Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

V. Mettre en scène le mystère

Quem quaeritis ? Qui cherchez-vous ?

Martine Jacquemin

Texte intégral

La source liturgique des Mystères de Noël en la cathédrale de Strasbourg

1Quem quaeritis ? Cette question traverse les drames liturgiques du Moyen Âge dont, par exemple, l’Officium stellae joué au xiie siècle en la cathédrale de Strasbourg. Elle interpelle aujourd’hui encore le public qui se rassemble à la cathédrale pour assister à la représentation des Mystères de Noël.

2En effet, depuis 1995, pendant la période de l’Avent, au cœur d’une cité qui entretient avec faste la tradition médiévale des marchés de Noël, les jeunes lycéens de Strasbourg créent, entourés d’amateurs expérimentés et de professionnels du spectacle, un mystère de Noël qui pose la question du sens de Noël dans un occident déchristianisé et multiculturel.

3C’est donc dans son intuition profonde que le Mystère de Noël de Strasbourg est fidèle aux origines religieuses du mystère médiéval : puisant à la source liturgique de la forme théâtrale qui s’est développée sur les places et les parvis, il développe sa dramaturgie spécifique dans toute la nef de la cathédrale, lieu scénique exceptionnel, en utilisant les moyens techniques de la scène contemporaine. Il est joué par de jeunes amateurs formés pour l’occasion dans le cadre d’ateliers de création qui ne sont pas sans évoquer les échoppes des artisans qui entouraient l’édifice autrefois. Ainsi s’élabore, depuis l’origine, l’artisanat théâtral, mobilisant toutes sortes de métiers. Aujourd’hui encore, les Compagnons du Devoir de Strasbourg, fidèles partenaires du Mystère de Noël, accompagnent le projet en offrant leur précieux soutien logistique. Il arrive même qu’au détour d’une mise en scène, un sculpteur de pierre, une tisserande évoquent cet aspect de la vie médiévale sur le plateau. Mais le Mystère de Noël de Strasbourg n’est pas un spectacle médiéval dans la mesure où, dans sa forme, il ne s’attache pas à reconstituer un univers historique médiéval ou supposé médiéval. Il ne s’identifie pas davantage à un peplum.

Les nouvelles conditions intellectuelles de l’écriture des Mystères de Noël

4Les conditions intellectuelles et religieuses de la production du spectacle ont radicalement changé : la modernité a produit en Occident une société sans culture religieuse qui a largement perdu les clés de la lecture biblique et de l’iconographie chrétienne : cette évolution est particulièrement manifeste chez les jeunes adolescents avec lesquels nous élaborons le spectacle. Dans le même temps, les églises chrétiennes ont adopté les outils critiques des sciences humaines pour relire les textes fondateurs de la foi. Les auteurs du Mystère de Noël de Strasbourg approchent donc les mythes bibliques, riches d’un héritage historique, théologique et spirituel passionnant. Un des enjeux du spectacle – et non des moindres – est de trouver le moyen de transmettre cet héritage en inventant un langage théâtral signifiant : là aussi, la volonté didactique des drames liturgiques du xiie siècle trouve un écho dans la démarche contemporaine du Mystère de Noël de Strasbourg.

5Ainsi, chaque spectacle déroule une nouvelle page de la Bible, adaptée à ce que vit la liturgie de l’Église avant Noël, c’est-à-dire le temps de l’Avent. De Jardin des origines à Apocalypse, de Isaïe, prince des prophètes à Nomades de l’Alliance, de Jean entre le sable et l’eau aux Matins de la Parole, ce qui caractérise les thèmes abordés dans chaque nouveau mystère, c’est la représentation de la quête de Dieu par les hommes de la Bible et l’originalité chrétienne de la figure de Dieu, le Tout Autre.

Évocation des Mystères de Noël, exposition. Portes, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».

Évocation des Mystères de Noël, exposition. Pierres, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».

6L’écriture ordonne dialogues, chants, chorégraphies, monologues, acrobaties et mouvements d’ensemble autour du thème du mystère. La part de la création musicale est également importante : chœurs et musiciens participent directement au spectacle. L’écriture est plurielle, d’autant que les jeunes comédiens eux-mêmes se l’approprient, la valident ou non, en la mettant à l’épreuve du plateau. La signature du texte est donc bel et bien collective.

7Dans la mesure où le questionnement contemporain sur le sens, l’éthique, les valeurs, le rôle des institutions croise celui des auteurs de la Bible et notamment des auteurs du Premier Testament, le Mystère de Noël de Strasbourg s’apparente aux moralités médiévales, selon la définition que donne Dario Fo de ce terme : « conception de la vie, idée de l’être et du devenir dans le rapport avec Dieu, l’Église, la société ». Mais cela n’empêche certaines mises en scène d’intégrer des diableries plus explicites : on a vu un dragon – aux allures un peu chinoises – traverser la cathédrale, et un serpent beau parleur tenter Ève, évidemment…

Les conditions actuelles de la représentation scénique des Mystères de Noël

8En mille ans, la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg n’est pas devenue une salle de spectacle. Elle a même gardé, à la différence d’autres cathédrales de France, le statut de paroisse : la paroisse Saint-Laurent. Par ailleurs, prestigieux monument du patrimoine religieux de France, elle accueille près de quatre millions de visiteurs par an, dont 1,5 million de visiteurs pendant la période de l’Avent, à l’occasion de la manifestation « Strasbourg, capitale de Noël » organisée par la Ville de Strasbourg. C’est dire que produire quatre représentations du Mystère de Noël dans un lieu cultuel, culturel et patrimonial d’une telle envergure n’est guère aisé pour l’association Mystères des cathédrales et ne peut se réaliser que grâce à l’appui du Conseil pastoral et de la Fabrique de la cathédrale, de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame et de l’Architecte des Bâtiments de France.

9Le dispositif scénique prévoit l’installation d’un plateau, à la hauteur de la chaire, et de praticables dans le public ; les comédiens jouent en mode bi-frontal et le jeu sillonne également les allées centrales. Le spectacle se joue ainsi dans toute la nef qui est mise en valeur par une régie son et lumière adaptée aux besoins de l’écriture.

10L’espace liturgique est ainsi aménagé pour faciliter la visibilité du public, assis et non itinérant, comme lors des drames médiévaux. Toutefois, la signification symbolique du chœur, espace de la communion et de la communication avec le « ciel », et du narthex/portail, espace d’accueil de la cité et de communication avec la « terre », conditionne le jeu théâtral.

11Le plateau est nu, les éléments de décors sont mobiles, légers, transitoires : dans un espace de cette dimension, les objets et accessoires restent sobres et symboliques, les costumes aux lignes amples sont stylisés : ce sont surtout les couleurs et les lumières qui « font » le spectacle. Le public assiste aux changements de scènes, aperçoit les circulations des comédiens dans les allées latérales de la nef/coulisses : la scénographie des Mystères de Noël du xxie siècle n’est pas sans évoquer le théâtre de tréteaux qui se jouera sur le parvis des églises, même si son esthétique et sa poésie sont clairement contemporaines.

Évocation des Mystères de Noël, exposition. Paul, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».

12Enfin, une sonorisation spécifique est installée pour donner à entendre correctement les comédiens, récitants, chanteurs et musiciens. Mais toute la création du spectacle se joue dans l’instant de la représentation : les Mystères de Noël en la cathédrale de Strasbourg sont un spectacle vivant au sens propre du terme.

L’aventure des Mystères de Noël

13Liée à un haut-lieu du patrimoine, témoin d’une époque qui a donné son visage à un pays, puisant aux sources de la tradition théâtrale européenne, reconnaissant la quête spirituelle des hommes qui transcende les époques, les frontières, les traditions religieuses, les chemins de la pensée, l’aventure des Mystères de Noël continue joyeusement sa fragile et modeste pérégrination. Elle est portée par des bénévoles passionnés, épris de sens et de poésie, confiants dans les talents des jeunes, soutenus par la fidélité d’un public qui se renouvelle au cœur de la cathédrale de Strasbourg depuis presque vingt ans ! Depuis quelques années, le chœur des Colibris produit un Jeu de la Passion au moment de Pâques : c’est dire qu’à Strasbourg, la renaissance du mystère médiéval est une réalité.

Table des illustrations

Légende Évocation des Mystères de Noël, exposition. Portes, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Évocation des Mystères de Noël, exposition. Pierres, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende Évocation des Mystères de Noël, exposition. Paul, réalisation graphique de Bruno Boulala pour l’association « Mystères des cathédrales ».
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteur

Association « Mystères des cathédrales »

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540