Version classiqueVersion mobile

La sorcellerie et la ville

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

Witchcraft in the City. Patterns of Persecution in the Holy Roman Empire

La sorcellerie dans la ville : modèles de répression dans le Saint-Empire

Rita Voltmer

Résumé

Alors que la répression judiciaire contre le crime de sorcellerie fait état d’un phénomène largement partagé dans le monde rural, les condamnations en milieu urbain révèlent des situations contrastées selon les villes. Les historiens n’ont pas réussi à trouver d’explication générale à la sorcellerie urbaine mais ont pu constater que les grandes villes n’ont connu que des procès distincts alors que les petites villes étaient plus enclines à une chasse aux sorcières. Les spécificités de la politique urbaine en matière de sorcellerie dans le Saint Empire n’ont pas encore fait l’objet d’une étude suffisamment large et la proposition de typologie faite dans cet article se base sur l’hypothèse que les plus grandes villes impériales luthériennes ont montré une plus grande réticence à mener des procès pour sorcellerie. La situation est en fait différente selon les villes, la politique en matière de sorcellerie affichant aussi bien des similarités que des diversités. Par exemple, les villes impériales Esslingen, Reutlingen, Rottweil ou Offenburg semblent avoir appliqué une grande sévérité. Les villes autonomes, en conduisant leur propre politique de répression, ont pourtant beaucoup de similarités avec les villes impériales mineures, et notamment dans l’intensité de la persécution. Quant à la multitude de petites villes, les conseils municipaux, notoirement faibles, ne pouvaient y contrecarrer la demande populaire et la formation de comités spécialisés dans la traque des sorciers, qui ont agi comme des groupes de pression.

Les facteurs qui peuvent induire la conduite de procès en sorcellerie peuvent se résumer en trois points.

Le premier facteur est l’influence déterminante de la politique en matière de sorcellerie, quelle que soit la taille de la ville, pour décider de contenir les chasses aux sorcières au nom d’intérêts supérieurs à la crainte du démon. Les conseillers de la ville qui détiennent le pouvoir incontesté de conduire la haute justice pouvaient développer une politique capable de résister à la conduite des procès. Ils ont donc supprimé toutes les rumeurs, diffamations, ragots et troubles en contrôlant la communication et la transmission des idées à propos de sorcellerie et de la pertinence des procès. De ce fait, les procès ont été évités complétement ou seulement dirigés contre des marginaux tout en préservant les élites de toute dénonciation. Un éventuel scepticisme sur l’existence de la sorcellerie n’en est pas forcement la cause, même si le lien entre accusation de sorcellerie et dénonciations est parfois récusé.

Inversement, les magistrats, maires, juristes, et les élites gouvernantes ont pu développer une politique en faveur des procès de sorcellerie à cause d’une combinaison de raisons, notamment comme instrument politique pour des conflits externes (la ville contre le seigneur territorial) ou internes (tensions entre guildes et patriciens) ; comme mécanisme établissant l’autorité pour discipliner les sujets récalcitrants (Rottweil) ; ou enfin comme programme de purification pour rétablir l’ordre divin et la morale. On peut voir cette politique mise en œuvre principalement dans les cités autonomes, les villes territoriales et les villes de résidence du pouvoir en Allemagne du nord. Et ces milieux urbains peuvent devenir des foyers de persécution quand des facteurs incitatifs se combinent : adhésion au concept élaboré de sorcellerie et au crimen exceptum, usage de la torture, liens étroits entre magistrats et accusés, absence d’autorité ou changement forcé de confession dans les villes protestantes redevenues catholiques.

Dans des plus petites villes où le prince territorial et le bailli restent les seigneurs de la ville, les conseillers ne pouvaient pas mettre en œuvre leur propre politique de répression. Les influences extérieures, telles les dénonciations des villageois ou les demandes d’exorcismes spectaculaires, peuvent conduire à de vastes chasses aux sorcières dans lesquelles même les riches, les hommes, les enfants et les membres du clergé se retrouvent victimes. Dans ce cas, le modèle est actif du bas vers le haut.

Les magistrats – qui en général ont adopté une politique de répression dans un premier temps – ont réalisé que la paix, l’ordre et la bonne pratique ont été véritablement ébranlés par ces sévères chasses aux sorcières. Ils changent alors d’attitude envers la répression de la sorcellerie. Des rechutes sont possibles avec des épisodes de possession comme à Cologne, mais le contrôle reprend le dessus et la répression s’arrête.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

“After she had been released from torture, she confessed that during the witches’ Sabbath on Saint Martin’s hill [in sight distance to Trier], the witches’ leaders proposed to destroy the city of Trier, because in the town and in the neighboring lands people were burnt excessively [...]. On Saint Martin’s hill, the witches conspired to drown and to exterminate the city of Trier […]. Thus, the witches summoned a mighty tempest, which is still remembered in the city.“
Suntgen of Lellig, burnt as a witch in the city of Trier, 1595 October 4,
Landeshauptarchiv Koblenz Bestand 1 C Nr. 9191, p. 16, 35, 87.

Introduction and state of research

In 1978, the historian of French witchcraft Robert Muchembled stated that the suppression of witchcraft was primarily a rural phenomenon.1 He based this conclusion on his own findings as well as on those of Alan MacFarlane and Keith Thomas for England. In the same year, Claudia Honegger, a German sociologist, went further and argued that from the 16th to...

Auteur

Dr. Rita Voltmer, M. A., Wissenschaftliche Mitarbeiterin an der Universität Trier (FB III Geschichtliche Landeskunde); 2013-2015 Visiting Professor am Departement of History and Religious Studies, Arctic University of Norway (Tromsø).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search