Version classiqueVersion mobile

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

V. Mettre en scène le mystère

Le roman : une nouvelle forme pour le mystère ?

Témoignage d’un écrivain contemporain

Sonia Pelletier-Gautier

Texte intégral

Le mystère au xxie siècle

  • 1 Sonia Pelletier-Gautier, Les Dilemmes de l’Inquisiteur (3 volumes), Pierregord, 2008. Le manuscrit (...)

1Le choix des mystères s’est imposé d’emblée dans mon écriture. Médiéviste de formation, sous la férule exigeante et bienveillante de M. Francis Rapp (professeur émérite de l’Université de Strasbourg, membre de l’Institut, spécialiste en histoire religieuse médiévale), je ne me prétends absolument pas légitime en matière de théâtre médiéval. Mais il s’avère que ces représentations, tenues dans un premier temps à l’intérieur des églises puis de plus en plus sur le parvis ou dans les rues, m’ont été fort utiles. Et si j’ai collaboré à nombre d’ouvrages historiques collectifs (actes de colloques ou dictionnaires), c’est la forme du roman que j’ai choisi d’adopter pour porter le fruit de recherches historiques à un public plus large que celui du milieu universitaire ou estudiantin. Le thème des mystères me paraît incontournable pour mieux comprendre la chrétienté médiévale et sa quête de salut. Je l’ai donc utilisé à deux reprises : d’abord, dans un roman paru en 2008 (Les Dilemmes de l’Inquisiteur1), qui met en scène Ulrich Bichwiller, un dominicain qui a bel et bien existé au xve siècle. Dans mon histoire, ce personnage instruit un procès inquisitorial dans le but de juger Christine Fritz, une présumée sorcière dans la petite ville de Guebwiller, ce qui ne sera pas sans conséquence pour l’ensemble de la population ; ensuite dans un manuscrit, non encore publié (intitulé provisoirement Le Parchemin maudit), qui évoque furtivement une scénette réalisée par les bourgeois d’un quartier de Paris, lors de l’entrée triomphale du roi Charles VII dans sa capitale en 1441. Dans Les Dilemmes de l’Inquisiteur, les scènes de théâtre sont omniprésentes ; elles ont un rôle plus important qu’il n’y paraît à première vue. Dans un climat rendu délétère par les dénonciations, elles soulignent un état d’esprit particulier, l’illustrent, le contrent, le résument.

  • 2 Une grande partie des archives consultées se trouvent dans la bibliographie de mon mémoire de maîtr (...)

2En qualité d’historienne, j’ai eu à cœur de respecter les sources2. Soucieuse d’authenticité et de vraisemblance (donc au service de l’Histoire), j’ai néanmoins tenu à faire de cette expression scénique populaire un personnage à part entière (comme l’inquisition en est un autre, en parallèle) dans un roman qui se veut réaliste et se devait d’être intrusif pour faire plonger le lecteur, qui n’est pas forcément historien et qui n’a pas toutes les clefs lui permettant de comprendre la mentalité du XVe siècle, dans la fiction. Le faire prendre par la main par la population guebwilleroise elle-même, qui lui montre sa foi et ses rites, m’a paru une bonne idée. Pour aller dans le même sens, mon roman se déroule sur une année (de l’automne 1489 à l’été 1490) ce qui m’a permis de décrire dans le moindre détail les rites religieux du monde germanique : dans cette optique, j’ai tenu à faire revivre d’autres types de représentations théâtrales, celles qui accompagnaient les messes au moment des fêtes liturgiques fondamentales, dont la plus importante est naturellement Pâques :

  • 3 Les Dilemmes de l’Inquisiteur, op. cit., vol. 2 (L’Inquisiteur et la Sorcière), p. 163-264.

Tous les yeux étaient rivés sur la voûte de l’église où s’élevait, lentement et dignement l’image du Christ. […] Lorsque Satan vaincu tomba dans la nef, tous les fidèles eurent un mouvement de recul. Puis, instantanément, ils laissèrent éclater brusquement leur joie devant la puissance réaffirmée du Rédempteur, tandis que le curé ouvrait largement les bras en signe de soulagement et d’acclamation.3

3À la fin, Satan est livré aux flammes et tout le monde est exalté : c’est une vraie mise en scène théâtrale, au sein même de l’Église.

  • 4 L’Inquisiteur et la Sorcière, ibid., p. 205.

Parmi les paroissiens revivant avec leur curé l’abandon de Jésus par ses disciples en ce dimanche des Rameaux, se tenait fièrement Marquart Hesser, qui portait la croix représentant le Christ en souffrance pour son peuple4.

  • 5 Ibid., p. 205.

4Le mystère, piécette jouée par les habitants, que j’ai choisi de mettre en scène se passe sur le parvis de l’église, puis dans les rues de la ville. Il est largement inspiré de pièces existantes, mais j’ai tenu à ce qu’il reste fictif, pour qu’il soit réellement au service de ma narration, même si le lien entre cette scénette populaire et le procès instruit par l’érudit Bichwiller ne saute pas immédiatement aux yeux. Si les rites et les fêtes religieuses du Moyen Âge sont encore empreints d’un certain paganisme (les vieilles coutumes ont d’abord été tolérées par l’Église, qui s’est vite hâtée de les récupérer : par exemple, les rois Mages ou Saint-Nicolas), les mystères, quant à eux, plus proches du texte biblique, sont encore davantage encadrés par les auxiliaires de l’élite religieuse. Les pièces de théâtre populaire étant jouées dans chaque quartier, ce sont souvent les curés qui supervisent l’opération : « Jean Adam [le curé de Guebwiller], étendu les bras en croix sur le parvis de l’église paroissiale, offrait l’image de la ferveur teintée de douleur […] »5.

5Le mystère dans mon œuvre est une représentation qui se veut fidèle à la réalité (c’est ma mission d’historienne), mais il se veut aussi et surtout un miroir de la société guebwilleroise dans un contexte dramatique, celui de l’Inquisition (c’est ma liberté de romancière). Au deuxième degré, il est aussi le miroir de la construction même de mon roman, dont la structure est conçue de manière théâtrale (en trois actes). Chaque chapitre est la scène d’un acte et les enchaînements se font souvent par des mises en abîme (celle du feu est récurrente).

6En fait, le mystère théâtral peut se concevoir comme le point d’orgue de l’intrigue, puisqu’il apparaît très exactement à la moitié du livre, quand la population de Guebwiller dans son ensemble finit par être concernée par le procès en cours. La gestuelle, les paroles du mystère s’opposent au silence que provoque la crainte de l’Inquisiteur sur une population frileuse et mal à l’aise. En ce sens, le mystère s’impose, s’ajoute, se superpose au quotidien de tous ; il confirme ou infirme au besoin la vision de l’élite ou de la population, au point de parfois les confondre. Il apparaît donc à un moment stratégique dans l’œuvre et il est destiné à impliquer autant le lecteur que les Guebwillerois.

  • 6 Eliette Abécassis, Le Palimpseste d’Archimède, Albin Michel, Paris, 2013.
  • 7 Interview d’Eliette Abécassis, vidéo, site des éditions Albin Michel, 21 mai 2013 : http://www.fran (...)

7Il est inutile de se leurrer. Il existe une attirance générale des lecteurs pour les mystères antiques, dans le sens où ils expriment des rites initiatiques, voire la recherche de l’éternité. Ce thème a toujours plu au lecteur et ce n’est pas un hasard si l’artifice est aujourd’hui utilisé par la femme de Lettres et philosophe, Eliette Abécassis, dans son dernier livre, Le Palimpseste d’Archimède6. Cette fiction, que l’auteur appelle elle-même un thriller ésotérique, a pour ligne directrice les Mystères d’Eleusis dont un des personnages principaux, un professeur de philosophie à L’École normale supérieure de Paris, est la spécialiste. « Ce livre, dit-elle, même s’il est un roman, est aussi un livre initiatique et quand on a parcouru cette histoire, au bout du compte, on a une vraie révélation. »7

8Pour moi, les mystères au Moyen Âge, puisque ce sont ceux que je mets en scène dans mon roman, représentent au fond l’expression humaine d’une pensée réservée autrement à l’élite et à elle seule. Le mystère mis en scène interpelle, interroge et laisse s’exprimer une population que l’on n’entend pas autrement, même si elle est soigneusement canalisée par le prêtre. Cela étant, le curé Jean Adam, organisateur et acteur du mystère, renâcle sévèrement à apporter son aide à l’Inquisiteur qui s’en plaint :

  • 8 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit., p. 61.

J’ai un peu de mal à déterminer la limite entre mon devoir de directeur de conscience en tant que curé de cette paroisse et celui de collaborateur de la cause inquisitoriale que vous m’attribuez8,

9dit le curé à l’Inquisiteur lorsque celui-ci lui reproche son manque d’entrain. De là à opposer le mystère à l’Inquisition… En est-il un reflet ou un contrechamp ? La question est posée.

  • 9 Les Dilemmes de l’Inquisiteur, op. cit., vol. 3 (Le Brasier de l’Imparfaite), p. 231-234. Pour la c (...)
  • 10 Le Brasier de l’Imparfaite, op. cit., p. 113-116. Saint Dominique est représenté entre les deux apô (...)

10Différents tableaux dans mon roman peuvent être assimilés à une nouvelle forme de mystère, peut-être sans en porter le nom. Ils paraissent coupés de la narration chronologique, comme suspendus dans le temps. Je pense à deux exemples en particulier. Pendant l’épisode de la peste qui sévit à Guebwiller, fait historiquement reconnu, l’Inquisiteur voit passer une charrette des morts9. La scène n’est abordée que de son point de vue. C’est l’homme qui est en scène, pas le juge : on le découvre dans toute sa subtilité. Il est touché par ce qui se passe, mais il reste en lisière du cimetière : il maîtrise ses sentiments. Deux éléments émergent de ce passage : la charrette des morts (véritable fil conducteur du passage) et les cheveux blonds du petit garçon. Nous sommes donc en présence d’une dichotomie très forte : la mort d’un côté, sale, pénible, infernale, et de l’autre côté l’innocence de l’enfance (enterrée à la fin), symbolisée par la chevelure blonde et bouclée, image quasi christique. Pour un croyant, cette scène oppose l’enfer au paradis, rappelle les souffrances de Dieu pour les hommes. L’instant est profond et renvoie à la Passion jouée dans le mystère. Le deuxième exemple est celui de Jean quand, après le procès qui condamne Christine, il arrive à ébranler les certitudes d’Ulrich Bichwiller. L’épisode se déroule devant une fresque représentant la vision de sa mission que saint Dominique avait eue à Rome en 121510 : « Avez-vous, comme saint Dominique, senti la main de Dieu fondre sur vous, à cette occasion ? », demande finalement Jean au juge inquisitorial. Une fois de plus, le temps est suspendu. « Qui êtes-vous vraiment ? » demande tout bas Bichwiller, subitement gagné par l’effroi. Jean se retourna, fixa une dernière fois le dominicain, transpercé au fond de lui-même par ce regard venu d’ailleurs. » L’Inquisiteur devine l’intervention divine et de fait, à ce moment précis, Jean n’est plus le jeune peintre sarcastique qui agace tant l’Inquisiteur : il est plus que ça, hors de son personnage terrestre et hors du temps. Il prononce un texte qui n’est pas de lui, il le récite comme sur une scène de théâtre.

Faut-il définir le mystère ?

  • 11 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, PUF, « Nouvelle Clio (...)

11On se le demande ! Les mystères de l’Antiquité ne sont pas ceux du Moyen Âge, même si, au final, les interrogations peuvent être les mêmes, centrées autour du sacrifice et de la mort. Au Moyen Âge, période de mon choix, c’est un théâtre religieux, puisant sa source dans les Évangiles et surtout dans la Passion du Christ, à chaque fois réinventée. Encore a-t-il évolué au cours des siècles11 ! Cantonné d’abord au drame liturgique, au sein même de l’église, il s’étoffe peu à peu, associe clercs et laïcs, laisse place au rire et s’adapte à son public. Initiative populaire ou cléricale selon le cas, le mystère est en tout cas un point de jonction entre le cheminement intellectuel des élites religieuses et les préoccupations tourmentées des fidèles les moins instruits. Pour un instant privilégié, il mélange riches et pauvres, cultivés et ignares, laïcs et clercs. Pour l’Église, il est un moyen comme un autre d’instruire le peuple, contrairement aux reproches qui lui sont fréquemment adressés par les humanistes du xvie siècle.

12À mon avis, un mystère au Moyen Âge peut se définir par trois critères, à condition qu’ils soient réunis : l’implication réelle des laïcs dans le spectacle ; la reconstitution d’un épisode biblique (en ce sens, la communauté chrétienne adresse une prière collective) ; l’encadrement de l’Église. Dans les petites villes médiévales, les fidèles sont en grande partie ignares ; c’est pourquoi les fresques sont destinées à les éduquer, par la force de l’image. Dans la même veine, le mystère est destiné à leur rappeler, lui aussi mais de façon plus rituelle, les bases même de la foi. Disons, pour être plus concrets – au risque, tant pis, de frôler le simplisme ! – que si les fresques peuvent être qualifiées de bandes dessinées du Moyen Âge, les mystères pourraient bien en être les dessins animés.

  • 12 Andreï Tarkovski, Andreï Roublev, URSS, 1969.

13Dans mon roman, le mystère est un résumé de ce qui apparaît de manière plus explicite dans les autres scènes de mon livre : il est la somme de tous les Arts : musique (noces de la fille aînée de l’aubergiste Guillaume Fritz et sœur de Christine, la sorcière présumée, dans le IIe chapitre) ; littérature (histoire racontée par Pétronille Fritz à sa jeune sœur, livres omniprésents dans la bibliothèque gérée par sœur Marguerite et confectionnés par les moniales dominicaines) ; théâtre (le procès en lui-même, le mystère et les rites) ; peintures (les fresques peintes par Jean ; les enluminures réalisées par Adélaïde de Hagenbach). C’est une autre raison pour laquelle le mystère apparaît au milieu du roman, pour appuyer cette somme culturelle. Il n’est pas innocent non plus que les fresques, qui répondent aux mystères, constituent un véritable fil conducteur dans Les Dilemmes, comme elles le sont, toutes proportions gardées, dans Andreï Roublev12, le remarquable film d’Andreï Tarkovski. Dans Les Dilemmes, le peintre Jean, qui n’est connu que par son prénom, représente le renouveau pictural du xve siècle (avec des artistes comme Mathias Grünewald et surtout Hans Burgkmaier dont le personnage de Jean est largement inspiré). Jean est intemporel : comme les mystères mènent à Dieu, Jean semble être l’émissaire de ce dernier

  • 13 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit, p. 93.

Un rai de lumière fugace traversa la nef au moment où Jean, silencieux et n’exprimant rien sur son visage, mettait la dernière couche de couleur sur le doigt de Dieu tendu vers l’infini.13

Le lecteur face au mystère

14Le premier spectateur du mystère mis en scène dans mon roman est la population de Guebwiller, engluée peu à peu et malgré elle, par le jeu de l’Inquisiteur, dans la toile des vilenies inhérentes au procès. Le mystère peut-il, dans une situation semblable de terreur et de haine conjuguées, être rédempteur (il faut noter que la ville exclut du spectacle la marâtre de la supposée sorcière qui, initialement, devait tenir le rôle de Marie) ? Le mystère réunit-il vraiment la communauté chrétienne ou est-il une occasion supplémentaire de la diviser ? Dans cette optique, comment le lecteur réagira-t-il d’abord face au procès, lui-même énorme mise en scène théâtrale, ensuite face au mystère, qui en est une sorte de mise en abîme ? Par conséquent, le lecteur est lui-même un spectateur, qui observe ce qui se passe, à la fois dans la salle de justice et dans les rues, avec un œil plus averti que les acteurs eux-mêmes. Dans cette optique, il est simplement happé dans l’histoire par la population qui le guide et l’entraîne dans sa quête spirituelle, avec ses grandeurs parfois et souvent ses bassesses.

  • 14 Andreï Tarkovski, Andreï Roublev, op. cit.

15Le mystère oscille sans cesse entre foi populaire et foi élitiste. Expression populaire, il est manipulé par le clergé – missionné pour ne perdre aucune brebis – qui encadre ainsi parfaitement les fidèles en ne leur laissant aucune possibilité de fuir. Le rapport au Mystère peut être plus abstrait que dans mon œuvre. Ainsi, dans le film Andreï Roublev14, Andreï Tarkovski reconstitue la Passion pour témoigner de la foi qu’exprime alors Roublev en opposition au cynisme froid de Théophane le Grec, qu’il rejoint.

16Le pacte de lecture dans mon roman est donc pluridimensionnel. Au premier degré, le mystère raconte une histoire jouée par les bourgeois de Guebwiller, histoire accessible à tout lecteur. Au deuxième degré, il révèle la mainmise de l’Église sur la population qu’elle entend bien guider par des messes ou des spectacles rituels. Enfin, cette représentation de mystère résume aussi les attentes et la douleur de l’Inquisiteur qui met en scène lui aussi une pièce de théâtre, le procès lui-même dans lequel il détermine le rôle de chacun. Ainsi donc, le mystère que j’ai intégré à mon roman peut se lire à des niveaux différents, ce qui n’exclut personne car chacun peut être concerné à des titres divers, les interprétations des uns n’étant pas plus justes que celles des autres, à moins de vouloir mépriser son lectorat.

L’avenir du mystère

17Quel est l’avenir du mystère ? Le mystère en tant que tel ou le mystère en littérature ? La réécriture de mystères par des auteurs du xxie siècle, même si elle ne semble pas forcément s’imposer dans un siècle plutôt matérialiste peut pourtant s’envisager au regard du regain d’intérêt de nos contemporains pour tout ce qui est religieux, voire spirituel. La littérature actuelle montre par ailleurs que les mystères peuvent faire plus facilement l’objet d’essais romanesques. Le Palimpseste d’Archimède d’Eliette Abécassis, précédemment cité, en témoigne parfaitement. Mais si la philosophe a évité les écueils de la facilité parce qu’elle domine parfaitement son sujet (elle a choisi de faire du professeur qui mène l’enquête dans ce livre la grande spécialiste des Mystères d’Eleusis), le risque, pour un auteur moins averti, est – s’il se contente de vouloir simplement répondre aux attentes supposées du lectorat – de tomber dans une vision outrée du phénomène, plus proche de la caricature que de l’essence même de ce type de représentation.

  • 15 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit., p. 206.

18En ce qui me concerne, j’essaie de puiser dans les mystères, tels qu’ils sont historiquement révélés, au-delà de leur fonction rassembleuse, la part individuelle d’humanité, dans une société chrétienne tournée par ailleurs vers le collectif (elle est Une, soumise au Dogme, et elle doit se protéger : d’où l’importance de l’Inquisition et l’autorité de son juge). La chrétienté par conséquent rejette toute différence : ce qui est contraire au Dogme est hérésie, littéralement « erreur ». Tout doit être pensé et agi en fonction de la Communauté, dans une société où les Droits de l’Homme évidemment n’existent pas, sont d’ailleurs inimaginables dans cette hiérarchie sociétale voulue par Dieu et organisée par ses serviteurs. C’était une gageure de ma part. Comment toucher la part d’individu dans un spectacle collectif par définition ? « Par son sacrifice, le Christ a racheté les hommes », dit le curé Jean Adam dans la scène théâtrale jouée par sa paroisse, comme en conclusion15. Outre son rôle éminemment communautaire, il me semble que le mystère est aussi l’expression gestuelle et théâtrale d’une peur individuelle par essence – ancestrale et toujours d’actualité – qui consiste pour chacun des protagonistes des mystères, en œuvrant pour le Salut de son âme, à s’interroger sur son devenir et sur sa raison d’être… voire, en suivant la lumière qui chasse le Prince des ténèbres, à chercher sa propre éternité.

19Propos recueillis en janvier 2014

Notes

1 Sonia Pelletier-Gautier, Les Dilemmes de l’Inquisiteur (3 volumes), Pierregord, 2008. Le manuscrit encore non publié s’intitule provisoirement Le Parchemin maudit.

2 Une grande partie des archives consultées se trouvent dans la bibliographie de mon mémoire de maîtrise : L’Église et la vie religieuse à Guebwiller à la fin du Moyen Âge, publié par la Société Savante des Régions de l’Est en 1988. Le titre de mon mémoire est un clin d’œil amical à un livre de mon maître de recherches : Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, PUF, 1971, 2e édition 1980.

3 Les Dilemmes de l’Inquisiteur, op. cit., vol. 2 (L’Inquisiteur et la Sorcière), p. 163-264.

4 L’Inquisiteur et la Sorcière, ibid., p. 205.

5 Ibid., p. 205.

6 Eliette Abécassis, Le Palimpseste d’Archimède, Albin Michel, Paris, 2013.

7 Interview d’Eliette Abécassis, vidéo, site des éditions Albin Michel, 21 mai 2013 : http://www.francisrichard.net/article-le-palimpseste-d-archimede-d-eliette-abecassis-118794954.html.

8 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit., p. 61.

9 Les Dilemmes de l’Inquisiteur, op. cit., vol. 3 (Le Brasier de l’Imparfaite), p. 231-234. Pour la charrette des morts, je me suis inspirée du film La Charrette fantôme, réalisé par Julien Duvivier en 1939, lui-même ayant trouvé sa source dans le livre Charretier de la mort, écrit par Selma Lagerlöf en 1912.

10 Le Brasier de l’Imparfaite, op. cit., p. 113-116. Saint Dominique est représenté entre les deux apôtres, saints Pierre et Paul : le premier, qui tient une clef, tend à Dominique le bâton des pèlerins ; Paul lui propose le Livre Saint.

11 Francis Rapp, L’Église et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, PUF, « Nouvelle Clio », 1971, p. 162.

12 Andreï Tarkovski, Andreï Roublev, URSS, 1969.

13 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit, p. 93.

14 Andreï Tarkovski, Andreï Roublev, op. cit.

15 L’Inquisiteur et la Sorcière, op. cit., p. 206.

Auteur

Écrivain
Écrivain contemporain, Sonia Pelletier-Gautier nourrit ses romans d’une veine historique qui entraîne le lecteur du xiie au xve siècle, du Saint Empire Romain Germanique à Paris ou à Rome. Après de brillantes études en histoire médiévale à l’Université de Strasbourg, Sonia Pelletier-Gautier a publié entre 2008 et 2011 deux trilogies. La plus récente, Pierre ou le Souffle d’une Vie, retrace en la romançant la vie d’un frère dominicain bâlois, qui se partage entre le Saint Empire et la cour du roi de France. Mais c’est dans sa première trilogie Les Dilemmes de l’Inquisiteur datant de 2008 et primée par l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace l’année suivante, que le mystère apparaît pleinement. Ce roman, qui retrace un procès en sorcellerie en 1490, est un tableau qui décrit avec justesse la vie de la société chrétienne au moyen âge. Le mystère y trouve sa source au sein de l’Église, dont l’influence est grande, tant à l’époque considérée que dans le roman. Église et population se rejoignent lors de la mise en scène théâtrale d’un mystère, qui est au centre des Dilemmes de l’Inquisiteur. À travers cette représentation du mystère, la fresque historique suggère l’union d’une communauté réunissant l’Église et la cité et la possibilité d’une catharsis collective. (Note biographique rédigée par Orlane Glises de la Rivière, Université de Strasbourg).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search