Version classiqueVersion mobile

La sorcellerie et la ville

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Urban Witchcraft on the Margins of the Empire: the Low Countries and Northern Italy

Sorcellerie urbaine aux marges de l’Empire : Pays-Bas et Italie du Nord

William Monter

Résumé

Cette vue d’ensemble de la sorcellerie urbaine se place à l’intersection politique et démographique de deux régions au cœur de l’Europe qui se séparent de l’Empire au moment de la répression contre la sorcellerie, sous le règne de Charles Quint. Ces régions concentrent à la fois des villes parmi les plus grandes et des villes de taille moyenne : Milan et Venise ont plus de 100 000 habitants et les Pays Bas ont plus de villes dépassant 40 000 habitants que l’Allemagne. Après avoir dessiné leur histoire économique et politique, l’ensemble des archives concernant la répression de la sorcellerie montre de prime abord un contraste teinté de ressemblances. L’Europe du sud semble avoir puni avec moins de sévérité les sorcières, sous l’autorité de l’Inquisition qui ne prend pas très au sérieux les déclarations de magie maléfique, sauf exception, comme à Milan en 1390. Venise ne semble avoir exécuté personne pour le crime de maleficium.

L’étude de la sorcellerie urbaine dans la plaine du Po révèle un âge des Benandanti (vers 1580-1630) découvert par Carlo Ginzburg dans les archives de Venise. La plus grande ville libre européenne a connu, selon l’étude de J. Seitz, un tribunal inquisitorial inhabituel qui conclut chaque affaire par un « non prouvé », résultat d’un questionnement pourtant très sérieux. Tout Vénitien, même inquisiteur, qui voulait savoir si une maladie était naturelle ou non engageait à la fois des médecins et des exorcistes.

L’étude des Pays-Bas faite par H. de Waardt fait ressortir un grand contraste entre la disparition des procès dans la très urbanisée Hollande et leur apparition tout aussi soudaine dans le duché du Brabant autour de 1595. Cette situation radicalement différente serait due au contexte économique et à l’abondance relative de nourriture en Hollande, alors qu’une pénurie sévère sévissait au Brabant. À cette explication s’ajoute une frontière culturelle et politique rendue évidente par la langue, qui se transforme en frontière religieuse entre les provinces catholiques « nettoyées confessionnellement » du sud et les provinces maintenant officiellement protestantes du nord. L’importance de la frontière religieuse est soulignée par le cas de Cornelius Loos (1546-1595), disciple de Jean Weyer, emprisonné et brisé dans sa carrière à cause de ses positions sceptiques en matière de sorcellerie.

Le contexte urbain dans lequel sont nés les épisodes de possession diabolique de nonnes a été peu étudié. Les cas de Lille et de Cologne, deux des plus grandes métropoles de l’Europe du nord, entre 1611 et 1630, doivent être éclairés par l’intervention du Vatican car deux de ses institutions, la Nonciature et la Congrégation du Saint Office, vont dans des directions différentes. Le contraste est saisissant : les accusations faites pas les nonnes possédées de Lille contre le clergé local ont été mises au néant par les institutions papales, alors que la nonne mise en cause à Cologne a finalement été exécutée comme sorcière. C’est quand Lille est passée sous l’autorité de Louis XIV en 1668 que la ville a connu son seul épisode important de chasse aux sorcières, incriminant six femmes accusées d’avoir dévoré le cœur de nombreux enfants. La meneuse est exécutée sur la roue, ce qui est un châtiment très rarement infligé à une femme. La date (1683) contredit la décriminalisation de la sorcellerie en France après l’affaire des poisons (1678-1680) et aussi l’idée d’une évolution linéaire. Le cas d’Augsbourg est comparable car entre 1581 et 1653 la ville libre a jugé 101 personnes comme des sorcières mais exécuté une seule, en 1625. Mais entre 1654 et 1699 pas moins de 16 femmes sont exécutées comme sorcières à Augsbourg, dont cinq en 1685-1686. Ces chasses aux sorcières tardives contrastent avec la situation du nord de l’Italie où le dernier cas à Milan et à Venise s’est produit quatre décennies plus tôt, en 1641.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

This essay occupies the intersection between Rita Voltmer’s remarkable overview of urban witchcraft in the Germanic core of the Holy Roman Empire—a region undeniably central to the history of European witchcraft, but a minor part of the urban history of early modern Europe—and the urban history of early modern Europe1. This intersection is simultaneously political and demographic. When the “cumulative” doctrine of European witchcraft was being assembled in the 15th century, the two regions discussed here—northern Italy, principally the Po basin from Lombardy to the Adriatic, and the Low Countries, principally its three major provinces (Flanders, Brabant, and Holland)—were still considered parts of the Empire. During the reign of Charles V (1519–1555), which also constitutes a relative parenthesis in the reception of “cumulative” witchcraft doctrine, both regions became uncoupled from the Empire. Charles was both the last Emperor ever crowned in Italy in 1530, with many Italian and f...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search