Desktop versionMobile Version

Alain Suied

 | 
Michèle Finck
, 
Pascal Maillard
, 
Patrick Werly

Poèmes inédits

Le visage de tous nos rêves

Volltext

1Cette suite de poèmes est extraite du recueil Le visage secret, à paraître aux éditions Arfuyen.

1

2L’illusion du désir nous immerge
dans un moment perdu
de la petite enfance.
Mais nous sommes devenus étrangers
à ce rêve introuvable.
Nous habitons un corps
qui a compris la rude loi
du Devenir : être une forme
ou un seuil du rêve
inconnaissable de l’univers.
L’illusion du désir nous ramène
en un lieu oublié
de la petite enfance.
Nous sommes égarés
dans ce rêve sans limites.
Nous habitons un corps
qui a compris la rude loi
du Devenir : être un arpent
ou une nuée du rêve
insituable de l’origine.

2

3De quel passé venez-vous, ombres ?
Vous serez ombres plus longtemps
que nous saurons rester vivants.

4De quelle enfance venez-vous, désirs ?
Vous serez désirs moins longtemps
que dure l’enfance resongée.

5Jamais ne reviendra le temps
de la première confusion :
souviens-toi que tu croyais
appartenir, souviens-toi que le monde
réclamait son unique adhésion
– cette commune solitude de la matière.

6De quel passé venez-vous, ombres ?
De quelle enfance venez-vous, désirs ?
Parfois je crois apercevoir vos visages
et ce rêve brûlant d’absence
dessine devant mes yeux en larmes
les formes d’un ciel oublié.

3

7Nos sommes désemparés, hagards
abandonnés à des images factices
de nous-mêmes.
Nous ne voyons pas le soleil
de la réponse briller sous le masque
de nos tourments.
Nous vivons sous la coupe d’un passé
dont nous ne comprenons pas
les enjeux.
Désir, qui es-tu ?
De quelle enfance obscure
es-tu le messager ?
Désir, que veux-tu ?
De quel silence premier
es-tu la déchirure ?
Nous sommes désemparés, hagards
abandonnés à des mirages faciles
de notre désir.
Nous ne voyons pas le soleil
de la vérité brûler nos traces
et nos mémoires.
Nous vivons sous la force d’un passé
dont nous ne comprenons pas
les faveurs.

4

8Le poème premier :
tu le recomposes
de trace en trace
de bribe en bribe
sans savoir si tu dois
préserver l’énigme
ou dessiner pour tous
le visage de tous nos rêves.

9Le premier tressaillement
du vivant attendait-il
la parole qui divise
ou le cri ultime
qui rassemble et détruit ?

10De trace en trace
de bribe en bribe
de destruction en destruction
tu crois le voir, ombre ou miroir

11le visage de tous nos rêves.

5

12Matière du monde, nous ne savons pas
si nous sommes une partie ou un moment
de ton histoire.

13Nous parlons une langue ou un babil
inconnus de toi.

14Même notre désir ment :
nous ne recomposons jamais
l’illusion natale.

15Matière du monde, nous ne savons pas
quel destin ou quelle absence tu as creusés
en nous : tu ignores le cri muet que tu abîmes en nous.

16Même notre rêve ment :
nous ne retrouvons jamais la vérité fatale.

17Innocence du monde, nous ne savons pas
si nous sommes une partie ou un moment
de ton histoire.
Mais j’écris pour partager
l’exil de l’espace
dans ton aube initiale.

6

18Dans le corps, l’univers
est inscrit, multiple, infini
et pourtant à nos yeux
unique et fermé
comme notre histoire secrète.

19Grain après grain, la lumière
s’agrège, se retire, devient
autre à nos yeux
mais première et ultime
sous le marteau de l’être.

20Dans le corps, l’univers
s’est abreuvé, étoile et lune
et pourtant à nos yeux
proche et ouvert
comme notre histoire commune.

21Goutte après goutte, l’eau
se forme, se déforme, devient
même à nos yeux
mais inconnue, insaisissable
dans le ruisseau de l’être.

7

22Le monde ne peut pas entendre
la langue humaine :
il respire une autre
éternité.

23Le monde vagabond roule dans l’espace.
Il ne s’arrête pas aux choses.
Il danse comme une poussière d’étoile.
Une flamme rouge et bleue
dans l’arc-en-ciel de nos mains.

24Le monde ne peut pas entendre
la peine humaine :
il ignore les rites
de la séparation.

25Le monde ne peut pas parler
la langue humaine :
il porte un autre
seuil.

8

26Dans la galaxie de l’œil
le monde s’ouvre et se ferme.

27Dans les espaces réfractés de la vision
le monde se donne et se projette.

28Dans la distance d’un seul regard
tu traverses une histoire inconnue.

29A chaque étincelle de l’infini
le monde se voile et se découvre.

30Dans les espaces rétractés de l’atome
le monde se voile et se découvre.

31Dans la distance d’une seule absence
tu retrouves une histoire commune.

9

32Le corps aussi est une fiction :
atome après atome, regard
après regard, nous construisons
le rêve qui nous sépare

33de son histoire inconnue.

34Le corps aussi est une illusion :
fantôme après fantôme,
retard après retard, nous construisons
le seuil qui nous sépare

35de notre mémoire revenue.

10

36J’ai touché ta blessure
pour sortir du piège des mots
j’ai touché ta blessure
pour parler ta langue inconnue
j’ai touché ta blessure
pour connaître ton histoire
pour abriter les fantômes
de ta mémoire.

37J’ai touché ta blessure
pour partager le sort commun
j’ai touché ta blessure
pour délivrer ton cœur prisonnier
j’ai touché ta blessure
pour te soulever de ton destin
pour revivre avec toi
sur un nouveau chemin.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search