Version classiqueVersion mobile

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

II. Théâtre à l'époque symboliste : la renaissance à l'œuvre

Les sens du mot « mystère » chez Péguy

Claire Daudin

Texte intégral

  • 1 Charles Mazouer, « Le regain du genre des mystères dans la première moitié du xxe siècle », Eidôlo (...)

1Dans son article sur la résurgence du mystère au tournant du siècle, Charles Mazouer fait place à Péguy parmi les maîtres qui se sont emparés du genre, non tant pour ressusciter à l’identique la dramaturgie médiévale, que pour la conformer à leur génie propre1. Mais pourquoi, alors, se tourner vers ce genre ? Quel est le sens du recours au mystère ? Cette question, nous tenterons d’y répondre en étant attentif, précisément, aux sens que revêt ce mot sous la plume de Péguy, lorsqu’il décide d’entreprendre la série des « mystères de Jeanne d’Arc ». Nous verrons qu’il recouvre dans un premier temps les conditions de représentation que Péguy envisage pour un texte écrit préalablement, et désigné à l’origine comme « drame » : sa Jeanne d’Arc de 1897, qu’il souhaite faire jouer à Orléans, pour les fêtes johanniques de 1910. L’échec de ce projet l’amène à lui substituer une réécriture de l’œuvre, qui aboutit à la rédaction du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Désormais inscrit dans le titre, le mystère est présenté dans le « prière d’insérer » de l’œuvre comme un « genre qualifié », auquel Péguy prétend s’être soumis. À l’instar de certains de ses contemporains, il revendique le genre du mystère comme forme adéquate à son projet littéraire. Pourtant, les « quatorze ou quinze mystères » qu’il envisage de consacrer à la figure de Jeanne d’Arc se transforment en un triptyque qui, tout en conservant le terme dans les titres de chacune des œuvres, Le Porche du mystère de la deuxième vertu et Le Mystère des saints Innocents, s’éloigne du dessein initial. Le personnage de Jeanne tend à s’effacer au profit de celui de la religieuse madame Gervaise, et son épopée guerrière, pas plus que son martyre, ne trouvent place dans les deux derniers volets. Le « mystère » dont il est désormais question ne se caractérise plus ni par une dramaturgie, ni par un contenu. La célébration des vertus de charité et d’espérance prenant le pas sur celle de l’héroïne, le sens théologique du mot mystère l’emporte sur sa signification esthétique. Cette évolution sémantique recouvre d’importantes mutations dans l’écriture de Péguy ; elle correspond à la recherche d’une forme littéraire adéquate à son projet, qui mêle inextricablement théologie, théâtre et poésie.

Le mystère comme dramaturgie

2Au printemps 1909, Charles Péguy, qui est lieutenant de réserve, accomplit une période militaire au camp de Cercottes, non loin d’Orléans. Le 8 mai, jour des fêtes en l’honneur de Jeann e d’Arc données dans sa ville natale, il défile avec sa troupe devant la statue de l’héroïne. C’est alors qu’aurait surgi l’idée de faire jouer à Orléans la Jeanne d’Arc publiée par Péguy en 1897. Il s’en ouvre aussitôt à son amie l’actrice madame Simone, et lui fait part de toutes les démarches qu’il a entreprises pour mettre à exécution ce projet. Dès cette lettre datée du 23 mai 1909, il a recours au mot « mystère » pour désigner non tant son œuvre, que les conditions dans lesquelles il veut la faire représenter :

  • 2 Feuillets de l’Amitié Charles Péguy, no 187, p. 14.

Madame,
Nous célébrerons ce mystère pour la première fois à Orléans aux fêtes de l’année prochaine, c’est-à-dire en mai 1910 ; nous n’avons donc plus une minute à perdre.
Ensuite nous verrons.
Nous en ferons un mystère en trois journées, un triduum, qui seront celles du 6, 7 et 8 mai.
Nous en ferons une grande fête comme les représentations d’Orange.
Le Ministère de l’Instruction publique nous donne une subvention pour la forme, l’investiture officielle, pour mettre autour de vous tout ce que nous demanderons d’artistes des théâtres subventionnés.
Le Sous-Secrétariat des Beaux-Arts confirme particulièrement ses engagements et s’engage lui-même dans l’organisation de la cérémonie.
Tout Orléans, c’est-à-dire la municipalité, les autorités et les populations, sera fait par mon vieil ami Henri Roy, ce député avec lequel Claude a voyagé, qui sait tout Polyeucte et tous les chœurs d’Antigone, et tout le reste. Il est député de la 2e circonscription d’Orléans, Orléans-campagne.
Tous ces résultats ont été acquis hier samedi, entre 9 heures du matin et 7 heures du soir.
Je fais toutes mes amitiés à Claude.
Je suis, Madame, votre bien respectueusement dévoué.
Péguy2

3Il convient d’insister sur le fait qu’au moment où il écrit cette lettre, Péguy n’a aucunement en tête d’écrire un mystère. Il pense à son œuvre de jeunesse, cette Jeanne d’Arc désignée alors comme « drame en trois pièces », qui n’avait jamais été représentée, et pratiquement pas lue, de l’aveu même de l’auteur. Rappelons que Péguy, enfant d’Orléans, avait très tôt développé une admiration profonde envers la libératrice de sa ville natale, certes encouragée par l’école dès le plus jeune âge, comme en témoignent ses rédactions, mais que l’adolescent puis le jeune homme s’était approprié d’une façon singulière. Quand il décide, au début de ses études supérieures, de consacrer un ouvrage à Jeanne d’Arc, il s’est déjà converti au socialisme, et détaché de la religion catholique. Mais Jeanne reste à ses yeux une conscience bouleversée par « le mal universel », et un modèle d’engagement. Tout en étant nourri de références historiques précises, son œuvre met l’accent sur la dimension métaphysique du combat de Jeanne. Elle est dédiée « à toutes celles et à tous ceux qui auront vécu, / A toutes celles et à tous ceux qui seront morts pour tâcher de porter remède au mal universel ».

  • 3 « L’an dernier, le 8 mai, à Orléans, cependant que j’attendais, dans les rangs du 276e de ligne, l (...)
  • 4 Péguy au porche de l’Église, correspondance inédite Jacques Maritain Dom Louis Baillet, édition ét (...)

4En 1909, défilant devant la statue de celle que l’Église s’apprête à béatifier, Péguy reste fidèle à la Jeanne d’Arc de sa jeunesse militante. Il n’envisage pas de remanier le texte écrit alors, mais au contraire de lui donner enfin une chance d’exister, par la représentation. Avant de nous interroger sur le sens qu’il donne au mot « mystère » employé dans la lettre à madame Simone, revenons sur cette fidélité. Pourquoi Péguy s’intéresse-t-il à nouveau à Jeanne d’Arc, et quelle signification ce retour à l’œuvre de jeunesse revêt-il ? Le défilé devant la statue, dont le journaliste Georges Valois, qui était dans la troupe, a donné le récit3, fut certes un élément déclencheur. Mais au-delà des circonstances, il convient de rappeler qu’à cette date Péguy est en proie à une crise religieuse dans laquelle la figure de Jeanne d’Arc tient une place particulière. Depuis qu’il a avoué à son jeune ami Jacques Maritain, récemment converti, être sur « le même chemin4 » que lui, Péguy est en butte à un véritable harcèlement de sa part, qui vise à le faire rentrer dans le giron de l’Église par la régularisation de sa situation matrimoniale et familiale. Péguy est en effet marié civilement à Charlotte Baudouin, dont la famille n’est pas hostile au christianisme des Évangiles, mais l’est farouchement à l’Église catholique. Leurs trois enfants ne sont pas baptisés. Maritain ne comprend pas que Péguy n’impose pas à ses proches le mariage religieux et le baptême qui seuls lui permettraient de pratiquer sa foi et d’avoir accès aux sacrements. C’est l’objet de nombreuses rencontres, conversations et missives entre les deux hommes, dont nous connaissons la teneur grâce à la correspondance entre Jacques Maritain et Dom Baillet, ami orléanais de Péguy devenu prêtre puis moine bénédictin, auquel Maritain rend scrupuleusement compte de ses tentatives auprès de Péguy et des siens.

  • 5 Charles Péguy, Dialogue de l’histoire et de l’âme charnelle, Œuvres en prose complètes, Gallimard, (...)
  • 6 « Ces leçons et conférences sont de la dernière niaiserie et ineptie », lettre de Péguy à Maritain (...)

5Entre 1907 et 1910, l’écrivain est soumis à des pressions de la part de ses amis catholiques qui l’amènent, dans le doute, le déchirement et la révolte, à approfondir sa foi personnelle et à définir sa position d’écrivain au cœur du christianisme, mais « au porche de l’Église ». Dans ce contexte, le recours à la Jeanne d’Arc de 1897 atteste la fidélité de Péguy aux engagements de sa jeunesse, mais aussi son identification à celle qui fut condamnée par les représentants d’une Église intransigeante, dogmatique, fermée à la grâce et à la sainteté. Cette Église qu’il fustige à son tour dans un écrit vengeur contre « les curés » qui « marchent dans les chemins de la grâce avec une brutalité effrayante5 », rédigé au cours de l’été 1909 mais publié pour la première fois en 1955, plus de quarante ans après la mort de l’auteur. À l’heure où le camp clérical voue un culte à la Bienheureuse et veut la soustraire au camp républicain qui laïcise sa geste héroïque, Péguy se tourne vers la figure qu’il a érigée en modèle dès ses jeunes années d’ardent militantisme socialiste et dreyfusard, et se moque des publications pieuses sur la Pucelle que lui font passer Maritain et Baillet pour son édification6.

  • 7 Voir Yves Avril et Romain Vaissermann, Jeanne d’Arc, La voix des poètes, Anthologie, Orléans, Édit (...)

6Pourtant, c’est bien le mot « mystère » qui s’impose sous sa plume quand il décrit son projet à madame Simone. En quel sens l’entendre ? L’écrivain le précise lui-même, quand il évoque une représentation en trois journées, lors des fêtes johanniques. Il s’agit de renouer avec la tradition médiévale en donnant un spectacle en plein air, populaire et festif auquel toute la population puisse s’associer. La familiarité de Péguy avec les célébrations annuelles de Jeanne d’Arc dans sa ville natale, qui pouvaient s’accompagner de représentations, et sa connaissance du Mystère du siège d’Orléans, daté de 1456, édité en 18397, expliquent le recours au terme de mystère dans sa lettre. Par ailleurs, il faut noter que la seule référence explicite n’est pas à un mystère du Moyen Âge, mais aux « représentations d’Orange », c’est-à-dire les tragédies de Sophocle, Antigone et Œdipe roi, que Péguy était allé voir en 1894, et qui restèrent sa plus forte expérience du théâtre. « Mystère » désigne pour lui une dramaturgie, qu’il croit pouvoir convenir à son œuvre, sans qu’il ait besoin de la retoucher pour cela. C’est bien le signe que Péguy n’a jamais cessé de considérer sa Jeanne d’Arc comme un texte écrit pour la scène. Sa partition en « trois pièces », A Domrémy, Les Batailles, Rouen, le choix d’une héroïne qui, pour ne pas être sainte encore, n’en est pas moins martyre, et dont la « passion », aux yeux de Péguy comme de Michelet, est une imitation de celle du Christ, la multiplicité des personnages, historiques et fictifs, suffisent à ses yeux à justifier le titre qu’il ajoute au crayon en 1909 sur la couverture d’un des volumes de 1897 : Le Mystère de Jeanne d’Arc.

Un genre en renouveau

  • 8 Journal de Maritain du 18 novembre 1909, Péguy au porche de l’Église, op. cit., p. 154.
  • 9 Entretien avec Joseph Lotte du 1er avril 1910, L’Amitié Charles Péguy no 103, p. 271.
  • 10 Centre Charles Péguy, 11 rue du Tabour, 45 000 Orléans. Inv. 304-MPI 98.

7En dépit des efforts de Péguy, son projet de représentation échoue. C’est alors, et seulement alors, qu’il entreprend de réécrire sa Jeanne d’Arc. Encore faut-il préciser ce que recouvre cette entreprise, qui débouchera sur la rédaction de trois « mystères », revendiqués comme tels dès leur titre. Son idée, dont il s’ouvre à Jacques Maritain et à d’autres amis, et qu’il expose dans Victor-Marie comte Hugo, texte postérieur à la publication du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc, est d’écrire une série de « mystères » consacrés au personnage éponyme de son drame. « Six », déclare-t-il à Maritain8 ; « une douzaine », dit-il à Joseph Lotte9 ; « quatorze ou quinze », écrit-il dans Victor-Marie. On dispose de l’exemplaire de 1897 qui devait servir de base à ce projet10. Péguy l’a couvert d’ajouts, utilisant à cet effet les nombreuses pages blanches, choix typographique de l’époque censé matérialiser le temps de la méditation. Les 112 premières pages de cet exemplaire manquent : elles ont été découpées, et constituent sans doute le premier état du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Le reste du volume contient des ajouts qui vont s’amenuisant au fil des pages, mais se poursuivent néanmoins jusqu’à la fin. Précieuse trace matérielle d’un projet de réécriture, qui cependant n’aboutit pas non plus, Péguy s’en tenant à la reprise du tout début de sa pièce, pour orienter dans une autre direction ses mystères suivants.

  • 11 Voir notre notice sur Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc dans la nouvelle édition des Œuvres (...)

8Arrêtons-nous sur Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc, qui paraît aux Cahiers de la Quinzaine (CQ XI-6) et chez Plon en janvier 1910. Compte tenu des « blancs » intercalés dans le texte de 1897, Péguy ne reprend dans le mystère que l’équivalent d’une vingtaine de pages du drame, soit la première partie d’A Domrémy. Mais il les reprend in extenso, les recopiant fidèlement, tout en les truffant d’ajouts. L’histoire de la composition du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc est éminemment complexe, faite d’additions et de soustractions, et nous n’entrerons pas ici dans son détail11. Notre propos est de montrer que cette opération conduit Péguy à donner un sens nouveau au mot « mystère », employé désormais dans le titre, et revendiqué comme genre dans le « prière d’insérer » que l’auteur rédige pour les exemplaires destinés aux éditions Plon :

  • 12 Exemplaire conservé au Centre Charles Péguy d’Orléans. Maritain le voit chez sa mère le 23 février (...)

Ce que c’était qu’une paroisse chrétienne, une paroisse française, au commencement du quinzième siècle ; ce qu’était une paroisse lorraine, en plein cœur de la chrétienté ; comment les malheurs du temps, les désastres et les déchirements du royaume retentissaient sur la vie intérieure, lui donnant un approfondissement qu’elle n’avait peut-être jamais atteint ; créant une mystique ; […] c’est ce que M. Péguy a entrepris de représenter dans ce mystère, restituant un genre en lui-même aussi qualifié que le fut la tragédie antique elle-même et la tragédie classique. […] On sera gré à M. Péguy d’avoir écrit ce mystère sans un mot d’archaïsme ou qui sente le bibelot12.

  • 13 Romain Rolland, Le Théâtre du peuple, CQ V-4, 24 novembre 1903.
  • 14 CQ III-12.

9« Mystère » ne désigne plus une dramaturgie, c’est-à-dire des conditions de représentation, mais un « genre qualifié », mis sur le même plan que la tragédie antique et la tragédie classique. Péguy semble vouloir s’inscrire dans le mouvement de renouveau du genre du mystère qui apparaît à la Belle Époque. Si on caractérise, comme Charles Mazouer, ce renouveau par le souci d’un théâtre populaire et fédérateur d’une part, et la nostalgie de la chrétienté médiévale d’autre part, on peut trouver des liens entre Péguy et ces tendances. Lié à Romain Rolland, il publia dans Les Cahiers de la Quinzaine son essai sur Le Théâtre du peuple et plusieurs de ses pièces13. Il soutint Firmin Gémier, autre pionnier de la scène populaire, pour sa mise en scène du 14 juillet, une pièce de Romain Rolland14. Il est également proche de certains membres de la NRF, ceux qui s’intéressent au théâtre comme Copeau, et se convertiront au catholicisme comme Henri Ghéon, voisin de Péguy à Orsay, qui deviendra plus tard grand producteur de « mystères » catholiques. Pour autant, existe-t-il un rapport entre Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc et le genre du mystère hérité du Moyen Âge ? Sur le plan formel, la Jeanne d’Arc de 1897 était sans doute moins éloignée des mystères médiévaux que l’œuvre de 1910, qui réduit le nombre de personnages à trois – Jeannette, Hauviette et madame Gervaise –, supprime le surnaturel – l’épisode des « voix », déjà traité en toute discrétion dans la pièce initiale, n’apparaît plus dans Le Mystère de la charité –, et substitue à l’action d’interminables débats théologiques, quand il ne s’agit pas de monologues. En revanche, on peut admettre avec Charles Mazouer que Péguy, à l’instar des grands poètes et dramaturges qui ont eu recours au genre du mystère dans cette période, en a fait une forme singulière, personnelle, portant l’empreinte de son génie, aussi loin peut-être du modèle médiéval que de ce « genre qualifié » qu’il invoque, mais qui se dérobe faute de normes définies. Un sujet emprunté au Moyen Âge, une dimension religieuse prégnante, la volonté de « faire peuple » suffisent-ils à (re)fonder un genre ?

10Pas plus que la Jeanne d’Arc de 1897, Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc n’est représenté du vivant de Péguy. Après sa mort, il ne le sera qu’avec de nombreuses modifications, qui font douter que le texte ait été écrit pour la scène, doute impossible à lever en l’absence de déclarations de Péguy, et même de démarches de sa part pour faire jouer son mystère au théâtre. Des conventions de la scène, il ne garde que les personnages et les didascalies, ces dernières confinant parfois au texte poétique plus qu’à l’indication de jeu. Bien que le texte soit structuré par l’arrivée des personnages – par deux fois, un long monologue de Jeannette est suivi de l’entrée d’une interlocutrice, Hauviette, puis madame Gervaise –, il n’y a ni acte, ni scène. Certaines tirades écrites en une prose serrée, sans alinéa, se prolongent sur des dizaines de pages, tandis que le vers libre fait une brusque apparition, métamorphosant le personnage de madame Gervaise, sa locutrice, que cette mutation stylistique prive de sa cohérence psychologique pour en faire le « porte-voix » par lequel Péguy-Dieu s’exprimera dans les deux mystères suivants.

Du genre littéraire à la notion théologique

11Si la définition du mystère comme genre chez Péguy et ses contemporains qui s’en sont réclamés demeure floue, le premier ne renonce pas à approfondir cette notion, dont il fait un axe majeur de sa production littéraire. En témoigne son inscription dans les titres de ses œuvres. Péguy s’obstine à désigner comme « Mystères de Jeanne d’Arc » des textes dans lesquels le personnage tend pourtant à s’effacer. C’est ainsi qu’il désigne en effet Le Porche du mystère de la deuxième vertu (1911) et Le Mystère des saints innocents (1912) sur la couverture des volumes publiés chez Emile-Paul. Il veut « faire série », en dépit du fait que Jeanne soit un personnage entièrement muet dans Le Porche, et qu’elle se borne à quelques répliques dans Les saints Innocents. De plus, la « Jeannette » qui se tait tandis que « Dieu dit » et s’exprime par la bouche de madame Gervaise, n’a plus rien avoir avec l’héroïne nationale dont le drame de 1897 narrait la geste. Il s’agit d’une petite paysanne qui, telle la Sainte Vierge, écoute et garde dans son cœur les paroles qui feront germer sa sainteté.

12Péguy est passé du drame historique au mystère théologique. La préoccupation métaphysique a toujours été première chez lui : s’il avait choisi « les moyens d’art » pour restituer la vie de Jeanne d’Arc, c’était bien afin de raconter sa « vie intérieure » et pas seulement ses exploits. Mais il l’avait fait en respectant scrupuleusement la documentation consultée, dans la plus grande fidélité aux sources, et en conservant la trame biographique. À partir de 1910, il s’engage dans une autre voie, et c’est la notion de « mystère » qui le guide, désormais appréhendée en son sens religieux, prête à donner naissance à une nouvelle forme poétique. Nous discernons le passage de la préoccupation littéraire à la recherche théologique dans deux textes qui reviennent sur Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc, s’intercalant entre sa parution et celle des mystères postérieurs. Le premier est Victor-Marie, comte Hugo, auquel nous avons déjà fait allusion. Dans ce cahier (CQ XII-1, 23 octobre 1910), Péguy revient sur son projet d’une série de mystères consacrés à Jeanne d’Arc :

  • 15 Charles Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, Pl. III, p. 177. Pour Péguy, Jeanne d’Arc est déjà une sa (...)

Il m’a été donné de commencer, de mettre tout ce qu’un homme peut mettre de son être à représenter les quatorze ou quinze mystères, le mystère unique de la vie et de la vocation et de la sainteté et du martyre de la plus grande sainte je crois qu’il y ait jamais eu.15

13Péguy joue sur la polysémie du mot. Le glissement de sens s’opère dans le passage du pluriel au singulier : le « mystère unique » de Jeanne d’Arc ne renvoie plus à la représentation de sa vie en ses épisodes successifs, mais à un destin qui prend sens dans un horizon chrétien. Dans ce même texte, Péguy réclame pour son œuvre une lecture exclusivement religieuse :

  • 16 Charles Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, Œuvres en prose complètes, op. cit., t. III, p. 256.

Je suis très frappé qu’un des plus profonds chrétiens que je connaisse, un des catholiques de la plus authentique lignée, ayant cette année même à parler dans le Journal de Coutances d’un mystère qui est paru en chrétienté, et voulant en parler non point tant en critique et en historien littéraire qu’en catholique et en chrétien, ce qui est la seule façon que je reconnaisse d’en parler […].16

14Cette lecture, elle ne lui fut pas octroyée d’emblée. À sa sortie, Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc avait fait grand bruit. C’est l’œuvre par laquelle Péguy est devenu célèbre. Jusqu’alors, il était l’éditeur d’une revue militante, socialiste et dreyfusarde, et son lectorat se limitait aux abonnés des Cahiers de la Quinzaine. Le Mystère de la charité attire l’attention de la presse parce que Maurice Barrès s’y est intéressé, et parce qu’un homme classé comme athée et de gauche, voire à l’extrême gauche sur l’axe idéologique, s’est fait le champion de Jeanne d’Arc, d’une Jeanne d’Arc à la fois chrétienne et patriote, exaltant les saints et le peuple français, qui n’est pas tout à fait celle des Républicains. Sans aller loin dans l’analyse, les ténors de la droite nationaliste se félicitent de ce qu’ils considèrent comme un revirement de Péguy ; les catholiques, quant à eux, sont plus prudents, certains même fort réticents, comme le directeur de L’Amitié de France, qui juge l’œuvre hérétique. Toutes tendances confondues, on résiste au style de Péguy, qui déconcerte. L’écrivain se charge lui-même de la défense de son œuvre et des mises au point nécessaires. Notre jeunesse (CQ XI-12, 17 juillet 1910), son premier texte à paraître aux Cahiers de la Quinzaine après Le Mystère de la charité, affirme la fidélité de Péguy à ses engagements socialiste et dreyfusard, et à ses amitiés juives issues de l’affaire Dreyfus. Une charge sévère contre « l’Église des riches » le dégage de tout soupçon d’allégeance inconditionnelle à l’institution, cette allégeance que Jacques Maritain a vainement essayé d’obtenir de lui. La « passion de la charité » qui l’anime, c’est bien celle qui était déjà présente dans son socialisme, ce socialisme « pas si bête, et profondément chrétien » qu’il n’a pas renié.

15Dans Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet (CQ XIII-2, 24 septembre 1911), Péguy attaque le directeur de la Revue hebdomadaire. Sous la plume du journaliste François Le Grix, un véritable éreintement du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc était paru dans les pages de cette grosse revue bien-pensante. L’auteur de l’article reprochait à Péguy de ne pas être un écrivain, en des termes frisant l’insulte. Mais le terrain sur lequel Péguy choisit de rétorquer, en engageant toute la violence de son talent polémique, n’est pas celui de la littérature. C’est celui de la foi. La Revue hebdomadaire faisait reproche à Péguy de mêler littérature et religion. Ce dernier, dans sa riposte, se revendique écrivain chrétien, et plus simplement chrétien : « nous autres catholiques », assène-t-il à son adversaire, dont il démolit la critique en la taxant d’hérésie. Qu’est-ce que la « sainteté » ? Y a-t-il des « âges de la foi » ? Comment définir une « chrétienté moderne » ? Telles sont les questions auxquelles ce texte extraordinaire répond, avec une vigueur de pensée et d’expression qui n’a certes rien à voir avec l’impassibilité d’un traité de théologie, mais qui se situe dans le même champ. Le Laudet n’en demeure pas moins une défense et illustration du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc, auquel Péguy donne pour sources :

  • 17 Charles Péguy, Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet, op. cit., t. III, p. 399.

Premièrement le catéchisme (celui des petits enfants, monsieur Laudet), dans le catéchisme les sacrements ;
Deuxièmement la messe et les vêpres, le salut, les offices, la liturgie ;
Troisièmement les évangiles.17

16Les documents historiques et la connaissance générale du Moyen Âge n’arrivent qu’après. La référence au catéchisme est particulièrement éclairante, car si l’on consulte le petit volume d’instruction religieuse que Péguy eut à apprendre par cœur dans son enfance, on y trouve les définitions du mystère et des vertus théologales qui seront au fondement de ses mystères :

Qu’est-ce qu’un mystère ?
Un mystère est une vérité que Dieu a révélée et que nous devons croire, quoique nous ne puissions pas la comprendre.

Les mystères sont-ils contraires à notre raison ?
Non les mystères ne sont pas contraires à notre raison : ils sont seulement au-dessus de notre raison.

Quels sont les principaux mystères de la religion ?
Les principaux mystères de la religion sont : les mystères de la sainte Trinité, le mystère de l’Incarnation, et le mystère de la Rédemption.

17Péguy avait en main le catéchisme de Mgr Dupanloup à l’usage des enfants d’Orléans dont un exemplaire est conservé au Centre Charles Péguy. Dans Le Porche du mystère de la deuxième vertu, il en recopie un passage. Fidèle à ce « christianisme peuple » dont Jeanne d’Arc est à ses yeux le fleuron, il puise dans les formules codifiées du catéchisme les semences de ses mystères, où s’épanouiront dans une langue familière les vertus d’espérance, de foi et de charité.

Quel mystère pour la modernité ?

  • 18 Comme on est proche, alors, du Mistero Buffo de Dario Fo ! Le rapprochement nous a frappé lors de (...)

18Si l’approfondissement de la foi chrétienne a pris le pas sur la célébration du personnage historique, l’auteur n’a pas renoncé à faire de l’écriture littéraire le lieu de cet approfondissement. Laudet lui reprochait de faire de la théologie, Maritain de la littérature. Péguy ne renonce ni à l’une ni à l’autre, et ses mystères sont la forme qui lui permet de concilier les deux. Texte composite, Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc était à l’évidence le lieu d’une recherche. Nous avons évoqué son lien avec l’œuvre de jeunesse, témoignant d’un ancrage et d’une fidélité. Sa composition, faite d’ajouts et de suppressions, mais surtout le mélange des styles, de la prose au vers régulier, du vers régulier au vers libre, témoigne de sa nature expérimentale. Les deux mystères suivants, plus homogènes, en procèdent. Le récit de la Passion, considérablement augmenté sur les épreuves du Mystère de la charité, joue un rôle décisif à cet égard. À première vue, il déséquilibre l’œuvre et en atténue la dimension dramatique, déjà sujette à caution. Long d’une soixantaine de pages imprimées, il entraîne la coupe de la fin du texte initial. L’œuvre se clôt désormais sur la rupture entre Jeannette et madame Gervaise, laissant de côté la scène de réconciliation entre les deux personnages, la prière de gratitude de Jeannette à l’annonce de la victoire du Mont-Saint-Michel sur les Anglais, et son envoi en mission comme « chef de guerre ». Cette coupe transforme radicalement la signification du texte, durcissant l’opposition des personnages, donnant l’avantage à Jeannette et à sa révolte sur les leçons de la religieuse. De plus, l’ajout au récit de la Passion, placé dans la bouche de madame Gervaise, métamorphose le personnage, tant dans sa psychologie que dans sa façon de parler. Celle qui jusqu’alors tenait un discours dogmatique visant à briser la révolte de Jeannette en opposant à son « orgueil » la tradition de l’Église et la soumission à ses lois, prête sa voix aux tourments de la mère de Jésus. L’identification de la Vierge défigurée par les larmes, contemplant son fils aux outrages, et la propre mère de Péguy, est patente. Le langage du quotidien, du travail manuel et du corps se substitue aux tirades sur le jugement, l’enfer, la valeur de la souffrance qui constituaient le discours normatif de Gervaise18. Le vers libre, avec son rythme mimant l’oralité, apparaît à Péguy comme la géniale trouvaille qu’il va exploiter dans les deux mystères suivants :

  • 19 Lotte, 1er avril 1910, art. cité.

Tous les essais de vers libres qu’on tente depuis 20 ans m’ont précisément mis en main un instrument épatant. Et quel art ! Il y a là-dedans des résonances ! des harmonies ! On n’a rien fait de semblable comme prose musicale.19

  • 20 Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu, Gallimard, Poésie, 1986, p. 85-86.

19Péguy semble renoncer, dans Le Porche du mystère de la deuxième vertu et Le Mystère des saints Innocents, à son projet de célébration de Jeanne d’Arc par la reprise de la pièce de 1897 tel qu’il l’avait amorcé avec Le Mystère de la charité ; cependant, c’est bien dans l’ajout au récit de la Passion, au cœur de cette œuvre, que les deux autres ont leur origine. Désormais, madame Gervaise est la seule à s’exprimer, mais elle ne le fait plus en tant que personnage dramatique déterminé par son âge, son statut religieux, son rôle (fictif) dans la vocation de la future Jeanne d’Arc. Ces éléments sont effacés. Ne demeure que sa situation d’aînesse par rapport à Jeannette, qu’elle appelle « mon enfant », et son sexe. Péguy choisit de faire parler Dieu par la voix d’une femme, qui s’exprime toujours au féminin. Madame Gervaise a désormais un statut prophétique : les « Dieu dit » et les « dit Dieu » ponctuent son discours, qui s’énonce en une langue familière et poétique à la fois. Est-ce du théâtre ? La plupart des critiques ont répondu que non, en confrontant le texte de Péguy avec les canons de l’art dramatique. Pourtant, il y a bien quelqu’un qui « rentre » sur scène dans Le Porche, à qui le discours de Dieu est confié dans Les saints Innocents. Ce n’est plus la religieuse donneuse de leçon qui s’exprime. Ce sont des voix qui ont besoin d’un corps : Marie ; la foule ; Jésus ; Dieu, le bûcheron… Les voix ont congédié les personnages, comme Jeannette madame Gervaise à la fin du Mystère de la charité. Des voix qui ouvrent la voie à un mystère pour la modernité, conservant à l’arrière-plan la dimension religieuse et chrétienne du mot : « Rien n’est aussi simple que la parole de Dieu. / […] / Trois ou quatre mystères20 », mais lui donnant la première place et sa pleine résonance en tant qu’événement scénique, relais charnel du spirituel, actualisation d’une Parole qui, sinon « retomberait, décharnée » :

Miracle des miracles, mon enfant, mystère des mystères.
Parce que Jésus-Christ est devenu notre frère charnel
Parce qu’il a prononcé temporellement et charnellement les paroles éternelles,
In monte, sur la montagne,
C’est à nous, infirmes, qu’il a été donné,
C’est de nous qu’il dépend, infirmes et charnels,
De faire vivre et de nourrir et de garder vivantes dans le temps
Ces paroles prononcées vivantes dans le temps.

20Temps de la représentation, chair de l’acteur. Le « mystère » est alors celui d’une incarnation du Verbe qui passe par le poème et la voix, par le corps et les mots pour s’accomplir et retentir au plus profond de notre humanité par le biais du théâtre :

  • 21 Ibid., p. 75-76.

Mystère des mystères, ce privilège nous a été donné,
Ce privilège incroyable, exorbitant,
De conserver vivantes les paroles de vie,
De nourrir de notre sang, de notre chair, de notre cœur
Des paroles qui sans nous retomberaient décharnées.21

Notes

1 Charles Mazouer, « Le regain du genre des mystères dans la première moitié du xxe siècle », Eidôlon, 86. Le Moyen Âge en Jeu, S. Abiker, A. Besson, F. Plet-Nicolas, A. Sultan (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, 2009.

2 Feuillets de l’Amitié Charles Péguy, no 187, p. 14.

3 « L’an dernier, le 8 mai, à Orléans, cependant que j’attendais, dans les rangs du 276e de ligne, l’heure du défilé devant la statue de Jeanne d’Arc, un lieutenant me rappela en quelques mots nets le caractère de la journée. Quelques mots qui révélaient le sentiment grave qu’il en possédait. Nous entrâmes dans Orléans l’un près de l’autre. Je le regardais ; son visage, son allure me rappelaient je ne sais quelle journée dreyfusarde. Place du Martroi il salua Jeanne d’Arc d’un mouvement plein d’une passion, d’un respect, d’un amour si fort que je pensai m’être trompé. Et pourtant mon souvenir n’était pas faux. Ce lieutenant, je l’entendis nommer peu après : c’était Péguy. » Georges Valois, L’Action française du 19 juin 1910. Cité par Albert Béguin dans son édition du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc au Club du meilleur livre, 1956, p. 384.

4 Péguy au porche de l’Église, correspondance inédite Jacques Maritain Dom Louis Baillet, édition établie, présentée et annotée par René Mougel et Robert Burac, Éditions du Cerf, 1997, p. 30.

5 Charles Péguy, Dialogue de l’histoire et de l’âme charnelle, Œuvres en prose complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, t. III, p. 643.

6 « Ces leçons et conférences sont de la dernière niaiserie et ineptie », lettre de Péguy à Maritain, 25 avril 1910, Péguy au porche de l’Église, op. cit., p. 181.

7 Voir Yves Avril et Romain Vaissermann, Jeanne d’Arc, La voix des poètes, Anthologie, Orléans, Éditions Paradigme, 2008.

8 Journal de Maritain du 18 novembre 1909, Péguy au porche de l’Église, op. cit., p. 154.

9 Entretien avec Joseph Lotte du 1er avril 1910, L’Amitié Charles Péguy no 103, p. 271.

10 Centre Charles Péguy, 11 rue du Tabour, 45 000 Orléans. Inv. 304-MPI 98.

11 Voir notre notice sur Le Mystère de la charité de Jeanne d’Arc dans la nouvelle édition des Œuvres poétiques et dramatiques complètes de Charles Péguy dans la Pléiade, sortie prévue en 2014.

12 Exemplaire conservé au Centre Charles Péguy d’Orléans. Maritain le voit chez sa mère le 23 février 1910. Cité dans Béguin, op. cit., p. 393.

13 Romain Rolland, Le Théâtre du peuple, CQ V-4, 24 novembre 1903.

14 CQ III-12.

15 Charles Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, Pl. III, p. 177. Pour Péguy, Jeanne d’Arc est déjà une sainte, bien qu’elle n’ait été reconnue comme telle par l’Église qu’en 1922.

16 Charles Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, Œuvres en prose complètes, op. cit., t. III, p. 256.

17 Charles Péguy, Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet, op. cit., t. III, p. 399.

18 Comme on est proche, alors, du Mistero Buffo de Dario Fo ! Le rapprochement nous a frappé lors de la projection commentée d’extraits du spectacle mis en scène par Chiara Villa, dans le cadre du colloque de Strasbourg.

19 Lotte, 1er avril 1910, art. cité.

20 Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu, Gallimard, Poésie, 1986, p. 85-86.

21 Ibid., p. 75-76.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search