Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Modèle végétal dans l’imaginaire contemporain

 | 
Inès Cazalas
, 
Marik Froidefond

III. Roman

Genet en fleurs

Eden Viana Martin

Texte intégral

  • 1 M. Jacob, Conseils à un jeune poète, Paris, Gallimard, 1945, p. 19.

Le poète dose ses clichés : il ne peut y renoncer sous peine d’être incompréhensible, à lui de savoir quand il peut placer le mot qui n’est pas une formule toute faite, de façon à être nouveau sans être obscur1.

1L’écriture romanesque de Jean Genet, qui épouse le style et les thèmes ébauchés dans ses premiers textes poétiques, paraît suivre à la lettre ce « conseil » de Max Jacob. Car si, d’un côté, l’emploi intense de certains clichés de l’amour homosexuel emprisonne presque les romans genétiens dans une esthétique trop attendue de l’homosexualité, d’un autre côté, la remotivation de ces mêmes poncifs constitue un savant dosage, capable de doter ses romans d’une touche toute personnelle. Faite, entre autres, de clichés remotivés et de lieux communs détournés, l’écriture de l’amour chez Genet est singulière, et trouve son expression dans un glossaire spécifique qui correspond au lexique universel du désir, mais qui prend également ses distances avec ce dernier. Il y a, en effet, dans son œuvre, une dualité latente qui oppose une utilisation fréquente de lieux communs à une transgression des normes les régissant.

  • 2 « Le jour même qu’il me rencontra, Jean Cocteau me nomma : « son genêt d’Espagne ». (…) » J. Genet,(...)

2C’est ainsi que les fleurs, l’un des topoï de prédilection de l’auteur, sillonnent l’œuvre genétienne, dessinant un jardin multicolore aux multiples espèces. En effet, Jean Genêt d’Espagne2 ne cache pas son intérêt pour l’image idyllique et en même temps sensuelle que véhiculent les fleurs. Du jaune humble des champs de genêts à l’image royaliste des lys, en passant par le rouge sang des roses et la dureté de leurs épines, les fleurs sont des figures essentielles dans les romans de Genet. Elles y esquissent un parcours bucolique, parfumé de connotations sentimentales et romantiques, mais peuvent également composer un jardin différent, constitué de métaphores inédites qui ouvrent les voies de la transgression et transforment leur beauté supposée en un déferlement d’excréments et de mâles assassins. Légitimant, à travers de multiples références, les comparaisons tissées tout au long de son œuvre, Genet part d’idées communes pour mieux les inverser, détournant à sa guise le sens et l’emploi des mots du vocabulaire végétal, jouant ainsi avec le stéréotype selon une dynamique de détournement et de réappropriation.

3La rose s’inscrit alors comme l’un des points d’attache principaux entre son œuvre et la botanique. Cette fleur, chargée de symbolique, est abondamment citée par Genet, qui n’a de cesse de réinventer, à partir de symboles connus, d’autres nouvelles connotations qui font de la rose l’allégorie même de l’inversion. Le sens de ces détournements est d’ailleurs inscrit dans le nom de la fleur, puisque éros est bien l’anagramme de rose.

I. Les fleurs détournées

1. La métamorphose des criminels en fleurs

4Les deux premiers romans portent, déjà dans leur titre, le caractère fondamental du végétal dans l’œuvre genétienne. Dans Notre-Dame-des-Fleurs et Miracle de la rose, la place accordée aux fleurs est grande, et très significative des rapports fondateurs tissés par l’auteur.

  • 3 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un ch (...)

5Dans Notre-Dame-des-Fleurs, dont l’incipit dévoile le nom de plusieurs assassins, c’est à « de belles et sombres fleurs » que sont comparés ces criminels dont les photos illustrent les journaux de l’époque : « Les journaux arrivent mal jusqu’à ma cellule, et les plus belles pages sont pillées de leurs plus belles fleurs, ces macs, comme jardins en mai3. »

6Dans Miracle de la rose, le prodige annoncé dans le titre trouve son apothéose dans la transformation finale d’Harcamone en un géant, dont le cœur est une rose mystique, mais dès les premières pages du livre, le narrateur nous décrit une transfiguration :

  • 4 Ibid., p. 233-234.

(…) la ferveur de notre admiration avec la charge de sainteté qui pesait sur la chaîne serrant ses poignets – ses cheveux ayant eu le temps de pousser, leurs boucles s’embrouillaient sur son front avec la cruauté savante des torsades de la couronne d’épines – firent cette chaîne se transformer sous nos yeux à peine surpris, en une guirlande de roses blanches4.

  • 5 Ibid., p. 234.

7Dans ce long paragraphe à l’écriture très effusive, le miracle qui va clore le roman est annoncé dans une première transformation qui tient lieu de prolepse. À la fin de ce premier présage, le narrateur prévient le narrataire de ses intentions : « Voilà le ton que je prendrai pour parler de Mettray, d’Harcamone et de la Centrale. Rien ne n’empêchera, ni l’attention aiguë ni le désir d’être exact, d’écrire des mots qui chantent5

8Cette révélation aux allures d’avertissement, ainsi que les premières insertions florales, fondent le style de Genet, qui noue alors une sorte de pacte avec son lecteur. De la première à la dernière phrase, du premier au dernier des cinq romans, la métaphore végétale représentera à la fois la beauté de l’homme, les effluves de la mort, ainsi que la passion et le désir de l’Autre.

9Fleur de prédilection de Genet, la rose est non seulement le cœur du deuxième livre, mais aussi de toute son œuvre. Fleurs à la tige longue et aux épines pointues, les roses rouges qui se substituent au sang des personnages, ou encore les blanches, métaphore du sperme des amants, ou celles enguirlandées qui entourent les poignets des condamnés et qui relient les prisonniers entre deux cellules de prison, les roses sont au centre des symboles amoureux dans l’œuvre genétienne.

  • 6 « Fraternité sans doute très ancienne, mais attestée seulement à partir du xve siècle. (…) L’expres (...)

10Mais cette préférence n’est pas particulière à Genet, la rose étant sans doute la fleur dont la symbolique est la plus employée en Occident. Dans l’iconographie chrétienne, elle représente soit la coupe qui recueille le sang du Christ, soit la transfiguration des gouttes de ce sang, voire les plaies du fils de Dieu. Sans oublier l’emblème de l’ordre de la Rose-Croix6, qui remplace le Sacré-Cœur par une rose rouge.

11En littérature également, la rose est la fleur symbolique préférée de nombreux écrivains. De Guillaume de Lorris et Jean de Meun et le Roman de la rose, en passant par Dante Alighieri, pour qui l’amour paradisiaque est comparé au centre de la rose dans La Divine Comédie, à Ronsard, qui fait souvent référence à cette fleur en tant que représentation de l’amour et de la jeunesse, la rose apparaît dans d’innombrables textes et devient symbole de l’amour pur ou d’initiation aux mystères.

12L’obstination genétienne à revenir sur cette fleur n’est donc pas une nouveauté, ni même une originalité de sa part. Mais s’il reprend ces canevas chrétiens ou littéraires, réutilisant à de nombreuses reprises ce cliché attendu de l’amour, il ne peut néanmoins s’empêcher de le transformer à sa guise, et d’en faire le symbole des amours homosexuelles et la représentation du cœur, non pas du Christ, mais d’un assassin. L’auteur revisite donc le cliché, faisant de sa plume un instrument blasphématoire, capable d’orner les plus infâmes criminels des plus beaux emblèmes de la chrétienté.

2. Les ambivalences d’une esthétique florale

13Dans Miracle de la rose, la surabondance de références florales participe, de façon vertigineuse, aux nombreuses prolepses et analepses présentes dans le roman, faisant naviguer la diégèse entre le présent de la Centrale et le passé de la Colonie de Mettray. Les allers-retours de l’histoire sont souvent axés sur l’évocation sensorielle de parfums et couleurs, permettant au narrateur de passer d’un moment à un autre, à travers la figure centrale du mystérieux personnage d’Harcamone.

14Dans l’un des passages commentant la vie à Mettray, l’enchantement provoqué par l’approche de jeunes colons appartenant à une famille spéciale, « un peu à l’écart », se mélange à l’embaumement que déclenche la traversée d’un champ de fleurs :

  • 7 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un ch (...)

Sortis de la cour de la ferme, qui est à droite de la chapelle, nous nous engageâmes dans une allée bordée de deux haies d’aubépines, de roses, de jasmin et, sans doute, beaucoup d’autres fleurs somptueuses. (…) J’avançais toujours entre les mêmes fleurs, entre les mêmes visages, mais je devinais, grâce à une sorte de malaise qui s’emparait de moi, qu’il se passait quelque chose. Les parfums et les couleurs des fleurs ne se transformaient pas, cependant, il me sembla qu’ils devinssent plus essentiellement eux-mêmes. Je veux dire qu’ils commençaient à exister pour moi de leur existence propre, avec de moins en moins le secours d’un support : les fleurs. La beauté aussi se détacha des visages. Chaque enfant qui passait essayait bien de la retenir, mais elle s’enfuyait. Enfin, elle resta seule, les visages et fleurs avaient disparu7.

  • 8 « La haie formait comme une suite de chapelles qui disparaissaient sous la jonchée de leurs fleurs (...)

15La révélation de ce parcours semé de disparitions est celle de la beauté. La référence intertextuelle à la description de la haie d’aubépines qui précède la rencontre du narrateur avec Gilberte dans Du côté de chez Swann8 fait d’ailleurs partie de cette découverte du beau. Dans le texte de Genet, la beauté, dépouillée des visages et des noms des fleurs, surgit de leur évocation, mais également du souvenir en palimpseste du texte proustien. Fleurs, garçons et révélation esthétique sont ainsi réunis dans cet extrait qui prône le débroussaillement, le défrichage. Un éloge du dépouillement qui intervient dans ce roman envahi, prisonnier des fleurs, et qui chemine vers un aboutissement fantasque : la découverte de la rose mystique siégeant au cœur du cœur d’Harcamone. Mais cette fin, au-delà de la surprise de la révélation florale, dévoile un autre prodige, celui de la défloration, car c’est à une sorte de viol que s’adonnent les bourreaux du condamné :

  • 9 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un ch (...)

Revenus de leur émoi, ils se précipitèrent, écartant et froissant, avec les mains ivres, les pétales, comme un satyre sevré d’amour écarte les jupons d’une fille. L’ivresse de la profanation les tenait. Ils arrivèrent les tempes battantes, la sueur au front, au cœur de la rose : c’était une sorte de puits ténébreux9.

16Un puits ténébreux dans lequel vont finir par tomber les exécuteurs d’Harcamone, tout comme le lecteur, qui se voit plongé dans cet abîme laissé par la profanation du cœur. C’est que les romans de Genet sont, en permanence, en tension entre une esthétique baroque de la prolifération et une esthétique du dépouillement, de la quintessence mystique. Mais comme l’écriture a pour point de fuite l’indicible du désir, la révélation du mystère ne cesse de se dérober, faisant de la fleur bien plus qu’un simple motif, un principe esthétique et de composition.

II. Les fleurs inversées

1. « Hommes-femmes » en fleurs

17Journal du voleur, le dernier des cinq romans, s’ouvre, quant à lui, sur la justification des représentations florales :

  • 10 J., Journal du voleur, op. cit., p. 9. Passage en italiques comme dans le texte original.

Le vêtement des forçats est rayé rose et blanc. Si, commandé par mon cœur l’univers où je me complais, je l’élus, ai-je le pouvoir au moins d’y découvrir les nombreux sens que je veux : il existe donc un étroit rapport entre les fleurs et les bagnards. La fragilité, la délicatesse des premières sont de même nature que la brutale insensibilité des autres. Que j’aie à représenter un forçat – ou un criminel – je le parerai de tant de fleurs que lui-même disparaissant sous elles en deviendra une autre, géante, nouvelle10.

18Dès les premières lignes du Journal du voleur, Genet souligne son interprétation personnelle de l’uniforme délavé des forçats, pour mieux légitimer le rapport, entretenu depuis le premier roman, entre criminels et fleurs. L’assertion, mise en relief par l’usage de l’italique, sert ici d’éclaircissement au lecteur, mais également de récupération et d’élargissement d’une idée commune qui relie les « hommes-femmes » aux fleurs.

19En effet, chez Genet, ce ne sont pas seulement les pédérastes qui sont comparés aux délicates fleurs, mais bien n’importe quel homme, pourvu qu’il soit beau, donc viril, aux yeux de l’auteur. Cependant nous retrouvons, aux sources de cet enchaînement métaphorique, un cliché qui relie les fragiles homosexuels aux beautés de la nature.

20Car si ces comparaisons florales sont une constante dans ses romans, elles ne sont bien évidemment pas spécifiques à Genet. Chez Proust, par exemple, de nombreux rapprochements entre l’homme et les fleurs sont présents. Dans Sodome et Gomorrhe I, la description de la fécondation des fleurs précède la rencontre entre Jupien et Charlus, qui sont alors comparés, aussitôt le jeu amoureux commencé, à une fleur et un insecte :

  • 11 M. Proust, Sodome et Gomorrhe (1913), Paris, Gallimard, 1988, collection « Pléiade », p. 6.

Or Jupien, perdant aussitôt l’air humble et bon que je lui avais toujours connu, avait – en symétrie parfaite avec le baron – redressé la tête, donnait à sa taille un port avantageux, posait avec une impertinence grotesque son poing sur la hanche, faisait saillir son derrière, prenait des poses avec la coquetterie qu’aurait pu avoir l’orchidée pour le bourdon providentiellement survenu11.

  • 12 Ibid., p. 9.

21Ce rapprochement est expliqué trois pages plus loin, par le narrateur, comme une « simple comparaison pour les providentiels hasards, quels qu’ils soient, et sans la moindre prétention scientifique de rapprocher certaines lois de la botanique et ce qu’on appelle parfois fort mal l’homosexualité (…) »12. Pourtant, l’auteur botaniste se sert ici des lois de la nature pour dresser le portrait « naturel » de tout inverti, comme le signale Philippe Sollers :

  • 13 P. Sollers, Fleurs, Paris, Hermann Littérature, 2006, p. 90.

Proust est lui-même, dit-il, « un herboriste humain », un « botaniste moral ». Il a beaucoup travaillé la question de la fécondation des fleurs, surtout des hermaphrodites. Il tient à cette imagerie pour expliquer ce qu’il ne veut pas appeler l’homosexualité (mot pour lui impropre), mais l’inversion, par rapport donc à une version. La perversion est l’inversion, ou plutôt la réversion, d’une version. Dans ce cas, la fécondation non reproductive est quand même une fécondation mais « au sens moral ». Les hommes-femmes sont comparés à des fleurs le plus souvent en difficulté, qui n’ont que rarement l’occasion de trouver une rencontre satisfaisante, d’où leur abstinence forcée ou leur affairement obsédé13.

  • 14 « L’orchidée se déterritorialise en formant une image, un calque de guêpe ; mais la guêpe se reterr (...)

22L’imitation du « devenir-insecte » de l’orchidée par Jupien, tel qu’il a été défini par Gilles Deleuze et Félix Guatarri14, devient, chez Proust, l’occasion d’autres transformations, celles d’homme en « devenir-insecte » et d’homme en « devenir-fleur ». Ces transformations, capables de déterritorialisation et de reterritorialisation des sujets en devenir, fondent le caractère naturel de la pédérastie dans l’œuvre proustienne.

23Dans Querelle de Brest, le lieutenant Seblon revient, lui aussi, dans son carnet, sur le rapport, reconnu et établi, qui existe entre le pédéraste et les fleurs :

  • 15 J. Genet, Œuvres Complètes III, Pompes Funèbres, Le pêcheur du Suquet, Querelle de Brest (1953), Pa (...)

Au mot « pédéraste » : extrait du Larousse : « on découvrit chez l’un d’eux une grande quantité de fleurs artificielles, de guirlandes et de couronnes, destinées sans aucun doute à servir, dans les grandes orgies, d’ornements et de parures »15.

  • 16 « On a trouvé également, au domicile d’une société de pédérastes, des tableaux obscènes, des photog (...)

24En mettant entre guillemets cet extrait exact de la définition de « pédérastie », tout droit sortie du Grand Larousse du xixe siècle16, Genet veut donner, semble-t-il, un caractère admis, conventionnel, à cette analogie entre homosexualité et botanique.

  • 17 La définition est insérée dans un extrait du carnet du lieutenant Seblon. Or, dans l’édition de 195 (...)

25Si Proust s’est inspiré de L’Intelligence des fleurs de Maeterlinck et des travaux de Darwin pour mieux rapprocher l’homosexualité d’un caractère naturel, physiologique, dans le cas de Genet, c’est bien de l’inverse qu’il s’agit. Amateurs de bouquets artificiels, le narrateur ou les personnages chez Genet se moquent de savoir si leur attirance homosexuelle est innée, due à une différence physiologique ou bien apprise sur les bancs d’une colonie pénitentiaire quelconque. En citant la définition de pédéraste tirée du dictionnaire dans un passage doublement polyphonique17, Genet paraît plutôt souligner une différence cultivée qui transforme les fleurs en un cliché de la pédérastie.

26À travers cette insertion d’un extrait du Larousse et à la référence aux fleurs artificielles – nous reconnaissons bien évidemment le trait genétien qui consiste à valoriser le vil et le toc – Genet revient ainsi, lui aussi, sur ses choix esthétiques, tout comme l’avait fait Proust, en justifiant ses comparaisons et ses choix esthétiques.

2. Fécondité de la métaphore florale

  • 18 P. Sollers, Fleurs, op. cit., p. 25.

L’érotisme floral à travers les âges ? Il est constant, insistant, sublime, idéalisant, chaste, sensuel, vicieux, mélancolique, vivifiant, enivrant, mystique, métaphysique, initiatique18.

  • 19 S. Freud, Introduction à la psychanalyse (1916), Paris, Payot, 1990, p. 143.

27Selon Freud, dans les rêves, « boutons et fleurs désignent les organes génitaux de la femme, et plus spécialement la virginité »19. Chez Genet, ils symbolisent aussi des organes sexuels, mais, inversion oblige, ceux de l’homme. En effet, si le bouton, en argot érotique, prend le sens de clitoris, fleur, celui de pucelage, et si déflorer signifie enlever la virginité d’une femme, chez Genet, tout est détourné et, en quelque sorte, mélangé. Ainsi l’adjectif effleuré a, sous sa plume, un sens bien particulier :

  • 20 J. Genet, Œuvres Complètes II, Miracle de la rose, op. cit., p. 341.

S’il loupe une note trop haute, quelqu’un crie : « Va donc effleuré ». Il ne veut pas dire qu’il lui suppose une églantine tatouée sur la cuisse, ni sur l’épaule une fleur de lis gravée au fer rouge, mais il dit qu’il souhaite à l’enfant d’être pénétré20.

  • 21 J. Cellard et A. Rey, Dictionnaire du français non-conventionnel, Paris, Hachette, 1980, p. 304. Le (...)
  • 22 Définitions extraites du Nouveau Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue (...)

28Cette acception d’effleuré comme synonyme d’enculé est signalée par Jacques Cellard et Alain Rey comme propre et exclusive à Genet21 et elle est significative des techniques de détournement utilisées par l’auteur. Si, étymologiquement, le mot effleurer, qui vient d’esflouré, veut dire « qui a perdu sa beauté, sa fraîcheur », ce verbe a le sens courant d’« entamer en n’enlevant que la partie superficielle » ou bien de « toucher légèrement »22. Ce verbe signifie donc le contraire de « pénétrer », cité d’ailleurs par les dictionnaires comme un mot antonyme d’effleurer. Genet, lui, se moque de l’acception courante en faisant appel à une étymologie fantasmée du verbe (de é- et fleur) où un effleuré serait alors celui qui a perdu sa fleur, sa virginité. Ce n’est donc pas un hasard si Genet, dans l’explication qui accompagne le mot au sens revisité, justifie son emploi en utilisant les termes d’églantine, fleur de lis et de pénétrer. La référence à des fleurs précises vient ici souligner le sens de fraîcheur contenu dans le vocable, tandis que le verbe pénétrer renforce, par son antonymie, l’inversion que propose l’auteur.

  • 23 J. Genet, Pompes Funèbres, Paris, Gallimard, 1953, 1978, collection « L’Imaginaire » p. 264-265 ; Œ (...)

29Ces emplois inattendus et détournés se poursuivent dans l’œuvre, transformant alors en fleurs et boutons, le corps masculin. Le sexe de l’homme est ainsi souvent comparé à des arbres fleuris, comme dans Pompes Funèbres, où le pénis de Jean D. « prend les proportions et parfois la sereine apparence d’un pommier d’avril sous ses fleurs blanches »23 ; ou bien à une rose, toujours dans ce même roman :

  • 24 Ibid., p. 196 (passage censuré dans l’édition des Œuvres Complètes).

Il la pressa un peu, fit passer dans sa main toute son ivresse, mais Erik sommeillait et sa queue, entre les doigts émus de Riton ne fut pas plus qu’une limace, une rose mouillée24.

30Mais les fleurs ne représentent pas seulement le sexe masculin, elles peuvent également devenir des symboles de l’abjection, désignant alors des excréments :

  • 25 Ibid., p. 180 (OC, p. 116).

Ces cris de peur ne trouvant pas d’issues crevèrent mon cou qui soudain laissa couler par vingt ulcères violets en forme de roses et d’œillets les vingt ruisseaux blancs de ma peur25.

31Parmi ces miracles fleuris, le plus récurrent est celui qui transforme la semence en fleurs. Ce procédé est fondateur dans l’œuvre, car c’est ainsi que les amants genétiens peuvent se reproduire et donner naissance à d’autres roses et myosotis :

  • 26 Ibid., p. 166 (passage censuré dans l’édition des Œuvres Complètes).

Puis il remonta le long de son ami qui se tourna un peu sur le côté, comme je l’ai dit, et ses mains firent jaillir du paf de Paulo une seconde averse de fleurs26.

32Cette averse se répète, dans Pompes Funèbres et ailleurs, dans une écriture qui, tout en faisant l’éloge de la mort et de l’abjection, persiste à peindre un tableau coloré, où l’amour n’est pas stérile, et où la beauté des personnages morts ou condamnés se propage sous la forme d’une graine de vie. Dans Miracle de la rose, le souvenir de Bulkaen fait jaillir dans le récit une crainte enfantine, reformulée alors en espoir de reproduction :

  • 27 J. Genet, Œuvres Complètes II, Miracle de la rose, op. cit., p. 432.

Il se souvint tout à coup du noyau de cerise avalé et dont menacent leurs enfants les parents en disant qu’il peut germer et sortir du ventre en arbuste couvert de fleurs. Le sperme pouvait germer en lui et faire s’y développer un gosse27.

33Les souvenirs d’enfance, si présents dans Miracle de la rose, sont souvent l’occasion de commenter, voire d’expliquer, la présence fréquente du végétal dans l’œuvre. Mais ce sont également les réminiscences du passé, dans ce deuxième roman, qui permettent au narrateur de revenir sur la découverte de l’homosexualité, dans un parcours initiatique à travers les secrets des communautés masculines. Les fleurs et la naissance de l’amour sont ainsi intimement liées dans ce récit, légitimant la création d’un langage de l’homosexualité, fondé, avant tout, sur des images florales.

34L’écriture, chez Genet, se fonde ainsi sur des poncifs de l’amour et sur des images attendues de l’homosexuel, pour s’épanouir ensuite à travers l’utilisation détournée et remotivée de ces mêmes clichés. À travers quelques lieux communs de la pédérastie, l’auteur décrit et dessine un type masculin qui répond aux critères de la beauté.

35Prisonnier de certains clichés du désir, Genet laisse néanmoins apparaître dans son œuvre une dualité latente qui oppose cet emprisonnement à une transgression des normes régissant ces mêmes lieux communs, grâce à des détournements manifestes des poncifs de l’amour.

36L’appropriation des fleurs, et en particulier de la rose, au bénéfice d’un langage érotique puissant, participe d’une expression qui s’attache à des images connues pour mieux les déformer et démontrer alors la singularité du désir de l’homme.

37Cependant, l’utilisation récurrente de clichés ne peut combler les béances laissées par l’indicible du désir et, dans l’œuvre genétienne, ces béances sont exposées à travers un langage de l’obscène et de l’abjection. Car, tout comme il emprunte aux clichés, dont il ne peut faire abstraction, la platitude qui lui sert de tremplin pour ses détournements, Genet se sert des mots de la violence et de l’obscénité pour nommer l’indicible, qui prend alors la forme d’une obsession, prompte à se renouveler à chaque page.

38L’écriture romanesque de Genet trace et suit ainsi un parcours biscornu, aux multiples voies de travers et de traverse. Elle est à la fois une écriture à rallonge, surabondante, qui s’enlise dans des synonymies pléthoriques, et une écriture du raccourci et du dépouillement, qui ne se dérobe pas devant l’expression obsessionnelle du désir.

39La métaphore florale est ici extrêmement féconde et permet à l’auteur d’emprunter des voies nouvelles, à travers l’inversion constante des représentations attendues. Liées à la naissance de l’amour, les fleurs légitiment et confirment, chez Genet, une vision romantique des communautés marginales masculines. Ainsi, le romancier n’a de cesse de confirmer la connotation florale inscrite dans son patronyme, et de nous faire récolter, dans son œuvre, le plus fleuri des champs – et des chants – de genêt.

Notes

1 M. Jacob, Conseils à un jeune poète, Paris, Gallimard, 1945, p. 19.

2 « Le jour même qu’il me rencontra, Jean Cocteau me nomma : « son genêt d’Espagne ». (…) » J. Genet, Journal du voleur, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1949, p. 47. À ce propos, Edmund White ajoute : « À Cocteau et à Jean Marais, Genet assura qu’on l’avait baptisé ainsi en souvenir du champ d’humbles genêts où sa mère l’avait abandonné. » E. White, Jean Genet, Paris, Gallimard, coll. « Biographies », 1993, p. 16.

3 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un chant d’amour (1951), Paris, Gallimard, collection « NRF », 1967, p. 11.

4 Ibid., p. 233-234.

5 Ibid., p. 234.

6 « Fraternité sans doute très ancienne, mais attestée seulement à partir du xve siècle. (…) L’expression “rose-croix” désigne un état d’être et, par extension, celui qui l’a atteint. La Rose-Croix est aussi un emblème : la croix ayant en son centre une seule rose rouge. L’initiation, qui comporte plusieurs degrés, cherche à faire connaître son âme à l’individu ; elle doit l’aider à exprimer sa vie intérieure, à en faire une partie de sa conscience, au même titre que les autres éléments, jusqu’à ce qu’il parvienne à la conscience cosmique, but ultime de la Rose-Croix. » (Alpha encyclopédie, Paris, Grange Batelière, 1972).

7 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un chant d’amour, op. cit., p. 311.

8 « La haie formait comme une suite de chapelles qui disparaissaient sous la jonchée de leurs fleurs amoncelées en reposoir ; au-dessous d’elles, le soleil posait à terre un quadrillage de clarté, comme s’il venait de traverser une verrière ; leur parfum s’étendait aussi onctueux, aussi délimité en sa forme que si j’eusse été devant l’autel de la Vierge, et les fleurs, aussi parées, tenaient chacune d’un air distrait son étincelant bouquet d’étamines, fines et rayonnantes nervures de style flamboyant comme celles qui à l’église ajouraient la rampe du jubé ou les meneaux du vitrail et qui s’épanouissaient en blanche chair de fleur de fraisier. […] Puis, je revenais devant les aubépines comme devant ces chefs-d’œuvre dont on croit qu’on saura mieux les voir quand on a cessé un moment de les regarder, mais j’avais beau me faire un écran de mes mains pour n’avoir qu’elles sous les yeux, le sentiment qu’elles éveillaient en moi restait obscur et vague, cherchant en vain à se dégager, à venir adhérer à leurs fleurs. » M. Proust, Du côté de chez Swann (1913), Paris, Gallimard, collection « Folio », 1988, p. 136, 137.

9 J. Genet, Œuvres Complètes II, Notre-Dame des Fleurs, Le condamné à mort, Miracle de la rose, Un chant d’amour, op. cit., p. 464.

10 J., Journal du voleur, op. cit., p. 9. Passage en italiques comme dans le texte original.

11 M. Proust, Sodome et Gomorrhe (1913), Paris, Gallimard, 1988, collection « Pléiade », p. 6.

12 Ibid., p. 9.

13 P. Sollers, Fleurs, Paris, Hermann Littérature, 2006, p. 90.

14 « L’orchidée se déterritorialise en formant une image, un calque de guêpe ; mais la guêpe se reterritorialise sur cette image. La guêpe se déterritorialise pourtant, devenant elle-même une pièce dans l’appareil de reproduction de l’orchidée ; mais elle reterritorialise l’orchidée, en transportant le pollen. La guêpe et l’orchidée font rhizome, en tant qu’hétérogènes. » G. Deleuze, F. Guatarri, Capitalisme et schizophrénie, Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980, p. 17.

15 J. Genet, Œuvres Complètes III, Pompes Funèbres, Le pêcheur du Suquet, Querelle de Brest (1953), Paris, Gallimard, collection « NRF », 1988, p. 277.

16 « On a trouvé également, au domicile d’une société de pédérastes, des tableaux obscènes, des photographies représentant les différents affiliés de cette réunion, et enfin une grande quantité de fleurs artificielles, de guirlandes et de couronnes destinées, sans aucun doute, à servir, dans les grandes orgies, d’ornements et de parures. » P. Larousse, Grand dictionnaire universel du xixe siècle, Paris, Administration du Grand Dictionnaire Universel, 1874.

17 La définition est insérée dans un extrait du carnet du lieutenant Seblon. Or, dans l’édition de 1953 des Œuvres Complètes, tous les passages du carnet de Seblon sont en italiques.

18 P. Sollers, Fleurs, op. cit., p. 25.

19 S. Freud, Introduction à la psychanalyse (1916), Paris, Payot, 1990, p. 143.

20 J. Genet, Œuvres Complètes II, Miracle de la rose, op. cit., p. 341.

21 J. Cellard et A. Rey, Dictionnaire du français non-conventionnel, Paris, Hachette, 1980, p. 304. Les auteurs donnent comme exemple l’extrait du Miracle de la Rose que nous venons de citer et, dans l’historique du mot, ils ajoutent : « Seule attestation ».

22 Définitions extraites du Nouveau Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, sld Rey-Debove, Paris, édition mise à jour en juin 2000.

23 J. Genet, Pompes Funèbres, Paris, Gallimard, 1953, 1978, collection « L’Imaginaire » p. 264-265 ; Œuvres Complètes III, op. cit., p. 163.

24 Ibid., p. 196 (passage censuré dans l’édition des Œuvres Complètes).

25 Ibid., p. 180 (OC, p. 116).

26 Ibid., p. 166 (passage censuré dans l’édition des Œuvres Complètes).

27 J. Genet, Œuvres Complètes II, Miracle de la rose, op. cit., p. 432.

Auteur

Université de Pau.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540