Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

III. Le mystère au xxe siècle : la représentation du sacré en question

Jeu liturgique ou mystère ?

La Nuit de Noël, Mystère, et Mistère de Jeanne d’Arc, ou les deux églises de René Schwob

Dominique Millet-Gérard

Texte intégral

  • 1 « Disons donc que Charles Baudelaire doit être considéré comme le véritable précurseur du mouvement (...)
  • 2 [La Revue blanche], juillet 1896. Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1974 (...)
  • 3 Publication posthume des brouillons, Gallimard, 1959, avec introduction de Gardner Davies. Sur ce t (...)
  • 4 Bertrand Marchal, La Religion de Mallarmé, op. cit., p. 513. Divagations [Fasquelle, 1897]
  • 5 Voir Henry Phillips, Le Théâtre catholique en France au xxe siècle, Champion, 2007, p. 140.

1Le mot de « mystère » est à la mode à l’époque du Symbolisme. Il est même un des fondements de son esthétique, dûment formulé dans le « manifeste » de Moréas et rapporté à l’initiateur Mallarmé1 ; c’est huit ans plus tard que ce dernier publiera dans La Revue blanche son article intutilé « Le Mystère dans les Lettres »2. On sait d’ailleurs que la mort, deux ans plus tard, l’empêcha d’achever un « mystère », au sens générique cette fois, Les Noces d’Hérodiade3, qui devait consacrer « ce Mystère poétique moderne que les Divagations désignent comme le véritable drame de l’avenir »4. Se dessine ainsi une esthétique moderne du mystère sinon totalement laïcisée, du moins latérale à la tradition du mystère religieux, qui, en ce qui le concerne, s’il a disparu en France après son interdiction par un arrêt du Parlement de Paris en 1548, continue d’exister ailleurs en Europe, et ressurgira sur les tréteaux français avec Le Jeu des Grandes Heures de Notre-Dame de Reims d’Henri Ghéon, joué officiellement en 1938 lors des célébrations qui marquèrent l’achèvement de la restauration de la cathédrale de Reims5.

  • 6 [N.R.F., 1912]
  • 7 Voir à ce sujet notre article, « Claudel et le Ludus paschalis du couvent d’Emmaüs : jeu liturgique (...)

2Ce spectacle, on le voit, s’appelle un « Jeu ». Lorsqu’en 1910 Claudel reprend sa Jeune Fille Violaine sous la forme de L’Annonce faite à Marie, il la baptise « mystère en quatre actes et un prologue »6, alors que l’on sait qu’un élément déterminant de la réécriture a été l’assistance à Prague, à un jeu liturgique, le Ludus paschalis donné au couvent d’Emmaüs le 5 avril 19107. La confusion entre « mystère » et « jeu » est manifeste – tout à fait innocente d’ailleurs pour des esprits qui considèrent les deux termes comme synonymes.

  • 8 Voir lettre de R. Rebstock à Claudel du 27 février 1946, lui annonçant, survenu quatre semaines aup (...)

3Nous allons examiner deux textes peu connus d’un auteur oublié : il s’agit de La Nuit de Noël et du Mistère de Jeanne d’Arc de René Schwob (1895-1946) ; le premier a paru en 1941 à Montréal aux éditions de L’Arbre dans un recueil intitulé Cinq Mystères en forme de retable, après avoir été joué le 24 décembre 1940 dans l’église de Vence (Alpes-Maritimes) où résidait l’auteur. Convaincue par notre travail sur Claudel qu’il s’agit, ici encore, plus d’un « jeu liturgique » (moderne) que d’un mystère à proprement parler, nous en étudierons, à la lumière d’un « vrai » Ludus de Nativitate médiéval, les caractéristiques génériques, la paraphrase biblique et l’intention sublime inscrite dans l’humilité de la forme. La comparaison avec Le Mistère de Jeanne d’Arc, publication posthume8, paru chez Albin Michel quelques mois après la mort de l’auteur en 1946, nous convaincra de cette distinction.

Un « mystère » en forme de jeu

  • 9 Cinq Mystères, op. cit., p. 9.

4L’ouvrage intitulé Cinq Mystères en forme de retable n’en comporte en fait que trois : La Nuit de Noël ; L’Adoration des Mages ; Le Drame de la Passion. Sont annoncés pour un deuxième volume La Descente aux Enfers et La Pentecôte, mais il semble que ce second volume n’ait jamais paru, et même peut-être que Schwob n’ait jamais écrit ou achevé les deux dernières pièces. Le choix d’un éditeur canadien s’explique par les circonstances de l’époque et la difficulté, pour un auteur d’origine juive en particulier, de publier en France pendant la guerre. D’ailleurs, l’éditeur Robert Charbonneau précise : « Il est possible que les circonstances ne nous permettent pas de recevoir La Pentecôte avant la fin de la guerre »9 : de fait il ne le recevra jamais.

5Les deux premiers textes sont explicitement sous-titrés « mystère ». Ce sont des textes courts en prose, d’une cinquantaine de pages chacun ; le premier, dont nous nous occuperons tout particulièrement, est divisé en dix-huit scènes brèves, le second en deux actes correspondant respectivement à L’Épiphanie et au massacre des Saints Innocents. Le Drame de La Passion, beaucoup plus long, ne porte aucun sous-titre, comme si « drame » se substituait à « mystère », et occupe à lui seul la moitié du volume ; il présente trois actes où intervient notamment « la foule », la turba évangélique, qui lui confère d’emblée une dimension plus importante. Néanmoins le problème générique reste entier.

6La terminologie médiévale en effet tend à assimiler « drame » et « jeu » liturgiques et à les distinguer du « mystère », forme plus tardive, datant du xive siècle, beaucoup plus développée et écrite en langue vernaculaire, tandis que les drames liturgiques, remontant au ixe siècle, étaient composés en latin. Or nous allons voir qu’en réalité le modèle de René Schwob est beaucoup plus le jeu liturgique que le mystère proprement dit.

  • 10 Par exemple celui du manuscrit latin 4660 de la Staatsbibliothek de Munich, provenant de l’abbaye d (...)
  • 11 Par exemple celui de Benediktbeuern, voir note précédente ; également le ms latin 201 de la bibliot (...)
  • 12 Voir Dictionnaire des Lettres françaises, Le Moyen Âge, article « Drame liturgique » par É. Lalou e (...)
  • 13 Par exemple le ms d’Orléans ci-dessus évoqué, également des versions indépendantes à Saint-Martial (...)

7Tout d’abord, la titrologie : La Nuit de Noël, L’Adoration des Mages, La Descente aux Enfers correspondent à des titres de lusus, respectivement Ludus de Nativitate10, Officium stellæ11, Descensus ad Inferos12, le massacre des Innocents que Schwob adjoint à son Adoration des Mages constituant alors un « jeu » distinct intitulé Ordo Rachelis13. Incontestablement, les titres choisis par Schwob se rapprochent plus de ceux de jeux liturgiques, et semblent contredire le titre générique de « Mystères ». La question que l’on peut dès lors se poser est celle de la connaissance que René Schwob pouvait avoir de ces distinctions et de la pertinence de son choix.

  • 14 Il fut baptisé en novembre 1926.
  • 15 Le Théâtre catholique…, op. cit.
  • 16 Henry Phillips, p. 142.
  • 17 Donné en 1934 à Liège, en 1935 et 1936 à Paris, en 1938 à Montréal, ville de l’éditeur de nos « mys (...)
  • 18 Henry Phillips, op. cit., p. 179. Mgr Paul Rémond a été évêque de Nice de 1930 à sa mort en 1963. C (...)

8Un homme comme lui, cultivé, lié à des milieux intellectuels, et, après sa conversion14, ecclésiastiques, ne pouvait ignorer l’efflorescence du théâtre catholique en France dans la première moitié du xxe siècle, telle que l’a étudiée Henry Phillips15. Dans les années trente en particulier ont lieu de nombreuses manifestations, comme les représentations données par les Théophiliens, étudiants de Gustave Cohen – lui aussi juif converti – qui reconstituent les conditions de la mise en scène du théâtre médiéval16, Le Mystère de la Messe d’Henri Ghéon17, les représentations de la Passion d’Arnoul Gréban sur le parvis de Notre-Dame en 1935 et 1937, ou encore les créations des Comédiens Routiers créés par le P. Doncœur au sein du scoutisme français : certes, dans ce dernier cas, il ne s’agit pas de théâtre médiéval, mais on sait que Schwob a été en relation avec Maurice Jacquemont, ancien Routier. On notera en outre que le livre de Louis-Marcel Raymond intitulé Le Jeu retrouvé, qui s’intéresse au renouveau du théâtre religieux, est publié en 1943 à Montréal aux éditions de L’Arbre, comme nos Cinq Mystères. Enfin, élément essentiel, la demande des milieux ecclésiastiques, et en particulier, en ce qui nous concerne, l’intérêt que porte au théâtre religieux Mgr Paul Rémond, évêque de Nice. Ce dernier avait assisté en 1936 à une représentation d’un « jeu de circonstance » intitulé Le Loup saint Paul et l’Agneau Jésus-Christ, commandé à Henri Brochet par le Petit Séminaire Saint Paul de Cannes18. Or, justement, Schwob se trouvait installé à Vence, dans le diocèse de Nice, depuis 1930, et sa production s’inscrit d’autant plus précisément dans ce contexte qu’en 1940, la défaite coupe court à son projet d’entrer au séminaire.

  • 19 Jean Du Rostu, « Adieu à René Schwob », Études, no 248, 1946, p. 416.

9Le mystère intitulé La Nuit de Noël, le premier de la série, lui a en effet été demandé par un vicaire19 pour être joué dans l’église (ancienne cathédrale) de Vence, le soir de Noël 1940. Nous en avons un compte rendu dans l’article nécrologique que Jean Du Rostu consacra à Schwob dans la revue jésuite Études :

Les répétitions furent orageuses : non seulement les jeunes, comme il convient, ne savaient pas leurs rôles, mais des discussions épineuses surgirent autour des masques qui avaient été prévus pour certains personnages et qui furent finalement abandonnés pour ne pas scandaliser « les bonnes femmes ». Enfin, le 24 décembre, de 11 heures à minuit, le mystère se déroula dans une atmosphère de réalisme simple et pénétrant : les réalités visibles n’avaient pas gêné les invisibles ; le mystère avait préparé la messe.

  • 20 Ibid., p. 417. Cf. Préface de la Nativité : « ut dum visibiliter Deum cognoscimus, per hunc in invi (...)

Repris quelques jours plus tard dans une salle de spectacle, le même mystère, malgré les fameux masques et des éclairages étudiés, sembla moins émouvant, tant il est vrai que la place d’un mystère est à l’église ou sous son porche20.

  • 21 Correspondance inédite conservée aux archives de l’évêché de Nice, et reproduite dans le mémoire de (...)

10Quant à la Passion, on sait, grâce à la correspondance entre René Schwob et Mgr Rémond21 – qui lui conféra la tonsure quelques heures avant sa mort, le 27 janvier 1946 –, qu’elle était aussi destinée à la représentation :

  • 22 Lettre inédite du 31 octobre, sans millésime : 1941 ? Nous ignorons si ce projet eut une suite : il (...)

Monseigneur,
Abadi sort d’ici – déçu comme moi par l’abandon de l’abbé Martin en route vers les grandeurs. Mais, loin de renoncer au projet dont Votre Excellence lui a donné le goût, il venait au contraire m’entretenir d’une de ces occasions providentielles que mon Mystère a déjà plusieurs fois éprouvées. Abadi est, en effet, avec trois autres, à l’origine du « Théâtre des Quatre Saisons » à la première représentation duquel j’assistai (avec enthousiasme), à Paris, en 1939, en compagnie de Pierre Bertin. Les 4 Saisons depuis la guerre se sont scindées : il en reste deux en zone libre qui, sous la direction de M. Jacquemont, donnent la semaine prochaine une représentation à Nice. Jacquemont est un ancien routier pour qui Abadi […] a la plus grande estime. Il me conseille de le voir, de lui parler de ma Passion et des souhaits de Votre Excellence. Il me dit qu’il a un goût parfait – et la foi ; que, seul, il est capable de faire aboutir nos projets […]. Je me permets d’écrire à Votre Excellence pour éviter toute perte de temps […] Ce mot pour m’assurer que Votre Excellence est toujours dans les mêmes dispositions à l’égard du Mystère. J’ajoute que j’ai soudainement pensé qu’un vieil ami à moi, excellent compositeur, pourrait remplacer l’abbé Martin. Malheureusement c’est encore un Juif – mais comme il est Bénédictin… C’est l’ex Emmanuel Jacob aujourd’hui Père Clément à En Calcat. Peut-être si Jacquemont entreprend la mise en scène aurez-vous la bonté d’écrire à son Père Abbé pour qu’il donne son autorisation22.

11Nous n’avons cependant aucun document attestant de l’achèvement de cette entreprise.

« Paraphrase évangélique »

12Telle est l’expression dont René Schwob qualifie lui-même ses « mystères » dans une lettre qu’il adresse à son éditeur canadien :

  • 23 Lettre de R. Schwob à Robert Charbonneau, sd, dont seul ce fragment est cité dans l’avant-propos de (...)

pendant que le destin du monde est en train de se jouer, il me semble impossible d’écrire rien d’autre que des paraphrases évangéliques23.

  • 24 Rien ne prouve que Schwob ait connu le premier, « Beth-Saïda », publié par Paterne Berrichon dans L (...)
  • 25 Voir Rimbaud, Œuvres complètes, éd. A. Guyaux, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p.  (...)
  • 26 Voir à ce propos X. Tilliete, « L’exégèse lyrique au xixe siècle », dans son recueil Les Philosophe (...)

13L’expression est intéressante à plusieurs titres : d’abord parce qu’elle rappelle un genre moderne, celui de la « prose évangélique » illustrée par trois curieux textes de Rimbaud24 qui relèvent effectivement du genre de la paraphrase25, et se rattachent eux-mêmes, de près ou de loin, à l’« exégèse lyrique » du romantisme tardif26 ; ensuite parce que la paraphrase évangélique est évidemment le fondement du jeu liturgique médiéval. Nous allons l’étudier dans La Nuit de Noël que nous comparerons à cet effet au Ludus de Nativitate de Benediktbeuern.

  • 27 Le rapport à la chantefable anonyme ne semble pas aller au-delà de l’emprunt des noms.
  • 28 Ils sont totalement absents du Ludus.

14La trame du « mystère » de Schwob est bien sûr le récit de la Nativité au second chapitre de l’évangile de saint Luc, auquel s’ajoutent des éléments de folklore traditionnel (n’oublions pas que Schwob est au pays des santons), et aussi, certainement, une connaissance du jeu médiéval, mais dont nous n’avons pu identifier la source exacte. Alors que dans ce dernier les personnages intervenant autour de la Sainte Famille et des acteurs des scènes de Noël (Anges, bergers, Mages, Hérode) sont tous « ecclésiaux » (prophètes : Isaïe et Daniel, ou assimilés : Balaam, Aaron, auxquels s’ajoute la Sibylle des Intertestamentaires ; Père de l’Église : saint Augustin), ou tirés d’autres lieux évangéliques (Élisabeth ; le chef de la Synagogue, Archisynagogus, deux juifs), chez Schwob nous voyons évoluer toute une crèche populaire, avec Aucassin et Nicolette27, braves petits commerçants qui ont offert au couple, dans leur écurie, l’hospitalité refusée par le logeur et la logeuse, Le Brun et La Blonde ; le bœuf et l’âne28 pourvus de noms (respectivement Poilourd et Le Lustré) et de la parole, d’autres animaux défilant, posant ou parlant (les grenouilles), un petit garçon nommé Loulou, Jeannette la fille du vieillard Siméon et son amie Suzanne, une pléiade de paysans et de bergers qui amènent leurs enfants, parmi lesquels se trouvent quelques prédestinés nommés Simon-Pierre, Jean, Madeleine, Judas, enfin les jeunes époux du bourg, parents des futurs Innocents. C’est tout ce petit monde qui, dans son langage, brode autour de l’Évangile et des textes liturgiques. Ainsi au début, Aucassin et Nicolette commentent-ils l’arrivée des étrangers :

Nicolette. – C’est des simples. Soi-disant qu’y viennent de Nazareth pour le dénombrement.

  • 29 Cinq Mystères, p. 17. Cf. Ioh. 1, 46 : A Nazareth potest aliquid boni esse ? (Quelque chose de bon (...)

Aucassin. – Et pourtant le proverbe le dit : Il n’en peut venir rien de bon (il rit de tout son cœur). Y faut ben sûr que quelqu’un s’trompe : si c’est pas l’proverbe, c’est nous29

  • 30 Prolepse par rapport à la chronologie évangélique, analepse par rapport à la tradition de lecture b (...)
  • 31 Cinq Mystères, p. 18. Cf. I Reg. 28, 7 sq.
  • 32 Ibid., p. 19. Cf. Ioh. 3, 16-17

15Ainsi la scène johannique de la conversion de Nathanaël – évidemment postérieure à la Nativité – se trouve-t-elle, par un double effet de prolepse et d’analepse30, lexicalisée et mise au service d’un « effet de réel » donnant vie et animation au dialogue. Il en ira de même à la page suivante, lorsque Nicolette, intriguée par les « sortilèges » qui semblent habiter cette étrange nuit, se propose d’« aller consulter la voyante d’Endor »31, réactualisant au passage l’histoire de Saül qui eut elle-même une importante fortune littéraire. Puis c’est au bœuf de paraphraser la grande profession de foi de saint Jean : « T’as entendu dire aussi qu’y voulait maintenant leur envoyer son Fils unique soi-disant pour les sauver »32, tandis que le Père Tuvache et une paysanne vont, sur le même ton, s’approprier les paroles de l’Ange de la messe de Minuit :

Père Tuvache. – Soi-disant qu’y disaient comme ça qu’c’était pas une nouvelle à garder pour nous ;

  • 33 Ibid., p. 23. Cf. Luc, 2, 10 : « Nolite timere : ecce enim evangelizo vobis gaudium magnum, quod er (...)

Une Paysanne. – oui, c’est ça qu’y répétaient : y a une bonne nouvelle pour tout l’monde33,

  • 34 Ibid., p. 25 : « aucassin. – Comment, vous savez pas ? Y a des anges qui viennent raconter les dern (...)
  • 35 Qui a également un rôle important dans le Ludus de Nativitate.

16– laquelle « bonne nouvelle » deviendra un peu plus loin, dans la bouche d’Aucassin qui se souvient peut-être de Léon Bloy, « les dernières nouvelles »34 ; et son interlocuteur non identifié, qui n’est rien moins que Satan35, d’enchaîner, du ton du sceptique, mais dans un langage urbain, sur la chute de Lucifer et la preuve de saint Thomas :

  • 36 Cinq Mystères, op. cit., p. 25. Cf. Is. 14, 12 sq. et Ioh. 20, 24 sq.

Satan. – Il ne faut pas trop croire ces histoires du ciel. Que ne raconte-t-on pas ! vous n’avez pas entendu dire que le plus beau de tous [les anges] en serait tombé un jour sous prétexte qu’il refusait de se soumettre. Sornettes que tout cela, bonnes à troubler l’esprit. La vérité, voyez-vous, c’est ce qu’on voit, ce qu’on touche. Voilà du solide pour un homme comme vous36.

  • 37 Ibid., p. 32. Cf. Marc 8, 33 et Gen. 3, 15.

17Plus loin une didascalie faisant suite à une paraphrase du récit du péché originel par le Serpent fera intervenir des voix lui appliquant le Vade retro Satana associé à la prédiction de la Genèse : « le pied d’une femme t’écrasera »37.

  • 38 Ibid., p. 27. Cf. Is. 11, 1, « Et egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet (...)
  • 39 Is. 9, 6.
  • 40 Num. 17, 6 sq.
  • 41 Ludus de Nativitate, v. 64-67, op. cit., p. 174.
  • 42 Cinq Mystères, p. 27 et fin de l’évangile de la messe de Minuit, Luc 2, 14, suivi du Pax vobis de l (...)

18Une seule fois dans tout le mystère, la paraphrase biblique se coule dans la forme d’un poème – qui est le mode d’expression ordinaire, hors didascalies, des personnages du Ludus. Il s’agit ici d’un morceau attribué à « des voix » accompagnées « de bruits de harpe et de violons », composé de quinze vers, alternance d’hepta- et d’octosyllabes. L’intérêt de ce petit texte est qu’il mêle des éléments tirés de la Bible, de la tradition populaire et pastorale, et qu’il pourrait peut-être être la preuve d’une lecture par Schwob d’un jeu médiéval ; la chanson s’ouvre sur une paraphrase d’Isaïe 11, 1, grande prophétie messianique : « La racine sèche a fleuri »38 et se poursuit avec « Un petit enfant nous est né », le Puer natus est nobis, d’Isaïe toujours, qui ouvre la messe du jour de Noël39. Mais justement le Ludus de Nativitate brode longuement sur ce thème, dans un petit poème prononcé par Aaron qui superpose la verge d’Aaron40 et celle d’Isaïe pour en faire le symbole de la virginité de la mère du Christ : Vt hec virga floruit / omni carens nutrimento, / sic et virgo pariet / sine carnis detrimento41 ; or il semble bien que l’ajout de l’adjectif « sèche » chez Schwob opère également la superposition entre la branche d’Aaron et la tige d’Isaïe. Suit l’invitation familière « Venez bergers, venez bergères », avant que le petit poème ne se referme sur « Gloire à Dieu au plus haut des cieux : et que la paix soit avec vous »42, citation qui associe la parole de l’Ange de Noël et celle du Christ ressuscité.

  • 43 Ibid., p. 31-32.
  • 44 Voir La Salette. Témoignages, Bloud et Gay, 1946, p. 151-153. On apprend dans cet article anonyme, (...)

19Outre la Bible, il semble que Schwob utilise aussi les apocryphes et les traditions populaires : on notera en particulier, dans la scène du Serpent, la didascalie « dressé, d’un ton équivoque », à laquelle répond, dans la tirade du personnage évoquant son exploit auprès d’Ève, la mention : « Alors, depuis, je n’arrive plus à me tenir debout (il retombe) »43, qui rappelle, en particulier, la tradition iconographique éthiopienne présentant le reptile d’abord muni de pattes, puis réduit à ramper. Enfin, la triple mention des larmes de la Vierge renvoie certainement à l’apparition de La Salette44. Le « mystère » est ainsi actualisé.

Familier et sublime : le « mystère » personnel

20Nous avons pu voir que dans La Nuit de Noël de René Schwob se trouvent un certain nombre d’éléments qui laissent à penser qu’il avait une certaine connaissance du genre du jeu liturgique médiéval qui reste la matrice de sa création. Néanmoins, s’il est vraisemblable qu’il utilise le terme de « mystère » par commodité et par effet de mode, à une époque où ce sens s’est dilué et recouvre des œuvres aussi différentes que L’Annonce faite à Marie ou les Mystères de Péguy, il n’en reste pas moins que La Nuit de Noël présente une des caractéristiques les plus visibles du vrai mystère médiéval : le mélange de style haut et de style bas, que Schwob fait servir à un dessein beaucoup plus personnel et intime : la confession de foi, à inflexion apologétique, d’un juif converti au catholicisme.

  • 45 Ludus, p. 173 : « Tercio loco Sybilla (sic) gesticulose procedat, que inspiciendo Stellam cum gestu (...)
  • 46 Ibid., p. 175 : « Et Asinus, cui insidet Balaam, perterritus retrocedat » (« Et que l’Âne, que chev (...)
  • 47 Ibid. : Archisynagogus cum suis Iudeis valde obstrepet auditis prophetiis, et dicat trudendo socium (...)
  • 48 Ibid., p. 189.
  • 49 Voir Arnoul Gréban, Le Mystère de la Passion, trad. et présentation de Micheline de Combarieu et Je (...)
  • 50 Autre souvenir vraisemblable de Dom Juan : la disparition de Satan à la fin d’une scène où il donne (...)

21Le plus immédiatement visible est le style bas, correspondant au statut des bergers et paysans qui occupent l’essentiel de la scène. Cet effet est absolument étranger au Ludus de Nativitate où, comme nous l’avons dit, tous les personnages, même les Bergers ou le Diable, s’expriment en vers latins, donc d’une façon très stylisée. Seules les didascalies (toutes au subjonctif) sont porteuses d’éléments de comédie, voire de farce : gesticulation de la Sibylle45, terreur de l’ânesse de Balaam46, mauvaise humeur des juifs47. Certes, ces courts vers latins peuvent avoir une allure familière (par exemple le refrain « Heu, heu, heu » des mères des Innocents48) : ils n’en restent pas moins une forme sophistiquée, rimée et rythmée, nourrie de citations bibliques et liturgiques auxquelles le latin laisse leur forme intégrale : nous sommes aux antipodes du réalisme paysan voulu par Schwob, qui outrepasse largement aussi le langage familier dont use Arnoul Gréban quand ses personnages s’expriment, dans les dialogues, en octosyllabes49. Schwob a recours à des tournures paysannes et populaires, comme les paysans de Molière dans Dom Juan50 ou ceux de Huysmans dans En Rade : « not’femme », « J’voulions aller porter les châtaignes à Jérusalem », « depuis qu’vous êtes partis vous deux l’Lustré », pratique l’élision systématique des conjonctions, la substitution de « y » à « il[s] », la graphie « pus » pour « plus », « queu’chose » pour « quelque chose », etc. Ce langage est réservé aux humbles parmi les humbles : Joseph et la Sainte Vierge usent quant à eux d’un style moyen, familier mais parfaitement correct, tandis que Satan a un langage plus relevé de pédant. Il est évident que les nombreuses citations bibliques disposées dans ces discours ont pour fonction de les unifier de l’intérieur et de leur donner la teneur mystérieuse et sublime qui convient à l’événement.

  • 51 Il se peut que Schwob fasse entrer ici une image du peuple, à la fois humble et sublime, qui lui es (...)
  • 52 Par exemple p. 180, la scène même de la naissance : Deinde Maria vadat in lectum suum, que iam de S (...)

22Les situations participent aussi de cette combinaison de l’humble et du sublime51. Alors que le Ludus de Nativitate pratique, au profit de l’expression des prophéties, l’ellipse sur les realia bien connus de la Nativité, réduits à de courtes didascalies52, Schwob se plaît à évoquer la tendresse de la crèche, non sans quelques clins d’œil à ses contemporains : ainsi le dialogue entre le bœuf et l’âne, qui s’expriment dans le même langage que leurs maîtres, n’est-il pas sans rappeler le « climat de la crèche » dans l’Ève de Péguy ou Noël ou le Mystère de la Nativité de Maurice Bouchor ; mais il y a plus : la teneur de leurs propos fait apparaître une véritable « conversion » de ces humbles bêtes, que le voisinage de Joseph et de « la p’tite Marie » rend « de bonne volonté » : les ronchonneurs du début (« C’est pas pour dire, hein vieux ? mais c’quy sont embêtants nos patrons avec leurs châtaignes à transporter et leur espèce de sacré petit charreton à traîner. Y pourraient pas nous laisser tranquilles une fois l’temps ») deviennent des « bêtes nouvelles », de vrais serviteurs évangéliques :

Poilourd. – Oh ! elle est gentille, la p’tite Marie, comme y l’appellent ; c’que j’aimerais travailler pour des gens comme ça !

  • 53 Cinq Mystères, p. 20-21, et p. 18-19 pour la citation précédente. Le « neuf » est un grand thème de (...)

Le Lustré. – Et moi donc ! C’est pour le coup qu’j’irais tous les jours à Jérusalem et qu’j’te traînerais l’charreton et que j’te porterais des châtaignes. Tu trouves pas qu’elle a un peu des yeux comme nous ? On dirait qu’y a pas place pour le mal dans ces yeux-là. C’est pas elle qui nous donnerait des coups. Foin de Lustré ! J’suis ben sûr qu’elle prendrait sur elle la charge plutôt que d’nous blesser. Depuis que j’l’ai regardée y m’semble que j’ai quelque chose de neuf dans le cœur53.

  • 54 Voir La Femme pauvre, [Mercure de France, 1897], Gallimard, « Folio », 1980, Ire partie, chapitres (...)
  • 55 Ibid., p. 28 : « Salut les enfants ! Alors, vous voilà rassemblés comme au temps de l’Arche. Savez- (...)

23Il y a très certainement ici un souvenir du beau passage de Bloy dans La Femme pauvre où il évoque l’ami des Bêtes, inspirateur de Marchenoir54 : ici comme chez Bloy c’est, à travers eux, un retour au monde antélapsaire qui se dessine, et que Schwob sait joliment mettre en scène par la gracieuse fantaisie du pèlerinage des animaux autour de Joseph55, ou par la discrète tendresse d’une touche de merveilleux dans la description didascalique de la crèche animée :

  • 56 Ibid., p. 32-33. Pour la colombe, on peut penser à une variation sur le Cantique des Cantiques, II, (...)

On se trouve brusquement à l’intérieur de la grotte faiblement éclairée. Tout y est silencieux et doux. L’âne a mis ses oreilles sous la tête du petit Jésus en manière d’oreiller. Le bœuf souffle sur ses pieds pour les réchauffer. Il est entièrement nu dans une mangeoire pleine de paille. Un chien sommeille tout recroquevillé. Une colombe s’est blottie au creux du coude de la Sainte Vierge. Après le tumulte effrayant, la paix ruisselle de ce décor de pierres et d’ombres pourtant sans aménité56.

24L’intertextualité schwobienne laisse penser que le « tumulte effrayant » n’est pas seulement celui de l’agitation ambiante, mais aussi et surtout celui qui a accompagné Schwob lui-même pendant les longues et douloureuse années pendant lesquelles s’est accomplie sa conversion.

25La superposition du familier et du sublime apparaît également dans l’invention originale qui amène à la crèche, enfants, les futurs compagnons du Christ pendant sa vie publique. Elle permet à Schwob de dire en des termes simples la profondeur mystérieuse de la vocation. La série est annoncée par un personnage fictif, le petit garçon Loulou, qui apparaît vite comme une réécriture familière de l’épisode vétéro-testamentaire de la vocation de Samuel :

  • 57 Ibid., p. 33. Cf. I Reg. 3, 1-10.

[…] J’ai senti quelque chose qui me disait qu’il fallait tout de suite me lever […] je n’avais pas besoin des anges des autres, moi, pour me parler. C’est le mien qui m’a prévenu. Oh ! Je le connais bien ! Il ne me quitte jamais. Et je l’entendais me répéter : Loulou ! Loulou ! Il faut aller voir le petit Jésus. Le petit Jésus est tout nu. Il a froid. Il veut te voir. C’est pour toi qu’il est venu. Il faut lui porter quelque chose, Loulou […] Alors j’ai plus pu résister. Je suis venu57.

  • 58 Ibid., p. 53.
  • 59 Ibid., p. 55. Cf. Ioh. 13, 25 ; 21, 20.
  • 60 Ibid., p. 56.
  • 61 Ibid., p. 60.

26Se succéderont ensuite, venus avec leurs enfants, les parents du petit Pierre, du petit Jean, de la petite Madeleine ; assorties d’humbles miracles (par exemple, Lucas, le père de Simon-Pierre, veut apporter en présent des brindilles qui toutes, spontanément, se mettent en forme de croix), ces scènes sont pleines d’un tissu prophétique qui attribue à chacun sa vocation propre : quand Marie prend Pierre par la main, il résiste avant de se trouver « tout transformé »58 ; le petit Jean déclare qu’il « voudrai[t] mettre [s]a tête sur son petit cœur [i.e. de l’Enfant Jésus] »59 ; Madeleine, « un peu coquette »60, qualifiée de « gentille petite, une petite folle » gagne l’affection de la Vierge. Judas, quant à lui, « l’air sournois », demande à embrasser l’Enfant « qui se met à gémir »61. Ainsi chacun est-il campé, d’emblée et par les moyens d’un pittoresque de la simplicité, dans son personnage évangélique.

  • 62 Ibid., p. 54.

27Mais l’essentiel est ailleurs. Dans la scène du petit Jean, Schwob fait apporter par le père en présent « son plus tendre agneau »62 ; on voit ainsi la thématique de Pâques se greffer sur celle de Noël. La Vierge refuse de le tuer, et décide de « le présenter à l’autel en même temps que le petit enfant ». C’est, derrière la simplicité apparente du propos, toute la théologie du sacrifice eucharistique qui est exprimée :

  • 63 Ibid., p. 54-55. Cf. Ex. 12, 3, texte lu à l’église les Vendredi et Samedi Saints.

Dieu fera le choix qu’il voudra. Il rendra l’un pour l’autre ou bien Il les prendra tous les deux. Il y a si longtemps que le peuple de Dieu y pense à ce sacrifice de l’agneau. C’est Moïse le premier qui nous a ordonné de le faire. Qui sait ? peut-être mon enfant va-t-il se confondre avec cette petite bête qui bêle. Le sang a une grande vertu et nous ne comprenons pas toujours à quel point il est précieux ce sang des bêtes. S’il faut un jour à Dieu une victime plus digne, il n’oubliera pas ceux qui lui ont offert leurs agneaux. Et vous, Grégoire, vous aurez pris part à ce grand festin de l’attente qui se déroule sans trêve sur la pierre de l’autel. Vous aussi, sans le vouloir, vous aurez eu votre rôle dans le grand drame qui se joue entre le ciel et la terre63.

28Propos bien graves tout d’un coup, qui résument l’épître aux Hébreux. Deux nouvelles pistes d’interprétation s’en dégagent pour l’ensemble du mystère : la dévotion particulière de Schwob pour l’Eucharistie, et l’apologétique spécifique destinée à ses frères d’origine, les juifs.

  • 64 [Plon, « Le Roseau d’Or », 1928].
  • 65 Voir notamment Moi, juif, p. 70 : « Tout cela combiné fit qu’à la grand’messe d’aujourd’hui, la pre (...)
  • 66 Conformément au sens hébraïque du mot. Cinq Mystères, p. 48 : « Il a fallu nous mettre en route mal (...)

29Dans ses ouvrages autobiographiques, et notamment dans Moi, juif. Livre posthume64, René Schwob raconte comment, après un baptême encore sceptique et des années d’incertitude, c’est la messe et l’eucharistie qui ont achevé de le convertir65. La Nuit de Noël s’en fait l’écho, avec l’insistance sur Bethléem « ville du Pain »66, l’éloge par la Vierge de la farine et du vin offerts par les bergers :

Elle est si blanche, si douce au toucher, tous les grains sont fondus ; et vous êtes comme elle, mes amis, tous rassemblés au point qu’on ne peut plus vous discerner dans l’ombre. C’est cela l’amour que’il faut que vous ayez les uns pour les autres et aussi pour ce petit enfant qui vient vous sauver. […]

Non ! non ! ne regrettez pas de nous l’avoir apportée ; nous la cuirons sous la cendre et nous la mangerons en mémoire de vous. Ainsi resterons-nous longtemps unis jusqu’à ce qu’un froment plus pur soit moulu pour nous.

  • 67 Cinq Mystères, p. 57-58.

Mais il me semble que vous apportez aussi de votre vin […] Ah ! voyez-vous, tout : le bois, le vin, la farine et cet agneau, ce sont là des offrandes dont Dieu ne peut pas se passer67.

  • 68 Ibid., p. 44.

30Cette évocation très concrète des espèces eucharistiques s’inscrit dans une perspective messianique et figurative. Schwob fait adopter à ses personnages un point de vue juif et l’adapte subtilement à la foi nouvelle qu’il présente comme l’accomplissement des prophéties. Ainsi de ces paysannes s’entretenant de leurs enfants : « Moi, je donnerai de l’instruction au mien : il chantera à la Synagogue » / « Et moi, je voudrais que le mien soit un jour Grand-Prêtre »68, ou de Suzanne évoquant Siméon, le père de Jeannette :

  • 69 Ibid., p. 42.

C’est ton père qui va être content ! lui qui passe sa vie au Temple en suppliant Dieu de lui envoyer le petit Messie pour qu’il le touche avant de mourir69.

31Ainsi le mystère entier se présente-t-il comme une douce propédeutique que Schwob s’adresse à lui-même ainsi qu’à ses anciens coreligionnaires, pour leur enseigner le passage simple et naturel, en même temps qu’éminemment mystérieux et surnaturel, des prophéties à leur réalisation :

  • 70 Ibid., p. 41-42.

Suzanne. – N’empêche ! c’est une fameuse grâce d’avoir le Messie dans nos murs
[…]
Tu te rappelles ce que ton père nous lisait toujours : « Et toi Bethléem, tu ne seras pas appelée la plus petite des villes de Juda ». Tu te rappelles cette fameuse phrase qu’on ne comprenait pas ? On la comprend à présent70

  • 71 Ibid., p. 65.

32de même que la conversion finale du sceptique et pharisien Aucassin consonne, dans la réplique finale, avec un leit motiv des écrits de Schwob : « Il n’y a donc que les repentis pour avoir toutes les faveurs »71.

  • 72 Ibid., p. 62.
  • 73 René Schwob, « En Terre Sainte », La Revue universelle, mars 1940, p. 412. Schwob est allé en Terre (...)

33Le jeu liturgique est devenu une confession individuelle, doublée d’une profession de foi et d’un appel : le miracle de la crèche qui s’éclaire d’« un éclat aveuglant »72 est le signe de cette volonté discrètement prosélyte qui anime un « mystère » moderne écrit en plein « tumulte effrayant » d’une guerre qui rendait particulièrement actuelle cette méditation sur Bethléem, « le port où le vaisseau céleste aborda. Un port dont on ne peut imaginer l’accablante pauvreté »73.

Le Mistère de Jeanne d’Arc, ou les deux Églises

  • 74 On notera que le mot de « mistère » est ici orthographié avec un « i », alors qu’il l’était avec «  (...)
  • 75 Par exemple l’édition de Pierre Champion, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, texte, traduction (...)
  • 76 Flammarion, 1900.
  • 77 [Ollendorff, 1904], rééd. Librairie théâtrale, 1929. Destiné au théâtre du Peuple de Bussang. Il y (...)

34On ignore tout des circonstances de la composition par Schwob de cet autre « mystère »74, en prose lui aussi, sans doute écrit à l’extrême fin de sa vie. Sa présentation se rapproche beaucoup plus du Drame de la Passion que des deux mystères de Noël : trois scènes, la première située à Rouen, le lendemain du supplice de Jeanne ; la seconde, elle-même subdivisée en deux moments, l’un se passant à Reims, l’autre à Domrémy ; enfin, la troisième scène est un court « Épilogue au ciel ». Si l’ouvrage n’est pas très long, il fait néanmoins intervenir un grand nombre de personnages, surtout dans la première scène, où l’on peut identifier, en se munissant du Procès de condamnation de Jeanne d’Arc75, de multiples acteurs historiques, gardiens de Jeanne, juges, docteurs en théologie, chanoines de Rouen, le général anglais Warwick, l’évêque Cauchon. Schwob suppose cette trame parfaitement connue de son lecteur, ne spécifie nullement la fonction de chacun de ces personnages et ne nous gratifie même pas d’une liste des dramatis personæ. Il est vrai que la multiplication des œuvres sur Jeanne d’Arc dans la première moitié du xxe siècle, à la suite des deux procès en béatification (18 avril 1909) et en canonisation (16 mai 1920) rendait peut-être ces précisions inutiles. Il est difficile de dire quelles sont, en dehors du Procès, les sources littéraires de Schwob au milieu de ce foisonnement. On mentionnera, à titre de probabilité, La Première Vision de Jeanne d’Arc, de Maurice Bouchor76, La Passion de Jeanne d’Arc de Maurice Pottecher77, qui ne sont pas présentées comme des « mystères ».

35De l’esthétique du mystère relève le mélange des styles : style bas dans la première scène, langage familier des deux gardiens de prison de Jeanne, réalisme cynique des accusateurs ; tonalité douce et tendre dans l’évocation de Jeanne par ses anciens compagnons, et simplicité sublime quand Jeanne elle-même intervient, dialoguant avec l’expression paysanne mais parfaitement correcte de sa mère Isabelle. La familiarité se retrouve à la fin, avec les demi-chœurs d’enfants qui chantent, comme dans L’Annonce faite à Marie, de petits refrains à la gloire de la France.

  • 78 La présence de ces personnages semble prouver que Schwob connaissait Le Mistère du siège d’Orléans,(...)

36Surtout, Schwob fait appel au merveilleux, et d’une manière assez originale. Dans le premier tableau de la seconde scène, alors que le page de Jeanne, Mugot, et deux de ses compagnons, Jean de Metz et Bertrand de Poulengy78 s’entretiennent devant le portail de la cathédrale de Reims – toujours après le supplice –, Jeanne leur apparaît ; mais il ne s’agit pas d’une apparition « ordinaire » : c’est plutôt une métamorphose de Jean de Metz qui « devient » Jeanne, comme l’indique une didascalie :

  • 79 Mistère de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 59.

Pendant ces dernières paroles, la nuit s’est épaissie. Mugot et Bertrand sont devant le portail large ouvert de la cathédrale. Jean, resté en arrière, a repris sa vraie figure : c’est Jeanne dont la cuirasse par instant étincelle à la lueur des lampes de la nef.79

  • 80 Ici encore on songe à l’Ève de Péguy, qui réunit en son finale sainte Geneviève et Jeanne d’Arc.

37Cette apparition, fortement émotionnelle, a pour fonction de révéler un « dernier secret » : la trahison de Jeanne par Monseigneur Regnault de Chartres. Dans le second tableau, c’est encore sous un déguisement, celui d’une religieuse, que Jeanne apparaît à Domrémy, si bien que sa mère tout d’abord ne la reconnaît pas ; ce n’est qu’au moment de disparaître que Jeanne se révèle ; nous la retrouvons aussitôt après dans sa petite chambre, méditant sur sa vie et son aventure, contemplant par la fenêtre le Bois Chenu ; c’est alors que le merveilleux chrétien se manifeste, avec l’entrée en scène de saint Michel ; la très brève troisième scène, située « au ciel », a recours au procédé moderne (claudélien ?) de l’écran « sur lequel ne cessent de défiler des foules de bienheureux », avant que n’arrivent sur la scène les saints protecteurs de la France, autour de Jeanne, saint Louis, sainte Geneviève80, saint Remy, et les voix anonymes mais identifiables de Catherine et Marguerite. S’y ajouteront, en bouquet final, Charlemagne et la Sainte Vierge, avant qu’une voix d’enfant ne close la pièce : « Jeannette ! Jeannette ! prie le Sire Dieu qu’Il ait pitié de nous ! »

  • 81 Ibid., respectivement p. 51, 54, 55, 57-58, 52.
  • 82 Jeanne, relapse et sainte [Plon, 1929].
  • 83 Mistère de Jeanne d’Arc, p. 41.

38L’originalité majeure de Schwob réside dans une isotopie poétique qui parcourt son texte : c’est l’image de l’oiseau, pourvoyeuse des titres des scènes : « La cage vide », qui suscite toute une série de métaphores (« la colombe du diable », p. 17), de jeux de mots (sur le nom de Nicolas Loiseleur, chanoine de Rouen), de réminiscences bibliques (l’oiseau pris au filet, p. 17, cf. Ps. 123, 7) ; « Les retours de la colombe », « Le nid des saints ». Cette légèreté gracieuse de Jeanne, « fraîche », « drôle », « tendre », « mutine/comme un oiseau », « enjouée », avec son « petit sarrau rouge »81, qui n’est pas sans rappeler la Jeanne de Bernanos82, marque le contraste avec la lourdeur des sophismes de ses accusateurs et juges ; c’est l’opposition entre les « deux Églises », qui justifie le sous-titre ; d’une part, l’institution dont profitent les hypocrites (Cauchon s’apprêtant à « célébrer pontificalement » pour montrer que « le ciel prend part au triomphe de la Vérité »83, et celle de la vraie Grâce, celle à laquelle s’est converti Schwob, et dont il tient à affirmer la vérité poétique en 1945, au moment où semble renaître l’essence de la France.

  • 84 René Schwob, Moi, juif, livre posthume, Plon, « Le Roseau d’or », 1928, p. XV.
  • 85 Ibid., p. 38-39.

39René Schwob est un auteur sur lequel nous ne sommes, quasiment, renseignés que par ses propres livres. Parmi ces derniers, c’est son autobiographie spirituelle, Moi, juif, livre posthume, dédiée à Paul Claudel, et Jacques et Raïssa Maritain, qui nous livre le plus précisément son cheminement et ses intentions. On y remarquera plusieurs occurrences du mot « mystère ». Dès la notice initiale de cet ouvrage, curieusement intitulée « Note sur le mort » (celui du « livre posthume » – mais nous ne sommes qu’en 1928), le juif agnostique qu’il était indiqué que ce qui l’a attiré vers le catholicisme était précisément le « mystère »84, d’abord dans un sens vague, qui va petit à petit devenir sacramentel. Plus loin il attribue à ses « origines orientales cette préférence très violente de la sérénité, du mystère qu’on contemple et qu’on adore »85. Il note enfin une sorte de révélation esthétique, émouvante par sa simplicité, dont on verra tout de suite qu’elle fait le lien avec ce qui, dix ans plus tard, dans la double déréliction de la maladie et de la guerre, deviendra la seule écriture possible, le « mystère » au sens (large) générique, condensé d’une expérience vécue et d’une longue méditation sur le passage (à rapprocher de l’expérience de Gustave Cohen) du judaïsme au christianisme :

  • 86 Ibid., p. 57.

— Admirable vision que me fut l’étable l’autre jour – dans la maison que me montrait la paysanne ; dans l’habitation même ; et donnant sur l’escalier dont la moitié supérieure était béante.
— La vache noire et blanche, son petit veau brun de deux mois, et leur mangeoire pleine de paille, couleur de fumier et de vieille muraille. Cela se découpait dans le cadre de l’ouverture comme une composition spontanée. La vache tourna vers moi la tête, avec lenteur ; le petit veau, comme je faisais mine d’approcher, se mit à courir et s’affola.
— Charme inattendu de ce spectacle ! La chaude harmonie des bêtes et de l’étable pleine d’obscurité, le chant incroyablement grave de leurs riches couleurs, cette simplicité biblique me valaient la rare commotion du mystère. Une espèce de Nativité indubitable et, dans la promiscuité animale, une inactuelle Incarnation86.

  • 87 « En Terre Sainte », La Revue universelle, mars 1940, p. 411. Voir Cinq Mystères, p. 27. Voir aussi(...)
  • 88 René Schwob, Profondeur de l’Espagne, Grasset, « Les Cahiers verts », 1928, p. 71.
  • 89 René Schwob, « La leçon de Rome », Études, mars 1940, p. 410-411. Extrait d’Itinéraire d’un juif ve (...)

40C’est une impression esthétique qui frappe le citadin déplacé, pour raison de santé, dans la campagne du Pays basque ; elle est indissociable d’une expérience morale de l’humilité ; elle est lourde, déjà, de la mise en scène de notre Nuit de Noël ; on y ajoutera, daté de 1940, un récit de la première visite de Schwob à Bethléem et son « étable souterraine »87, origine, sans aucun doute, du décor inattendu du « souterrain » dans notre texte qui, mystère ou jeu liturgique, reste essentiellement, lui aussi, une « composition spontanée », mais chargée d’un « regard tourné vers l’intérieur »88, et surtout, de l’expression d’une « réalité intime », de « toute l’ampleur » donnée à « une personnalité »89. C’est là, sans doute, sa discrète modernité.

Notes

1 « Disons donc que Charles Baudelaire doit être considéré comme le véritable précurseur du mouvement actuel ; M. Stéphane Mallarmé le lotit du sens du mystère et de l’ineffable » (« Le symbolisme », Le Figaro, 18 septembre 1886, cité par Bertrand Marchal, Lire le Symbolisme, Dunod, 1993, p. 137).

2 [La Revue blanche], juillet 1896. Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1974, p. 382-387. Il s’agit d’une réponse à un article de Marcel Proust, « Contre l’obscurité ».

3 Publication posthume des brouillons, Gallimard, 1959, avec introduction de Gardner Davies. Sur ce texte, voir Bertrand Marchal, La Religion de Mallarmé, Corti, 1988, p. 513-518.

4 Bertrand Marchal, La Religion de Mallarmé, op. cit., p. 513. Divagations [Fasquelle, 1897]

5 Voir Henry Phillips, Le Théâtre catholique en France au xxe siècle, Champion, 2007, p. 140.

6 [N.R.F., 1912]

7 Voir à ce sujet notre article, « Claudel et le Ludus paschalis du couvent d’Emmaüs : jeu liturgique et synthèse baroque », à paraître chez Classiques Garnier dans les Actes du colloque « Dissonances et accord. Paul Claudel et la Bohême », Paris-Prague, juin 2010. Voici ce qu’écrit Claudel, plusieurs années après : « Beaucoup plus tard, à Prague, au couvent d’Emmaüs, je reçus une impression toute spéciale et qui me fit reprendre ma Jeune Fille Violaine. Je la récrivis, j’en fis une tout autre pièce, baignée de liturgie et de foi médiévale. C’était L’Annonce faite à Marie » [Interview de Claudel dans Comœdia, 2 mai 1921 ; Théâtre, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1971, p. 1387].

8 Voir lettre de R. Rebstock à Claudel du 27 février 1946, lui annonçant, survenu quatre semaines auparavant, le décès de René Schwob : « René Schwob a laissé un “Mystère de Jeanne d’Arc” qui paraîtra prochainement aux éditions Albin Michel. Il avait entrepris d’autres travaux qui demeurent inachevés » (Le Sacrement du monde et l’Intention de Gloire. Correspondance de Paul Claudel avec les ecclésiastiques de son temps, éd. D. Millet-Gérard, vol. II/2, Champion, 2008, p. 1000).

9 Cinq Mystères, op. cit., p. 9.

10 Par exemple celui du manuscrit latin 4660 de la Staatsbibliothek de Munich, provenant de l’abbaye de Benediktbeuern et contenant également les célèbres Carmina Burana. C’est lui que nous prendrons comme modèle et citerons d’après l’édition qu’en donne Karl Young dans The Drama of the Medieval Church, Oxford, Clarendon Press, vol. II, 1933, réimpression 1951, 1962, 1967.

11 Par exemple celui de Benediktbeuern, voir note précédente ; également le ms latin 201 de la bibliothèque municipale d’Orléans (xiiie siècle), ou le no 396 d’Einsiedeln (xie-xiie siècles, fragments).

12 Voir Dictionnaire des Lettres françaises, Le Moyen Âge, article « Drame liturgique » par É. Lalou et S. Corbin, La Pochothèque, Fayard, 1992 [1964], p. 391.

13 Par exemple le ms d’Orléans ci-dessus évoqué, également des versions indépendantes à Saint-Martial de Limoges, Fleury et Freising en Allemagne. L’allusion à Rachel s’explique par la référence à Jer. 31, 15 dans l’évangile des Saints Innocents (Matth. 2, 18). De ces différents jeux on trouvera des extraits traduits dans Gustave Cohen, Anthologie du drame liturgique en France au Moyen Âge, Les éditions du Cerf, 1955. Voir aussi sur le genre du Jeu liturgique Blandine-Dominique Berger, Le Drame liturgique de Pâques, Liturgie et Théâtre, Beauchesne, 1976.

14 Il fut baptisé en novembre 1926.

15 Le Théâtre catholique…, op. cit.

16 Henry Phillips, p. 142.

17 Donné en 1934 à Liège, en 1935 et 1936 à Paris, en 1938 à Montréal, ville de l’éditeur de nos « mystères ». Henry Phillips, op. cit., p. 397. Ghéon et Schwob se connaissaient, tous deux amis de Gide.

18 Henry Phillips, op. cit., p. 179. Mgr Paul Rémond a été évêque de Nice de 1930 à sa mort en 1963. C’est lui qui assista René Schwob durant ses années de séminaire, pendant sa maladie et au moment de sa mort. (Voir Correspondance de Claudel avec les ecclésiastiques de son temps, t. II/2, Champion, 2008, p. 999-1000). Il y avait semble-t-il une tradition bien ancrée dans le diocèse de Nice, puisque dès la première guerre mondiale, Émile Rochard, ancien directeur du théâtre de l’Ambigu et franc-maçon converti, composa une Passion pour l’évêque de Nice, qui fut montée au Club nautique de Cannes, ainsi qu’une Nativité et une Vie du Christ (Phillips, p. 293). Ensuite, en 1923, ce fut Yvette Guilbert qui fut conviée à donner un spectacle de vieux noëls en forme de mystères pour des œuvres de charité, dans la chapelle de l’archevêché (Ibid., p. 272).

19 Jean Du Rostu, « Adieu à René Schwob », Études, no 248, 1946, p. 416.

20 Ibid., p. 417. Cf. Préface de la Nativité : « ut dum visibiliter Deum cognoscimus, per hunc in invisibilium amorem rapiamur » (« afin que tandis que nous connaissons Dieu sous une forme visible, nous soyons ravis par lui en l’amour des choses invisibles »)

21 Correspondance inédite conservée aux archives de l’évêché de Nice, et reproduite dans le mémoire de « master II » d’Olivier Guyodo, « “La recherche de Dieu en toutes choses”, ou l’itinéraire spirituel et méditatif de René Schwob » (septembre 2009, Université Paris-Sorbonne, sous la direction de Dominique Millet-Gérard), que je remercie vivement pour ceci, et les autres documents qu’il m’a aimablement fournis.

22 Lettre inédite du 31 octobre, sans millésime : 1941 ? Nous ignorons si ce projet eut une suite : il n’en est plus question dans la suite de la correspondance. La lettre précédente, du 28 octobre (sans doute de la même année) nous apprend que Schwob avait songé à confier la partition à Honegger. – Abadi était, toujours d’après la lettre précédente, intéressé par le rôle de Judas. Sur le Théâtre des Quatre Saisons, voir Phillips, op. cit., p. 408-409 ; sur Maurice Jacquemont, ibid., p. 753-755 ; sur Pierre Bertin, sociétaire de la Comédie Française en 1931, artiste de cinéma et officier de l’Union catholique du théâtre, ibid., p. 312

23 Lettre de R. Schwob à Robert Charbonneau, sd, dont seul ce fragment est cité dans l’avant-propos de l’éditeur. Le terminus ad quem est indiqué par la citation suivante, d’une lettre du 4 avril 1941. L’ouvrage est achevé d’imprimer le 26 mai 1941, il est le premier de la collection bibliquement intitulée « Le Serpent d’airain » (Num. 21, 8-9). Dans sa lettre du 4 avril, Schwob précise : « Je vous redis encore ma profonde joie de pouvoir être lu des Français du Canada et d’être l’un des premiers à paraître dans votre collection si Dieu permet à celle-ci de voir le jour » (Cinq Mystères, op. cit., p. 9.).

24 Rien ne prouve que Schwob ait connu le premier, « Beth-Saïda », publié par Paterne Berrichon dans La Revue Blanche, 1er septembre 1897 ; les deux autres n’ont paru qu’en 1948 [Mercure de France, 1er janvier].

25 Voir Rimbaud, Œuvres complètes, éd. A. Guyaux, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p. 919.

26 Voir à ce propos X. Tilliete, « L’exégèse lyrique au xixe siècle », dans son recueil Les Philosophes lisent la Bible, Cerf, 2001, p. 173-186, et notre article « L’Évangile en Enfer », in Rimbaud, des Poésies à la Saison, éd. A. Guyaux, Classiques Garnier, 2009, p. 259-280.

27 Le rapport à la chantefable anonyme ne semble pas aller au-delà de l’emprunt des noms.

28 Ils sont totalement absents du Ludus.

29 Cinq Mystères, p. 17. Cf. Ioh. 1, 46 : A Nazareth potest aliquid boni esse ? (Quelque chose de bon peut-il venir de Nazareth ?), propos de Nathanaël doutant à Philippe. Plus loin, c’est la prophétie sur Bethléem, « Et toi, Bethléem, tu ne seras pas appelée la plus petite des villes de Juda » (Matth. 2, 6 reprenant Mich. 5, 2) qui sera évoquée, mais sur le mode sérieux, par Suzanne, p. 41-42 : « Tu te rappelles cette fameuse phrase qu’on ne comprenait pas ? On la comprend à présent : si le Messie devait être Nazaréen et malgré cela venir au monde à Bethléem, c’était donc grâce à ce dénombrement ». À mettre en lien avec la conversion de Schwob.

30 Prolepse par rapport à la chronologie évangélique, analepse par rapport à la tradition de lecture biblique.

31 Cinq Mystères, p. 18. Cf. I Reg. 28, 7 sq.

32 Ibid., p. 19. Cf. Ioh. 3, 16-17

33 Ibid., p. 23. Cf. Luc, 2, 10 : « Nolite timere : ecce enim evangelizo vobis gaudium magnum, quod erit omni populo. » (« Ne craignez point, car je vous viens apporter une nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie » trad. Lemaître de Sacy).

34 Ibid., p. 25 : « aucassin. – Comment, vous savez pas ? Y a des anges qui viennent raconter les dernières nouvelles ». Cf. Bloy, L’Invendable [1909], Journal de Léon Bloy II, Mercure de France, 1963, p. 313 : « Quand je veux savoir les dernières nouvelles, je lis saint Paul ».

35 Qui a également un rôle important dans le Ludus de Nativitate.

36 Cinq Mystères, op. cit., p. 25. Cf. Is. 14, 12 sq. et Ioh. 20, 24 sq.

37 Ibid., p. 32. Cf. Marc 8, 33 et Gen. 3, 15.

38 Ibid., p. 27. Cf. Is. 11, 1, « Et egredietur virga de radice Jesse, et flos de radice ejus ascendet. » (« Et il sortira une branche de la tige de Jessé, et une fleur s’élèvera de sa racine » trad. Lemaître de Sacy modifiée). Texte lu comme épître le vendredi des Quatre-Temps de l’Avent.

39 Is. 9, 6.

40 Num. 17, 6 sq.

41 Ludus de Nativitate, v. 64-67, op. cit., p. 174.

42 Cinq Mystères, p. 27 et fin de l’évangile de la messe de Minuit, Luc 2, 14, suivi du Pax vobis de l’apparition au Cénacle, Ioh. 20, 19 et 21, qui se substitue au Pax hominibus bonæ voluntatis (Paix aux hommes de bonne volonté) de l’Ange de Noël. On retrouve ce dernier p. 41 dans la bouche de Suzanne.

43 Ibid., p. 31-32.

44 Voir La Salette. Témoignages, Bloud et Gay, 1946, p. 151-153. On apprend dans cet article anonyme, consacré à Schwob, que ses mystères seraient partis pour être imprimés, non seulement au Canada, mais aussi en Suisse : une piste pour retrouver les deux mystères perdus ? Nos recherches jusqu’à présent ont été vaines.

45 Ludus, p. 173 : « Tercio loco Sybilla (sic) gesticulose procedat, que inspiciendo Stellam cum gestu mobili cantet. » (« en troisième lieu, que la Sibylle s’avance en gesticulant, et déclame en observant l’Étoile dans une vive agitation »)

46 Ibid., p. 175 : « Et Asinus, cui insidet Balaam, perterritus retrocedat » (« Et que l’Âne, que chevauche Balaam, recule effrayé »)

47 Ibid. : Archisynagogus cum suis Iudeis valde obstrepet auditis prophetiis, et dicat trudendo socium suum, movendo caput suum et totum corpus et percuciendo terram pede, baculo etiam imitando gestus Iudei in omnibus, et sociis suis indignando dicat. (« Que le chef de la Synagogue avec ses Juifs, en entendant les prophéties, fasse du vacarme, pousse son compagnon en agitant la tête et le corps et en tapant du pied par terre, exprimant avec son bâton la mimique habituelle des Juifs, et dise, indigné, à ses compagnons »).

48 Ibid., p. 189.

49 Voir Arnoul Gréban, Le Mystère de la Passion, trad. et présentation de Micheline de Combarieu et Jean Subrenat, Gallimard, « Folio », 1987, p. 111-112 pour les propos de Sadoc l’hôtelier. Il serait étonnant que Schwob n’eût pas été informé des représentations du Vray Mistère de la Passion de Gréban en 1935, 1936, 1937 et 1941 au parvis de Notre-Dame de Paris (voir H. Phillips, op. cit., p. 344 sq.).

50 Autre souvenir vraisemblable de Dom Juan : la disparition de Satan à la fin d’une scène où il donne une leçon de scepticisme à Aucassin : (didascalie) « Il fait de vains efforts pour aller dans la direction de la troupe. Il piétine sur place. Une trappe s’ouvre ; il y est happé. »

51 Il se peut que Schwob fasse entrer ici une image du peuple, à la fois humble et sublime, qui lui est chère et que l’on trouve exprimée, par exemple, dans « Le peuple ressuscité. Salut à la JOC », Études, 1937, notamment p. 308, où l’on peut établir un rapprochement entre les outils emblèmes des jeunes ouvriers qui défilent, et les présents apportés par les parents des Innocents dans La Nuit de Noël, p. 61.

52 Par exemple p. 180, la scène même de la naissance : Deinde Maria vadat in lectum suum, que iam de Spiritu Sancto concepit, et pariat Filium. Le seul élément de pittoresque très léger est celui qui suit : Cui assideat Joseph in habitu honesto et prolixa barba. (Que Marie aille à son lit, elle qui a conçu du Saint-Esprit, et mette au monde son Fils ; et que se tienne à côté d’elle Joseph, au vêtement décent et à la barbe prolifique).

53 Cinq Mystères, p. 20-21, et p. 18-19 pour la citation précédente. Le « neuf » est un grand thème de Noël (voir oraisons des messes de l’aurore et du jour ; épître de la messe de l’aurore). Il est possible que Schwob ait emprunté l’idée de faire parler les animaux au mystère pour « marionnettes mystiques » Noël ou le Mystère de la Nativité de Maurice Bouchor [Flammarion, 1890], qui les doue cependant d’un langage en vers beaucoup plus relevé, et ne leur donne pas de noms. Voir Michel Autrand, Le Théâtre en France de 1870 à 1914, Champion, 2006, p. 259 (et 147 pour l’expression, empruntée à une lettre d’Alexandre Dumas fils). Bouchor s’inspire explicitement de « noëls français et provençaux » (Bouchor Marcel, Mystères bibliques et chrétiens, Flammarion, sd [1920], Préface, p. 12).

54 Voir La Femme pauvre, [Mercure de France, 1897], Gallimard, « Folio », 1980, Ire partie, chapitres XII et XIV.

55 Ibid., p. 28 : « Salut les enfants ! Alors, vous voilà rassemblés comme au temps de l’Arche. Savez-vous qu’il a déjà tendu sa petite menotte vers le bœuf et l’âne, l’Enfant Jésus. Il avait l’air de leur dire que c’était pour eux et pour les racheter aussi qu’il était venu. Et pour toi Goupil comme pour Ysengrin. Aussi bien que pour le gros éléphant là-bas qui arrive en se dandinant avec une alouette sur la trompe ».

56 Ibid., p. 32-33. Pour la colombe, on peut penser à une variation sur le Cantique des Cantiques, II, 14, « columba mea, in foraminibus petræ, in caverna maceriæ. » (« ma colombe, dans les trous du rocher, dans les fentes de la muraille »).

57 Ibid., p. 33. Cf. I Reg. 3, 1-10.

58 Ibid., p. 53.

59 Ibid., p. 55. Cf. Ioh. 13, 25 ; 21, 20.

60 Ibid., p. 56.

61 Ibid., p. 60.

62 Ibid., p. 54.

63 Ibid., p. 54-55. Cf. Ex. 12, 3, texte lu à l’église les Vendredi et Samedi Saints.

64 [Plon, « Le Roseau d’Or », 1928].

65 Voir notamment Moi, juif, p. 70 : « Tout cela combiné fit qu’à la grand’messe d’aujourd’hui, la première depuis mon baptême à laquelle il m’était donné d’assister, non plus avec l’intention de refus que j’y mettais jadis, mais dans un esprit tout disposé pour l’émotion du mystère et que la communion reçue auparavant avait achevé de préparer comme un berceau pour un nouveau-né, tout cela fit que soudain, ce matin, j’eus pour la première fois l’impression du surnaturel révélé, oui, la manifestation presque évidente de l’invisible ». Voir aussi « Première Note sur la Vierge de Lourdes », Études, juillet 1935, p. 156 : « C’est parce que l’Hostie m’illumina que je remontai jusqu’à la divinité de Jésus ».

66 Conformément au sens hébraïque du mot. Cinq Mystères, p. 48 : « Il a fallu nous mettre en route malgré nous pour que tu viennes au monde dans ce bourg du Pain, comme s’il fallait pour toi le faire mentir à son nom ». Double sens évidemment : ville de la pauvreté, mais aussi annonce eucharistique.

67 Cinq Mystères, p. 57-58.

68 Ibid., p. 44.

69 Ibid., p. 42.

70 Ibid., p. 41-42.

71 Ibid., p. 65.

72 Ibid., p. 62.

73 René Schwob, « En Terre Sainte », La Revue universelle, mars 1940, p. 412. Schwob est allé en Terre Sainte en 1933 et 1934.

74 On notera que le mot de « mistère » est ici orthographié avec un « i », alors qu’il l’était avec « y » pour les Cinq Mystères. Il est impossible de savoir si cette modification, qui ne semble pas avoir de sens particulier, est du fait de Schwob ou de l’éditeur.

75 Par exemple l’édition de Pierre Champion, Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, texte, traduction et notes, Honoré Champion, 1920.

76 Flammarion, 1900.

77 [Ollendorff, 1904], rééd. Librairie théâtrale, 1929. Destiné au théâtre du Peuple de Bussang. Il y eut aussi une Célébration de Jeanne d’Arc à Domrémy en 1938, réalisée avec de petits moyens mais qui eut un grand succès : voir Henry Phillips, op. cit., p. 366.

78 La présence de ces personnages semble prouver que Schwob connaissait Le Mistère du siège d’Orléans, dont le texte intégral avait été transcrit en 1862 (par F. Guessart et E. de Certain, Imprimerie Impériale) et réédité par Joseph Fabre [1915].

79 Mistère de Jeanne d’Arc, op. cit., p. 59.

80 Ici encore on songe à l’Ève de Péguy, qui réunit en son finale sainte Geneviève et Jeanne d’Arc.

81 Ibid., respectivement p. 51, 54, 55, 57-58, 52.

82 Jeanne, relapse et sainte [Plon, 1929].

83 Mistère de Jeanne d’Arc, p. 41.

84 René Schwob, Moi, juif, livre posthume, Plon, « Le Roseau d’or », 1928, p. XV.

85 Ibid., p. 38-39.

86 Ibid., p. 57.

87 « En Terre Sainte », La Revue universelle, mars 1940, p. 411. Voir Cinq Mystères, p. 27. Voir aussi Solitude de Jésus-Christ, Desclée de Brouwer, « Les Îles », 1935, p. 99 sq.

88 René Schwob, Profondeur de l’Espagne, Grasset, « Les Cahiers verts », 1928, p. 71.

89 René Schwob, « La leçon de Rome », Études, mars 1940, p. 410-411. Extrait d’Itinéraire d’un juif vers l’Église, Spes, 1940.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540