Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt historiens

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Nicolas Bourguinat

Une petite histoire ?

Les femmes du xviiie siècle selon les Goncourt : détails, anecdotes et parfums

Érika Wicky

Texte intégral

  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1855], Histoire de la société française sous le Directoi (...)

1Chez les Goncourt, l’écriture de l’histoire s’accompagne d’une réflexion historiographique riche qui ménage une place importante aux enjeux de la présence de détails et d’anecdotes dans leurs récits historiques. Dès 1855, dans la préface à la seconde édition de Histoire de la société française sous le Directoire, ils défendent en ces termes leur projet historique : « On a reproché aux auteurs de ne point avoir négligé l’anecdote, le détail, le coin intime des hommes et des choses. – Les auteurs répondront, pour leur défense, qu’ils ont été entraînés dans cette voie par deux anecdotiers, leurs maîtres, Plutarque et Saint Simon1. » Les Goncourt situent ainsi leur démarche dans la continuité d’un parcours historiographique qui réunit Plutarque, peintre de caractères, auteur des fameuses Vies parallèles et le mémorialiste Saint Simon, aristocrate et courtisan, témoin de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence. Se plaçant sous l’égide de deux grandes figures, celle d’un biographe et celle d’un mémorialiste, ils revendiquent une pratique de l’histoire qui s’intéresse aux individus et à leur intimité, qui soit fondée sur l’étude du particulier.

  • 2 Voici comment les Goncourt évoquent la diversification de leurs sources : « Mais l’imprimé ne lui (...)

2Circonstance particulière, le détail, de même que l’anecdote, définie alors comme une particularité historique, constitue un mode d’expression privilégié de la singularité et de l’intimité qui ne se livre qu’à proximité. À l’histoire politique et militaire, les Goncourt opposent donc une conception de l’histoire attentive aux mœurs et à la vie privée, une histoire rapprochée, qui, malgré ses origines illustres, présente des aspects éminemment modernes tels que la diversification des sources premières, désormais empruntées à la correspondance autographe, aux arts visuels et décoratifs, aux journaux d’époque, aux livres de comptes, etc.2 Explicitement formulés dans les préfaces des ouvrages historiques, les enjeux du détail et de l’anecdote dans l’histoire sociale telle que la conçoivent les Goncourt sont aussi très sensibles dans les textes où se fabrique l’histoire ainsi que dans le réseau des notes infrapaginales au sein duquel s’articulent le récit historique et les sources convoquées par les historiens.

  • 3 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 14.
  • 4 Au sujet des multiples et complexes relations entre la collection et l’écriture goncourtienne, voi (...)

3Or la conception de l’histoire que formulent les Goncourt soulève un paradoxe qu’ils identifient sans ambigüité dans la préface des Maîtresses de Louis XV : « Cette histoire nouvelle, l’histoire sociale, embrassera toute une société. Elle l’embrassera dans son ensemble et dans ses détails, dans la généralité de son génie aussi bien que dans la particularité de ses manifestations3. » Comment concilier en effet cette double accommodation du regard, un point de vue général, distant, sur une période et un point de vue rapproché attentif à ses particularités ? Comment saisir à la fois l’ensemble et les détails alors que la vision rapprochée fragmente toujours son objet, fait perdre de vue l’ensemble ? Peut-on, en histoire, élaborer des généralités à partir de l’étude du particulier ? Ces problèmes méthodologiques se posent de façon aigüe aux Goncourt historiens et font écho aux exigences de la collection dont chaque pièce doit se distinguer sans mettre en péril la cohérence de l’ensemble4.

  • 5 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1878], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 18.

4Cette tension entre l’anecdote, le détail et la généralité historique se manifeste dès le titre des deux ouvrages historiques qui s’intéressent aux femmes : La Femme au xviiie siècle et Les Maîtresses de Louis XV, tout d’abord publié en deux volumes puis scindé en trois par Edmond, devenant, en 1878, La Duchesse de Châteauroux et ses sœurs, Madame de Pompadour, La Du Barry. À de nombreux égards, la question du détail et de l’histoire anecdotique concerne de près la conception que se font les Goncourt de ce qu’ils appellent la femme et rend bien compte du problème historiographique dont il est question : d’une part, la femme du xviiie siècle fait l’objet d’une généralisation qui la suppose dotée d’une essence, tandis que de l’autre, les textes des Goncourt accueillent une foule d’individus dont les portraits mettent en valeur la singularité. La substitution du particulier au général, du détail singulier aux généralités est à l’œuvre dans les textes, notamment dans les Maîtresses de Louis XV, ouvrage sur lequel Edmond revient pourtant ainsi, complétant sa préface en 1878 : « Cette histoire me paraissait enfin trop sommaire, trop courante, trop écrite à vol d’oiseau, si l’on peut dire5. »

  • 6 Ces enjeux du détail dans l’écriture de l’histoire recoupent à de nombreux égards la place du déta (...)
  • 7 Pierre-Jean Dufief, « “La lettre ce silence qui dit tout” : la lettre et l’écriture de l’histoire (...)
  • 8 On a beaucoup commenté l’attention particulière que les Goncourt prêtaient aux documents autograph (...)

5Cependant ce désir de précision a des limites, car les historiens ne sauraient tout relater et ne peuvent pas toujours céder à la tentation de citer leurs sources in extenso. Aussi, le choix du détail ou de l’anecdote rapportés doit être fait avec discernement pour éviter l’écueil de l’insignifiance6. Si, comme l’a montré Pierre-Jean Dufief, le hasard des découvertes effectuées par les Goncourt collectionneurs guide souvent le choix des sources et affecte ainsi le propos des historiens7, les détails et anecdotes mentionnés ont fait l’objet d’un choix, ils ont été désignés comme significatifs ou exemplaires de ce qui était exposé. Ce bouleversement des hiérarchies établies traditionnellement entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas touche non seulement le regard porté sur les sources, mais aussi le choix des sources elles-mêmes8. Cette dimension critique du regard de l’historien choisissant un détail est particulièrement sensible en ce qui concerne les sources empruntées aux arts visuels et décoratifs, car le détail est, avant tout, affaire de perception. Rapporté dans un récit, un détail a tout d’abord été vu, puis isolé, littéralement découpé d’un ensemble, en l’occurrence l’ensemble hétéroclite que constituent les sources premières employées par les Goncourt. Parce qu’il n’est jamais complètement arbitraire, le détail choisi nous renseigne sur la nature du regard qui l’a créé, c’est-à-dire sur la façon dont les Goncourt étudiaient les documents. Cependant, pour la même raison, il expose aussi le commentateur à l’anachronisme puisqu’en désignant un détail ou en considérant une information comme un détail, ce dernier formule un jugement daté, orienté par ses intérêts et par les présupposés de son temps. Aussi est-il préférable de s’arrêter aux éléments du récit historique qui sont désignés comme des détails par les Goncourt eux-mêmes ou bien aux détails qu’ils isolent dans les représentations visuelles.

6À titre d’exemple, voici comment ils commentent une aquarelle qui leur apparaît proposer un accès privilégié, plus efficace que les textes, à la scène et à l’époque représentées :

  • 9 Ibid., p. 260-261.

Mais à propos de cette salle, ce que les documents imprimés peignent, même avec tout le détail imaginable, d’une manière si vague, un dessin nous le montrera comme si nous avions sous les yeux le spectacle élevé sur l’escalier des Ambassadeurs. Oui ! une aquarelle gouachée de Cochin que nous avons eu la bonne fortune de rencontrer chez M. de la Béraudière, va nous faire assister au troisième acte de la pastorale héroïque d’Acis et Galatée au moment où Polyphème, du haut de son rocher s’écrie : Tu mourras, téméraire9

Fig. 1 : Madame de Pompadour jouant Acis et Galathée [sic] devant Louis XV et sa cour, collection de Mr le Comte J. de la Béraudière, éditée vers 1850 par Ad. Lalauze d’après Charles Nicolas Cochin fils, eau-forte, 18 x 40 cm, Bibliothèque nationale de France.

7Suite à cette présentation dramatique, on peut lire une longue ekphrasis dans laquelle les Goncourt identifient plusieurs figures et remarquent des détails du costume et du mobilier bien différents de ceux que d’autres auraient notés à l’époque ou de ceux que nous percevons aujourd’hui. Leur point de vue se distingue par l’attention portée aux vêtements et par le développement qui étale sur plusieurs pages, avec l’appui de documents écrits, une description circonstanciée du faste des costumes de l’époque. La compilation des sources permet ici une vertigineuse accumulation de détails, mais cette prolifération en elle-même est plus signifiante que chaque détail puisqu’elle témoigne du caractère extrêmement orné des toilettes d’alors, mais aussi de la prolixité des sources, en particulier des sources visuelles, en la matière. Elle rend aussi compte du regard porté par les auteurs sur le dessin, de leur intérêt pour tout ce qui pourrait servir une restitution de la scène représentée et du désir de donner à voir, de faire tableau qui s’exprime, par ailleurs, dans le retour constant de la métaphore picturale pour évoquer l’écriture de l’histoire. Enfin la description des Goncourt se distingue par l’absence de distance critique et la conviction que la représentation est fidèle à la réalité dans les moindres détails et ce, en dépit des considérations sur l’idéalisation partagées au xviiie siècle.

  • 10 Ibid., p. 231.
  • 11 Ibid., p. 57.
  • 12 Ibid., p. 588.
  • 13 Ibid., p. 775.

8Une telle surabondance de détails est fréquente chez les deux historiens. À l’instar de l’anecdote, elle aussi chère aux Goncourt, qui constitue la plus petite unité du récit, le détail, plus petite unité du visible ou du connaissable, s’articule mal avec la chronologie du récit, surtout lorsqu’il prolifère. Aussi, le détail est-il parfois envisagé pour lui-même, comme dans cette note où la présence de détails permet avant tout d’attester la valeur de la source : « Relevé des dépenses de madame de Pompadour, depuis la première année de sa faveur jusqu’à sa mort. Manuscrit des archives de la préfecture de Seine-et-Oise ; par S. A. Le Roi. Brochure remplie de détails curieux intéressant la biographie de la favorite10. » Mais le plus souvent, il est évoqué pour sa propension à donner une idée du tout en vertu de son fonctionnement métonymique. On peut ainsi lire incidemment chez les Goncourt : « Le visage de madame de Mailly disait toute la femme11. » ou encore au sujet des femmes guillotinées : « Chacune était digne de toutes12 ». De même que les échantillons de robe présentés à Marie-Antoinette13, les détails invoqués par les Goncourt visent à donner une idée de l’ensemble. Ainsi, au sujet de l’orfèvre qui a réalisé les services commandés par madame Du Barry pour sa maison de Luciennes, les auteurs écrivent en note :

  • 14 « Appendices », ibid., p. 1031-1032.

Ce mémoire, si intéressant pour les travaux de ce grand ouvrier d’art, montre dans la décoration de Luciennes une recherche, un soin, un luxe qui n’ont jamais été poussés à ce point dans l’ornementation de détail de l’habitation. On y trouvera des boutons de croisées, des poignées d’espagnolettes, des serrures, des verrous pour lesquels il y a eu des modèles en cire, des moulages en plâtre, des fontes en cuivre et en étain, des ciselures, des ragreures avec la plus grande sujétion, des dorures, des surdorures. Ce mémoire, qui mérite d’être publié un jour intégralement dans une Histoire des Arts décoratifs du dix-huitième siècle, je n’en donne que quelques extraits pour que le public ait une idée du bijou d’art qu’était Luciennes14.

9Selon cette logique, en affirmant sa distinction, le détail ornemental semble rendre compte du raffinement de toute une époque : l’ornementation de l’orfèvrerie de Luciennes témoigne métonymiquement de l’avancée des arts décoratifs, mais aussi de l’élégance du lieu dans lesquels ils se trouvent. En vertu de cette logique métonymique, le raffinement dont témoignent les détails ornementaux des objets d’art décoratif est à la mesure de ceux de l’édifice qui les accueille :

  • 15 Ibid., p. 496-497.

Toutes ces belles choses, tant de richesses, ce mobilier de millions, ces rares objets, ces bagatelles et ces merveilles, demandaient un temple qui fût à leur taille, un nid, un pavillon de fée qui fût dans sa grâce, dans le joli de ses détails, dans la miniature de ses proportions, dans la délicatesse de sa magnificence, la digne petite maison des petits arts du dix-huitième siècle. Ce temple sera Luciennes, élevé en trois mois, […]. Ce sera un palais-boudoir où tout aura le fini et le précieux d’un bijou. L’industrie du temps semblera y avoir employé, jusque dans les riens, l’invention, la patience et le goût de mille petits génies. Les moindres ornements en seront uniques, exquis et recherchés15...

10L’attention portée aux détails ornementaux conduit ainsi à l’aplanissement des rapports d’échelle, objets décoratifs et architecturaux se trouvent alors situés sur le même plan comme ils le seraient parmi les planches d’un ouvrage illustré.

  • 16 Ibid., p. 242.

11La dynamique métonymique mise en œuvre ici à partir du détail affecte aussi le travail de l’historien en donnant au détail un statut d’exemple. Suggérant un ensemble à lui seul, le détail joue dans la description un rôle similaire à celui que joue l’exemple dans l’argumentation : il démontre. Ainsi se trouve introduit, en note de bas de page, le bon mot d’un coiffeur à la mode : « Un détail amusant sur l’opposition, la résistance que rencontra madame de Pompadour jusque chez les infiniment petits16 … » Exemplaire, le détail tel que le conçoivent les Goncourt sert souvent à exemplifier. Lorsqu’il est ornemental, le détail est insignifiant, mais il supporte un savoir sur les arts décoratifs et nourrit la description de l’ensemble. L’anecdote quant à elle, exemplifie les mœurs de l’époque, son récit condensé permet de documenter, par analogie, les usages d’une période. Ainsi détails et anecdotes concourent au but que se sont fixé les Goncourt : la reconstitution d’une époque et la rédaction d’une histoire qui restituent toute leur importance aux femmes du xviiie siècle.

12L’omniprésence de figures féminines dans le projet des Goncourt de faire l’histoire du xviiie siècle est expliquée par leur rôle fondamental qu’elles joueraient selon eux dans ce siècle :

  • 17 Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 291.

La femme au xviiie siècle est le principe qui gouverne, la raison qui dirige, la voix qui commande. Elle est la cause universelle et fatale, l’origine des événements, la source des choses. Elle préside au temps, comme la Fortune de son histoire. Rien ne lui échappe, et elle tient tout, le roi et la France, la volonté du souverain et l’autorité de l’opinion. Elle ordonne à la cour, elle est maîtresse au foyer17.

  • 18 Ibid., p. 298.
  • 19 En effet, la 6e édition du dictionnaire de l’Académie française définit ainsi l’anecdote, en 1835  (...)

13Les femmes, au xviiie siècle, s’accaparent toutes les sphères du pouvoir, envahissent tous les territoires, comme le signifie cette anecdote rapportée par Madame de Genlis au sujet de Madame de Pompadour : « Elle commande jusqu’aux défaites de l’armée française avec ses plans de bataille envoyées aux quartiers généraux, ces plans où les positions sont figurées par des mouches18. » Pour comprendre le xviiie siècle, il faut donc, selon eux, comprendre la femme. Or, comme ils le remarquent eux-mêmes, les femmes ont été exclues de l’histoire traditionnelle. Pour leur rendre la part qui leur revient, il faut créer une nouvelle forme d’histoire, l’histoire intime qui s’intéresse à la vie privée, à l’espace domestique ainsi qu’au corps et aux manœuvres amoureuses, autant de domaines réputés féminins. Dans cette histoire intime, le détail joue un rôle important de même que l’anecdote dont il faut rappeler qu’elle a partie liée avec le secret19.

  • 20 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 550.

14Qu’il s’agisse de composer, de concrétiser en convoquant le détail des sources l’abstraction que constitue la femme au xviiie siècle, ou bien au contraire de rechercher à travers le détail des portraits des maîtresses de Louis XV la preuve de l’action de la nature féminine sur la destruction de la monarchie, le détail est situé au cœur de l’histoire des femmes que rédigent les Goncourt. Les détails que les historiens collectent et accumulent dans leurs descriptions des intérieurs des maîtresses de Louis XV renvoient aux détails insignifiants qui occupent les femmes du xviiie siècle comme la Du Barry, ancienne marchande de modes formée par la pratique du commerce de détail, dont l’attitude face aux dangers de la révolution est ainsi décrite : « Pendant son séjour à Londres, une lettre de madame du Barry, relative à Luciennes, à des détails d’intérieur, nous peint la femme en sa nature inconsistante, en son esprit léger, en son intérêt enfantin qui se partage également entre les plus menaçantes et les plus misérables choses20. » Les « détails d’intérieur », les détails du ménage ou des finances, voici autant de petites choses et de bassesses qui occupent et préoccupent les femmes du xviiie siècle, selon les Goncourt, qui décrivent ainsi leur projet historique :

  • 21 Ibid., p. 16.

Le livre qui racontera l’histoire de ces femmes montrera comment la maîtresse sortie du haut, du milieu ou du bas de la société, comment la femme avec son sexe et sa nature, ses vanités, ses illusions, ses engouements, ses faiblesses, ses petitesses, ses fragilités, ses tyrannies et ses caprices, a tué la royauté en compromettant la volonté ou en avilissant la personne du roi21.

  • 22 C’est ce que montre Naomi Schor en convoquant notamment l’analyse des propos sur le détail tenus p (...)
  • 23 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 67-68.
  • 24 Ibid., p. 98. Un raisonnement similaire est appliqué en ce qui concerne Richelieu qui est évoqué a (...)
  • 25 Voltaire, Lettre à l’Abbé Dubos, 30 octobre 1738, D1642.

15Parce qu’il relève du domestique, du quotidien, du trivial ou bien de l’ornemental et par là, du décadent, le détail a historiquement été considéré comme participant de la sphère féminine22. Cette petitesse caractérisée par la passion des détails insignifiants que les Goncourt prêtent à « la nature de la femme » aurait provoqué la fin de la monarchie en flattant les mauvais penchants du roi qu’ils décrivent en ces termes : « Ce roi tatillon, curieux de petites affaires et entrant dans les détails de parenté, de ménage, d’argent de ceux qui l’approchaient23. » Au contraire, Mme de Vintimille, dont ils font une exception, tente de l’arracher à la médiocrité des petites choses : « De ce roi enfant des pieds à la tête, et qui ne s’amuse à trente ans que des choses de l’enfance, elle cherche à faire un souverain, s’efforce d’emporter aux grandes choses cet esprit tout tourné vers les petites24. » Les petites choses qui ont conduit le souverain à sa perte sont, au contraire, celles qui doivent retenir l’attention de l’historien, car, par le truchement des femmes, elles ont joué un rôle important dans l’histoire. Loin de partager la méfiance de certains historiens à l’égard du détail (comme Voltaire qui écrit ces mots célèbres au sujet de son entreprise Le Siècle de Louis XIV : « Malheur aux détails : la postérité les néglige tous : c’est une vermine qui tue les grands ouvrages. Ce qui caractérise le siècle, ce qui a causé les révolutions, ce qui sera important dans cent années, là est ce que je veux écrire aujourd’hui25 »), les Goncourt s’intéressent, un siècle plus tard, aux détails, parce qu’ils caractérisent, selon eux, le xviiie siècle et qu’ils ont causé la révolution par leur excès ou leur médiocrité.

  • 26 Marc Hersant, « Myopie et vertiges : Les mémorialistes d’Ancien Régime et le sens de l’histoire », (...)
  • 27 À ce sujet, voir notamment le catalogue d’exposition de Georges Vigarello et Nadeije Laneyrie-Dage (...)
  • 28 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 352 - 353.
  • 29 Faire revivre l’histoire, en pénétrer les secrets, impliquait parfois une intimité gênante pour le (...)

16Ces détails et anecdotes concernant les femmes et les lieux où elles évoluent, c’est-à-dire la cour et la sphère domestique, proviennent, on l’a vu, de sources très variées parmi lesquelles figurent de nombreux mémoires de femmes. Les Goncourt y trouvent des détails intimes qui agissent comme des preuves ou des témoignages, en raison de la proximité que trahit la nécessité de procéder à une observation rapprochée pour les connaître26. En effet, ce sont les mémorialistes qui offrent l’intimité la plus grande avec les acteurs et surtout les actrices de l’histoire qu’écrivent les Goncourt et cela d’autant que les conceptions attachées à ce qui est privé et à ce qui relève de l’intime se sont considérablement transformées entre l’époque étudiée, le xviiie siècle, et le xixe siècle durant lequel les Goncourt écrivent27. Pour évoquer le pouvoir politique de la Pompadour, ces derniers empruntent, par exemple, à Madame Hausset, sa femme de chambre, le récit suivant : « Une scène de larmes où il fallait porter à la marquise des gouttes d’Hoffman, une faiblesse que dissipait un verre d’eau sucrée arrangé de la main du Roi, un baiser sur cette main qui l’avait servie, un sourire, voilà comment fut jouée la disgrâce de d’Argenson28. » Le statut de témoignage et la proximité qu’impliquent les récits des mémorialistes fournissent donc aux Goncourt un matériau de choix pour servir leur projet de faire revivre l’histoire29. Un tel dessein rapproche ces derniers de Saint Simon, dans la filiation de qui ils s’inscrivent et qui écrivait justement dans la préface à ses Mémoires :

  • 30 Saint-Simon, « Introduction » [1743], Mémoires, t. 1, Paris, Hachette, 1856, p. XLVII.

Celle-là [L’histoire particulière], étant moins vaste, et se passant sous les yeux de l’auteur, doit être beaucoup plus étendue en détails et en circonstances, et avoir pour but de mettre son lecteur au milieu des acteurs de tout ce qu’il raconte, en sorte qu’il croie moins lire une histoire ou des Mémoires, qu’être lui-même dans le secret de tout ce qui lui est représenté, et spectateur de tout ce qui est raconté30.

  • 31 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 460.

17La proximité prônée par le mémorialiste semble être une garantie de vérité pour les Goncourt qui ne remettent jamais en cause les propos qu’ils relaient. Mais leur recherche d’expérience directe ne se satisfait pas des récits consignés dans les mémoires, elle habite aussi leur démarche de collectionneurs, activité qui leur confère un accès sensoriel privilégié à leur objet d’étude. Ainsi, Edmond offre-t-il au lecteur un témoignage exceptionnel fondé sur sa propre expérience : « À la correspondance amoureuse de madame du Barry avec lord Seymour, possédée par M. Barrière, était jointe une mèche de cheveux de la favorite. J’ai pu toucher ces cheveux, je n’ai jamais rencontré de cheveux de créature humaine ressemblant aussi complètement à de la soie31. »

  • 32 Germain Bapst, Marie-Antoinette et son temps (Catalogue d’exposition), Paris, Galerie Sedelmeyer, (...)
  • 33 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 460. Les Goncourt évoquent s (...)
  • 34 Giovanni Morelli, De la peinture italienne : Les fondements de la théorie de l’attribution en pein (...)
  • 35 Nadeije Laneyrie-Dagen, « Aux sources de l’attribution : Les Goncourt et le Connoisseurship », in (...)

18Ce rapport singulier aux sources est en lien étroit avec la pratique de la collection à laquelle s’adonnent les Goncourt et avec le fait qu’ils possèdent une grande partie des documents sur lesquels sont fondés leurs écrits historiques. Or, qu’il s’agisse de sources historiques ou d’objets de collection, les documents doivent être identifiés rigoureusement, car l’engouement pour l’historicisme au xixe siècle a conduit de nombreux faussaires à satisfaire l’appétit des amateurs d’antiquités, en particulier en ce qui concerne les effets personnels de Marie-Antoinette, comme le rappelait à l’époque l’historien Germain Baps32. Là encore, le détail intervient dans le travail d’historiens des Goncourt, mais cette fois, l’attention est située bien en aval puisqu’il s’agit d’authentifier les sources. On peut lire, par exemple, dans une note de bas de page l’identification suivante : « Nous traçons ce portrait de madame du Barry surtout d’après les deux portraits de Drouais de la vente de Devère (17 mars 1755), portraits qui nous semblent les originaux exposés au Salon de 176933 ». Les techniques d’identification convoquées par les Goncourt reposaient sur l’observation de l’anatomie, à la manière de celle Giovanni Morelli, connaisseur de la fin du xixe siècle qui avait développé dans les années 1870 une méthode d’identification des œuvres fondée sur la reconnaissance de détails inexpressifs et récurrents chez les peintres comme les oreilles et les ongles34. La méthode choisie par les Goncourt pour authentifier les œuvres originales et celle de Morelli ont de nombreux points communs que dégage Nadeije Laneyrie-Dagen avant de démontrer qu’Edmond avait falsifié le Journal, modifiant une date pour s’attribuer la paternité de cette méthode35.

  • 36 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes : Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, no 41, (...)
  • 37 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 15.
  • 38 Ibid. p. 54.

19La confiance accordée à cette technique d’authentification qui, par son caractère systématique, fait entrer la science dans le champ de l’histoire de l’art souligne le rapport spécifique au savoir qu’offrait le détail à une période dominée par ce que Carlo Ginzburg a identifié comme un « paradigme de l’indice36 ». Il ne s’agit pas seulement ici de faire revivre l’histoire en la représentant à travers les détails et les anecdotes les plus significatifs et les plus exemplaires empruntés aux sources, il s’agit aussi de mener une véritable enquête pour reconstruire l’histoire à partir des détails fournis par les sources, d’élaborer un savoir. Voici comment les Goncourt, toujours dans la préface des Maîtresses de Louis XV envisagent cette tâche : « Pour une pareille histoire, pour cette reconstitution entière d’une société, il faudra que la patience et le courage de l’historien demandent des lumières, des documents, des secours à tous les signes, à toutes les traces, à tous les restes de l’époque37. » De même que ce ministre, jugé plus savant que les autres, avait, grâce aux traces de roues laissées par une voiture, deviné que le roi avait une maîtresse38, l’historien doit enquêter et resituer les détails dans la chaîne des causes et des conséquences.

20Les enjeux du détail dans le travail de recherche et d’écriture des Goncourt historiens apparaissent divers et complexes. Les détails nourrissent différemment l’histoire à laquelle se consacrent les Goncourt, qu’il s’agisse de détails ornementaux qui rendent compte de l’esthétique générale du siècle, de détails intimes qui sont les témoins des mœurs d’une époque ou encore de détails-indices dont l’interprétation permet de fonder un savoir historique. Cependant, dans tous les cas, les détails s’inscrivent dans des réseaux métonymiques qui les relient à un ensemble de façon singulière de sorte que chaque détail convoqué par les Goncourt nous renseigne moins sur la période à laquelle il est emprunté que sur les présupposés qui animent les auteurs du récit dans lequel il est rapporté.

  • 39 Charles Monselet, « Les limiers littéraires (Rapport de Corentin) », Le Figaro, no 316, 25 février (...)
  • 40 Edmond et Jules de Goncourt, L’Art du xviiie siècle, Paris, Quantin, 1880, p. 299.

21Pour saisir le passé, pour le ranimer, les Goncourt se sont appuyés sur des documents qu’ils ont observés au plus près pour y repérer les détails et les anecdotes les plus propres à soutenir leur conception de l’histoire. Mais ce que cherchaient au fond, le nez dans les documents, ceux que Monselet qualifiait en 1858 de « limiers littéraires39 », ce que la proximité accompagnant l’attention au détail devait leur permettre de retrouver, c’est le parfum d’une époque. Cette méthode d’investigation qui implique une proximité telle qu’elle substitue le flair à la vue est suggérée par les Goncourt eux-mêmes : « Greuze, grimpé sur une échelle en compagnie de son ami Wille, au Luxembourg, interrogeait le génie dont il flairait la peinture, le nez sur la toile pendant de longues heures : Rubens40 ! »

  • 41 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface », Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 15.
  • 42 Ibid., p. 102.

22En somme, le xviiie siècle que recherchent les Goncourt est subtil, insaisissable, intuitif, à l’image du parfum qui réveille la mémoire des émotions, mais résiste à toute tentative d’archivage. La précision et la rigueur du détail ne sauraient rendre compte du parfum qui se dérobe à toute connaissance objective. Le rapport du détail et de l’anecdote à l’histoire chez les Goncourt apparaît alors marqué par ce fait : le détail est sans cesse évoqué parmi les moyens que se donne leur projet historique, tandis que le parfum offre, par sa ténuité, une métaphore de choix pour désigner le but que se donne cette démarche historienne. Ils écrivent ainsi : « Elle [cette histoire nouvelle] représentera cet âge sur son théâtre même, au milieu de ses entours, assis dans ce monde de choses auxquelles un temps semble laisser l’ombre et comme le parfum de ses habitudes41. » Finalement, la fréquentation assidue des sources et le désir de faire revivre l’histoire semble alimenter, chez les Goncourt, une nostalgie similaire à celle qu’ils décrivent pour évoquer le deuil du roi : « Il [le roi] s’occupait, il s’entourait, il semblait se nourrir et vivre du souvenir de tout ce que sa maîtresse avait été […] essayant de ressaisir jour par jour la trace et le parfum du temps envolé42… »

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1855], Histoire de la société française sous le Directoire, Paris, E. Dentu, 1855 (seconde édition), p. iii.

2 Voici comment les Goncourt évoquent la diversification de leurs sources : « Mais l’imprimé ne lui [l’historien] suffira pas : il frappera à une source nouvelle ; il ira aux confessions inédites de l’époque, aux lettres autographes, et il demandera à ce papier vivant la franchise crue de vérité et la vérité intime de l’histoire. Mais les livres, les lettres, la bibliothèque et le cabinet noir du passé ne seront point encore assez pour cet historien […]. Un siècle a d’autres monuments d’immortalité : il a, pour se témoigner au souvenir et durer au regard, le marbre, le bronze, le bois, le cuivre, la laine même et la soie, le ciseau de ses sculpteurs, le pinceau de ses peintres, le burin de ses graveurs, le compas de ses architectes. Ce sera dans ces reliques d’un temps, dans son art, dans son industrie que l’historien cherchera et trouvera ses accords ». (Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, Paris, Robert Laffont, 2003, p. 14.) De plus, Dominique Pety a bien montré la modernité du « document » tel qu’il était abordé par les Goncourt historiens (Dominique Pety, Poétique de la collection au xixe siècle : du document de l’historien au bibelot de l’esthète, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 97).

3 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 14.

4 Au sujet des multiples et complexes relations entre la collection et l’écriture goncourtienne, voir Dominique Pety, Les Goncourt et la collection : de l’objet d’art à l’art d’écrire, Genève, Droz, 2003.

5 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1878], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 18.

6 Ces enjeux du détail dans l’écriture de l’histoire recoupent à de nombreux égards la place du détail dans le roman, car, comme le souligne Éléonore Reverzy « l’écriture historique et écriture romanesque ne diffèrent pas, tenant de la compilation de documents, de l’exhumation d’archives et de leur mise en mosaïque ». Voir Éléonore Reverzy, « Préface », in Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux (Œuvres narratives complètes, t. IV, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 50.)

7 Pierre-Jean Dufief, « “La lettre ce silence qui dit tout” : la lettre et l’écriture de l’histoire chez les Goncourt », Pascale Auraix-Jonchière, Christian Croisille et Éric Francalanza (dir.), La Lettre et l’Œuvre : Perspectives épistolaires sur la création littéraire et picturale au xixe siècle, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2009, p. 171-184.

8 On a beaucoup commenté l’attention particulière que les Goncourt prêtaient aux documents autographes. Rappelons qu’ils ont été parmi les premiers à s’intéresser aux brochures, documents imprimés mais non reliés, qui faisaient déjà l’objet de mépris au xviiie siècle. Voici ce qu’ils écrivent à ce sujet : « Il [L’historien] feuillettera les journaux, et descendra à ces feuilles éphémères et volantes, jouets du vent, trésors du curieux, tout étonnées d’être pour la première fois feuilletées par l’étude : brochures, sottisiers, pamphlets, gazetins, factums ». (Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 15).

9 Ibid., p. 260-261.

10 Ibid., p. 231.

11 Ibid., p. 57.

12 Ibid., p. 588.

13 Ibid., p. 775.

14 « Appendices », ibid., p. 1031-1032.

15 Ibid., p. 496-497.

16 Ibid., p. 242.

17 Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au xviiie siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 291.

18 Ibid., p. 298.

19 En effet, la 6e édition du dictionnaire de l’Académie française définit ainsi l’anecdote, en 1835 : « Particularité secrète d’histoire qui avait été omise ou supprimée par les historiens précédents ».

20 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 550.

21 Ibid., p. 16.

22 C’est ce que montre Naomi Schor en convoquant notamment l’analyse des propos sur le détail tenus par les académiciens du milieu du xviiie siècle (Naomi Schor, Reading in Detail : Aesthetics and the Feminine, New York et Londres, Routledge, 1987).

23 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 67-68.

24 Ibid., p. 98. Un raisonnement similaire est appliqué en ce qui concerne Richelieu qui est évoqué ainsi : « Il ne puisa pas seulement chez les femmes avec lesquelles il vécut et à travers lesquelles il passa la science des riens, la déduction des apparences, la seconde vue des choses indifférentes, ce sens d’observation, cet instinct des hommes et des situations, qui n’appartiennent qu’à ce sexe armé providentiellement de toutes les armes de la faiblesse ; mais il tira encore des femmes qui se lièrent à lui, sa politique, sa diplomatie, ses plans d’intrigue, ses audaces, les ressorts de sa faveur et les moyens de son rôle. » (Ibid., p. 162.)

25 Voltaire, Lettre à l’Abbé Dubos, 30 octobre 1738, D1642.

26 Marc Hersant, « Myopie et vertiges : Les mémorialistes d’Ancien Régime et le sens de l’histoire », in Livio Belloï et Maud Hagelstein (dir.), La Mécanique du détail : approches transversales, Lyon, ENS Éditions, 2014.

27 À ce sujet, voir notamment le catalogue d’exposition de Georges Vigarello et Nadeije Laneyrie-Dagen (dir.), La Toilette. Naissance de l’intime, Paris, Hazan, 2015.

28 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 352 - 353.

29 Faire revivre l’histoire, en pénétrer les secrets, impliquait parfois une intimité gênante pour les contemporains des Goncourt qui se justifient ainsi : « Sur cette nuit de noces, qu’on nous permette de citer une dépêche du duc de Bourbon au Roi Stanislas, dont les détails intimes et secrets, doivent être pardonnés comme des détails, qui intéressent l’histoire » (ibid., p. 39). Plusieurs critiques adressées aux Goncourt font référence à cette dimension immorale du détail. On peut ainsi encore lire à la fin du siècle : « Un détail piquant, polisson, revêt à leurs yeux les couleurs de la vérité. Le pittoresque est la règle de leur critique. L’odeur d’alcôve est pour eux le parfum lui-même de l’histoire ». (René Doumic, « Monsieur Edmond de Goncourt », Revues des deux mondes, 15 août 1896, p. 937)

30 Saint-Simon, « Introduction » [1743], Mémoires, t. 1, Paris, Hachette, 1856, p. XLVII.

31 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 460.

32 Germain Bapst, Marie-Antoinette et son temps (Catalogue d’exposition), Paris, Galerie Sedelmeyer, 1894 (2e édition).

33 Edmond et Jules de Goncourt, Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 460. Les Goncourt évoquent souvent ainsi leur expertise de collectionneurs. Notons par exemple une remarque faite au sujet d’un service réalisé par l’orfèvre Roettiers pour Madame Du Barry : « Un entrelacement de myrte et de laurier est la marque et comme la devise de toutes les pièces » (ibid., p. 496).

34 Giovanni Morelli, De la peinture italienne : Les fondements de la théorie de l’attribution en peinture : à propos de la collection des galeries Borghèse et Doria-Pamphili, Nadine Blamontier (trad.), Paris, Lagune, 1994 [1890].

35 Nadeije Laneyrie-Dagen, « Aux sources de l’attribution : Les Goncourt et le Connoisseurship », in Jean-Louis Cabanès (dir.), Les Frères Goncourt : art et écriture, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, 1997, p. 365-376.

36 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes : Racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, no 41, vol. 6, 1980, p. 3-44.

37 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface » [1860], Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 15.

38 Ibid. p. 54.

39 Charles Monselet, « Les limiers littéraires (Rapport de Corentin) », Le Figaro, no 316, 25 février 1858, p. 5.

40 Edmond et Jules de Goncourt, L’Art du xviiie siècle, Paris, Quantin, 1880, p. 299.

41 Edmond et Jules de Goncourt, « Préface », Les Maîtresses de Louis XV, op. cit., p. 15.

42 Ibid., p. 102.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Madame de Pompadour jouant Acis et Galathée [sic] devant Louis XV et sa cour, collection de Mr le Comte J. de la Béraudière, éditée vers 1850 par Ad. Lalauze d’après Charles Nicolas Cochin fils, eau-forte, 18 x 40 cm, Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site