Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Une petite histoire ?

L’histoire littéraire au jour le jour

José-Luis Diaz

Texte intégral

  • 1 Préface au Journal des années 1872-1877 (1891) : Edmond et Jules de Goncourt, Journal, éd. Robert R (...)

– Oui, je sais, me dit M. de Goncourt, M. Renan me traite de monsieur indiscret. J’accepte le reproche, et n’en ai nulle honte, mes indiscrétions n’étant pas des divulgations de la vie privée, mais tout bonnement des divulgations de la pensée, des idées de mes contemporains : des documents pour l’histoire intellectuelle du siècle1.

1« L’histoire littéraire au jour le jour », c’est bien sûr celle que vivent les Goncourt, mais aussi celle qu’ils observent et celle qu’ils écrivent à leur manière dans ces « Mémoires de la vie littéraire » qu’offre leur Journal. Il m’a semblé qu’un colloque sur « les Goncourt historiens » ne serait pas complet sans aborder cet aspect si assidu de leur travail. Tant est abondante la matière qu’en l’espèce offre ce Journal – qui réalise le prodige inégalé de couvrir, grâce à ses flash-back, bien plus d’un demi-siècle d’histoire littéraire –, il n’est pas question de prétendre ici être complet, simplement de proposer quelques esquisses en guise d’introduction.

  • 2 Ibid., 31 octobre 1895 (t. III, p. 1187).
  • 3 Voir par exemple l’entrée du 11 décembre 1886 (ibid., t. II, p. 1287).
  • 4 « J’ai la conscience qu’en histoire sortira bientôt de dessous terre une génération pareille à la g (...)
  • 5 Voir les propos du 8 avril 1874 : « Il ne naît pas, tous les jours, pour écrire l’histoire d’une éc (...)

2Le sujet est malaisé d’accès du fait que les Goncourt ne se donnent que très rarement pour historiens de la littérature, mais le plus souvent pour simples échotiers du « landerneau littéraire2 » pour reprendre une formule d’Edmond. Par ailleurs, ils se montrent peu au courant des réflexions d’histoire et de critique littéraires qui sont pourtant en grande effervescence de leur temps, chez des proches tels que Sainte-Beuve et Taine, et peu désireux de les connaître. La notion même d’« histoire littéraire », sauf rares hapax3, ne leur est pas familière. Entre les Goncourt et le cadre d’une histoire littéraire « classique », point presque d’intersection. Point non plus de réflexion de leur part sur l’histoire littéraire comme écriture, alors que leur Journal abonde en réflexions sur le « comment on écrit l’histoire », tout comme sur leur manière propre, novatrice et trop imitée selon eux, de concevoir l’écriture de l’histoire4, mais aussi celle de l’histoire de l’art5.

3Malgré cette absence de conscience épistémologique, il m’a semblé qu’on avait pourtant intérêt à essayer de voir si, dans cette dimension non véritablement assumée de leur pratique d’historiens littéraires, il y avait quelque continuité avec leurs autres recherches historiques, auxquelles leur Journal sert de caisse de résonance mais aussi de conscience.

  • 6 « L’Atelier du xixe siècle » que j’ai organisé au nom de la Société des études romantiques à l’Univ (...)

4Une fois donc rappelée leur manière principalement mémorialiste d’écrire l’histoire littéraire, rappelée aussi leur absence d’un programme d’histoire littéraire telle qu’elle se pratique chez les universitaires leurs contemporains, mais aussi, de manière plus incisive, dans la presse, comme diverses recherches en cours tendent à le montrer6, il m’a semblé que, dans le cadre de notre réflexion commune, on se devait de s’intéresser à toutes ces « entrées » dispersées que leur Journal offre en la matière. Car, sans programme affiché, elles dépassent, et de loin, le cadre « anecdotier », jusqu’à constituer, malgré le décousu du « au jour le jour », une réflexion suivie sur l’histoire littéraire – telle qu’ils la vivent mais aussi telle qu’ils la pensent. Précieux « document » d’histoire intellectuelle, pillé par tous, leur Journal se fait aussi laboratoire d’une autre histoire littéraire.

  • 7 Voir le chapitre intitulé « L’homme de lettres en ethnologue » dans le livre de Jean-Marie Goulemot (...)

5C’est ce que je me propose de montrer dans un second temps dans deux parties successives, la première insistant sur leur sens historique aigu en matière d’histoire esthétique de la littérature, la seconde se proposant de voir comment l’histoire littéraire telle qu’ils la cherchent faits d’eux des pionniers en matière de sociologie de la littérature, et non seulement en matière d’ethnologie sauvage de la vie littéraire, comme j’ai pu le dire en complicité avec Daniel Oster7.

La vie littéraire au spéculum ou les envers d’un grand siècle

6Admettons tout d’abord que, mémorialistes plutôt qu’historiens, leur mode de notations de la vie littéraire est bien évidemment aux antipodes de l’histoire littéraire telle qu’elle s’écrit de leur temps, sous forme de livres ou de manuels. Leur passion d’historiens pour les documents de première main, autographes si possible, leur permettant de rêver d’écrire une histoire à même la vie – et les styles de vie – se retrouve, bien sûr, dans leur Journal, dans leur attachement à la précision sténographique de notations faites à chaud, le soir même ou le lendemain matin, de l’épisode vécu à titre de témoins – soirée ou rencontre, interview subie ou visite faite dans son « intérieur » à telle figure plus ou moins en vue de la scène littéraire.

  • 8 Qui tend alors à devenir une norme en matière de temps historique mais aussi, qu’ils le veuillent o (...)

7Leur Journal, c’est donc ainsi la vie littéraire au jour le jour, plus en miettes mais aussi plus librement interprétée que ne peut le faire cette autre écriture du jour : l’article de journal8, recension critique ou feuilleton. C’est aussi la vie littéraire vue de l’intérieur, des intérieurs d’écrivain en particulier, auxquels ont alors aussi accès les reporters, mais avec bien moins de liberté qu’eux. C’est aussi la vie littéraire vue de ces panoptikon auxquels ils ont un accès privilégié, dîners Magny et soirées chez la princesse Mathilde. Les anecdotes et reportages qu’offrent bien des pages de leur Journal montrent à quel point celui-ci est une forme mixte, qui joue en fait sur les deux tableaux, le modèle diaristique et le modèle journalistique, comme fondus par leur désignatif commun.

  • 9 « Celui-là ferait un livre curieux, donnerait de curieux documents à l’histoire humaine et français (...)
  • 10 Ibid., t. II, p. 41 (5 mars 1858) et p. 43 (17 mars 1858).
  • 11 « […] un délicieux causeur, de la meilleure ironie, de la malice la plus amusante, crevant d’anecdo (...)
  • 12 « […] le styliste à l’habit rouge pour le bourgeois. Le plus étonnant bon sens des choses littérair (...)
  • 13 7 janvier 1892 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 652).
  • 14 6 juin 1865 (ibid., t. I, p. 1168).
  • 15 « Un homme rempli d’histoires qu’il tire comme des tiroirs […], homme intelligent, sagace […] ; le (...)
  • 16 9 février 1892 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 663).
  • 17 « La vraie critique de Paris se fait en causant », « Mémoires d’outre-tombe, par Chateaubriand », C (...)
  • 18 Dans le commentaire du livre de Levallois sur Sainte-Beuve : « Il n’y a qu’une biographie, la biogr (...)

8Tallemant des Réaux9, Bachaumont ou Métra10, voilà les modèles qu’ils se donnent pour cadrer leur activité d’observateurs à la petite semaine du monde littéraire. C’est là un panthéon qu’ils aiment à compléter par la révérence tout aussi marquée qu’ils rendent à quelques chroniqueurs contemporains de la prose des lettres dont ils apprécient les performances, écrites mais plus encore orales : Banville11, Gautier12, Coppée13, les « dîneurs de Magny » malgré leurs limites14, mais aussi de manière plus inattendue un journaliste tel que Jules Lecomte15, plus tard le « potinier » Jean Lorrain16, mais aussi le Sainte-Beuve conversationnel, qui a d’ailleurs théorisé lui-même cet avantage de la critique faite « en causant » sur l’histoire littéraire faite livre17 – théorie qu’ils lui empruntent18.

  • 19 23 mai 1864 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 744).
  • 20 23 mars 1868 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 140).

9Mais quelles que soient les cautions par laquelle ils la légitiment, leur histoire littéraire est bien d’abord de type mémorialiste et anecdotique, et point du tout celles des historiens de la littérature du temps, y compris les meilleurs, qu’ils fréquentent aux Dîners Magny tels que Sainte-Beuve et Taine. Car ils considèrent avec mépris l’Histoire de la littérature anglaise de Taine19 ; et quand Sainte-Beuve leur confie son intention de faire un « pendant » staëlien à son « fameux » Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire (1860), ils ironisent sur les intentions malveillantes du critique à l’endroit de la famille de Broglie, au lieu de prendre au sérieux le projet – resté dans les limbes – de cette fresque complémentaire sur l’histoire littéraire du début du siècle20.

  • 21 Il se contente de noter que Gautier regrette que « la forme du journal ne lui permette pas de dével (...)

10De plus, ils sont bien moins historiens littéraires, en tout cas déclarés, que des confrères écrivains qu’ils fréquentent de près : Zola ou Maupassant, historiens du roman, ou Gautier, historien du romantisme, dont Edmond ne retient que les limites21.

  • 22 « Magny. Taine soutient que tous les hommes de talent sont des produits de leur milieu. Gautier et (...)
  • 23 Dont témoigne, entre autres, l’article que Sainte-Beuve consacre le 9 mars 1857 à « Divers écrits d (...)

11Par ailleurs, s’il est normal, en raison de leurs choix épistémologiques propres, de les voir discuter les thèses de Taine sur l’influence de la race, du milieu et du moment, en alléguant cet « ananas poussé dans une caserne » qu’est selon eux Chateaubriand22, on est surpris en revanche de leur non-participation au débat à épisodes entre Sainte-Beuve et Taine, le premier, partisan comme on sait d’une histoire littéraire à dominante biographique, critiquant le déterminisme positiviste et sociologisant du second, au nom d’une prise en compte, nécessaire selon lui, des vérités idiosyncrasiques23.

  • 24 12 au 26 août 1859 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 264).
  • 25 Dévalués pour leurs goûts alimentaires : « Ah ces universitaires, quels estomacs peu difficiles et (...)
  • 26 7 août 1892 (ibid., t. III, p. 741).
  • 27 15 janvier 1892 (ibid., t. III, p. 654).
  • 28 Daudet ironise sur la « jeunesse actuelle qui prend pour guide un critique, un professeur, un Lavis (...)
  • 29 Edmond se moque d’« un singulier article paru dans la Revue de l’Évolution […], comptant les mille (...)

12Continuant à cet égard la tradition romantique, telle que Gautier persiste à l’incarner auprès d’eux, les Goncourt n’ont qu’ironies à disposition contre les critiques. Ils pestent contre l’Université, cette « fabrique de critiques24 », en particulier contre les normaliens tels que Taine et Nisard, directeur de l’École normale mais aussi auteur d’une monumentale Histoire de la littérature française très réactionnaire qui s’achève en 1861. Plus tard, Edmond continue de s’en prendre aux « universitaires » de la IIIe République les plus en prise avec l’histoire littéraire. Et voici Brunetière, Faguet25, Larroumet26, Caro27 cloués au pilori par ce qualificatif infamant. Ce sont pour lui des « ennemis littéraires » qu’il revendique, tout comme il se méfie de cet autre universitaire, historien quant à lui, Lavisse28, ou ironise sur la critique scientifique, telle que, à défaut d’Hennequin qu’Edmond ne semble pas connaître, un article de la Revue de l’évolution en propose un exemple caricatural en 189129

  • 30 Voir Félix Gaiffe, L’Envers du Grand Siècle : étude historique et anecdotique, Paris, Albin Michel, (...)
  • 31 Voir Émile Deschanel, Physiologie des écrivains et des artistes, Paris, Hachette, 1864.
  • 32 Associées dans leur folie érotique de femmes frigides (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 1072 (...)

13Mémorialistes plutôt qu’historiens, historiens de la vie littéraire plus que de la littérature, ils se font les observateurs de ses coulisses à une époque où, le relais médiatique aidant, elle se voit superlativement scénarisée. Constant est leur souci d’en dévoiler les dessous, les arrières, les envers. Tout comme Barbey, ils veulent le « dessous des cartes ». Eux aussi, comme Félix Gaiffe le fera pour le xviie, aiment à saisir les envers d’un autre grand siècle30. Armés du scalpel, du stéthoscope, voire du spéculum – car le sexorama littéraire qu’ils offrent est si vaste qu’il serait à lui seul un objet d’étude –, eux aussi guettent, comme bien d’autres médecins littéraires contemporains, les stigmates, les déviations, les crises, le recours aux drogues, les déviations sexuelles que la vie littéraire entraîne par force chez ces malades invétérés que sont les écrivains, eux compris. Aussi, plutôt qu’une histoire littéraire, ont-ils conscience d’écrire, séance après séance, une pathologie de la vie littéraire, contemporaine du projet d’Émile Deschanel (186431). Pathologie dont l’unité d’observation ordinaire est l’écrivain singulier, pris dans son idiosyncrasie symptomatique : corps, tenue vestimentaire, gestes, « milieu », « intérieur », habitudes de plume, mais aussi pratiques érotiques, le gueuloir de Flaubert, les carnets de Daudet ou Zola, les habitudes de composition en plein air de Hugo ayant ici, à la limite, moins d’importance que les frasques de Sainte-Beuve, de Maupassant, de Vallès, de Montesquiou, mais aussi de Marie d’Agoult ou de George Sand32.

« Il n’y a pas de beautés éternelles en littérature33. »

  • 33 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 420 (10 novembre 1862).

14Si cette dimension physiopathologique est donnée par eux-mêmes comme constituant l’un des traits majeurs qui caractérisent la vie littéraire de leur temps, il serait injuste pourtant de limiter à cette seule optique leur sensibilité à l’histoire littéraire. Leur sens historique est à spectre plus large ; et très à vif en raison de leur hypersensibilité aux révolutions culturelles en cours, en ce demi-siècle où les voilà promues au rang d’« actualités » à surface médiatique élargie.

15Si les Goncourt s’intéressent surtout, comme j’aimerais y insister dans une dernière partie, aux mutations de la vie littéraire en un temps où elle se scénarise dans des querelles entre écoles et dans des formes de sociabilité qui évoluent, ils sont très attentifs aussi aux autres aspects, esthétiques, génériques, stylistiques, des révolutions en cours.

  • 34 11 mai 1863 (ibid., t. III, p. 564) ; 27 décembre 1870 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 362)
  • 35 Ainsi de Degas, qui s’est « énamouré du moderne » (ibid., t. II, p. 569, 13 février 1874).
  • 36 « La plus étonnante modernité étonne et charme dans Lucien » (Décembre 1858 [addition 1887], Journa (...)
  • 37 Le Neveu de Rameau est, selon Edmond, « le livre le plus moderne, le livre semblant écrit par une c (...)
  • 38 Qu’ils défendent à Magny contre Renan et Sainte-Beuve, le 11 mai 1863 (Journal, éd. Jean-Louis Caba (...)

16Ce sens historique se manifeste par leurs constants aller-retour entre présent et passé, avec des points d’ancrage électifs : soit valorisés, la fin du xviiie siècle ou l’époque 1830 ; soit dévalorisés, l’Empire et la Restauration, mais plus encore le xviie siècle. Mis au pinacle alors par l’histoire littéraire universitaire telle que la pratique la « IIIe République des lettres », les classiques sont ici « enfoncés », à l’exception presque du seul La Bruyère. C’est ce qui a lieu dans des pugilats à répétition aux dîners Magny, contre Renan qui rêve d’écrire dans la langue pauvre de Molière ou du Cardinal de Retz34. Valorisant, en revanche les écrivains contemporains, mais aussi les peintres qui ont le sens du moderne35, ils aiment à leur chercher des annonciateurs pionniers, tels que Lucien36 ou Diderot37, de même qu’ils brandissent la modernité de Balzac38.

  • 39 Sur le plan des styles, il y aurait beaucoup à dire sur la dénonciation de la part d’Edmond de la « (...)

17Sur le plan esthétique, une telle histoire élective de la littérature adopte le cadre des styles39 ; elle adopte aussi celui des genres, mais de manière plus spécifique celui des lorgnettes, notion scopique sui generis.

  • 40 Selon la version de 1887 à l’entrée du 13 avril 1858 (Journal, éd. Cabanès, t. II p. 562).
  • 41 8 novembre 1862 (ibid., t. III, p. 419).
  • 42 Voir Michel Raimond, La Crise du roman, des lendemains du naturalisme aux années vingt, Paris, José (...)
  • 43 Voir mon étude sur « Le “tournant critique” de la littérature française (1846-1920) », in Marie-Pau (...)

18Sur le plan des genres, le poème épique, la tragédie, le conte sont visés, tels que Voltaire les pratiquait encore, alors que Diderot inventait le drame, la critique d’art et écrivait déjà ce roman moderne, Le Neveu de Rameau40. Dénoncés aussi les « poèmes en douze chants », inutiles « quand on a le roman, cette forme moderne qui se prête à tout41 ». De quoi les inviter à proposer une histoire de ce genre d’élection, si riche qu’elle mériterait une étude autonome : avec de leur part une insistance d’abord sur la révolution qu’a supposée son réalisme documentaire, puis sur l’importance des notations sensorielles, enfin, à mesure que le siècle avance, sur les remises en question d’un genre trop consacré, qui vont aboutir, Edmond, Huysmans et quelques autres aidant, à cette « crise du roman » qui s’aggrave au tournant du siècle et qu’a décrite Michel Raimond42. Mais il y aurait aussi à suivre l’intérêt spécial qu’ils attachent, en éditeurs et en admirateurs mais aussi en historiens, aux écrits intimes, journaux personnels ou correspondances, tout comme à la genèse de leur promotion, à laquelle eux-mêmes contribuent. Et il y aurait à suivre tant leurs humeurs que leurs propos sur l’histoire de la critique, genre suspect à leurs yeux, aux développements modernes jugés excessifs, cela à une époque où se situe un « tournant critique » de la littérature43 – « tournant » dont ils se distinguent de manière tactique, mais cela tout en faisant que leur Journal explore de nouvelles longueurs d’onde en matière de critique tout comme en matière d’histoire littéraire.

  • 44 Voir entre autres cette réflexion d’Edmond, fin avril 1874 : « À l’heure qu’il est, en littérature, (...)
  • 45 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 574 (5 juin 1863).
  • 46 Ibid., t. III, p. 503 (31 janvier 1863).

19Plus novatrice que ces histoires littéraires en termes de styles ou de genres, celle qui s’exprime en termes de lorgnettes44, variante de celle à laquelle le jeune Zola a recours, en 1864 dans sa célèbre « lettre sur les écrans ». De là, une histoire sur le temps long des variations de la focale littéraire, qui prend la forme d’un long travelling avant, partant d’un plan d’ensemble majestueux et finissant en gros plan sur des détails, puisque « le caractère de la littérature moderne, et son progrès, est d’être une littérature de myope45 ». Influencée par la montée en puissance du modèle photographique, une telle histoire, procédant par antithèse, prend Saint-Simon pour repère antinomique, puisque, à son époque, disent les Goncourt, « les yeux n’étaient pas nés en histoire46 ».

Sociologies de la littérature

  • 47 J’aborde ainsi, pour finir, le côté pré-bourdieusien du Journal, où Pierre Bourdieu luimême a beauc (...)

20Mais la partie la plus novatrice de ces histoires littéraires qu’ils cherchent au fil du Journal, concerne les mutations en cours du « champ littéraire ». Je me propose donc d’achever cette brève revue en insistant sur la dimension sociologique de cette histoire littéraire en acte qu’offre le Journal47.

21Le sens socio-historique des Goncourt s’y manifeste d’abord dans l’attention qu’ils portent aux phénomènes temporels et générationnels. Là aussi, ils procèdent souvent par simples antithèses. Ils opposent siècle à siècle, génération à génération, considérés selon la manière dont ont été traitées quelques questions clés de la vie littéraire : rôle de l’écrivain, rapport écrivain-public, formes de sociabilité littéraire, etc.

  • 48 Voir ses Trois siècles de la littérature françoise, 1774.
  • 49 « Le xixe siècle est à la fois le siècle de la Vérité et de la Blague. Jamais on n’a plus menti ni (...)
  • 50 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 385 (22 avril 1857).
  • 51 Ibid., t. III, p. 126 (2 juin 1861).
  • 52 Ibid., t. II, p. 253 (22 juin 1859).
  • 53 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 786 (16 janvier 1893).

22Cela fait partie des réflexes premiers de l’histoire littéraire que de procéder ainsi. Les « siècles de la littérature » (Sabatier de Castres48) offrent en effet une unité de mesure commode quand il s’agit de traiter de questions sociales concernant la littérature. De là, de leur part, un constant travail de définition du xixe siècle, siècle de la science mais aussi siècle de la blague49, siècle de l’habit noir50 et de « l’ironie sans entrailles51 », « siècle d’à peu près52 », mais aussi siècle du progrès contre lequel Edmond finit par écrire À bas le progrès, pièce pamphlétaire que met en scène Antoine en 189353.

  • 54 « En lisant les préfaces de Molière, je remarque la familiarité, la presque camaraderie de l’auteur (...)
  • 55 Ce que formule la version de 1887 d’une notation du 13 décembre 1862 : « Ce salon est le vrai salon (...)
  • 56 Voir Marguerite-Virginie Ancelot, Les Salons de Paris, foyers éteints, Paris, Jules Tardieu, 1858.
  • 57 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 37 (24 septembre 1866).
  • 58 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 237 (11 mai 1859).
  • 59 Ibid., p. 528 (29 novembre 1860)

23De là aussi des analyses comparatives récurrentes de siècle à siècle : le tutoiement littéraire de Molière face à Louis XIV, symptôme d’une liberté de ton impensable sous Badinguet54 ; la connivence entre écrivains et cercles aristocratiques au siècle de Voltaire, tandis que, malgré la Princesse Mathilde55, les salons sont « foyers éteints56 », car ils déclinent au profit de sociabilités intralittéraires – cénacles, divans, dîners, greniers – que les Goncourt, quant à eux, ont le privilège de pouvoir pratiquer à égalité avec les salons. Une telle évolution entraine un tout autre rôle des femmes, objets esthético-érotiques et non plus « fées de salon », mais surtout le passage d’un public connivent de « dix intelligences de Paris » à un public anonyme d’« abonnés », à séduire impérativement du fait de l’industrialisation de la littérature57. Ce qui provoque une désocialisation de l’homme de lettres, réduit à une « ourserie forcée », « étrange, quand on la compare à la vie toute mondaine, […] criblée d’avances, d’invitations, de relations, de l’homme de lettres du xviiie siècle, d’un Diderot ou d’un Voltaire, […] d’un Crébillon fils, d’un Marmontel58 ». Perte qui a son envers positif, puisque « l’observation, cette grande qualité de l’homme de lettres moderne », vient de ce qu’« il est dans ce siècle comme hors du monde ; en sorte que lorsqu’il y entre, lorsqu’il en aperçoit un coin, ce coin le frappe comme un pays étranger frappe un voyageur59 ».

  • 60 « Il est la personnification et le représentant de l’homme de 1830, habitué des belles luttes, à un (...)
  • 61 « J’ai lu un livre de 1830, les Contes de Samuel Bach. Comme c’est jeune ! comme le scepticisme mêm (...)
  • 62 Ibid., p. 188 (10 octobre 1861).
  • 63 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 17 (9 avril 1866).
  • 64 Ibid., t. III, p. 766 (16 novembre 1892).
  • 65 Ibid., p. 1174 (9 septembre 1895).

24Leur sensibilité au temps historique s’aiguise lorsque, de l’unité siècle on passe à l’unité génération, échelle décisive de la périodisation littéraire depuis Sainte-Beuve. D’où leur propension à comparer la génération de 1830, telle qu’incarnée par Gavarni, Célestin Nanteuil60 ou Samuel Bach61, et la génération qui s’annonce vers 1860, « qu’on dirait mise au monde au sortir d’un vaudeville entre deux coups de Bourse62 ». Ailleurs, c’est la génération de Taine et de ses condisciples normaliens qu’ils ont en point de mire : génération qui « a vécu dans une espèce de macération et de cellule, avec le travail, avec la science, avec l’analyse », et qui « n’a pu faire que des critiques63 ». Un quart de siècle plus tard, en 1895, Edmond continue de s’en prendre à une autre race de « Jeunes Vieux64 » : « la jeunesse littéraire actuelle, avec son mépris des grondantes colères de la chair, et son culte de la psychiatrie65 ».

  • 66 Ibid., t. II, p. 17 (9 avril 1866).
  • 67 Edmond se réjouit lorsque « Flaubert attaque […] les doctrines, les professions de foi naturalistes (...)
  • 68 « Au fond j’aurais pu dire dans mon interview d’Huret : J’ai donné la formule complète du naturalis (...)
  • 69 « Maintenant, du naturalisme, j’ai été le premier à en sortir […] par ce avec quoi les jeunes veule (...)

25En ces temps de passage du romantisme au réalisme puis au naturalisme, la topographie des écoles est une autre variable immanquable, qui détermine non seulement le choix des genres, des styles, des thèmes, mais aussi des « écritures », au sens sociolectal du mot, et des « scénographies auctoriales ». Il y aurait beaucoup à dire sur leur manière de reformuler le romantisme, comme le fait toute leur génération, à commencer par le Baudelaire du Salon de 1846. À force d’écouter Gautier, homme-travelling, qui a fait faire, comme il le dit lui-même, « une bifurcation à l’école romantique66 », ils s’attachent à reconsidérer le mouvement, à y faire le tri, à l’infléchir. Après avoir refusé d’abord sarcastiquement le réalisme, quand il avait nom Champfleury, ils acclimatent peu à peu la notion jusqu’à finir par s’en proclamer les pères. Même procédé avec le naturalisme, d’abord suspect, dénoncé comme une forme éhontée de réclame avec ses préfaces à slogans et ses manifestes à scandales67, puis, là aussi, peu à peu accepté, et même investi rétroactivement68. Cela avant qu’Edmond ne mette en lumière son rôle de pionnier, là aussi, dans son dépassement par les « jeunes » de la génération suivante69.

26Mais point véritablement d’histoire littéraire, encore moins d’histoire littéraire suivie, dans ces jongleries agonistiques avec les étiquettes d’école. Au lieu de servir d’instruments d’analyse historique, elles fonctionnent plutôt comme des mots-balises, propres à ordonner, mais aussi à investir le champ littéraire.

  • 70 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 15 (28 mars 1866).

27C’est bien en revanche en sociologues des comportements littéraires qu’ils en agissent lorsqu’ils s’attachent à suivre l’histoire des postures d’écrivains et des scénographies auctoriales. Procédant là aussi par antithèses, c’est en ayant recours là aussi à la notion de « génération », symptôme d’une histoire littéraire aussi vécue que pensée, qu’ils opposent « les natures d’hommes de lettres de maintenant [qui] se laissent aller à leur courant » à « la génération de Sainte-Beuve [qui] a subi la tyrannie du romantisme, qui les a, pour ainsi dire, embrigadés dans une hygiène, dans des théories, dans des poses, dans des manières de vivre, de manger, d’aimer, uniformes et sans indépendance70 ». Voici évoquée, à l’emporte-pièces mais avec une rigueur théorique remarquable, une histoire des poses d’écrivains, qui a ce mérite d’ordonner l’opposition entre générations – mais aussi entre écoles successives – sur des choix scénographiques ; choix qui ne concernent pas seulement la littérature en tant qu’activité esthétique, mais aussi comme imposant des prêt-à-vivre – considérée donc comme pouvant « formater » les comportements de la vie quotidienne et amoureuse : ceux des auteurs d’abord, puis de leurs lecteurs bovarysés. Mais tout en persistant à tenir sa propre génération pour épargnée de ces phénomènes de mimétisme scénographique, Edmond retrouve avec les décadents les mêmes travers :

  • 71 Ibid., t. III, 6 février 1889.

Après la génération des simples, des gens naturels, qui est bien certainement la nôtre et qui a succédé à la génération des romantiques, qui étaient tous des cabotins, des gens de théâtre dans la vie privée, voici que recommence chez les décadents une génération de poseurs, de chercheurs d’effets, d’étonneurs de bourgeois71.

  • 72 « […] cette école de gens qui ont succédé aux lycanthropes de 1830, les épaffeurs cyniques […] » (1 (...)
  • 73 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 3 (19 janvier 1866).
  • 74 « Au fond, ce Rollinat, c’est un très curieux produit de cette maison Callias, de cet atelier de dé (...)

28Mais c’est tout au long du xixe siècle qu’ils suivent les simagrées de la comédie littéraire, qui transforment les écrivains en « poseurs », selon diverses mises en scènes : lycanthropes de 1830, « épaffeurs cyniques » à la Baudelaire qui leur ont succédé72, bohèmes des années 1850 cabotinant en vitrine dans les brasseries, « bande de l’art73 », du côté du salon de Nina de Callias, « maison de détraquage cérébral » dont Edmond dira qu’elle a engendré Rollinat74, comme Proust dira que le salon Verdurin a engendré Bergotte.

  • 75 Ibid., p. 169 (9 août 1868).
  • 76 « Jamais le journaliste – petit ou grand […] – n’a eu pareillement le pas sur l’écrivain du livre ; (...)
  • 77 Comme l’indique une remarque du 16 mai 1856 : « […] cette franc-maçonnerie de la réclame règne et g (...)
  • 78 « Sans qu’on s’en doute, c’est le socialisme régissant la littérature, et tirant à boulets rouges s (...)
  • 79 « L’artiste, l’homme de lettres, le savant devraient ne jamais se mêler de politique : c’est de l’o (...)
  • 80 Edmond s’en prend à Zola, ne cachant pas son désir de « doubler sa littérature de la publicité d’un (...)
  • 81 Les Goncourt dénoncent son « Rapport de la politique avec les lettres », dans lequel il se « défend (...)
  • 82 8 avril 1862 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 295).

29Leur vision d’ensemble du champ littéraire s’exprime « en situation », selon leur propre inscription dans le champ. Affiliés qu’ils sont à « l’école de l’art », partisans de la « pure littérature75 », ils le considèrent à partir de ce mirador. Ils pestent contre la montée en puissance des sous-espèces de la littérature industrielle, journalisme et théâtre de boulevard, au détriment de « l’écrivain du livre76 ». Contre la bohème montante, ils ne cachent pas leurs résistances de « littérateurs qui ont des gants ». Quitte à se faire traiter d’« amateurs77 », ils font le portrait-charge du « socialisme » des brasseries78. Ils marquent leurs distances de purs « artistes » par rapport aux écrivains tentés par la politique79, Lamartine et Zola80 tout comme Prévost-Paradol81. Et ils notent l’évolution du personnage de l’homme de lettres, qui acquiert de plus en plus l’identité d’un travailleur intellectuel. Ce qui est le cas, non seulement des écrivains laborieux, en peine comme eux de « documents humains », mais aussi de Hugo, génie à calepin, chez qui « rien ne se perd, tout fait livre82 ».

  • 83 Ibid., t. II, p. 183 (13 novembre 1858).
  • 84 Ibid., p. 188 (26 novembre 1858).
  • 85 Ibid., t. I, p. 248-249 (30 octobre 1855).
  • 86 Ibid., t. II, p. 172 (25 octobre 1858).
  • 87 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 187 (15 décembre 1868).
  • 88 Ibid., p. 507 (28 mars 1872).
  • 89 Ibid., t. III, p. 612 (22 juillet 1891).
  • 90 Ibid., p. 664 (12 février 1892).

30Au fil de leurs observations millésimées, ils suivent l’apparition de nouveaux types d’écrivains : le type des « philosophes […] académiques » de la fin du xviiie siècle, « les Suard, les Morellet, […] plats, serviles, […] entretenus de pensions par des grandes dames83 » ; le « côté classique des anciens rédacteurs du National84 », et le « parti des universitaires et des académiques », « choyé, gobergé, pensionné, gorgé, festoyé, crachaté, […] parlementifié85 » sous la monarchie de Juillet ; le type des « fruits secs des lettres » à la Audebrand vers 185886 ; celui des écrivains à paradoxes à la Baudelaire ou à la Xavier Aubryet vers la même époque87 ; celui des « vaticinateurs » à la Hugo ou Michelet vers 187288 ; celui des « gandins de lettres » (Maupassant et Bourget) vers 189189 ; celui des « écrivains noctambules » à la Mendès, l’année suivante90, etc.

31Finissons en remarquant comment leur histoire sociologique de la littérature contemporaine se complète par la prise en compte de divers phénomènes liés entre eux, qu’ils observent sur le temps long : la « biographisation » de la littérature, la scénarisation de la vie littéraire, la montée en puissance de la réclame, la démonétisation de la gloire.

  • 91 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 620 (19 août 1863).
  • 92 Ibid., p. 298 (13 avril 1862).
  • 93 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 634 (29 octobre 1891).
  • 94 Ibid., t. II, p. 425 (28 avril 1871).

32Le « désir biographique » ambiant, qui invite à exagérer la relation homme/œuvre, fait que les écrivains sont de plus en plus tentés d’utiliser leur propre vie comme ressource de fiction. Ainsi de Sand qui a « le sang-froid d’écrire sur ses amants, presque couchée avec eux91 », ou de leur ami Scholl, qui fait un roman par maîtresse : pour lui, « faire une femme, c’est faire un livre92 ». Ce que confirme à la fin du siècle Edmond à propos d’Abel Hermant : « Aujourd’hui des hommes de lettres font, sans pudeur, du moral de leurs femmes la maquette documentaire de leurs romans93. » Mais, en retour, comme le remarque Edmond en 1871, après Balzac et Vallès (Les Réfractaires, 1865), les grandes œuvres ont de plus en plus tendance à influer sur la vie même de leurs lecteurs. Ainsi, par un phénomène de « plagiat littéraire » d’une autre sorte, certains hommes « sortent tout entiers des entrailles d’un bouquin ». C’est le cas de Scholl, version Petit Journal de La Confession d’un enfant du siècle : « En sorte que l’Octave de la fiction a vraiment fait, comme dans une matrice humaine, un Octave, en chair et en os94. »

  • 95 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 240 (10 janvier 1862).
  • 96 Ibid., p. 423 (19 novembre 1862).
  • 97 Ibid., p. 545 (11 avril 1863).
  • 98 Ibid., p. 676 (28 novembre 1863).

33Les Goncourt ont conscience de vivre à une époque où l’écrivain est de plus en plus en scène, où la comédie littéraire est de rigueur, où seul varie selon le cours des ans l’éventail des postures à l’étal. En ce temps d’« invasion des saltimbanques95 », c’est à qui inventera une « pose » originale, comme le fait superlativement Baudelaire. Non content d’adopter « la pose des artistes qui mettent une tête de mort dans leur atelier », « affectation à la Baudelaire96 », il joue les provocateurs en déclarant soudain en société qu’il vient de « gamahucher sa mère97 ». Et il a fait « élection de domicile dans un petit hôtel, près d’un chemin de fer », où « il donne à tous le spectacle de lui-même, en travail98 ».

  • 99 Ibid., p. 494 (22 janvier 1863 à propos du « commerce moderne »).
  • 100 Ibid., t. II, p. 257 (29 juin au 7 août 1859).
  • 101 Ibid., t. III, p. 353-354 (28 juillet 1862).
  • 102 « Et quelles hypocrisies, quels mensonges, cette Révolution ! Les devises, les murs, les discours, (...)
  • 103 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 260-261 (29 juin au 7 août 1859).
  • 104 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 32 (29 août 1866).

34Ce siècle de la comédie est aussi le « siècle de la blague » et de la « réclame » : non seulement dans le commerce et l’industrie, comme il est naturel99, mais aussi en politique, en religion, en histoire. Blague, la fixation du « personnage royal » par Louis XIV, « comme un grand acteur fixe un type de théâtre100 » ; « Blague moderne » par excellence, la mise en scène à fanfares de la prise de la Bastille101, et de toute la révolution française102 ; blague aussi celle de ce « Bilboquet de la victoire », « attrape peuple » chez qui « tout est réclame » : Napoléon103. Mais blague aussi ce prospectus qui baptise « sports nautiques » le canotage104.

  • 105 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 433 (27 novembre 1862).
  • 106 Ibid., t. I, p. 260 (6 mai 1856).
  • 107 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 216 (7 avril 1869).

35Mais la littérature, elle aussi, est la proie de la réclame. Sans elle, tout livre reste lettre morte : ce qui oblige l’écrivain à « faire les courses de son volume105 ». Un directeur de revue « annonceur » tel que Dollingen devient un personnage106. Mais jusque dans les plus hauts parages de la littérature le « puff » s’immisce, puisque Hugo, « titan du poncif », est un « puffiste du sublime107 ».

  • 108 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 433 (20 juillet 1857).
  • 109 Ibid., t. III, p. 58, 60-61 (3 février 1861).
  • 110 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 194 (12 janvier 1869).
  • 111 « Les honneurs rendus aux grands hommes – tout Pasteur qu’ils peuvent être – deviennent, il me semb (...)
  • 112 Ibid., t. II, p. 93 (12 juillet 1867).
  • 113 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 269 (11 mars 1862).
  • 114 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 1183 (17 octobre 1895).

36Enfin, passant l’Achéron, la blague contamine jusqu’à l’outre-tombe puisqu’elle affecte des morts à grand tapage, Béranger (1857) ou Murger (1861). Notre « poète national » devient un « martyr à grand orchestre108 », et le créateur de Mimi, « une sorte de héros de la Pauvreté, un honneur des lettres ». « Allons ! à bas la blague, les sensibleries et les réclames », « c’est un martyr à bon marché », pestent les Goncourt109. Même chance posthume injuste pour les écrivains ou artistes fous, Baudelaire ou Méryon, que leur folie a « surfait[s] » une fois morts110. Mêmes résistances de la part d’Edmond vis-à-vis du sacre excessif de Pasteur111. Décidément, les balances de la postérité sont pipées. Et de méditer, tels Baudelaire rêvant à la « perte d’auréole », à la décadence du « respect de la postérité » en littérature112, tandis que la Gloire leur apparaît un jour chez un marchand de bric-à-brac sous la forme d’« une tête de mort couronnée de lauriers113 ». Une postérité en similor, en ces temps où la littérature chute du « Sacre » dans la « Blague » et où, de « grands hommes illustres » qu’ils étaient, les écrivains tombent au rang de simples « vedette[s]114 » parmi d’autres…

  • 115 Voir Albert Thibaudet, « Les trois critiques », Nouvelle Revue française, 1er décembre 1922, repris (...)

37Reste à conclure cette trop rapide évocation des divers aspects de l’histoire littéraire tels que les éclaire le Journal des Goncourt. À la fois Mémoires et histoire, mais aussi grimoire de sociologie littéraire, c’est un « document » exceptionnel d’histoire intellectuelle, qu’on pourrait comparer à ce titre à ceux que proposeront bientôt d’autres diaristes du même type, Jules Renard et Paul Léautaud, visiblement influencés par lui. Mais c’est aussi autre chose, comme j’ai essayé de le montrer : l’élaboration par fragments d’une pensée assidue sur la vie littéraire telle qu’elle va et sur la littérature telle qu’elle évolue, à une époque où de profondes mutations les affectent. À l’histoire littéraire des professeurs et à celle des journalistes, il apporte le complément essentiel d’une autre double lorgnette : celle de la « critique d’artiste », comme aurait dit Thibaudet115 ; mais aussi celle que permet un autre genre, lui aussi à son tour binoculaire : le Journal.

Notes

1 Préface au Journal des années 1872-1877 (1891) : Edmond et Jules de Goncourt, Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 481.

2 Ibid., 31 octobre 1895 (t. III, p. 1187).

3 Voir par exemple l’entrée du 11 décembre 1886 (ibid., t. II, p. 1287).

4 « J’ai la conscience qu’en histoire sortira bientôt de dessous terre une génération pareille à la génération qui s’est levée dans le roman, une génération qui se mettra à faire de l’histoire à mon imitation » (ibid., p. 774, 6 avril 1878).

5 Voir les propos du 8 avril 1874 : « Il ne naît pas, tous les jours, pour écrire l’histoire d’une école, deux hommes ayant fait de sérieuses études de peinture […] » (ibid., p. 574).

6 « L’Atelier du xixe siècle » que j’ai organisé au nom de la Société des études romantiques à l’Université Paris-Diderot, le 7 décembre 2013, sur « L’Histoire littéraire vue de la presse », mais aussi les travaux autour du site québécois Medias 19. Voir en particulier l’étude de Corinne Saminadayar-Perrin, « L’atelier médiatique de l’histoire littéraire », http://www.medias19.org/index.php?id=16000.

7 Voir le chapitre intitulé « L’homme de lettres en ethnologue » dans le livre de Jean-Marie Goulemot et Daniel Oster, Gens de lettres, écrivains et bohèmes. L’imaginaire littéraire (1630-1900), Paris, Minerve, 1992, et ma propre étude présentée au colloque « Goncourt » de la Société des études romantiques, en novembre 1989 : « Le Journal des Goncourt ou la comédie littéraire à l’eau-forte », Comparatistica. Annuario italiano, Florence, 1992, p. 65-83.

8 Qui tend alors à devenir une norme en matière de temps historique mais aussi, qu’ils le veuillent ou non, un modèle contagieux d’écriture…

9 « Celui-là ferait un livre curieux, donnerait de curieux documents à l’histoire humaine et française, qui récolterait et assemblerait simplement les traits des curieuses physionomies provinciales qui passent sans laisser de traces. Oui, un Tallemant des Réaux […] » (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 384, 22 septembre 1862).

10 Ibid., t. II, p. 41 (5 mars 1858) et p. 43 (17 mars 1858).

11 « […] un délicieux causeur, de la meilleure ironie, de la malice la plus amusante, crevant d’anecdotes de coulisses, contant ce qu’on ne lit pas, avec des aperçus et des paradoxes neufs et charmants […] » (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 295, 1er août 1856).

12 « […] le styliste à l’habit rouge pour le bourgeois. Le plus étonnant bon sens des choses littéraires, le jugement le plus sain, une lucidité terrible […] » (ibid., t. I, p. 393-394 [12 mai 1857]).

13 7 janvier 1892 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 652).

14 6 juin 1865 (ibid., t. I, p. 1168).

15 « Un homme rempli d’histoires qu’il tire comme des tiroirs […], homme intelligent, sagace […] ; le seul homme qui, dans tout la presse, soit un chroniqueur, un informé, un écho de ce qui court et de ce qui se dit, de ce qui se fait […] ; écoutant, pompant, aspirant ce journal quotidien de la vie contemporaine, qui n’est nulle part imprimé », 6 juin 1858 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 93).

16 9 février 1892 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 663).

17 « La vraie critique de Paris se fait en causant », « Mémoires d’outre-tombe, par Chateaubriand », Causeries du lundi, 18 mars 1850 (t. I, p. 448).

18 Dans le commentaire du livre de Levallois sur Sainte-Beuve : « Il n’y a qu’une biographie, la biographie parlée, celle qui a liberté, la crudité, le débinage, l’enthousiasme sincères de la conversation intime. C’est cette biographie-là que nous avons tentée, dans ce journal, de nos contemporains » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 505, 27 mars 1872).

19 23 mai 1864 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 744).

20 23 mars 1868 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 140).

21 Il se contente de noter que Gautier regrette que « la forme du journal ne lui permette pas de développer l’esthétique de la chose » (ibid., p. 501, 14 mars 1872).

22 « Magny. Taine soutient que tous les hommes de talent sont des produits de leur milieu. Gautier et nous soutenons le contraire, qu’ils sont des exceptions : “Où trouvez-vous la racine de l’exotique de Chateaubriand ? C’est un ananas poussé dans une caserne !” » (ibid., p. 3, 15 janvier 1866).

23 Dont témoigne, entre autres, l’article que Sainte-Beuve consacre le 9 mars 1857 à « Divers écrits de M. Taine » (Causeries du lundi, t. XIII, p. 249-267), où il marque son scepticisme à l’égard du projet de Taine de « classer les talents par familles ».

24 12 au 26 août 1859 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 264).

25 Dévalués pour leurs goûts alimentaires : « Ah ces universitaires, quels estomacs peu difficiles et quels dégoutants appétits ! » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 736-737, 28 juillet 1892).

26 7 août 1892 (ibid., t. III, p. 741).

27 15 janvier 1892 (ibid., t. III, p. 654).

28 Daudet ironise sur la « jeunesse actuelle qui prend pour guide un critique, un professeur, un Lavisse » (5 juin 1892, ibid., t. III, p. 720).

29 Edmond se moque d’« un singulier article paru dans la Revue de l’Évolution […], comptant les mille premiers mots de Manette Salomon, répartis en sept groupes » (17 novembre 1891, t. III, p. 638).

30 Voir Félix Gaiffe, L’Envers du Grand Siècle : étude historique et anecdotique, Paris, Albin Michel, 1924.

31 Voir Émile Deschanel, Physiologie des écrivains et des artistes, Paris, Hachette, 1864.

32 Associées dans leur folie érotique de femmes frigides (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 1072, 13 janvier 1895).

33 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 420 (10 novembre 1862).

34 11 mai 1863 (ibid., t. III, p. 564) ; 27 décembre 1870 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 362).

35 Ainsi de Degas, qui s’est « énamouré du moderne » (ibid., t. II, p. 569, 13 février 1874).

36 « La plus étonnante modernité étonne et charme dans Lucien » (Décembre 1858 [addition 1887], Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 577).

37 Le Neveu de Rameau est, selon Edmond, « le livre le plus moderne, le livre semblant écrit par une cervelle et une plume d’aujourd’hui » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 1186, 29 octobre 1895).

38 Qu’ils défendent à Magny contre Renan et Sainte-Beuve, le 11 mai 1863 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 561 sq.).

39 Sur le plan des styles, il y aurait beaucoup à dire sur la dénonciation de la part d’Edmond de la « chinoiserie de style » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 631-632, 3 mars 1875) de quelques « stylistes » tels que le « nébuleux Mallarmé », ou leur ami Poictevin. À mettre en regard de leur propre promotion de l’« écriture artiste » que dénonce Maupassant, mais aussi de leur réflexion sur les méfaits de l’« écriture » journalistique, méfaits qu’ils détectent chez un « articlier » tel que Saint-Victor.

40 Selon la version de 1887 à l’entrée du 13 avril 1858 (Journal, éd. Cabanès, t. II p. 562).

41 8 novembre 1862 (ibid., t. III, p. 419).

42 Voir Michel Raimond, La Crise du roman, des lendemains du naturalisme aux années vingt, Paris, José Corti, 1966.

43 Voir mon étude sur « Le “tournant critique” de la littérature française (1846-1920) », in Marie-Paule Berranger, (dir.), Évolution/révolutions des valeurs critiques, Montpellier, Presses de la Méditerranée, 2015.

44 Voir entre autres cette réflexion d’Edmond, fin avril 1874 : « À l’heure qu’il est, en littérature, le tout n’est pas de créer des personnages que le public ne salue pas comme de vieilles connaissances, le tout n’est pas de découvrir une forme originale de style ; le tout est d’inventer une lorgnette nouvelle, avec laquelle vous faites voir les choses et les êtres à travers des verres qui n’ont point encore servi, vous montrez des tableaux sous un angle de jour inconnu jusqu’alors, vous créez une optique nouvelle… » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 576).

45 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 574 (5 juin 1863).

46 Ibid., t. III, p. 503 (31 janvier 1863).

47 J’aborde ainsi, pour finir, le côté pré-bourdieusien du Journal, où Pierre Bourdieu luimême a beaucoup appris et puisé, à la suite souvent d’Albert Cassagne.

48 Voir ses Trois siècles de la littérature françoise, 1774.

49 « Le xixe siècle est à la fois le siècle de la Vérité et de la Blague. Jamais on n’a plus menti ni plus cherché le vrai » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 5, 1er février 1866).

50 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 385 (22 avril 1857).

51 Ibid., t. III, p. 126 (2 juin 1861).

52 Ibid., t. II, p. 253 (22 juin 1859).

53 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 786 (16 janvier 1893).

54 « En lisant les préfaces de Molière, je remarque la familiarité, la presque camaraderie de l’auteur au roi. La flatterie même échappe à la bassesse par une sorte de forme mythologique du compliment. […] Maintenant, du Pouvoir à l’auteur, il y a la distance du maître au domestique » (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 506-507, 11 février 1863).

55 Ce que formule la version de 1887 d’une notation du 13 décembre 1862 : « Ce salon est le vrai salon du xixe siècle, avec une maîtresse de maison qui est le type parfait de la femme moderne ». Le manuscrit notait, quant à lui : « La princesse est le type d’une femme toute moderne, la femme artiste, quelque chose de très différent de ce qu’on appelait la virtuose au xviiie » (ibid., p. 897 et p. 450).

56 Voir Marguerite-Virginie Ancelot, Les Salons de Paris, foyers éteints, Paris, Jules Tardieu, 1858.

57 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 37 (24 septembre 1866).

58 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 237 (11 mai 1859).

59 Ibid., p. 528 (29 novembre 1860)

60 « Il est la personnification et le représentant de l’homme de 1830, habitué des belles luttes, à un public, à l’effort et à l’applaudissement ». La version 1887 ajoute : « […] et en portant, inconsolable et navré, au fond de lui, le regret et le deuil » (ibid., t. I, p. 225 (28 août 1855) et p. 767).

61 « J’ai lu un livre de 1830, les Contes de Samuel Bach. Comme c’est jeune ! comme le scepticisme même y est un scepticisme de vingt ans ! Comme l’illusion y perce l’ironie ! » (ibid., t. I, p. 400, 22 mai 1857).

62 Ibid., p. 188 (10 octobre 1861).

63 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 17 (9 avril 1866).

64 Ibid., t. III, p. 766 (16 novembre 1892).

65 Ibid., p. 1174 (9 septembre 1895).

66 Ibid., t. II, p. 17 (9 avril 1866).

67 Edmond se réjouit lorsque « Flaubert attaque […] les doctrines, les professions de foi naturalistes, enfin toute cette blague un peu Mangin, avec laquelle Zola aide le succès de ses livres » (19 février 1877, ibid., p. 728).

68 « Au fond j’aurais pu dire dans mon interview d’Huret : J’ai donné la formule complète du naturalisme dans Germinie Lacerteux, […] » (1er juin 1891, ibid., t. III, p. 589).

69 « Maintenant, du naturalisme, j’ai été le premier à en sortir […] par ce avec quoi les jeunes veulent aujourd’hui le remplacer, par le rêve, le symbolisme, le satanisme, etc., etc., en écrivant Les Frères Zemganno et La Faustin, cherchant, moi l’inventeur de ce naturalisme, à le dématérialiser avant qu’aucun y songeât », ibid.

70 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 15 (28 mars 1866).

71 Ibid., t. III, 6 février 1889.

72 « […] cette école de gens qui ont succédé aux lycanthropes de 1830, les épaffeurs cyniques […] » (11 avril 1863, Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 545).

73 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 3 (19 janvier 1866).

74 « Au fond, ce Rollinat, c’est un très curieux produit de cette maison Callias, de cet atelier de détraquage cérébral, qui a fait tant de toqués, d’excentriques, de vrais fous… » (ibid., p. 1231, 18 mars 1886).

75 Ibid., p. 169 (9 août 1868).

76 « Jamais le journaliste – petit ou grand […] – n’a eu pareillement le pas sur l’écrivain du livre ; jamais sa personnalité n’a fait plus de bruit, n’a tenu tant de place. Jamais il n’a été un personnage adulé, salué, caressé par le public comme maintenant » (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 405, 12 mai 1860).

77 Comme l’indique une remarque du 16 mai 1856 : « […] cette franc-maçonnerie de la réclame règne et gouverne et défend la place à tout homme bien né : c’est un amateur, et avec ce mot-là on le tue » (ibid., t. I, p. 262).

78 « Sans qu’on s’en doute, c’est le socialisme régissant la littérature, et tirant à boulets rouges sur le capital littérateur » (ibid., p. 262). Version de 1887 : « Sans qu’on s’en doute, cet avènement de la Bohème : c’est la domination du socialisme en littérature » (ibid., p. 778).

79 « L’artiste, l’homme de lettres, le savant devraient ne jamais se mêler de politique : c’est de l’orage qu’ils devraient laisser passer au-dessous d’eux » (ibid., t. III, p. 311, n. 2, 15 février 1862).

80 Edmond s’en prend à Zola, ne cachant pas son désir de « doubler sa littérature de la publicité d’un homme politique » tel que Lamartine, 25 juillet 1892 (Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 736).

81 Les Goncourt dénoncent son « Rapport de la politique avec les lettres », dans lequel il se « défend d’aimer les lettres pour elles-mêmes » et « proscrit le culte de l’art pour l’art » (ibid., t. II, p. 170, 17 août 1868).

82 8 avril 1862 (Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 295).

83 Ibid., t. II, p. 183 (13 novembre 1858).

84 Ibid., p. 188 (26 novembre 1858).

85 Ibid., t. I, p. 248-249 (30 octobre 1855).

86 Ibid., t. II, p. 172 (25 octobre 1858).

87 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 187 (15 décembre 1868).

88 Ibid., p. 507 (28 mars 1872).

89 Ibid., t. III, p. 612 (22 juillet 1891).

90 Ibid., p. 664 (12 février 1892).

91 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 620 (19 août 1863).

92 Ibid., p. 298 (13 avril 1862).

93 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 634 (29 octobre 1891).

94 Ibid., t. II, p. 425 (28 avril 1871).

95 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 240 (10 janvier 1862).

96 Ibid., p. 423 (19 novembre 1862).

97 Ibid., p. 545 (11 avril 1863).

98 Ibid., p. 676 (28 novembre 1863).

99 Ibid., p. 494 (22 janvier 1863 à propos du « commerce moderne »).

100 Ibid., t. II, p. 257 (29 juin au 7 août 1859).

101 Ibid., t. III, p. 353-354 (28 juillet 1862).

102 « Et quelles hypocrisies, quels mensonges, cette Révolution ! Les devises, les murs, les discours, l’histoire, tout ment en ce temps. Ah ! quel livre à faire : Les Blagues de la Révolution ! » (Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 58, 21 décembre 1866).

103 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. II, p. 260-261 (29 juin au 7 août 1859).

104 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 32 (29 août 1866).

105 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 433 (27 novembre 1862).

106 Ibid., t. I, p. 260 (6 mai 1856).

107 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 216 (7 avril 1869).

108 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. I, p. 433 (20 juillet 1857).

109 Ibid., t. III, p. 58, 60-61 (3 février 1861).

110 Journal, éd. Robert Ricatte, t. II, p. 194 (12 janvier 1869).

111 « Les honneurs rendus aux grands hommes – tout Pasteur qu’ils peuvent être – deviennent, il me semble, un peu excessifs ; ils héritent peut-être trop de ce qui appartenait à Dieu autrefois » (ibid., t. III, p. 1180, 6 octobre 1895).

112 Ibid., t. II, p. 93 (12 juillet 1867).

113 Journal, éd. Jean-Louis Cabanès, t. III, p. 269 (11 mars 1862).

114 Journal, éd. Robert Ricatte, t. III, p. 1183 (17 octobre 1895).

115 Voir Albert Thibaudet, « Les trois critiques », Nouvelle Revue française, 1er décembre 1922, repris dans Réflexions sur la littérature, éd. d’Antoine Compagnon et Christophe Pradeau, Paris, Gallimard, 2007, p. 719-732.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site