Version classiqueVersion mobile

Littérature comparée et correspondance des arts

 | 
Michèle Finck
, 
Yves-Michel Ergal

II. Littérature comparée et arts visuels (peinture, sculpture)

Des Forêts et la peinture

Emmanuelle Rousselot

Texte intégral

  • 1 A de Gaudemar, « Des Forêts obstinément », Libération, jeudi 13 février 1997, p. III.
  • 2 Louis-René des Forêts, Face à l’immémorable, Montpellier, Fata Morgana, 1993, p. 22-23.

1« Aucun art ne vous est étranger »1. Cette phrase sésame fut formulée en 1997 par Antoine de Gaudemar dans un entretien avec Louis-René des Forêts pour le journal Libération. En décembre 2000, à l’âge de 82 ans, l’auteur s’éteignait. La déclaration du journaliste aurait pu être gravée comme une épitaphe pertinente tant elle porte avec elle cette vie de des Forêts qui fut traversée par les arts : musique, littérature, peinture, cinéma. Les parts du musicien ou de l’écrivain sont relativement connues. Celle du peintre l’est moins. Pour donner sa juste place à cet art dans ce « quadrivium » desforestien, il convient d’entrer dans l’œuvre, de la parcourir et de la confronter aux déclarations de l’auteur. On observe alors que cet « artisanat » pictural, comme l’appelle des Forêts, est, contre toute attente et à l’encontre de la hiérarchie qu’il a établie, au cœur d’une métamorphose de sa création qui va ouvrir l’écrivain à une « seconde naissance »2.

Les grandes lignes

  • 3 D. Rabaté, Louis-René des Forêts, dossier, ministère des Affaires étrangères, direction générale de (...)
  • 4 P. Klee, Théorie de l’art moderne, Éd. Gonthier, Genève, p. 127.

2Mais tout d’abord décrivons à grands traits sa peinture. En 1971, une première présentation organisée par Louis Deledicq, à Ancy-le-Franc, permit de découvrir ses encres de Chine. Au même endroit, trois autres expositions suivirent en 1972, 1975 et 1979. En 1978 ce fut au Centre Georges Pompidou. Enfin, en 1993, au Festival d’Avignon, lors de la représentation du Bavard, interprété par Charles Berling, et des « Grands Moments d’un chanteur » par Pierre Leenhardt, une nouvelle exposition eut lieu à la bibliothèque municipale. Une phrase synthétique de Dominique Rabaté donne la ligne directrice : « Loin du souci de suivre quelque mode, l’apprenti-peintre choisit le figuratif »3. Un tel choix ne va pas de soi pour le lecteur desforestien. En 1973, dans sa collection « L’Imaginaire », Gallimard propose comme couverture à l’édition du Bavard une spirale dans laquelle coule un flux rouge répétant le titre de l’œuvre avec diverses couleurs. En 2000, la même collection propose pour Ostinato une couverture semblable : une spirale violette emporte ce nom dans ses tourbillons. Le choix répété en couverture d’un tel motif est significatif. Ces dessins sont à rapprocher de la spirale dessinée par Paul Klee dans Théorie de l’art moderne4. Pour illustrer la prose de des Forêts, l’éditeur fait le choix de l’abstraction, style que le lecteur s’attend à retrouver sur les toiles du peintre. Or il n’en est rien. Pour se représenter les motifs picturaux de des Forêts, procédons à une lecture littérale des titres donnés aux toiles : Chute dans le dôme, L’amateur d’opéra, Le prisonnier au faucon, Portrait à l’astre, Gilles de Rais, La bible racontée aux enfants, Empédocle, Les bateliers de la Mort, Le volcan, Les Vierges en Rochers, Chute de la planète, Exorcismes, Jeux de mains sur l’échiquier, L’oiseau de mauvais augure, L’homme à la méduse, Bataille dans les colonnes… Son art est figuratif : les dessins représentent les objets ou les êtres cités.

3Il n’en est pas moins mystérieux. Un commentaire partial de Raymonde Temkine dans la revue Europe d’octobre 1993 présente un autre aspect de cette peinture :

  • 5 R. Temkine, « Le festival d’Avignon : un must culturel », Europe, no 774, oct. 1993, p. 198.

Une petite exposition d’encres de Chine de L. R. des Forêts était présentée à la Médiathèque Ceccano. Heureuse surprise : des visions surréalistes, du mystère, du danger, dans ces paysages tourmentés, ces jungles, ces créatures étranges. On ne voit pas le point commun avec la prose. Au romancier combien je préfère le dessinateur !5.

  • 6 F. de Mèredieu, « Louis-René des Forêts : Ateliers d’aujourd’hui (Centre national d’art et de cultu (...)

4On pourra compléter ce commentaire par celui que Florence de Mèredieu, à la suite de l’exposition au Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, propose dans la NRF : « Lorsque la mer, les rochers — ou quelque élément naturel — apparaissent, c’est pour retrouver l’obsession de la trace d’un Michaux, d’un Masson, d’un Max Ernst »6. Ces correspondances et ces remarques dessinent les grandes lignes des œuvres du peintre qui, semble-t-il, détonnent face à celles de l’écrivain. Cette surprise est-elle légitime ? Entrons dans les voies et détours de cette vie pour tenter de cerner quel rapport Louis-René des Forêts entretient avec cet art.

Genèse d’un apprenti-peintre

5Dans la première partie d’Ostinato, des souvenirs d’enfance jaillissent et permettent de poser un jalon initial pour ce parcours d’artiste :

  • 7 L.-R. des Forêts, Ostinato, Mercure de France, 1997, p. 45-46.

En marge du cahier de brouillon, la plume se dévergonde pour griffonner des emblèmes équestres, des cœurs fléchés, des signatures aux paraphes orgueilleux, des faces rondes taraudées à l’occiput par une vis géante, des profils moustachus aux cols raides comme du fer blanc, des voiliers voguant sur un trait horizontal légèrement ondulé ou piquant du nez sur de rageuses arabesques, des chars romains zébrés de fines hachures qui suggèrent le galop de coursiers bondissants à poitrail musclé et longue encolure, des babylones aux tours couronnées de créneaux, aux ponts-levis dressés comme le couvercle d’un piano, toutes figures de fantaisie tracées par un écolier rêveur qu’à le voir la langue pendante et la main si active on croirait absorbé studieusement dans son thème7.

  • 8 A. de Gaudemar, op. cit.

6Trois moments scandent ce fragment. Au centre, la description des dessins offre, avec les mots mêmes de l’écrivain, une représentation des images qui habitaient l’enfant et qui n’ont pas quitté le peintre dont les toiles pourraient être rassemblées avec pertinence sous le titre : « figures de fantaisie ». Cette liste centrale est encadrée par une contextualisation de ses premiers essais en dessin. On y apprend que l’exercice se fait « en marge du » travail officiel demandé à l’écolier (à savoir un thème) et que l’élève, malgré son apparence studieuse, sait se dévergonder et rêver. Dans ce fragment, l’écrivain semble donner une réponse et une origine à la surprise du journaliste. Deux faces d’une même pièce : d’un côté l’élève studieux maniant ce que l’auteur appellera plus tard une « abstraction parfois aride et ressassante8 » ; de l’autre un rêveur qui se fait plaisir.

  • 9 J.-P. Salgas, « Les écrivains et leurs lectures (5) : les lectures de Louis-René des Forêts », La Q (...)

7Une autre expérience de l’enfance donne une place de choix à l’illustration. « Une trentaine de gros volumes admirablement illustrés que possédait le père » du futur écrivain firent vivre au jeune homme un grand moment de lecteur. Il s’agissait de « récits d’explorations et de voyages entrepris au xixe siècle dans tous les pays du monde. C’étaient des livres sérieux, pas du tout destinés aux enfants : j’ai absolument tout lu9 », précise l’auteur à Jean-Pierre Salgas l’interrogeant sur ses lectures. Ce souvenir est remarquable pour deux raisons. Le jeu des adverbes « admirablement » et « absolument » transmet l’intensité de l’émotion provoquée par ces textes illustrés. Parce qu’illustres et admirables ces images sont devenues des modèles et ont participé à l’édification de l’imaginaire de cet enfant. Ce souvenir est également remarquable car, une fois encore, le dessin déploie son action en marge des attentes. Après la marge du cahier, les marges de l’âge.

  • 10 M. Alphant, « Louis-René des Forêts. À silences rompus », Libération, samedi 22 dimanche 23 septemb (...)

8Et s’il est un âge qui colle particulièrement bien au personnage des Forêts, c’est le temps du Moyen Âge. Marianne Alphant décrit ainsi l’homme qu’elle vient de rencontrer : « Sous des cheveux broussailleux le visage aux yeux sombres est celui de quelque chevalier mélancolique et fier, la main sur la poitrine. De Lancelot parcourant les forêts d’un ermitage à l’autre, depuis des décennies10. » Or c’est précisément dans ce temps médiéval, dont les motifs inspirent le jeune écolier, qu’apparaît l’invention des marges.

  • 11 M. Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissan (...)

Les hommes du Moyen Âge participaient à titre égal à deux vies — la vie officielle et celle du carnaval —, à deux aspects du monde — l’un pieux et sérieux, l’autre comique. Ces deux aspects coexistaient dans leur conscience, et cela s’est reflété de manière extrêmement éclatante et palpable dans les pages des xiiie et xive siècles […] Dans la même page, on trouve côte à côte des enluminures pieuses et austères illustrant le texte et toute une série de dessins de chimères (enchevêtrement fantastique de formes humaines, animales et végétales) d’inspiration libre, c’est-à-dire sans rapport avec le texte, de diablotins comiques, de jongleurs exécutant des tours d’acrobatie, de mascarade, de saynètes parodiques, etc., c’est-à-dire d’images purement grotesques. […] Pourtant, même dans les arts décoratifs du Moyen Âge, une frontière interne stricte délimite les deux aspects : s’ils coexistent côte à côte, ils ne fusionnent pas, ne se mêlent pas11.

  • 12 L.-R. des Forêts, Poèmes de Samuel Wood, Montpellier, Fata Morgana, p. 8.
  • 13 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 20.

9Le rapport que le chevalier Louis-René des Forêts entretient avec les images semble reproduire ce paradigme originel. Deux vers des Poèmes de Samuel Wood formulent dès le premier chant cette double face : « Trop belles sont ces images engourdies dans leurs poses, / Qu’on voudrait voir dévêtues et fouettées jusqu’au sang12 ». D’un côté la pose belle, sérieuse, officielle et immobile ; de l’autre la transgression par les marges vers le « charme des fantasmes13 »

  • 14 D. Bourdet, Encre sympathique, Grasset, Paris, 1966, p. 133.

10Quand les poses s’exposent, il n’est pas difficile, après ces vers, d’imaginer la réponse de des Forêts à Denise Bourdet sur les manifestations autour de la peinture : « La plupart [des écrivains] aiment et connaissent la peinture et sont sourds à la musique […] Quant à moi je ne vais jamais à une exposition de peinture mais souvent à l’Opéra et au concert14 ».La position est radicale. Pourtant les figures d’un tableau exposé à une époque au Louvre vont influencer cinq années de sa vie. Dans la famille maternelle de l’auteur on est marin par tradition depuis que

l’un de [ses] ancêtres, Dupetit-Thouars, s’était sauvé du collège de La Flèche pour voir la mer. Il commandait un vaisseau à la bataille d’Aboukir, sous le Directoire, au cours de laquelle il est mort, les deux bras et une jambe emportés par des boulets. Il s’était fait placer dans un tonneau de son d’où il a commandé jusqu’à la fin, tel qu’on peut le voir figuré à cette époque sur un gigantesque tableau au musée du Louvre.

  • 15 J.-P. Salgas, op. cit., p. 31.

11Des Forêts précise : « Ces histoires m’exaltaient. J’ai passé cinq ans pour cela dans ce collège, en vain, car je n’étais pas doué en mathématiques. Curieusement, je ne regrette pas »15. L’écrivain ne va jamais à des expositions mais un de ses ancêtres fut représenté dans le plus illustre des musées sur un tableau « gigantesque ». Et le récit illustré d’un de ses hauts faits va vivement influencer Louis-René des Forêts dans ses propres choix de vie. Ce rapport complexe que des Forêts entretient avec l’officiel et les marges prend ici une dimension magistrale.

12Cet élément biographique permet aussi de mettre en perspective un fragment d’Ostinato qui fait porter par la peinture le récit d’un passage :

  • 16 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans grâce », Cahier Louis-René des Forêts, Le Temps (...)

Sur un tableau d’ancêtre : « À moi de disparaître, à toi de t’épanouir », semble dire le gentilhomme poudré au garçonnet renfrogné, vêtu de soie, dont il tient fermement la petite main dans les siennes. Au loin derrière eux, un poulain harnaché piaffe dans un décor de verdure. Légende possible : d’un siècle à l’autre, passage des générations16.

  • 17 J.-L. Ezine, « Louis-René des Forêts tel qu’il parle », Le Nouvel Observateur, 16 au 16 février 199 (...)

13Ce qui doit être lu, au sens étymologique du mot légende, c’est un tableau qui le transmet et au cœur de ce tableau deux motifs essentiels : la main et le passage. De la même manière l’exercice de la peinture par des Forêts va être, par l’activité de la main, au cœur d’un passage dans sa vie. Et ceci, contre toute attente, au vu de cette déclaration : « Mais, au risque de vous choquer, je vais vous faire un aveu : la peinture ne m’intéressait pas beaucoup »17.

  • 18 M. Alphant, op. cit.

14Que s’est-il donc passé ? Pourquoi des Forêts s’est-il adonné à cette activité ? En 1984, il répond à cette question à Marianne Alphant pour le journal Libération : « Je n’avais jamais dessiné de ma vie. L’occasion en a été un livre que voulait faire Denis Roche et qui aurait rassemblé des dessins d’écrivains et des écrits de peintres. Le livre n’a jamais vu le jour mais je me suis mis à dessiner. J’ai commencé à l’encre de Chine et j’ai continué à la gouache. Pierre Bettencourt m’a encouragé avec tant de véhémence que j’ai poursuivi. Je n’ai fait que cela pendant quatre ans. Dessiner m’a procuré un plaisir énorme que ne me procurera jamais l’écriture : j’avais à tout moment l’illusion que je découvrais quelque chose. Et puis ce côté manuel, c’est merveilleux. Tout s’est arrêté quand j’ai commencé Ostinato. »18. En 1995 c’est à Jean-Louis Ezine qu’il s’adresse sur ce sujet :

  • 19 J.-L. Ezine, op. cit.

j.-l. ezine : À vous entendre, on pourrait croire que les outils font défaut à l’écrivain, plus qu’au musicien ou au peintre.
l.-r. des forêts : À coup sûr, l’écrivain n’est pas outillé. La matière lui manque.
j.-l. ezine : Vous avez été à une certaine période tenté par la peinture. Parce que l’écriture vous décevait ?
l.-r. des forêts : C’est très bizarre et singulier cette expérience soudaine dans laquelle je me suis jeté, qui n’est pas de la peinture du reste, mais à l’évidence un travail d’amateur. Je l’ai fait sans complexes, avec même un grand plaisir, une sorte d’ivresse artisanale19.

15En 1997, cette autre déclaration :

  • 20 A. de Gaudemar, op. cit.

[Je me suis livré à cette activité] pendant près de quatre ans. Après quoi j’y ai renoncé définitivement, malgré l’extrême plaisir que me procurait cette activité en raison de son caractère artisanal. Mais je ne suis qu’un peintre amateur, sans plus20.

  • 21 R. Proslier, « Louis-René des Forêts (instantané) », Les Nouvelles littéraires, 16 juin 1960, p. 4.
  • 22 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans gloire », op. cit., p. 292.

16Dix années séparent ces trois déclarations mais le même constat revient : le caractère manuel et artisanal de l’activité fut la source de ce plaisir éprouvé, qualifié comme « énorme », « grand », « extrême », « une sorte d’ivresse ». Dans la bouche de des Forêts, cette notion de plaisir sans complexes fait particulièrement sens, lui qui a avoué que « l’autodestruction [était] une forme de [son] esprit »21 et qui, le plus souvent, présente sa pensée comme « lourdement empêtrée dans ses contradictions »22. La main, comme l’enseigne l’ancêtre sur le tableau, est au cœur de ce passage du complexe au simple, de la destruction à la création, de la mort à la vie.

La peinture au cœur d’une métamorphose de l’écriture

17Quand la rédaction d’Ostinato commence, cesse simultanément et définitivement l’activité picturale. Le choix du titre renvoie à la musique. L’auteur n’établit donc aucun lien explicite avec la peinture. Pourtant les propos de des Forêts sur son entreprise méritent ici d’être cités :

  • 23 A. Duault, « LRDF : il y a danger à trop écrire », L’Événement du jeudi, 19 au 25 mars 1987, p. 90- (...)

Il y avait toujours dans mes livres précédents une certaine contestation interne du langage, avec une dimension ironique ou parodique souvent. Avec Ostinato, c’est comme si je croyais à nouveau à la validité du langage, à sa fonction véhiculaire d’une pensée, d’idées, d’une mémoire qui retrouve chair. En même temps, ce n’est pas une continuité ordonnée, plutôt ce que Joyce appelait des épiphanies. En fait, il y a des êtres, des absences, tout un tissu mémorial que je voudrais évoquer et que je ne parviens pas à fixer23.

  • 24 L.-R. des Forêts, Ostinato, Mercure de France, o.c., p. 164.

18Une métamorphose a eu lieu : la contestation a fait place à une foi (« je croyais »), l’abstraction à une « chair ». Les termes « tissu », « épiphanie » et « fixer » font entendre une activité proche de la peinture : l’épiphanie évoque la lumière ; le verbe « fixer » le geste du peintre, et surtout le tissu rappelle la toile que l’auteur cite explicitement en italiques comme comparant de la page sur laquelle il dessine son écriture : « Voyez ici, dans le coin tout en bas de la toile vierge, les vestiges d’un naufrage24 ». Cette déclaration peut être rapprochée du fragment fondamental, presque fragment théorème, mis en exergue au centre d’une page après l’hymne introductif d’Ostinato. Il lève le rideau, en tous sens, sur la nouvelle scène desforestienne qu’ouvre ce projet :

  • 25 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., p. 15

Ce ne sont ici que figures de hasard, manières de traces, fuyantes lignes de vie, faux reflets et signes douteux que la langue en quête d’un foyer a inscrits comme par fraude et du dehors sans en faire la preuve ni en creuser le fond, taillant dans le corps obscurci de la mémoire la part la plus élémentaire — couleurs, odeurs, rumeurs —, tout ce qui respire à ciel ouvert dans la vérité d’une fable et redoute les profondeurs25.

  • 26 E. Rousselot, Ostinato de Louis-René des Forêts L’écriture comme lutte, L’Harmattan, 2010, p. 163-1 (...)
  • 27 D. Rosand, La Trace de l’artiste Léonard et Titien, art et artistes Gallimard, 1993 pour la traduct (...)
  • 28 Idem, p. 10.

19L’analyse de ce fragment fait l’objet d’un chapitre dans Ostinato de Louis-René des Forêts L’écriture comme lutte26. Il conviendra ici seulement de relever tous les liens qui se tissent avec la peinture dans ce fragment. Les termes « figures », « traces », « lignes », « reflets », « signes » les formulent explicitement. Le travail de la main est rappelé par le mot « manière », le caractère artisanal par la recherche de « la part la plus élémentaire » dont les couleurs sont le premier élément cité. La trace de l’artiste, pour reprendre le titre du très beau livre de David Rosand sur Léonard et Titien, défend la thèse selon laquelle la signification profonde réside à la surface : « Notre perception d’un tableau est d’abord, et à certains égards fondamentalement, une rencontre avec sa surface, avec les traces qui organisent et donnent forme à cette planéité27 ». Sur les peintres cités, l’auteur propose de reprendre contact avec « ce qui constitue en fin de compte la dimension la plus captivante de l’image : son élaboration28 ». Or c’est précisément dans cette dimension que des Forêts veut nous faire entrer. Les termes « traces », « lignes » et le rejet des profondeurs en attestent, comme s’il reconnaissait ici une influence de la peinture dans l’élaboration de ce nouveau projet autobiographique. David Rosand confirme le lien de cause à effet :

  • 29 Ibid., p. 15.

Je voudrais m’en tenir à cet élément fondamental, la ligne, et par voie de conséquence inéluctable, à l’acte de sa réalisation, autrement dit sur le geste de dessiner, sur son sens et sa fonction comme moyen de connaître, d’exprimer, de se situer par rapport au réel et à soi-même29.

  • 30 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., p. 46.
  • 31 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 22-23.
  • 32 L.-R. des Forêts Ostinato, op. cit., p. 199.
  • 33 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans grâce », op. cit., p. 290.

20Pendant quatre années le peintre amateur a tracé des lignes pour représenter des « figures de fantaisie30 ». Quelles que soient ces figures, le geste accompli avec plaisir par une main en prise avec la matière est au cœur d’une métamorphose dont l’écriture d’Ostinato portera les fruits et les théorèmes. Écoutons-les. Le premier extrait les formule explicitement : « une matière vivante en perpétuelle métamorphose et ainsi réactivée, ouvre les voies à une seconde naissance31 ». Par le deuxième extrait, Louis-René des Forêts accrédite notre hypothèse de lecture en donnant, non aux intentions mais aux effets, les pouvoirs de l’explication : « l’action à mener, laquelle dans bien des cas ne devient intelligible qu’une fois accomplie, de même que c’est avec le concours du temps qu’on en pourra seulement mesurer les effets, selon qu’ils auront été bénéfiques ou pernicieux »32. Les deux dernières citations théorisent les effets surprenants de ce détour desforestien par la peinture : « À vouloir se désister de soi on ne vise le plus souvent qu’à s’affirmer33 » ;

  • 34 Id., p. 287.

Rien comme les projets chimériques pour revendiquer un statut […] qu’une réussite imprévisible leur permet parfois d’obtenir, et en certains cas de façon si spectaculaire que le cours de l’histoire comme notre vision du monde s’en trouvent bouleversés- qu’elle peut même avoir, par opposition aux valeurs admises, la portée d’un renversement radical de l’exercice de la pensée34.

  • 35 L.-R. des Forêts, Pas à pas jusqu’au dernier, Mercure de France, 2001.
  • 36 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 30.

21Le passage par la peinture a bouleversé et renversé l’écriture de des Forêts. En retrouvant, grâce à elle, le sens du plaisir et du goût, il a pu se remettre à son activité d’écrivain. Sur les fondations du plaisir retrouvé, Louis-René des Forêts va écrire Ostinato « pas à pas jusqu’au dernier »35. Dans la vie de cet auteur, la peinture n’a donc pas été un détour sans importance. Elle a fait remonter « le taux de la vie »36 et en redonnant goût et plaisir, par l’usage de certains sens, elle a réouvert la porte du sens. Un art anime l’autre, est source énergétique pour le renouveau d’un autre art. Les quatre années de peinture ont fait jaillir une nouvelle étape de la création littéraire desforestienne et ont relancé plus de vingt-cinq années d’écriture. Et au terme du parcours, les fragments d’Ostinato feront eux-mêmes jaillir d’autres dessins.

  • 37 L.-R. des Forêts, William Blake et Co. édit, 2002.
  • 38 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., Mercure de France, 1997, p. 11.
  • 39 « Farhad connaissait Louis-René depuis quelques années, il avait éprouvé pour lui beaucoup de sympa (...)
  • 40 Idem, p. 58-59.

22En effet, ce qui accompagne les fragments inédits publiés à titre posthume sous le titre… ainsi qu’il en va d’un cahier de brouillon plein de ratures…37 ce sont vingt-quatre dessins originaux de Fahrad Ostovani représentant « Le mûrier des jardins du Luxembourg », arbre suggéré d’une certaine façon, par différentes touches, dans le premier fragment d’Ostinato. La première épiphanie de ce livre, sur la première ligne, ouvre en effet la scène sur « l’architecture des arbres perdus dans l’essaim de leurs feuilles »38. Quelques lignes plus loin est rappelé « le goût des mûres cueillies au fourré ». À travers l’arbre, la question centrale de l’architecture et le goût, par le biais des mûres, ouvrent donc Ostinato. Au terme du parcours, c’est la main d’un peintre qui vient prolonger les lignes de l’écrivain en dessinant une architecture mise à nu, celle du mûrier du Luxembourg comme si l’énergie picturale initiale qui a porté, comme une sève, Ostinato, à l’origine, prolongeait maintenant ses effets dans ce projet accepté par l’auteur39. Yves Bonnefoy de conclure : « Même en hiver, même au-delà de sa mort le mûrier du Luxembourg a de la vie la beauté — et la vérité-fondamentales. Exactement comme Ostinato en ses pages même les plus tardives »40. La peinture et l’écriture ont conjointement, et contre toute attente de Louis-René des Forêts, œuvré pour cette vérité et beauté.

Notes

1 A de Gaudemar, « Des Forêts obstinément », Libération, jeudi 13 février 1997, p. III.

2 Louis-René des Forêts, Face à l’immémorable, Montpellier, Fata Morgana, 1993, p. 22-23.

3 D. Rabaté, Louis-René des Forêts, dossier, ministère des Affaires étrangères, direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques, direction de la coopération culturelle et linguistique, fiche no 16.

4 P. Klee, Théorie de l’art moderne, Éd. Gonthier, Genève, p. 127.

5 R. Temkine, « Le festival d’Avignon : un must culturel », Europe, no 774, oct. 1993, p. 198.

6 F. de Mèredieu, « Louis-René des Forêts : Ateliers d’aujourd’hui (Centre national d’art et de culture Georges Pompidou) », NRF, no 307, p. 171.

7 L.-R. des Forêts, Ostinato, Mercure de France, 1997, p. 45-46.

8 A. de Gaudemar, op. cit.

9 J.-P. Salgas, « Les écrivains et leurs lectures (5) : les lectures de Louis-René des Forêts », La Quinzaine littéraire, no 410, 1er-15 fév 1984, p. 11-13.

10 M. Alphant, « Louis-René des Forêts. À silences rompus », Libération, samedi 22 dimanche 23 septembre 1984, p. 30.

11 M. Bakhtine, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, trad. du russe par André Robel, Paris, 1970, p. 103-104. L’extrait est cité par Michael Camille, Images dans les marges, Gallimard, 1997 pour la traduction française, p. 11.

12 L.-R. des Forêts, Poèmes de Samuel Wood, Montpellier, Fata Morgana, p. 8.

13 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 20.

14 D. Bourdet, Encre sympathique, Grasset, Paris, 1966, p. 133.

15 J.-P. Salgas, op. cit., p. 31.

16 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans grâce », Cahier Louis-René des Forêts, Le Temps qu’il fait, Cognac, no 6-7, février 1991, p. 277.

17 J.-L. Ezine, « Louis-René des Forêts tel qu’il parle », Le Nouvel Observateur, 16 au 16 février 1995, p. 80-84.

18 M. Alphant, op. cit.

19 J.-L. Ezine, op. cit.

20 A. de Gaudemar, op. cit.

21 R. Proslier, « Louis-René des Forêts (instantané) », Les Nouvelles littéraires, 16 juin 1960, p. 4.

22 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans gloire », op. cit., p. 292.

23 A. Duault, « LRDF : il y a danger à trop écrire », L’Événement du jeudi, 19 au 25 mars 1987, p. 90-92.

24 L.-R. des Forêts, Ostinato, Mercure de France, o.c., p. 164.

25 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., p. 15

26 E. Rousselot, Ostinato de Louis-René des Forêts L’écriture comme lutte, L’Harmattan, 2010, p. 163-168.

27 D. Rosand, La Trace de l’artiste Léonard et Titien, art et artistes Gallimard, 1993 pour la traduction française, p. 9.

28 Idem, p. 10.

29 Ibid., p. 15.

30 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., p. 46.

31 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 22-23.

32 L.-R. des Forêts Ostinato, op. cit., p. 199.

33 L.-R. des Forêts, « Pauses anxieuses, moments sans grâce », op. cit., p. 290.

34 Id., p. 287.

35 L.-R. des Forêts, Pas à pas jusqu’au dernier, Mercure de France, 2001.

36 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, op. cit., p. 30.

37 L.-R. des Forêts, William Blake et Co. édit, 2002.

38 L.-R. des Forêts, Ostinato, op. cit., Mercure de France, 1997, p. 11.

39 « Farhad connaissait Louis-René depuis quelques années, il avait éprouvé pour lui beaucoup de sympathie tout de suite, et déjà il avait désiré s’associer à lui pour une entreprise commune, ce que des Forêts avait accepté. Or, un jour où il traversait le jardin du Luxembourg, voici qu’il remarqua un arbre, un mûrier, qui lui parut si beau […] qu’il éprouva le désir, irrésistible, de le dessiner sans attendre. En hâte il quitta le jardin pour acheter un carnet, un crayon, il revint. Il revint souvent et ce sont ces dessins, au moins quelques-uns d’entre eux, qui sont dans le livre. Louis-René des Forêts, cela dit, vivait assez près du Luxembourg, rue des Quatre-Vents. Farhad, dont ce n’est pas le quartier, venait peut-être de lui rendre visite quand il traversa le jardin. On peut donc estimer que l’arbre, quelle qu’en ait été au premier instant la signification à ses yeux, s’associa pour lui à des Forêts par une naturelle et simple métonymie, temporelle autant que spatiale et renforcée, dans sa rêverie inconsciente, par le nom même de l’écrivain. […] Dessinant le mûrier il lui fut parfaitement évident qu’il travaillait au livre en projet. » Yves Bonnefoy / Bernard Blatter, Farhad Ostovani, William Blake and Co. édit, 2004, p. 57-58.

40 Idem, p. 58-59.

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search