Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Renaissances du Mystère en Europe

 | 
Anne Ducrey
, 
Tatiana Victoroff

Le Mystère en devenir

Guy Ducrey

Texte intégral

Ill. 1 – Eugène Grasset, Un Mystère, dessin pour Paris illustré, no 43 : Le Théâtre à travers les âges, 1er mars 1886, p. 40. © akg-images – 89933.

1Le 1er mars 1886, la revue Paris illustré consacrait un numéro spécial au théâtre à travers les âges. Pour montrer les mystères médiévaux, auxquels deux pages étaient dédiées, elle s’adjoignait la collaboration du dessinateur et graveur suisse Eugène Grasset. Celui-ci offrait ici aux lecteurs, sous le sobre titre Un Mystère, [Ill. 1] une admirable planche polychrome à nette visée pédagogique, et foisonnante de détails.

2Sur la place centrale d’une ville imaginaire, d’un gothique flamboyant, se donne une représentation à sujet biblique, et dont les acteurs sont nombreux. Plusieurs scènes se juxtaposent, choisies non selon la chronologie de l’histoire sainte, mais pour leur exemplarité et leur puissance spectaculaire. Au centre de l’espace, des démons rouges et verts, armés de piques, montent à l’assaut d’un riche dais doré, et s’emparent d’un notable à robe noire, figure de la fortune et du pouvoir. Sur la gauche, un paysan cultive un champ de blé, et incarne l’une des nombreuses paraboles bibliques de la moisson. Derrière lui, on distingue Marie, portant l’enfant Jésus sur un âne que mène Joseph. À droite enfin, l’enfer se reconnaît à sa gueule de monstre, où se convulsent les corps nus de damnés gesticulants…

3Mais l’essentiel est peut-être ailleurs : dans le groupe élégant qui contemple le spectacle d’une galerie surplombante. Une belle dame en hennin, son mari, ses deux enfants – ou ses pages. Plus préraphaélites que médiévaux (leurs habits ouvragés font songer à la vogue des arts décoratifs britanniques que William Morris et Rossetti avaient lancée depuis les années 1860), ces personnages servent de parfaits intermédiaires entre la scène jouée et le spectateur de 1885 pour lequel dessinait Grasset. Mi-anciens, mi-modernes, ils sont chargés de rendre intelligible ce qui se joue sur la place. La dame surtout, avec son geste déictique, semble une excellente enseignante, dont le savoir s’appuie sur le livre fermé qu’elle a posé devant elle, après l’avoir achevé. Elle se tourne vers le spectateur de l’image : « Voyez ce qu’était un Mystère ! », semble-t-elle lui indiquer avec grâce. Quel spectateur ? Celui de la fin du xixe siècle, ignorant de l’histoire du théâtre, et qu’il s’agissait d’instruire plaisamment par ce numéro de Paris illustré.

4Mais l’image de Grasset a traversé le temps, et c’est désormais vers les spectateurs du xxie siècle que se tourne la dame au hennin. Elle ne leur montre plus seulement, dans le geste positif d’une revue pédagogique, ce qu’est un mystère. Avec son habit arts and crafts, elle révèle bien davantage ce qu’il était pour le xixe siècle finissant, et qu’il n’est plus sans doute aujourd’hui, après cent ans de recherches médiévistes.

5En implicite professeur de littérature comparée, cette dame souriante rend ainsi visible, comme par allégorie, le projet même qu’Anne Ducrey et Tatiana Victoroff ont poursuivi par leur colloque, puis par le livre qui en est issu : interroger le besoin de Mystère qu’ont éprouvé, époque après époque, les hommes de lettres, les metteurs en scène et les artistes. Quel Mystère ? Non plus littéralement celui du Moyen Âge – mais celui, métamorphosé, que leur temps exigeait pour pouvoir s’y lire.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 – Eugène Grasset, Un Mystère, dessin pour Paris illustré, no 43 : Le Théâtre à travers les âges, 1er mars 1886, p. 40. © akg-images – 89933.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/3449/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540