seront désignés comme : Coll. Eekhoud dans la suite de cet article.

33 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 157-8.

34 Je me réfère à deux articles sur les Goncourt et la censure : Silvia Disegni, « Les Goncourt et la censure », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 13, 2006, p. 163-181 et Paule Adamy, « De quelques œuvres des frères Goncourt censurées et parfois de l’autocensure » in Jacques Domenech (dir.), Censure, autocensure et art d’écrire, Paris/Bruxelles, Complexe, 2004, p. 219-241.

35 Roger Kempf, L’indiscrétion des frères Goncourt, Paris, Grasset, 2004, p. 132.

36 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 517-8.

37 Jean-Louis Cabanès, « L’esthétique des Goncourt : Dissonances et Consonances » in Jean-Louis Cabanès (dir.), Les Frères Goncourt : Art et écriture, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1997, p. 7.

38 Bruno Fuligni, Les Archives secrètes de la police : Quatre siècles d’Histoire, de crimes et de faits divers, Paris, L’Iconoclaste, 2009, p. 537

39 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 470 et Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 519.

40 Journal des Goncourt, t. II (1862-1865), p. 27.

41 Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, « Le Sadisme Anglais », Histoires Insolites, Paris, Librairie Moderne, 1888, p. 143-162.

42 Journal, éd. Robert Ricatte, t. I, p. 1159-60.

43 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 176-7.

44 Coll. Eekhoud, Journal des Goncourt, 1er volume, p. 260.

45 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 557.

46 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 799.

47 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 132.

48 On se réfèrera à l’article de Saint-Gérand cité dans la note 3, p. 33 pour les références concernant Delvau. Plusieurs éditions de l’ouvrage de Delvau sont accessibles en ligne, on trouvera les citations évoqués à l’entrée « Émile » dans cette réédition : Alfred Delvau, Dictionnaire Érotique Moderne, Genève, Slatkine, 2011, p. 147-8.

49 Félix Carlier, Les Deux Prostitutions, Paris, E. Dentu, 1887.

50 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 799 et Coll. Eekhoud, Journal des Goncourt, 2e volume, p. 59-60. Je me réfère également à l’article de Silvia Disegni, cité en note 36, qui étudie cette question p. 172.

51 Jean-Louis Cabanès, « Les Goncourt moralistes : le général et le particulier », op. cit., p. 12.

52 Robert Kopp, « Les Goncourt Historiens », op. cit., p. 15-16.

53 Pierre-Jean Dufief, « Le roman à l’école de l’histoire ou l’histoire comme source d’un nouveau romanesque ? », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 12, 2005, p. 37-46.

54 Quelques exemples de recherches sur l’homosexualité dans le discours social du xixe siècle qui citent les Goncourt comme source : Philippe Lejeune, « Autobiographie et homosexualité en France au xixe siècle », Romantisme, no 56, 1987, p. 79-94 ; Frederick Brown, Zola, A Life, New York, Farrar Straus and Giroux, 1995 ; Nancy Erber, « The French Trials of Oscar Wilde », Journal of the History of Sexuality, 6, 1996, p. 549-588 ; Andrew, J. Counter, « One of Them : Homosexuality and Anarchism in Wilde and Zola », Comparative Literature, 63, 2011, no 4, p. 345-365.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 3e série, 2e volume, t. 8, p. 224 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 2 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 1er volume, p. 66 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 3 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 94 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 4 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 95 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 5 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 27 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 6 : Edmond de Goncourt, Journal des Goncourt, coll. Eekhoud, 2e volume, p. 267 / Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience, Antwerpen, cote 782654.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3770/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

Auteur

Université de Strasbourg et Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site