Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

V. Mettre en scène le mystère

Mettre en scène Mistero Buffo de Dario Fo

Chiara Villa

Texte intégral

Une petite explication pour commencer…1

  • 1 Le témoignage de Chiara Villa, metteur en scène de Mistero Buffo de Dario Fo au Centre dramatique (...)

1Mistero, en français « mystère », était le mot que les Chrétiens utilisaient déjà au iiie et au ive siècle pour désigner leurs rites. Au Moyen Âge, le mystère devient un spectacle, une représentation sacrée. Un Mistero Buffo, traduit en français par « Mystère Bouffe », désigne une représentation traitant de thèmes sacrés en version burlesque, et les interprètes s’appellent des jongleurs. Un Mystère Bouffe se composait d’une succession de tableaux animés et dialogués, mettant en œuvre des histoires et des légendes dont l’imagination et la croyance populaires s’étaient nourries. Le surnaturel et le réalisme s’y côtoyaient. La Passion du Christ était un des sujets traditionnels.

Affiche (détail) pour la conférence de Chiara Villa en ouverture au colloque « Renaissances du mystère en Europe » à Strasbourg, 16 au 18 octobre 2013. Conception et impression du visuel par l’imprimerie de l’Université de Strasbourg.

Pourquoi jouer Mistero Buffo en 2013 ?

2Dario Fo a toujours fait partie de mon quotidien : il habite à Milan, pas loin de la maison de mes parents. Depuis toute petite, je l’ai vu se balader dans le quartier, seul ou avec sa femme Franca Rame, en saluant tout le monde. J’ai eu la chance de le voir jouer plusieurs fois et de l’entendre parler de son théâtre. Je connais son théâtre.

3J’ai eu envie de monter Mistero Buffo parce que c’est un texte qui me fascine, un texte courageux, qui présente des histoires universelles sous une autre optique, celle du peuple. Un texte dans lequel plusieurs épisodes bibliques sont montrés d’une façon différente de celle que nous croyons si bien connaître. Monter Mistero Buffo signifie montrer l’humanité tout entière, entre le bien et le mal, entre les gestes héroïques et la cruauté imbécile dont nous sommes capables. Mistero Buffo nous fait réfléchir sur la condition humaine et sur le rapport des hommes à l’autorité, aux dogmes et à la religion. Dario Fo a su utiliser le grotesque pour nous mettre à nu devant notre histoire, ainsi que face à une vérité souvent dramatique. Il écrit dans le texte de présentation de sa pièce :

À propos du fait de plaisanter sur des choses très sérieuses, dramatiques ; ce que nous voulons, c’est faire comprendre que c’est le rire qui permet et qui permettait au jongleur de toucher les consciences, d’y laisser quelque chose d’amer et de brûlant…

4Ce texte me touche particulièrement à la pensée que ces histoires ont été déjà racontées par des comédiens – jongleurs du Moyen Âge qui ont risqué leur vie pour avoir osé les représenter : et tout cela même si les jongleurs ne s’attaquaient pas à Dieu mais cherchaient à démasquer les fourberies de ceux qui profitaient de la religion pour s’enrichir et accaparer le pouvoir. Dario Fo a présenté Mistero Buffo dès 1969 et il a subi pas mal de violences, exactement comme au Moyen Âge. Cette consternante constatation m’a poussé à vouloir continuer à défendre son texte qui reste toujours d’actualité. Parce que la religion, la censure, l’abus de pouvoir sont malheureusement des thématiques d’extrême actualité, et il est bon de rendre hommage aux artistes qui, tout au long des siècles, ont su défier la censure et transmettre leur message avec le sourire.

Espace sacré / espace théâtral

5La plaisanterie comme fil conducteur et le jongleur, seul sur scène, interprétant tous les personnages : voilà lescaractéristiques principales du spectacle Mistero Buffo joué par Dario Fo. Dans mon pays, ce spectacle est tellement connu que, pour les Italiens, Dario Fo est le seul comédien à pouvoir jouer son propre texte. Pour cette raison, j’ai décidé de représenter le même texte avec trois comédiens. Un plateau nu, aucun décor, et voilà que plusieurs accessoires se transforment dans les mains des comédiens et représentent ainsi des symboles très précis. Les jongleurs sont habillés en noir, sans aucun costume, pour ne pas se glisser dans la peau d’un personnage, mais garder une distance avec le personnage auquel ils donnent voix. La voix apparaît sous toutes ses formes et va jusqu’à la cantilène, pour nous plonger dans un monde moyenâgeux tout en nous rappelant l’actualité. Les lumières sont symboliques et leur fonction est de mettre en valeur le jeu des acteurs. Tout cela, c’est mettre en scène Mistero Buffo. Cela signifie que les caractéristiques les plus importantes du spectacle restent les mêmes, qu’on le présente dans un théâtre ou dans une église. Certes, dans une église l’atmosphère devient magique à cause de la proximité entre les histoires et les icônes : les histoires racontées par les jongleurs et les icônes des protagonistes des histoires mêmes, comme Jésus ou la Vierge Marie. Dans une église, le public aussi bien que les jongleurs, savent être dans un lieu sacré où chaque mot et chaque geste deviennent des symboles beaucoup plus forts que dans un théâtre. C’est comme si on faisait beaucoup plus attention au pouvoir des mots et des gestes. La réception du public est beaucoup plus grande, ainsi que les émotions qu’on laisse transparaître. Et j’irai jusqu’à dire que le jugement du public est beaucoup plus attendu par les artistes, car dans une église, le public n’est pas perçu comme un public payant mais comme un public de croyants qui fait donc très attention à l’ensemble du spectacle.

Jouer un mystère

6Puisqu’il s’agit d’un spectacle de tréteaux, sans décor ni costumes, sans artifices, sans coulisses, dont les interprètes jouent « à cru » et réagissent sur le vif aux réactions du public, il est évident que l’improvisation a un rôle important. Mes comédiens ont fait un grand travail sur l’improvisation pour pouvoir intervenir dans le texte et dans le jeu au cours du spectacle, toujours en suivant le public. Ce sont d’excellents acteurs. Ce n’est pas du tout facile de jouer Mistero Buffo. L’improvisation est maîtrisée de A à Z et toute la mise en scène est un mécanisme d’horloge très précis. Tout au long des mystères, il y a une part d’improvisation qui permet aux jongleurs de s’amuser entre eux, mais elle est moindre par rapport à celle qu’il est nécessaire de maîtriser pour pouvoir interagir avec les spectateurs. Un moment important du spectacle est constitué par les prologues ; les prologues sont des moments d’explication de la scène qui va être jouée après. Durant les prologues, les jongleurs parlent au public sans lumières ni artifices quelconques. Et si le public fait des commentaires sur ce qui est dit (cela nous est arrivé souvent), les acteurs doivent pouvoir réagir et commencer l’échange avec le public.

7Les plus grosses difficultés de ce travail ont été liées au texte. Traduire Mistero Buffo en français n’est pas facile. J’ai contrôlé la traduction française phrase par phrase avec le texte italien à la main. S’il y avait des choses que je ne trouvais pas cohérentes avec l’italien, je les changeais avec l’aide des jongleurs ou de mon assistante à la mise en scène. La problématique s’est reposée tout au long du travail scénique : pour créer tel ou tel mystère, il nous a parfois fallu recourir à des mots plus populaires pour pouvoir amener le jongleur à jouer parfaitement la scène. L’autre moment important et difficile a été la modernisation des prologues qui dataient de plus de 20 ans. Souvent les compagnies françaises ne présentent pas les prologues, car il faut remettre tous les textes à jour, et avoir des choses à dire par rapport à l’actualité. Les prologues sont des moments d’explication du mystère qui va être joué, mais aussi des moments où l’actualité croise les histoires du Moyen Âge. Tout cela fait partie de l’univers théâtral de Dario Fo, qui n’a d’ailleurs jamais cessé d’inciter les artistes à s’exprimer selon leurs points de vue. Il encourage les metteurs en scènes et traducteurs à modifier ses pièces comme ils l’entendent, en particulier Mistero Buffo, étant donné qu’il considère cela en accord avec la tradition de la commedia dell’arte et de l’improvisation scénique. Continuera-t-il à accepter que metteurs en scène et interprètes défendent son propos avec leurs propres démarches artistiques ? Espérons-le !

Notes

1 Le témoignage de Chiara Villa, metteur en scène de Mistero Buffo de Dario Fo au Centre dramatique national de Colmar en 2013, permet de suivre une des plus récentes incarnations du Mystère sur la scène contemporaine. Propos recueillis en janvier 2014.

Table des illustrations

Légende Affiche (détail) pour la conférence de Chiara Villa en ouverture au colloque « Renaissances du mystère en Europe » à Strasbourg, 16 au 18 octobre 2013. Conception et impression du visuel par l’imprimerie de l’Université de Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Metteur en scène
Chiara Villa avant Mistero Buffo : Chiara Villa est Italienne. C’est comme scénographe pour une mise en scène des Oiseaux d’Aristophane au Piccolo Teatro de Milan qu’elle commence sa carrière théâtrale. Son premier spectacle comme metteur en scène est La Ménagerie de verre de T. Williams, puis Zazie dans le métro de Raymond Queneau. Le Festival Dieci Volte Faust de la ville de Côme lui commande un spectacle, Diabolos, qu’elle écrit et met en scène. Avec ASP (inspiré de Acte sans Parole de S. Beckett), elle remporte en 1999 le prix Movin’ Up du ministère italien de la Culture et part en tournée aux Pays-Bas. Ensuite, plusieurs spectacles suivront comme metteur en scène ou comme assistante à la mise en scène dans plusieurs théâtres, notamment le Teatro Alla Scala de Milan, le Teatro Regio de Parme, le Théâtre national de Varsovie, l’Opéra national de Paris. Parallèlement à ses études à l’Université de Bologne, Chiara Villa se forme en intégrant le Centre de recherche pour le théâtre à Milan (CRT). En 2002, elle s’installe en France pour continuer ses études à l’Université de la Sorbonne-Nouvelle à Paris où elle obtient un DEA en Théâtre et Arts du spectacle. Ses derniers spectacles en date sont présentés dans plusieurs théâtres et festivals, le dernier, Visioni, à la Biennale de Venise.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540