Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

Avant-propos

Anne Ducrey et Tatiana Victoroff

Texte intégral

1Lorsque le mystère resurgit et se répand en Europe dans la deuxième moitié du xixe siècle sous l’impulsion notamment des symbolistes, les discours auctorial et critique convoquent deux modèles, celui des mystères antiques, rites théâtralisés réservés aux seuls initiés et plus fréquemment celui des mystères médiévaux. Ces derniers, conçus comme des représentations dramatiques portées par une intention religieuse fortement didactique, pouvaient impliquer une ville entière. L’ampleur que prirent ces représentations fut telle que les mystères furent frappés d’interdiction au Moyen Âge même pour atteinte à l’ordre public. Mais cet héritage ancien, invoqué des siècles plus tard, ne laisse pas de surprendre. On ne peut manquer de s’interroger en effet sur la pertinence, à la fin du xixe siècle, d’une référence au modèle antique du mystère : si l’existence même de telles cérémonies sacrées ne fait aucun doute, nous ignorons encore aujourd’hui tout ou presque de la nature des rituels pratiqués ou de leurs enjeux. Quant au mystère médiéval, modèle si souvent rappelé par les auteurs dramatiques comme les metteurs en scène, il ne s’impose pas d’emblée : le spectacle, à partir de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, est ramené aux dimensions habituelles en terme de durée et de jeu, point de ferveur populaire, ni de liesse, voire absence de toute dimension didactique… À l’instar du mystère antique, la référence au genre médiéval à la fin du xixe siècle pose problème et oblige au questionnement, comme le font également cette résurgence du mystère dans toute l’Europe, sa pérennité jusqu’à notre époque très sécularisée, ses formes multiples qui semblent osciller entre reconstitutions, inventions et trahisons, ses enjeux mêmes. En remettant le mystère, – mais quel mystère ? – à l’honneur, les dernières décennies du xixe siècle et celles qui suivront nous confrontent à une réalité tangible et cependant insaisissable, tant sont nombreux les formes et les usages dramatiques désignés par le mot « mystère », comme si, finalement, le mystère n’en finissait pas de renaître. C’est ce qu’évoque le titre de cet ouvrage : Renaissances. À défaut de pouvoir élucider le « mystère du mystère », il était néanmoins nécessaire d’interroger les pratiques modernes de ce rite antique ou de ce genre médiéval afin de comprendre la réponse qu’ils tentaient de donner à notre époque.

2Ce questionnement autour du mystère moderne a suscité l’intérêt de chercheurs de renommée internationale (Pierre Brunel, Jean-Louis Backès, Jean-Yves Masson, Dominique Millet, Guy Ducrey, Inna Nekrassova), de jeunes chercheurs (Enrica Zanin, Judith Sarfati Lanter, Audrey Blind, Maia Varsimashvili), de spécialistes appartenant à des disciplines variées : la littérature comparée (Anne Teulade, Hélène Beauchamp), le théâtre français (Claire Daudin, Odile Hamot), la littérature slave (Maria Cymborska), espagnole (Mechtild Albert), anglaise (Olga Ušakova), la médiévistique (Charles Mazouer, Véronique Dominguez). À ces spécialistes de littérature se sont associés des chercheurs en musicologie (Benjamin Lassauzet), en arts du spectacle (Mireille Losco-Lena) ou encore en théologie (Rémy Vallejo). Une première journée d’études a réuni en octobre 2012 à Paris-Sorbonne une dizaine de chercheurs français qui ont travaillé dans une perspective générique et historique. Un colloque international a suivi un an plus tard, en octobre 2013 à Strasbourg, portant sur la renaissance moderne du mystère, telle qu’elle se manifeste dès la fin du xixe siècle jusqu’au xxie siècle, rassemblant sur cinq demi-journées vingt-quatre intervenants : chercheurs s’intéressant au mystère, praticiens du théâtre, professionnels comme amateurs, écrivains et théologiens. L’ensemble de ce projet ambitieux a été porté par deux Équipes d’accueil en Littérature comparée, « Configurations littéraires » de l’Université de Strasbourg (EA 1337) et le Centre de recherche en Littérature comparée (CRLC – EA 4510) de Paris-Sorbonne. Il a bénéficié de l’aide et du soutien des deux universités de rattachement, du service Action culturelle de l’Université de Strasbourg et de son directeur, Mathieu Schneider, de l’UFR de Lettres et de la Bibliothèque nationale de l’Université de Strasbourg dont l’administrateur, Albert Poirot, a consenti à prêter, le temps du colloque, quelques pièces du très riche fonds de la BNUS : manuscrits de mystères en langue allemande ou alsacienne, de mystères joués en Alsace depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, mais aussi ouvrages de chercheurs strasbourgeois ayant travaillé sur les mystères médiévaux, notamment Gustave Cohen, Jean-Philippe Meyer et Philippe Lorentz. Ajoutons à cela, l’exposition « Mystères en Alsace » constituée d’affiches des années trente à nos jours annonçant des représentations de mystères. Les deux affiches reproduites ci-contre témoignent de la vitalité de cette tradition à Strasbourg. Le projet scientifique a également reçu le soutien de la Région Alsace, du Consulat Russe de Strasbourg en la personne de Monsieur Alexandre Bourdine, Consul général de la Fédération de Russie, et de la Cathédrale de Strasbourg. À cette diversité des intérêts intellectuels et culturels représentés a répondu la densité des échanges où intervenants et public ont dessiné la réalité complexe, polymorphe, souvent insaisissable du mystère que chaque auteur, chaque période considérée, semble réinterpréter et redéfinir dans un même temps, mesurant ainsi la nature et le statut de la référence aux pratiques et aux formes des mystères anciens.

Le Mystère de Joseph :
1. Drame biblique avec chœurs et musique biblique au profit des orgues de la Cathédrale de Strasbourg, 5 juin 1927.
2. Théâtre en plein air au profit des orgues de la Cathédrale, juillet 1927. Photographies et collection BNU Strasbourg.

3Mais ces travaux et échanges scientifiques entre public et chercheurs qui travaillent sur des objets parfois fort éloignés, n’ont pris leur sens qu’en rencontrant des pratiques vivantes du mystère. Lors d’une conférence-discussion ouvrant le colloque, Chiara Villa est venue avec deux membres de sa troupe parler de sa mise en scène de Mistero Buffo de Dario Fo et des enjeux esthétiques et politiques d’un tel spectacle à l’orée du xxie siècle, à Strasbourg même, puis à Colmar quelques mois plus tard. Quant aux propos scientifiques, ils ont tout naturellement ouvert sur les mystères de Noël montés depuis dix-sept ans dans la cathédrale de Strasbourg, Martine Jacquemin et Michel Jermann partageant avec les spécialistes du mystère leur expérience concrète et tout à fait contemporaine de cette tradition millénaire. La cathédrale de Strasbourg a, de son côté, prêté les panneaux réalisés par Bruno Boulala pour les mystères de Noël qui y ont été joués récemment. Le projet scientifique s’est donc révélé d’une richesse infinie, touchant aux textes, aux images, aux sons et à la mise en scène, renouant avec une tradition pluriséculaire, particulièrement vivace à Strasbourg, et s’ouvrant sur des questionnements contemporains que portent les mises en scène ou les pratiques littéraires actuelles. Le mystère appartient au passé comme au présent, il a besoin pour se dire du discours scientifique comme des pratiques artistiques. C’est de cette convergence extraordinaire que va rendre compte cet ouvrage.

4L’affiche du colloque, ci-dessous, œuvre de Julien Simon – graphiste de l’Université de Strasbourg, témoigne de cette diversité, notamment en ce qui concerne la représentation du sacré à l’œuvre dans le mystère. Les deux photographies qu’il a associées résument deux grandes tendances de la reprise du mystère à l’époque moderne. La première photographie (David M. Muller alias Camille – photographe de scène – Strasbourg) nous plonge dans Mistero Buffo de Dario Fo, la mise en scène qu’a proposée Chiara Villa en avril 2013 au théâtre de Hautepierre à Strasbourg. Le mystère y apparaît comme un phénomène vivant et multiple, toujours lié à ses origines liturgiques, mais ouvert à tous, indépendamment des croyances de chacun, capable d’émouvoir bien sûr, mais aussi de faire rire. Car Dario Fo le rappelle : le mystère est avant tout un genre populaire, capable de créer une communauté par le moyen le plus universel qui soit – le rire, sollicité par le caractère ludique, voire carnavalesque du spectacle. Sans doute faut-il voir dans ce mélange des registres, inconnu du théâtre antique ou classique, une des raisons de cette plasticité étonnante du mystère, plasticité qui permet sa réapparition jusqu’à notre époque, de part et d’autre de l’Europe. Si Chiara Villa a insisté dans la présentation du spectacle qu’elle a faite pour introduire le colloque de Strasbourg sur le travail d’improvisation et la liberté d’imagination proposés aux spectateurs comme aux acteurs, il n’en reste pas moins que le recours à la mention « mystère » s’appuie en même temps sur une connaissance profonde, que Dario Fo laisse entrevoir dans ses préfaces, de l’iconographie et des textes médiévaux. Cette quête d’exactitude, cette recherche de précision se rencontre chez de nombreux auteurs de mystères modernes : c’est à la Passion jouée à Oberammergau que Strindberg pense pour la mise en scène du Chemin à Damas, c’est d’ailleurs elle aussi qui servira de modèle pour Mystère-Bouffe de Maïakovski ; quant à Lorca, avant de composer ses propres mystères, il met en scène le Misterio de los Reyes Magos qui date du xiiie siècle. Ce ne sont là que quelques exemples de l’approche savante, fréquente depuis la fin du xixe siècle, qui s’attache à reconstituer. Des auteurs et metteurs en scène comme Gustave Cohen en France, Nicolas Evreinov en Russie, T. -S. Eliot en Angleterre cherchent à retrouver les formes rituelles du théâtre des mystères dans lesquelles ils voient une expression de l’unité organique du monde. Au-delà des reconstitutions, il y a des survivances de spectacles médiévaux, comme la Passion jouée encore aujourd’hui à Sparagerra en Espagne. La photographie inférieure utilisée pour l’affiche du colloque (voir ci-contre) montre ainsi le mystère de l’Ascension de la Vierge qui se déroule chaque année à Elche en Catalogne, le 15 août, lors d’une fête qui embrasse, comme au Moyen Âge, la ville tout entière, avec une procession et un feu d’artifice d’une grande beauté. Le mystère, aboutissement de la procession, se déroule devant l’autel, dans le chœur de l’église, d’après un texte du xve siècle chanté en valencien ancien et joué, en partie, par des enfants aux visages raphaeliens et aux voix angéliques. Au terme du mystère, la coupole de l’église s’ouvre pour accueillir la Vierge, et une pluie d’or (notre photo) couvre les spectateurs enchantés.

Affiche du colloque, octobre 2013. Réalisée par Julien Simon.

5C’est dans cette tension constante entre reconstitution et réinvention, entre solennité du sacré et dimension ludique du spectacle, mais aussi entre portée universelle métaphysique du message et incarnation dans la réalité d’un moment ou dans la posture idéologique d’un artiste, que s’esquisse le mystère moderne qu’analysent les articles qui suivent. Dans une première partie, le propos des contributeurs emprunte une perspective diachronique pour retracer une histoire du mystère, qui aboutit à cette renaissance extraordinaire qu’offre l’époque symboliste et qu’envisage la seconde partie. La troisième partie, elle, s’intéresse à cette problématique particulière – essentielle lorsqu’il est question de mystère – qu’est la représentation du sacré dans un xxe et un xxie siècles que l’on sait fortement sécularisés. La quatrième partie explore la manière dont le mystère rencontre les autres arts (musique, marionnettes, cinéma). Enfin, la dernière partie interroge les pratiques de mises en scène du mystère de la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours pour en faire apparaître les spécificités et le questionnement toujours vivant et ouvert.

  • 1 Doté d’une histoire complexe, de retours et de résurgences passionnants, le mystère s’offre aux que (...)

6Au terme de ce parcours sur les usages du mot « mystère » en Europe, les critères génériques et les pratiques dramatiques qui en découlent, Sonia Pelletier-Gautier, auteur contemporain, relance la réflexion que nous avons engagée en suggérant que le roman serait peut-être l’avenir du mystère. Et si l’hypothèse demande à être vérifiée, il n’en reste pas moins qu’elle fait signe une fois de plus vers cette variété de formes relevant du mystère, cette plasticité dramatique qu’on lui reconnaît à travers les âges et les cultures, cette friction féconde avec les autres arts (musique, cinéma) ou genres littéraires (poésie, roman). À l’orée du xxe siècle, le mystère apparaît ainsi comme un genre sans genre, parce que d’une certaine manière il en habite d’autres. Qu’il soit explicitement mentionné, en référence à des pratiques antiques ou médiévales, ou implicitement signifié, le mot seul1 a, semble-t-il, le pouvoir de susciter des formes d’expression dramatiques nouvelles qui entrent en résonance avec leur époque et signent la modernité. Les études ici réunies sont la première étape d’un travail collectif visant à proposer une autre histoire du théâtre contemporain, une histoire qui montrerait l’existence du mystère (complètement occulté dans les typologies classiques), sa labilité infinie, mais surtout les enjeux esthétiques et existentiels à l’œuvre lorsqu’on y fait référence.

Notes

1 Doté d’une histoire complexe, de retours et de résurgences passionnants, le mystère s’offre aux questionnements les plus divers, jusque dans sa graphie même. Dans un souci d’harmonisation, nous avons choisi d’user de la minuscule (mystère) pour désigner le genre dramatique et ses actualisations précises, en respectant toutefois les usages et pratiques spécifiques de certains dramaturges et artistes qui, par la majuscule, soulignent ce que le Mystère a à voir avec le sacré ou la liturgie, comment il prétend montrer ou incarner l’invisible.

Table des illustrations

Légende Le Mystère de Joseph :1. Drame biblique avec chœurs et musique biblique au profit des orgues de la Cathédrale de Strasbourg, 5 juin 1927.2. Théâtre en plein air au profit des orgues de la Cathédrale, juillet 1927. Photographies et collection BNU Strasbourg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Affiche du colloque, octobre 2013. Réalisée par Julien Simon.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540