Version classiqueVersion mobile

La sorcellerie et la ville

 | 
Antoine Follain
, 
Maryse Simon

La sorcellerie et la ville

Antoine Follain et Maryse Simon

Texte intégral

« La réalité montre que les sorciers appartiennent la plupart du temps au monde des bourgs et des campagnes… »
Dédicace au cardinal Charles de Lorraine dans La Démonolâtrie…, 1595.

  • 1 La Démonolâtrie, texte établi et annoté par Jean Boes à partir de l’édition de 1595, Nancy, Presses (...)
  • 2 Ces nombres 800 et 900 sont cités dans des parties différentes de la Démonolâtrie. Personne n’a jam (...)
  • 3 La Démonolâtrie…, op. cit., p. 4.
  • 4 Voir infra l’article Follain, Antoine, et alii, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs en (...)
  • 5 La Démonolâtrie, op. cit., p. 332.
  • 6 Ibid., p. 306.
  • 7 Ibid., p. 279.
  • 8 Ibid., p. 4.

1Ainsi Nicolas Remy, procureur général de Lorraine et démonologue actif, évoque-t-il la question dans son traité de la Démonolâtrie publié en latin en 15951. Il se targue d’avoir conduit 800 ou 900 procès de sorcellerie et, fort de cette autorité, il met en avant ce qu’il considère comme une évidence : le crime de sorcellerie est un crime rural2. Mais Remy ne dit pas pour autant que la ville soit exempte de la « stupidité » et de la « lourdeur d’esprit » constituant la « sottise » qui fait croire aux superstitions qui conduisent à la sorcellerie3. Dans son traité, il n’y a rien sur la ville en tant que telle, alors que l’on peut trouver beaucoup d’allusions à la différence de culture entre ville et campagne4. Pour Remy « l’âge, le sexe et la lourdeur campagnarde empêchent la réflexion »5. Il moque ses « compatriotes vosgiens » issus « du monde paysan » qui croient par exemple en une « coutume surtout en usage dans les régions reculées de ce duché, en zone alémanique » qu’il faut soulever de terre ceux qui veulent se préserver des mauvais sorts6. Mais il n’oppose pas radicalement les citadins aux rustiques car il mentionne aussi les diseurs de bonne aventure qui officient dans les cours « chez les rois et les princes », en soulignant la crédulité des élites sociales qui entraînent « le commun des hommes […] derrière de telles autorités » pour former une « foule ignorante »7. Nicolas Remy ne voit pas non plus de frontière géographique ou politique pour la « faiblesse d’esprit » et la « débilité »8.

  • 9 Le Marteau des sorcières (Malleus Maleficarum), traduction d’Amand Danet, Grenoble, Jérôme Millon, (...)

2La question du milieu dans lequel se déroule le crime de sorcellerie n’est pas davantage une préoccupation pour les autres démonologues : ni le Malleus Maleficarum de la fin du xve siècle (le plus fameux des traités de démonologie) ni la Démonomanie des sorciers (1588) de Jean Bodin, contemporain de Nicolas Remy, ne traitent de la question spécifiquement9.

3L’opposition absolue entre villes et campagnes serait-elle postérieure à la chasse aux sorcières et initiée par les historiens ? Les sources étudiées jusqu’à maintenant font état d’un phénomène qui est effectivement campagnard dans sa majorité mais qui n’est pas non plus exclusivement rural.

Un nouveau regard méthodologique

  • 10 Ginzburg, Carlo, Les Batailles nocturnes. Sorcellerie et rituels agraires aux xvie et xviie siècles(...)
  • 11 Ginzburg, Carlo, Le sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1992, 423 p.

4La question de la ruralité du phénomène a été traitée par de nombreux chercheurs, soit qu’ils étudient spécifiquement la sorcellerie, soit qu’ils cherchent par ce biais, et par les sources judiciaires étudiées, à atteindre une culture populaire rurale beaucoup moins accessible que la culture urbaine ; laquelle se donne plus immédiatement au chercheur, par des écrits volontaires. Parmi ces chercheurs, des historiens parmi lesquels Carlo Ginzburg, ont façonné une toute nouvelle façon de lire ce type de phénomène : la microstoria ou microhistoire. Ses travaux ont bouleversé les perspectives et suscité une réflexion nouvelle, passionnante et passionnée, grâce notamment à la publication d’ouvrages tels que Les Batailles nocturnes, sorcellerie et rituels agraires (1966) et Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du xvie siècle (1976)10. Et c’est dans Le sabbat des sorcières (1989) que Carlo Ginzburg propose une réinterprétation des origines de la sorcellerie européenne, de ses croyances magiques et de son sabbat11. En envisageant la question des croyances populaires du point de vue des accusés, Carlo Ginzburg a essayé de comprendre tous les tenants et les aboutissants d’un système complexe. Ce système peut échapper à la compréhension des historiens actuels puisque ces ruraux, ces simples villageois, mais aussi les simples habitants des villes, ne laissent généralement pas de traces écrites ; sauf le cas exceptionnel du meunier Menocchio désormais bien connu. Il est difficile de connaître les mentalités populaires, urbaines ou rurales, par les procédures judiciaires dont les simples gens faisaient l’objet. En effet ces documents ont été produits dans un certain contexte et par une certaine élite qui mettait par écrit les pensées de ces gens en les faisant passer par leur propre filtre. Retrouver les mentalités originelles est difficile mais pas impossible : Carlo Ginzburg et quelques autres l’ont fait en analysant finement les sources.

  • 12 Midelfort, H. C. Erik, « The devil and the German people : Reflections on the popularity of demon p (...)
  • 13 Actes publiés en 2009 dans Rowlands, Alison (dir.), Witchcraft and Masculinities in Early Modern Eu (...)

5De rares historiens ne se sont pas satisfaits de la ruralité exclusive du phénomène et ils ont posé exactement la question de la rusticité ou de l’aspect urbain du crime de sorcellerie. Erik Midelfort, par exemple, affirme que le Diable était aussi actif à la ville qu’à la campagne (1989)12. C’est une affirmation osée, puisque nous avons rappelé que les traités des démonologues n’allaient pas dans ce sens d’une part, et que les élites urbaines de l’époque n’ont pas abordé la question des rapports entre la sorcellerie et la ville d’autre part. Beaucoup plus nombreux sont les historiens spécialistes qui n’ont pas beaucoup ou pas du tout abordé l’aspect urbain de la sorcellerie et de sa répression. Cet angle d’approche d’un phénomène important qui a agité toute l’Europe et certaines de ses colonies à l’époque moderne, n’a donc pas fait l’objet d’une étude particulière ou systématique. Ainsi, aucun des colloques et conférences organisés dans les milieux anglo-saxons et germaniques n’a consacré de session à ce sujet en tant que tel. Le groupe de recherche créé par Dieter Bauer et Sönke Lorenz, de l’université de Tübingen, l’AKIH, Arbeitskreis Interdisziplinäre Hexenforschung, n’a pas traité cet angle d’approche malgré un colloque annuel depuis 1985 qui a donc exploré de très nombreuses pistes de recherche. Il y a pourtant eu dans la communauté scientifique d’autres sujets pointus qui ont été examinés, notamment la sorcellerie masculine, laquelle a fait l’objet d’un colloque à l’université d’Essex en 200613.

Sources et définitions

6Pour étudier spécifiquement la sorcellerie et la ville et défier la sentence de Nicolas Remy selon laquelle « les sorciers appartiennent […] au monde des bourgs et des campagnes », il faut réexaminer entièrement la question et comprendre pourquoi la sorcellerie n’a pas été abordée sous l’angle urbain.

  • 14 Concernant la possibilité d’un Sabbat de ville on trouve un exemple dans un document franc-comtois (...)
  • 15 Voir une troublante hypothèse dans les sections « Institutions et sources » et « Conclusions » infr (...)
  • 16 Par exemple, les archives alsaciennes ne sont pas toutes centralisées au niveau départemental et le (...)

7On peut avancer plusieurs raisons et en premier lieu les sources. La question de la collecte des données est en effet toujours cruciale. Les sources existent-elles et les a-t-on exploitées avec assez d’attention14 ? Ont-elles existé puis ont-elles disparu et que faire lorsqu’il ne reste que des sources indirectes15 ? L’étude de la répression de la sorcellerie est loin d’être aboutie et il reste encore de nombreux territoires à étudier16. Cependant, les sources ont poussé de nombreux historiens à considérer le phénomène dans un contexte géographique particulier, en fonction surtout des entités juridictionnelles, des cours d’appel, et non en fonction de la provenance des cas. Il y a donc parfois une assimilation des cas de sorcellerie des campagnes environnantes, et même, une assimilation de la juridiction toute entière avec seulement la ville qui traite ces cas en appel. Les études transversales sont difficiles à mener car les spécialistes de la question ont bien souvent un domaine d’étude circonscrit et peinent à en sortir.

  • 17 Mercier, Franck, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’automne du Moyen Âge, Presses un (...)
  • 18 Cité par Di Simplicio, Oscar, « Urban Witchcraft », dans Golden, R. M. (dir.), Encyclopedia of Witc (...)

8Pourtant les sources montrent bien l’existence d’épisodes de chasses aux sorcières en milieu urbain, comme les vauderies de Lyon (1440) et d’Arras (1459-1491) et surtout à l’époque moderne les chasses aux sorcières menées dans les villes allemandes et suisses17. Un chiffre va encore plus loin : 19 % des personnes accusées de sorcellerie en Pologne auraient vécu en milieu urbain dans un pays qui ne comptait que 5 % de citadins18. L’urbanité de la sorcellerie a été considérée comme un facteur dans chacun de ces cas, mais il n’y a pas encore de synthèse sur l’ensemble des procédures.

9Un deuxième problème épineux freine l’étude de la sorcellerie urbaine : la définition de la ville. Le pourcentage d’Européens vivant en milieu urbain se situe autour de 15 % aux xvie et xviie siècles. À la fin des années 1600, on dénombre environ deux cents villes de plus de 10 000 habitants. Mais on trouve toujours quantité d’agglomérations de quelques milliers d’habitants. La ville se reconnaît dans l’iconographie, mais pour la définir les murs d’enceinte ne sont pas un critère suffisant, même si le sentiment de sécurité qu’ils provoquent fait une différence entre les rustres et les bourgeois des villes. Les privilèges politiques et économiques spécifiques semblent être aussi importants à leurs yeux que les murailles. Les données démographiques peuvent aussi être un élément important, puisque le relatif anonymat possible dans les agglomérations importantes crée des conditions différentes de celles d’un petit village. Le maléfice étant généralement un crime de proximité et de voisinage, cet anonymat peut donc être un facteur important. Mais pour savoir s’il s’agit d’une réalité, il faudrait pouvoir suivre la trace de personnes suspectées de sorcellerie qui arrivent à se faire oublier en ville. Or les sources ne peuvent faire connaître que ceux qui, au contraire, se sont fait arrêter et rattraper par les accusations.

Des villes diverses et inégalement intéressantes

  • 19 La présente section de notre article introductif a été rédigée par Antoine Follain après avoir été (...)

10La ville médiévale avait une définition qui amenait à se dire ville à peu près n’importe quelle localité qui disposait d’une charte19. L’un des enjeux, notamment dans le contexte lorrain, alsacien et germanique, est de décider si tout y est ville au nom du droit local ou s’il faut soumettre ces territoires à des critères universels. Pour le Moyen Âge, ces critères sont avant tout juridiques (un lieu de pouvoir, un espace de liberté garanti par des privilèges cf. la formule Stadtluft macht frei), politiques (des institutions comme le conseil de Ville) et topographiques (présence d’une enceinte en pierre). L’économie, avec une prédominance des services et de la production artisanale (voire sub-industrielle) entre aussi en ligne de compte. On privilégie également l’image que la société médiévale se donnait elle-même : on détermine comme ville ce que les contemporains nommaient ainsi. Le contexte politique n’est pas indifférent : l’organisation pyramidale dans les royaumes de France (avec le statut des « bonnes villes ») ou d’Angleterre et dans le Saint-Empire (avec sa cascade de ligues urbaines) livre des types de villes très différents.

11Au bout du compte, en Alsace par exemple, Rosheim et ses 200 bourgeois à la fin du Moyen Âge avaient le même rang dans la hiérarchie des villes d’Empire que Lübeck, Cologne ou Bâle dont la population était autrement plus nombreuse. Alors que retenir pour notre sujet et pour la période de la chasse aux sorcières ?

  • 20 Lubin est un religieux augustin, géographe du Roi (1624-1695). Il est l’auteur de plusieurs livres (...)
  • 21 Le rapport de supériorité entre villes et villages est clair aussi au xviiie siècle, comme il l’est (...)
  • 22 Voir le discours sur Blâmont, Meurthe-et-Moselle, ch.-l. c., infra dans l’article Follain, Antoine, (...)

12La réflexion sur le fait urbain est propre à l’époque moderne. « Qu’est-ce qu’une ville ? » interroge déjà le géographe Augustin Lubin au xviie siècle, et précisément : « il faudrait […] savoir [à quoi] on doit donner le nom de villes et quelles [localités] ne le méritent pas »20. Tout est dit avec le verbe « mériter » car la définition de la ville a posé problème depuis que les urbains ont voulu dire leur supériorité sur le reste du monde21. Le village, comme le paysan, comme tout ce qui est rustique, est considéré médiocre et méprisable, alors que la ville leur est supérieure – sauf discours volontairement contraire et hypocritement favorable aux gens simples et naturels22.

La ville est d’abord ce qui prétend l’être

13Le fait urbain devient un contexte déterminant pour la sorcellerie lorsqu’il y a une population conséquente, une accumulation des instances d’autorité, un échelonnement plus important des positions sociales et donc des enjeux de pouvoir et de sociabilité plus complexes. Notre problématique pourrait donc n’avoir d’intérêt que si l’on atteint un certain niveau de population et divers attributs. Posons ici, en introduction, les problèmes pour la ville en général.

  • 23 C’est aussi le cas pour Poitiers, voir infra Coutelle, Antoine, « La perception de la sorcellerie p (...)

14Le débat a commencé entre quelques savants au xviie siècle. Il s’est élargi et il a abouti au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, lorsque toutes les variables ont été exposées. Le critère démographique est alors devenu essentiel, contre les définitions anciennes fondées sur le droit. Si maintenant l’on reprend la question, il y a indiscutablement avec le village une différence de statut juridique, mais ce critère ne peut absolument pas être universel. L’Alsace par exemple, compterait davantage de villes que de villages au début du xviie siècle, dont certaines avaient 150 habitants, alors que dans tout le royaume de France, il n’y avait pratiquement pas de villes ainsi définies. Rouen, par exemple, était une capitale provinciale23. Mais elle a perdu à l’époque moderne le peu de droits qu’elle avait au Moyen Âge, alors qu’elle est au xvie siècle la seconde agglomération du royaume par sa population (après Paris) puis la troisième (après Lyon qui lui passe devant). Une telle non-ville au regard de la définition juridique a moins de « libertés » que les petites localités alsaciennes, alors que chacune des supposées petites villes alsaciennes a moins ou autant d’habitants qu’une seule des rues ou des paroisses de Rouen…

Une ville vaut-elle la peine d’être étudiée en deçà d’un certain seuil ?

  • 24 Autre exemple : en Angleterre, on sait que le réseau urbain est caractérisé par l’écart énorme entr (...)

15La question du seuil démographique a été étudiée dès le xviiie siècle par le chevalier des Pommelles, par Lavoisier, par d’Expilly et par Moheau-Monthyon qui pour la plupart ont admis 2 000 habitants agglomérés. Mais Lavoisier inclinait plutôt pour 1 000 ce qui est un seuil très bas. D’ailleurs, 1 000 à 2 000 est un seuil franco-français qui n’avait déjà aucun sens au xviiie siècle si on l’applique à un autre territoire, comme l’Italie24.

  • 25 Reinhard, Marcel, « La population des villes. Sa mesure sous la Révolution et l’Empire », Populatio (...)
  • 26 Au 1er rang figurent huit villes qui ont plus de 50 000 habitants qui rassemblent 4,5 % de la popul (...)

16Par rapport à ces limites basses, l’historien Marcel Reinhard a posé en 1954 les bases de la réflexion scientifique dans un article publié dans la revue Population25. Il rappelait alors que le seuil de 2 000 habitants agglomérés avait été utilisé pour le recensement français de 1806 qui avait été le premier à donner une statistique sûre mais probablement en recul par rapport aux maxima de la fin du xviiie siècle. À partir du recensement de 1806, on peut parler de grandes villes (plus de 50 000 habitants) de villes moyennes (plus de 20 000) et de « petites villes » (plus de 10 000)26. Au-dessous commencent les problèmes, avec 650 très petites villes de seulement 2 000 habitants jusqu’à 10 000. Ce sont des villes pour l’administration mais, pour Marcel Reinhard, on ne peut pas considérer comme étant des villes ce qui est en dessous de 10 000. Ce seuil n’a pas été donné par lui sans raisons, lesquelles sont premièrement économiques et marchandes, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement ; deuxièmement démographiques, au sens où les indicateurs du type natalité, nuptialité, mortalité, sont proches en ce qui concerne les populations rurales et les populations des très petites villes, alors que tout devient différent au-delà des 10 000 habitants ; et troisièmement matérielles, en ce qui concerne le mobilier et les objets qui ont une signification culturelle. Pour cet auteur : « au-delà de 10/15 000 habitants, tout change » aux xixe et xxe siècles et donc en deçà il n’y aurait rien qui soit radicalement différent entre les populations rustiques et bourgeoises.

  • 27 Étienne Juillard donne une estimation de plus de 500 villages disparus du xve au xviie siècle, ce q (...)

17Pour autant, ce seuil n’est-il pas un peu rude pour les villes de l’époque moderne ? De plus, on ne peut définir la ville et les villages indépendamment l’une des autres et il vaut mieux partir de la constatation que les villages et la campagne ne sont pas d’un modèle unique. Un habitat rural dispersé, sans gros villages, donnerait un caractère urbain à des localités assez faibles en population, parce que la distinction et la supériorité apparaissent plus tôt. Inversement, une organisation rurale en gros villages obligerait à monter nettement plus haut dans l’échelle démographique pour rencontrer des vraies villes et dans ce cas, pour reprendre l’exemple alsacien, la structure même des villages, quasiment tous agglomérés et dotés d’une charte, devrait conduire les historiens à s’y montrer spécialement exigeants avec la définition démographique de la vraie ville, afin de contrebalancer l’excessive générosité du droit27.

  • 28 L’espace comprend plus de mille communautés, dont « de grosses communautés rurales, fortes de plusi (...)

18Pour prendre l’exemple d’une rare étude de réseau urbain, René Favier qui a consacré sa thèse aux villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècles a nécessairement défini son corpus28. Sur un millier de communautés, dont plus de la moitié dotée d’une charte, il a retenu treize villes dont plusieurs sont portées par leur histoire mais sur le déclin, plus neuf localités intermédiaires qu’il range dans une catégorie « villes ou bourgs », le reste étant des « gros bourgs », des « bourgs » et des villages. Vers le milieu du xviie siècle (en 1635 exactement) les treize vraies villes du Dauphiné sont peuplées de 1 600 à 15 000 habitants, dont trois villes entre 1 600 et 2 500 habitants agglomérés qui sont des villes du passé en décomposition. En effet, la déchéance d’une ancienne ville n’en fait pas avant longtemps un méprisable village.

19Finalement, le seuil démographique qui devrait être retenu pour parler de ville est : environ 5 000 à 6 000 habitants ou bien environ 1 500 feux et si cet effectif humain est prouvé, on n’a pas besoin d’en discuter. En revanche, à moins de 5 000 habitants, si l’on veut appliquer à une communauté d’habitants la qualification de ville, il faut la prouver et, même ainsi, il n’est pas sûr qu’il soit intéressant de l’étudier. Il y a certes de fortes sollicitations de la part des collègues médiévistes pour intégrer au monde urbain des localités privilégiées mais modestes, mais faut-il y céder ? De plus, si l’on veut apporter du neuf sur le thème de La sorcellerie et la ville à l’époque moderne, les vrais problèmes ne sont posés ni dans les presque-villes ni dans les petites villes où l’on n’a pas à s’étonner qu’il s’y déroule des procès. Les problèmes sont posés pour la vraie, la grande ville.

  • 29 Pour mémoire, le premier auteur alsacien est Johannes Nider (ca. 1380-1438) qui a composé son Formi (...)

20Strasbourg, par exemple : pourquoi la ville d’origine du Marteau des sorcières (1486) excitée au xvie siècle par les prédicateurs est-elle au cœur de la chasse aux sorcières qui dévaste l’Alsace, sans que la justice fasse dans la ville capitale les mêmes procès que dans les villages et les villes plus petites29 ? Telle est la bonne question que devront résoudre un jour les historiens de l’Alsace.

Des spécificités urbaines ?

  • 30 Davies, Owen, « Urbanization and the decline of witchcraft: an examination of London », Journal of (...)
  • 31 Larner, Christina, Enemies of God. The witch-hunt in Scotland, London, Chatoo and Windus, 1981, X-2 (...)

21Malgré toutes ces difficultés, quelques questions ont été explorées sur la sorcellerie urbaine, et notamment si l’on peut vraiment séparer la sorcellerie urbaine d’avec la sorcellerie rurale30. Si l’on définit la sorcellerie comme un système qui met en place la présence du Diable, de démons et de sorciers autour du crime de maleficium, la magie malfaisante, alors il peut exister des formes différentes de sorcellerie en milieu rural et en milieu urbain. Les pratiques de sorcellerie peuvent donc différer, même si le principe magique reste le même dans les deux milieux. Les études faites en milieu urbain suggèrent l’existence d’un système qui serait, selon certains spécialistes comme Oscar Di Simplicio, instable et simplificateur. Ainsi, Christina Larner évoque ce qu’elle appelle un contrôle naturel en milieu urbain et qui de fait réduit la répression de la sorcellerie31. Elle souligne l’importance de la responsabilité des autorités politiques (plutôt que religieuses) et met en parallèle le développement du système administratif et la création de l’État moderne.

  • 32 Briggs, Robin, Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context of European Witchcraft, Lond (...)

22Est alors posée la question des spécificités de la sorcellerie urbaine. Les villes demandent un flux important de paysans qui s’établissent en ville. Les liens de parenté ou de parrainage unissent les habitants des villes et ceux des campagnes autant que les marchés hebdomadaires peuvent le faire. Ces liens permettent de maintenir des contacts suffisants pour que ces nouveaux urbains gardent les mentalités populaires de leur village, pour que la ville et la campagne restent en osmose. Mais d’un autre côté, l’impact d’un nouveau mode de vie plus urbain peut accélérer le processus de changement des règles qui régissent la société agraire traditionnelle. Et du coup, est-ce qu’un certain seuil démographique pourrait effacer, ou du moins entamer, les éléments qui font du maléfice un crime de voisinage ? Robin Briggs se demande donc si les populations urbaines relativement petites étaient suffisamment mobiles et anonymes pour contrecarrer une hostilité construite au long cours, et qui est caractéristique des accusations de sorcellerie dans une société rurale très unie32. Cette question demande des études très poussées, dans la droite ligne de la microstoria.

  • 33 Gareis, Iris, « Staatsbildung und Hexenverfolgung im spanischen Raum », p. 97-115 dans Bauer, Diete (...)

23Mais on peut déjà voir qu’il y a, d’un côté, de nombreux exemples de cadres urbains qui ont créé exactement la même atmosphère d’envie, de médisances et de calomnies que celle des communautés villageoises. D’un autre côté, pourquoi n’y a-t-il aucune trace d’une flambée de persécutions dans les très grandes villes comme Paris, Amsterdam, Hambourg, Londres, Vienne, Venise, Madrid ou Mexico33 ?

Le cas de la ville de Paris

  • 34 Cette partie de notre introduction à deux mains est exclusivement due à Maryse Simon qui mène des r (...)
  • 35 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au xviiie siècl (...)
  • 36 Robert Mandrou a dépouillé les 16 cartons correspondants à deux années des archives du parlement de (...)

24Paris est un exemple qui illustre parfaitement bien cette absence d’embrasement contre le crime de sorcellerie34. Cette ville sera aussi, au xviiie siècle, le cadre d’une intéressante mutation étudiée par Ulrike Krampl35. À la suite de Robert Mandrou, qui avait dépouillé un échantillon de deux années d’arrêts du parlement de Paris, et d’Alfred Soman qui a consacré une large étude à l’ensemble des cas de sorcellerie qui sont passés en appel devant cette Cour de justice, les affaires de sorcellerie du parlement de Paris sont en cours de reprises par Maryse Simon36. L’objectif, cette fois, est de retrouver la trace des cas de « sortilèges » proprement parisiens, c’est-à-dire introduits en première instance devant les justices de Paris. Pour ce faire, le meilleur moyen est d’examiner les registres d’écrous de la prison de la Conciergerie du Palais car, étant la seule prison de l’île de la Cité, tout prisonnier y était enregistré, qu’il vienne du ressort de la prévôté de Paris ou qu’il fasse appel de sa région d’origine devant la cour du Parlement.

  • 37 Entre 1540 et 1670, Alfred Soman a compté 1 288 ou 1 254 prévenus de sorcellerie, plus 97 de magie, (...)

25Les registres d’écrous ont donc été scrutés pour y relever les prisonniers qui dépendaient de Paris en première instance et qui ont été incarcérés pour crime de sorcellerie entre 1564 qui est la date du premier registre encore conservé, et 1683, date de la décriminalisation de la sorcellerie. Le parlement de Paris, en tant que juridiction suprême du royaume de France, avait sous son autorité le Châtelet de Paris et la moitié du royaume. À ce titre il aurait traité environ 1 300 cas de sorcellerie en appel, pour apparemment seulement 25 cas environ en première instance, selon les chiffres d’Alfred Soman37. La grande difficulté est de reconstituer ces affaires judiciaires à travers les différents actes qui y interviennent (arrêts, interrogatoires, audiences, écrous, procès-verbaux) issus de centaines de registres ou de cartons d’archives pour la période étudiée. La difficulté suivante reste le manque d’informations : les sacs de procès en première instance n’ont pas été conservés et les registres des écrous et des arrêts du parlement sont parfois lacunaires ou détériorés. De plus, les plumitifs conservés sont d’une extrême difficulté à lire à cause d’un système d’abréviation des plus complexes.

  • 38 Le cas de Marion la Droiturière, dite l’Estallée, et de Margot de la Barre, dite du Coignet, brulée (...)
  • 39 Précisément : l’étude des registres des écrous réalisée par Maryse Simon pour l’ensemble de la péri (...)
  • 40 L’étude étant encore en cours, il se peut que certaines affaires ne soient pas retrouvées, lorsque (...)

26L’examen minutieux de ces sources a déjà révélé, dans l’état actuel des recherches38, l’existence de 15 cas de sortilège impliquant 23 personnes, 12 femmes et 11 hommes, sur l’ensemble de la période concernée39. Le premier date de 1568 et le dernier de 165840.

Rareté des cas parisiens

  • 41 Voir Simon, Maryse, Les affaires de sorcellerie dans le val de Lièpvre (xvie-xviie siècles), Strasb (...)

27L’analyse de ces cas commence par une simple constatation : la faiblesse du nombre. Même si tous les cas de sorcellerie ne sont pas encore identifiés, l’ordre de grandeur est déjà donné : 23 personnes ont été emprisonnées pour ce crime sur une période de 120 ans. La ville de Paris compte une population de 400 000 habitants à la fin du xvie siècle. Le nombre de sorciers et de sorcières poursuivis à Paris semble donc à première vue dérisoire, très loin de la prolifération apocalyptique de cette engeance diabolique annoncée par l’ensemble des démonologues, mais aussi bien loin des dénonciations en chaîne qui peuvent s’opérer dans certaines villes du royaume de France et plus généralement dans le reste de l’Europe. En comparaison, une petite vallée vosgienne située à la frontière de deux grandes régions de répression de ce crime, la Lorraine et l’Alsace, compte le double de personnes accusées de sorcellerie pour une population estimée à 5 000 habitants41. La plus grande ville du royaume de France et d’Europe affiche ainsi une grande clémence ou indifférence en matière de sorcellerie.

  • 42 Trois personnes sont nées dans les environs de Paris et cinq personnes sont de plus loin : nées en (...)

28Huit personnes accusées de sorcellerie à Paris sont explicitement citées comme n’étant pas natives de la ville – ce qui n’est pas si étonnant au vu des flux migratoires42. Mais elles y demeurent au moment de leur accusation. Pour la plupart des accusés, les informations ne sont pas certaines. Il n’y a que huit personnes qui habitent de façon sûre à l’intérieur des murailles de la ville. En fait, il n’y a qu’un homme qui soit cité comme à la fois natif et habitant de Paris. Cette situation montre la grande diversité de la provenance des justiciables de Paris – ce qui est important pour prendre en compte le facteur urbain du phénomène.

  • 43 Archives nationales de France Ab 2 f° 299, Ab 10 f° 97v et Ab 46 f° 23v.

29La distribution des cas est aussi révélatrice d’une situation particulière : les cas de répression contre le crime de sortilège se concentrent dans les registres des écrous sur une période comprise entre le tournant du xviie siècle et 1640, où 19 personnes sont accusées en moins de quatre décennies. Il n’y a que deux affaires avant cette période (en 1568 et 1587) et une seule affaire (en 1658) après un temps de presque 25 ans43. La répression semble donc s’exercer à Paris avec un certain décalage par rapport au pic d’intensité des procès dans le reste du royaume de France et dans les terres en marge du royaume, où la flambée des bûchers y apparaît plus intense à partir des années 1580 pour se réduire après 1620.

La qualification des crimes parisiens

  • 44 Arch. nat. Ab 2 f° 299.
  • 45 Arch. nat. N. Ab 10 f° 97v.
  • 46 Arch. nat. Ab 22 f° 97v et Ab 26 f° 175.
  • 47 Arch. nat. Ab 23 f° 75v.
  • 48 Arch. nat. Ab 46 f° 23v.

30La nature même de la qualification du crime est différente dans la capitale du royaume. Sur les 15 intitulés du crime, 14 comportent le terme usité de « sortilège », seul le premier cas en 1568 mentionne les termes de « sorcellaige » et « ensorcellement »44. Dans cinq autres cas, l’accusation de sortilège est assortie d’une autre accusation : un homme est accusé d’être en plus « invoceur d’espritz » dans un cas45 ; la magie est mentionnée dans deux cas46 ; le vol dans un autre cas47 ; et l’homicide dans un dernier cas48. Il n’y a donc que quatre affaires où des pratiques magiques sont expressément mises en œuvre par l’accusé et pourraient donc le faire condamner.

  • 49 Arch. nat. Ab 2 f° 299. Aubervilliers est un village au xvie siècle. La population et l’économie ma (...)
  • 50 Arch. nat. Ab 2 f° 320.

31À partir de cette documentation on perçoit comment la sorcellerie est jugée « immédiatement » à Paris, mais il ne s’agit pas à proprement parler de sorcellerie urbaine. L’« ensorcellement » clairement qualifié comme crime ne conduit pas nécessairement à une condamnation. Les données fragmentaires de l’un des cas indiquent qu’une femme d’Aubervilliers fait appel de la question que le prévôt de Paris voulait lui faire appliquer pour un crime qui est alors qualifié de « sorcellaige » en 156849. L’affaire est jugée au néant et cette femme de laboureur est relâchée. Elle réapparaît un mois plus tard, cette fois accusée d’ensorcellement par le prévôt qui veut la bannir à perpétuité du royaume de France50. Elle ne peut comparaître pour cause de maladie, et l’arrêt du Parlement stipule qu’elle devra se représenter quand la cour le lui ordonnera. Cette accusation n’est très clairement pas considérée avec fermeté puisque la saisie de corps n’est même pas ordonnée. La chasse aux sorcières n’est pas encore à cette date une obsession, comme le prouvent les cas d’appel peu nombreux émanant du reste du royaume.

  • 51 Arch. nat. X2a f° 203.
  • 52 Arch. nat. Ab 26 f° 175.
  • 53 Arch. nat. Ab 10 f° 97v.

32Une seule mention dans le registre des écrous porte sur un méfait plus classique imputé à la sorcière, celui de « magie » impliquant des herbes, des anneaux et parchemins vierges51. L’autre cas de magie n’est pas détaillé, mais cet homme est présenté comme « marchant arboriste » et « apprenti mercier », ce qui pourrait vraisemblablement impliquer là aussi l’utilisation d’herbes et d’éléments plus classiques de la sorcellerie supposée52. Ces cas rejoignent ceux plutôt rares des accusés de « venéfice » ou d’« empoisonnement » qui sont également jugés par le parlement de Paris. Le crime semble être plutôt l’attentat à la vie d’une personne, que l’implication du Diable dans des rituels magiques. L’« invoceur » d’esprit accusé en 1587 n’écope lui aussi que d’une peine relativement légère puisque ce maître tapissier natif et demeurant à Paris est simplement banni de la ville pour trois ans53. Les arrêts du Parlement n’ayant pas été conservés pour cette année-là, les détails de cette affaire ne sont pas connus et il est impossible de savoir s’il s’agit d’un cas se rapprochant de l’escroquerie en faisant intervenir des prétendus esprits pour tromper et tirer profit de la crédulité des victimes, comme cela se fait dans nombre de cas d’invocation d’esprit par ailleurs.

  • 54 Arch. nat. Ab 46 f° 23v.

33Le cas où sortilège et homicide sont associés constitue la toute dernière affaire du corpus où un couple fait appel en 1658 de la question ordinaire et extraordinaire requise contre eux pour savoir s’ils ont commis un crime54. La cour du Parlement décide finalement de simplement les bannir pour « neuf ans de la ville prévosté et vicomté de Paris » avec une amende de quatre livres, et ils sont élargis le jour même. La grande clémence dont fait preuve la haute Cour de justice rejoint la tendance générale de décriminalisation qui s’opère à cette période.

  • 55 Jusqu’à 1 600 livres dans une affaire : Arch. nat. X2a f° 247.
  • 56 Il est question surtout des dommages et intérêts à payer et des frais du procès à rembourser : Arch (...)

34Les détails de ces affaires mentionnent parfois les amendes et sommes d’argent que les condamnés doivent payer en réparations, dommages et intérêts pour les personnes qui en ont fait la requête. Il est même fait mention d’une « dénonciation » d’un accusateur nommé explicitement. Il s’agit dans beaucoup de cas d’escroquerie portant sur des sommes importantes55. Quand sortilège et vol sont mentionnés pour le même cas sur le registre des écrous, l’arrêt du parlement indique par la bouche de celui qui fait la requête qu’il s’agit en fait plutôt de larcins, affronteries et blasphèmes que de sortilège, puisque le mot n’a pas été retenu dans l’arrêt56.

  • 57 Arch. nat. Ab 31 f° 257 et X2a 248.

35Ces cas parisiens de sortilège mettent en scène des accusés et des accusateurs qui peuvent avoir un rôle important dans la vie de la cité. Un « sergent à cheval au Chastellet de Paris », Edmé Le Cour, emprisonné au Grand Châtelet, est accusé en 1633 et fait appel a minima pour ne pas être appliqué à la question57. Il est finalement banni de Paris avec une amende assez importante, et surtout il est « mis hors de cour et de procès », c’est-à-dire qu’il est dégagé de toute autre obligation financière ou légale.

Une justice clémente ou qui déjà se détourne de la sorcellerie

36Les personnes accusées de sorcellerie à Paris bénéficient d’une certaine clémence ou déjà d’une requalification en escroqueries et autres crimes qui, pour être graves, ne sont pas le « sortilège ».

  • 58 Arch. nat. Ab 26 f° 175. La sentence complète détaille l’exécution : le condamné doit faire amende (...)
  • 59 La même sentence est prononcée à Nancy contre Le Bragard : cf. infra Follain, Antoine, et alii, « L (...)

37Pour 19 d’entre eux, la sentence définitive allège la peine, allant jusqu’à transformer la peine de mort en bannissement ou galères dans trois cas. Dans trois autres affaires, la peine est conforme à celle demandée par le prévôt : deux accusés se voient condamnés aux verges et au bannissement et le troisième accusé voit sa peine de mort confirmée mais changée. Il s’agit du cas de l’apprenti mercier et marchand herboriste, René Hugueteau, qui pourrait correspondre au schéma classique du sorcier guérisseur utilisant des ingrédients en vue de pratiques de sorcellerie58. À Paris la sentence ne le condamne pas au bûcher, mais à la pendaison suivie par la destruction de son corps pour effacer toute trace de l’abomination de son crime59.

  • 60 Arch. nat. X2a 247. Le principal accusé, Toussaint Le Juge, a commis ses méfaits avec l’aide de sa (...)
  • 61 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers…, op. cit. Cette thèse porte sur la définition et la (...)

38Il n’y a qu’un seul cas où la peine réclamée en première instance est alourdie : un homme initialement condamné à l’amende honorable et aux galères perpétuelles est finalement pendu et étranglé en place de Grève60. Le Parlement punit là une escroquerie en bande organisée qui dépasse le simple registre de la pratique de rituels magiques interdits. Évoquer l’escroquerie n’est pas indifférent pour Paris, quand on connaît à partir de la fin du xviie siècle la répression de la nouvelle figure des « faux sorciers »61.

39Si les raisons exactes de ce changement de peine restent encore inconnues dans certains cas, la tendance au parlement de Paris est visiblement à la minoration des peines. En l’état actuel des recherches, la sentence de mort n’est prononcée en tout que pour deux personnes pour l’ensemble de la période. La clémence déduite de ces faits s’explique-t-elle par une façon différente de considérer le crime de sorcellerie ou par une situation propre à la ville de Paris, la plus grande ville et la ville capitale du royaume ?

Le cas des autres grandes villes européennes

40La question se pose peut-être en ces termes : dans quelle mesure les villes sont-elles devenues des centres d’innovation ou de créativité, où leur taille et leur culture affectent la vie quotidienne suffisamment pour transformer l’attitude de ses habitants envers les passions et questions basiques qui sont au cœur de la sorcellerie : l’envie, l’amour, la haine, la naissance et la mort ? Les villes peuvent offrir à leurs habitants un meilleur accès aux lieux de culte, d’éducation, de soins, et tous ces éléments peuvent-ils faire une différence ? Il faudrait jauger dans quelle mesure ces facteurs ont contribué à redessiner un nouveau cadre d’esprit capable de déstabiliser un système de croyances qui inclut la magie et les sorts.

  • 62 Cité p. 35 dans « Witch-Trials in Continental Europe, 1560-1660 », Ankerloo, Bent, Clark, Stuart et (...)
  • 63 Gijswijt-Hofstra, Marijke, « Six Centuries of Witchcraft in the Netherlands: Themes, Outlines, and (...)
  • 64 Waardt, Hans de, « Prosecution or Defense: Procedural Possibilities Following a Witchcraft Accusati (...)

41La Hollande a été le point de départ pour cette réflexion, puisque les Pays-Bas faisaient partie des régions où il y avait une grande répression de la sorcellerie. Mais après 1590, les exécutions se sont terminées brutalement, en Hollande d’abord, puis en Utrecht, Groningen et Gelderland où la dernière chasse s’est déroulée en 1603. Ce changement a été vu par Johan Huizinga comme « le triomphe de l’esprit bourgeois »62. Mais de nombreux historiens, y compris Marijke Gijswijt-Hofstra, ne considèrent pas forcément la prospérité et la prédominance des villes hollandaises sur les campagnes, ainsi que la victoire de la culture urbaine, comme des facteurs cruciaux de la fin de la répression de la sorcellerie63. Il est difficile de voir l’évolution dans le temps de la pensée des différentes classes sociales à propos de sorcellerie. Hans de Waardt a montré que la croyance en la sorcellerie reste ancrée dans une large couche de la société hollandaise, bien que certaines catégories sociales ne participent plus au débat sur la sorcellerie64. Croyance qui n’induit plus nécessairement la répression. Ainsi, au cours du xviie siècle, les docteurs de l’université et les juristes admettent que la sorcellerie est possible mais ils rechignent à la considérer comme une cause possible de maladie. Les pénuries de nourriture se sont plus associées au maleficium. On peut penser qu’une population et des magistrats peuvent encore croire en la sorcellerie mais ne plus en faire un crime passible de la peine de mort. Et si les accusations de sorcellerie baissent en nombre, les injures et insultes (se faire appeler sorcier ou sorcière) augmentent au contraire, justement parce qu’elles prêtent moins à conséquences. Le cas des Pays-Bas est le seul à avoir vu une éradication du crime de sorcellerie précoce coïncider avec un tel contexte économique, social et culturel.

  • 65 La dernière des 79 personnes exécutées est Michée Chauderon en 1652 : Porret, Michel, L’Ombre du Di (...)
  • 66 Modestin, Georg, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 146 (...)

42William Monter et Michel Porret ont étudié le cas de la ville de Genève (15 000 habitants) et ils en arrivent à la même conclusion. D’abord, à Genève, la moitié des accusés de sorcellerie vient des villages environnants. Ensuite, on poursuit beaucoup de sorcières depuis les tout débuts de la répression (plus de 50 bûchers entre 1463 et 1500) jusqu’à l’époque de la république de Genève qui a conduit des procès chaque année de son existence depuis 1536 jusqu’en 1662. Mais les exécutions ne représentent que 20 % des accusés, ce qui est nettement en deçà des taux des régions avoisinantes65. Les cas de sorcellerie de la ville de Lausanne font l’objet de controverses étudiées pendant leur première phase de persécution à la fin du Moyen Âge66.

  • 67 Voir Rummel, Walter, et Voltmer, Rita, Hexen und Hexenverfolgung in der Frühen Neuzeit, Darmstadt, (...)

43Les seules exceptions à la règle qui voudrait établir que les villes génèrent moins de sorcellerie que les campagnes, semblent être certaines villes allemandes. Les très nombreuses études sur les villes germaniques font état des deux composantes de la sorcellerie, la magie malveillante et le culte satanique, avec des rôles plus ou moins importants selon les lieux. Mais les villes sont très différentes les unes des autres et aucune grande tendance n’a pu être dégagée pour l’instant. Beaucoup de villes libres allemandes (Nördlingen, Rottweil) ont connu de nombreux procès de sorcellerie67. Les plus grandes et les plus importantes d’entre elles ont continué à exécuter des sorcières après 1650. Des réponses sont apportées par Rita Voltmer.

La prédominance de la magie en milieu urbain

  • 68 Soman, Alfred, « La décriminalisation… », op. cit., p. 188.

44Il se dessine pourtant quelques différences entre la sorcellerie urbaine et la sorcellerie rurale. Selon l’assertion d’Alfred Soman « le sorcier appartenait presque toujours au monde rural, il était ainsi que la plupart de ses victimes de condition modeste » et « inversement, le magicien exerçait en ville et ses méfaits portaient atteinte à la bourgeoisie, à la Cour, et pis encore à l’Église »68. Dans les procédures, les accusations semblent être différentes car elles portent sur des préoccupations autres et des personnes différentes. La logique dicte déjà ces choix : les attaques contre le bétail et les dommages causés aux récoltes sont plus fréquents à la campagne, les problèmes liés aux affaires d’argent et de cœur le sont dans les villes où la promiscuité est plus grande. Les attaques contre les personnes, les mauvais sorts jetés, sont présents dans les deux milieux. Et pour aboutir à des conclusions certaines il faudrait bien étudier les accusations selon leur spécificité et par exemple comptabiliser effectivement les accusations de faire mourir du bétail ou de causer des orages de grêle en milieu urbain, pour savoir dans quelle mesure elles sont si rares.

  • 69 Midelfort, H. C. Erik, Witch-hunting in Southwestern Germany, 1562-1684: The Social and Intellectua (...)

45Il serait aussi très intéressant de comparer les données en milieu urbain et en milieu rural pour ce qui est du crime d’infanticide. Entre 1550 et 1750, est-ce qu’un moins grand nombre de citadins ont considéré la mort soudaine et étrange d’un bébé comme une raison suffisante pour accuser quelqu’un de maléfice ? Le cas de la ville de Württemberg montre que les accusations finissent par se changer en simple empoisonnement, le crime d’infanticide se détachant du crime de sorcellerie69. Mais il faudrait davantage d’études pour savoir si ce fait est spécifiquement urbain, milieu qui est touché par une plus grande mortalité infantile que la campagne.

  • 70 À Augsbourg, l’une des plus grandes villes impériales libres, où il n’y eut que peu de procès de so (...)
  • 71 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers…, op. cit. De même que c’est la chasse aux sorcières (...)

46De façon plus générale, à la fin du xviie siècle, les accusations de culte démoniaque sont remplacées dans le Saint-Empire par des accusations de jeteurs de sorts (en allemand : Segensprechen), de diseurs de bonne aventure (Wahrsagen), et de chasseurs de trésors (Schatzgräberei)70 ; ce qui est tout à fait concordant avec les incriminations énoncées au xviiie siècle par la police parisienne des mœurs71.

  • 72 Monter, William, « Witch-Trials in Continental Europe, 1560-1660 », op. cit., p. 47.

47Dans les villes méditerranéennes, ce genre d’activités était très répandu et surtout la magie amoureuse. Avoir recours à la magie pour des histoires de cœur et de sexe est un phénomène typiquement urbain que l’on retrouve dans les grandes villes italiennes, en Castille et dans le sud de l’Espagne. Le cas de Venise a été bien étudié, mais généraliser à partir d’un exemple est toujours risqué, d’autant plus que le cas de Venise est vraiment unique à cause de la taille gigantesque de la ville, 140 000 habitants, et de son caractère particulièrement cosmopolite. L’étude des affaires de sorcellerie et de magie montre que les cas d’infanticide ou de sorcellerie diabolique n’intéressent pas beaucoup les Vénitiens, mais les questions d’argent et d’amour étaient au contraire au centre de leurs préoccupations72.

  • 73 Ferber, Sarah, Demonic Possession and Exorcism in Early Modern France, London, Routledge, 2004, 240 (...)

48Il apparaît clairement dans les sources un changement qui intervient sur une longue période, entre le milieu du xvie siècle et le milieu du xviie, et qui concerne la nature du maléfice, du crime de sorcellerie : les orgies du sabbat par exemple, disparaissent au profit de la possession démoniaque, surtout après 1605. La possession a pour cadre le milieu urbain et touche des lieux plus spécifiquement urbains comme les hôpitaux ou les couvents. Les femmes et les enfants possédés, qui mettent en cause des sorciers ou des sorcières, attirent des foules de spectateurs. Les cas de Loudun ou d’Aix, le cas de Marthe Brossier à Paris en 1599, ont tous nourri un débat très actif. Il est assez compliqué de mesurer l’impact de ces exorcismes très largement médiatisés par une littérature de feuilles volantes, de pamphlets, sur des classes populaires qui, elles, n’ont pas exprimé leur opinion. Pour cet aspect particulier qu’est la possession, le problème des sources se fait encore plus sentir puisque les pièces judiciaires sont nettement moins nombreuses. Sarah Ferber a étudié le cas de Madeleine de Flers (1636, Maubuisson) et le rôle que le contexte urbain a joué dans ce type d’affaire73. Les exorcismes sont parfois vus comme des antidotes à la modernisation urbaine à la lumière de certaines affaires. Mais pour cette question particulière de la possession comme pour celle plus générale de la sorcellerie, les explications monolithiques ne sont pas satisfaisantes.

Présentation des contributions

49Appuyés sur les réflexions précédentes, nous avons réuni dans le présent livre les contributions de collègues et travaillé en séminaire avec nos étudiants dans les axes « Autorité » et « Source » de l’EA 3400 – d’où l’importance en nombre de pages de l’article dirigé par Antoine Follain.

50Conscients de l’intérêt porté à la sorcellerie en dehors de la France, nous avons résolu de ne pas traduire les articles remis par nos collègues étrangers ou de solliciter les germanophones pour qu’ils nous remettent des textes en anglais. Le livre comprend donc des articles dans deux langues avec un abstract ou un résumé. En revanche les références bibliographiques dans les notes de bas de page ont été uniformisées aux normes françaises du livre et de la collection.

51Les articles ont été rangés chronologiquement. Le premier, qui compare les « vauderies » de Lyon (1440) et d’Arras (1460), expose une vérité première, à savoir qu’il y a avec les grandes villes des enjeux de pouvoir radicalement différents de tout ce qui peut concerner une petite ville et plus encore un village. Ce sont de graves affaires qui ont mis en jeu la présence même du Diable parmi les hommes. Frank Mercier avance même l’hypothèse que la Vauderie d’Arras soit la première démonstration judiciaire de la vérité empirique du vol des sorcières – une démonstration qui bien évidemment n’est faite que par des actes de procédures, comme des dépositions. Or l’on sait la fortune de cette accusation dans les chasses aux sorcières des xvie et xviie siècles. Mais dans de telles villes et à de tels moments, ces procès ont aussi été des occasions et des prétextes pour faire avancer des intérêts politiques majeurs. D’où l’intérêt de la comparaison entre Lyon où le pouvoir royal grippe la mécanique et muselle pour longtemps certaines juridictions, et Arras où le vide politique causé par le repli du Roi est comblé à cette occasion par le duc de Bourgogne.

52Le deuxième article de la période médiévale expose un autre caractère essentiel, à savoir que la ville protège davantage ses bourgeois, y compris dans l’exemple de Lausanne à la fin du xve siècle traité par Georg Modestin, où les accusés de sorcellerie sont des rustres mais protégés à la ville par le Plaict général de 1363. L’état de droit est même soutenu par une émeute urbaine qui fait libérer un prévenu.

53Avec les contributions suivantes nous entrons dans l’époque moderne où s’est développée la chasse aux sorcières. Les deux premières portent sur la Lorraine et le Saint-Empire, Rita Voltmer incluant d’ailleurs dans son étude l’Alsace, terre d’Empire avant la conquête française, et la Lorraine qui s’éloigne du Saint-Empire à partir du milieu du xvie siècle mais dont la tendance à la francisation est loin d’être aboutie vers 1630.

  • 74 Cf. Le Rat de ville et le Rat des champs : livre premier, fable 9 du Recueil des fables… de Jean de (...)

54Antoine Follain, avec l’équipe de recherche ARCHE et les étudiants de l’Université de Strasbourg, examine toutes les différences entre la Sorcière de ville et la Sorcière des champs dans le duché de Lorraine aux xvie et xviie siècles74. Il rappelle les fondements comme les ambiguïtés de l’étude, à savoir le concept de sorcellerie et l’identité urbaine (1re partie) avant d’étudier certains cas, d’abord dans une petite ville (2e) puis dans la ville capitale Nancy (3e et 4e parties). Par comparaison avec la conservation presque systématique des procès dans les composantes rurales du duché, il émet l’hypothèse qu’une partie des sources urbaines a été volontairement détruite – ce qui se faisait partout ailleurs. L’espèce d’anomalie qu’est la conservation systématique des procès faits aux Sorcières des champs dans toutes les composantes de la Lorraine, ne se retrouve donc pas dans la prévôté de Nancy et pour la ville. Le manque de cas urbains et nancéiens serait donc aussi une question de sources, par refus que la « contagion » concerne aussi la ville et volonté de renvoyer au néant ce qui avait été révélé de la présence en ville des sorcières et des démons. La documentation retrouvée permet quand même d’établir un certain nombre de faits et notamment qu’il n’y avait aucune différence dans les mentalités, dans l’imaginaire des populations, entre les Gens de ville et les Gens des champs. Le rempart d’écritures, élevé par ceux qui ne veulent pas que la sorcellerie soit aussi en ville, n’empêche pas qu’elle y soit présente. Mais tout n’est quand même pas semblable dans et hors les murs et par exemple les officiers supérieurs de Nancy ont laissé faire des chasses aux sorcières en divers endroits du duché, où en peu de temps on pouvait brûler dix, douze sorcières. Mais jamais à Nancy les gens du Duc n’ont déclenché de pareilles fièvres – peut-être pour ne pas perdre le contrôle dans la ville capitale du duché.

55Embrassant l’ensemble du Saint-Empire, Rita Voltmer constate que si le crime de sorcellerie est largement partagé dans le monde rural, les villes sont plus contrastées. Elle invite à porter l’attention non sur le religieux mais sur la politique des pouvoirs locaux en matière de sorcellerie – pouvoirs qui sont plus ou moins autonomes ou aux ordres des autorités impériales ou régionales. Rien n’est simple, car si les magistrats des villes autonomes conduisent le plus souvent leur propre politique de répression, celle-ci peut aller en tel endroit vers la retenue et en tel autre vers la sévérité. Les autorités qui dominent la justice peuvent décider de résister à la demande de procès et de condamnations et donc étouffer les rumeurs, contenir les diffamations, empêcher les troubles et éviter complètement les procès ou seulement les diriger contre des marginaux tout en préservant les élites de toute dénonciation. Un éventuel scepticisme sur l’existence de la sorcellerie n’est pas forcément la cause de cette politique modérée. L’absence de toute chasse aux sorcières dans certaines villes ou leur disparition dans d’autres qui ont d’abord poursuivi des sorcières, relèveraient de la même logique. Ceux des magistrats qui ont d’abord pratiqué la répression de la sorcellerie réalisent que la paix et l’ordre ont été plutôt ébranlés que préservés par la poursuite des démons et des sorciers et ils changent alors d’attitude. Des rechutes restent possibles, comme à Cologne dans les années 1650, où cependant le contrôle reprend le dessus et arrête la répression.

56L’étude menée au plus près des procès lorrains récemment trouvés et transcrits par notre équipe de recherche, et la proposition de synthèse par Rita Voltmer pour l’ensemble des villes du Saint-Empire, semblent concordants sur les enjeux politiques des procès – enjeux qui ne constitueraient donc pas l’arrière-plan de la question La Sorcellerie et la Ville mais le cœur même de la question.

57Les trois contributions suivantes nous éloignent des territoires où la chasse aux sorcières a été la plus active, pour étudier la question avec William Monter dans les Pays-Bas et l’Italie du nord et avec Antoine Coutelle et Sarah Ferber dans le royaume de France.

58Les deux régions examinées par William Monter sont caractérisées par des villes parmi les plus grandes d’Europe et par un dense réseau de villes de taille moyenne. L’Europe du Sud semble avoir puni les sorcières avec moins de sévérité et il semble même qu’à Venise personne n’a été exécuté pour le crime de maleficium. La tolérance envers les Benandanti de la plaine du Pô étudiés par Carlo Ginzburg se retrouve à Venise où le tribunal inquisitorial concluait chaque affaire par un « non prouvé » – ce qui ne veut pas dire que l’on n’y croyait pas aux démons et aux sorts, mais que la justice n’y exerçait pas la même répression qu’ailleurs. Quant aux Pays-Bas ils sont plus contrastés puisque les sorcières y sont d’abord partout poursuivies, avant que les procès ne disparaissent en Hollande, alors que le Brabant par exemple devient actif autour de 1595. L’article essaie de proposer des explications et analyse aussi d’autres cas, par exemple celui de Lille au début du xviie siècle et après 1668, quand la ville est passée sous l’autorité de Louis XIV. Or la situation dans le royaume de France est très différente pour les deux termes de notre enquête : les villes, sans libertés, et la sorcellerie.

59Invité après la journée d’étude de mars 2013 à compléter nos études en présentant l’exemple d’une ville du royaume de France, Antoine Coutelle apporte un éclairage sur la sorcellerie dans une capitale provinciale et, dans le cas de Poitiers, sur les effets de la grosse affaire de possession de Loudun (1634). Comme on pouvait s’y attendre, les cas sont bien moins nombreux qu’en Europe centrale (21 entre le milieu du xvie siècle et la fin du xviie siècle, dont 18 cas de sorcellerie et 3 de possession ; 7 dans les villes et seulement 2 à Poitiers même) – ce qui veut dire aussi que les habitants de Poitiers ne peuvent pas se croire à l’abri du péril. Les archives montrent comment la présence du Diable était considérée par l’élite sociale, politique et judiciaire. Si les procès précédents n’ont guère suscité de controverses, Poitiers est très agitée après les événements de Loudun auxquels ont participé des juges de la Cour de justice de Poitiers et des experts et auxquels ont assisté des habitants de Poitiers. En 1635, un médecin de la ville se distingue en publiant un traité contre les théories qui doutent du phénomène diabolique. En 1640 le corps de Ville est sommé d’agir contre une femme qui aurait été contaminée à Loudun et les débats attestent que les élites poitevines croient encore fermement dans la présence du Diable. D’ailleurs, deux sorcières sont encore brûlées en public en 1642 – mais ce sont les dernières. Finalement la peur du Diable est encore bien présente, mais la croyance dans les phénomènes de sorcellerie tend à se transformer en une superstition. Dans la seconde moitié du xviie siècle, les autorités sont davantage préoccupées par l’éradication des protestants et les juges de Poitiers finissent par rejoindre le point de vue du parlement de Paris. Bien évidemment, l’exemple de Poitiers ne peut représenter tout le royaume, mais l’étude d’Antoine Coutelle est une invitation à réaliser encore des travaux sur les villes de France.

60L’approche de Sarah Ferber est différente puisqu’elle n’étudie pas une ville confrontée à la question, mais le cas d’une « secte », d’une personnalité féminine, et la question générale de la sorcellerie sous la forme peut-être spécifiquement urbaine de la possession. Le cas retenu est celui des « illuminés de Picardie » conduits par mère Magdelaine de Flers (1591-1660) et par deux ecclésiastiques et qui a duré du milieu des années 1620 au milieu des années 1630. L’exemple touche à la sorcellerie comme à la mystique catholique. Il permet aussi d’observer la circulation des idées entre les villes françaises au xviie siècle, déjà informées par les cas bien médiatisés de Marthe Brossier (1599), des Brigittines de Lille (1608-1613) ou de Magdelaine de Demandolx en Provence et à Aix (1609-1611). La question des sources est spécialement importante dans le cas étudié ici, car aucune n’est neutre et sincère et toutes sont porteuses d’intentions religieuses et politiques avec des enjeux pour la ville, pour les diocèses et la région, et même bien au-delà.

Des pistes vers des conclusions

61Les hypothèses de l’anonymat urbain, de la dilution dans le grand nombre, ne semblent pas opératoires. En effet le processus d’accusation semble être comparable en ville et à la campagne : la proximité joue un rôle primordial et les liens qui unissent les accusateurs et les accusés semblent aussi forts en ville qu’à la campagne. En effet ce n’est pas toute une ville qui est impliquée. Les témoins sont issus de l’entourage proche, de la rue, du quartier, de la paroisse, du cercle familial ou du cercle professionnel, de la corporation. Ainsi les faits et gestes des suspects de sorcellerie semblent être autant scrutés dans ces parties de ville qu’ils le sont dans un village.

62D’autre part, la volonté politique d’encadrer et de contrôler est plus manifeste en ville, avec la diffusion d’un message démonologique facilité par les visites des prêcheurs dominicains par exemple, la diffusion de feuilles volantes, et surtout les exécutions publiques ou les exorcismes publics. Sur le plan des mentalités et des représentations, on ne peut véritablement opposer population des villes et population des campagnes dans l’Europe d’avant le milieu du xviie siècle. Leur univers mental reste commun.

63Il y aurait plutôt des différences géographiques, entre des populations d’ensembles politiques ou culturels différents. Faut-il alors établir une séparation entre une sorcellerie urbaine du nord de l’Europe et une du sud ? Est-ce qu’une distinction plus pertinente serait plutôt : sorcellerie rurale, sorcellerie des villes moyennes et sorcellerie des grandes métropoles ? Les futures études permettront de dire si ce type de classification peut être valable. Le travail de recherche sur la sorcellerie est très loin d’être fini, et il faudrait même parfois le commencer seulement, en menant davantage d’études qui feraient sortir de l’ombre et du silence les « subalternes » – appellation donnée par Antonio Gramsci et reprise par Carlo Ginzburg.

64Quant au rapport spécial entre La Sorcellerie et la ville il mérite encore une attention particulière, sous réserve d’être vigilant sur la définition de la ville – car mettre dans une même catégorie des pseudo-villes, ou même Haguenau, une authentique « ville » libre de la Décapole alsacienne de moins de 2 000 habitants, avec un pôle urbain comme Strasbourg, comme Venise et ses 140 000 habitants, ou bien sûr avec Paris, c’est possible mais cela mène-t-il à des résultats pertinents ?

Notes

1 La Démonolâtrie, texte établi et annoté par Jean Boes à partir de l’édition de 1595, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1998, 338 p.

2 Ces nombres 800 et 900 sont cités dans des parties différentes de la Démonolâtrie. Personne n’a jamais pu les vérifier.

3 La Démonolâtrie…, op. cit., p. 4.

4 Voir infra l’article Follain, Antoine, et alii, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs en Lorraine aux xvie et xviie siècles ».

5 La Démonolâtrie, op. cit., p. 332.

6 Ibid., p. 306.

7 Ibid., p. 279.

8 Ibid., p. 4.

9 Le Marteau des sorcières (Malleus Maleficarum), traduction d’Amand Danet, Grenoble, Jérôme Millon, 1990, 603 p. Il est l’œuvre de Henri Institoris et Jacques Sprenger ; De la démonomanie des sorciers, par Jean Bodin Angevin, Paris, Jacques Du Puys, 1588 [fac-similé de Gutenberg Reprints, 1979].

10 Ginzburg, Carlo, Les Batailles nocturnes. Sorcellerie et rituels agraires aux xvie et xviie siècles, Lagrasse, Verdier, 1980, 238 p. pour la première édition française ; Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier frioulan du xvie siècle, Paris, Aubier, 1980, 220 p. pour la première édition française.

11 Ginzburg, Carlo, Le sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1992, 423 p.

12 Midelfort, H. C. Erik, « The devil and the German people : Reflections on the popularity of demon possession in Sixteenth-Century Germany », p. 120 dans Ozment, Steven (dir.), Religion and Culture in the Renaissance and Reformation, Kirksville, Sixteenth Century Journal Publishers, 1989, 136 p.

13 Actes publiés en 2009 dans Rowlands, Alison (dir.), Witchcraft and Masculinities in Early Modern Europe, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2009, XIII-257 p. (Historical Studies in Witchcraft and Magic Series).

14 Concernant la possibilité d’un Sabbat de ville on trouve un exemple dans un document franc-comtois désigné par son inventeur comme « journal des inquisiteurs pour les années 1658, 1659 et 1660 » et présenté à l’Académie de Bourgogne en 1754 : Mémoires [inédits] de l’Académie de Besançon, fol. 201 sqq. conservé à la Bibliothèque municipale de Besançon ms. 1102. Dans le procès fait en 1658 à la femme Pernette (procès non retrouvé dans les archives) la prévenue est originaire de la capitale régionale Besançon, qu’elle a quittée pour demeurer avec son mari à Marnay (Haute-Saône, ar. Vesoul, ch.-l. c.). Elle avoue y avoir participé au sabbat. Obligée de revenir à Besançon, elle s’installe au cœur de la ville, rue Saint-Paul (aujourd’hui rue Bersot). Poursuivant sa confession, elle dit se rendre au sabbat, désormais tenu à Chamars qui est un quartier à l’ouest de Besançon (aujourd’hui au centre de Besançon, à l’ouest du centre historique). Chose remarquable, le démon qui y mène le sabbat reflète la supériorité urbaine car elle le dit « bien plus glorieux » que celui de Marnay. Il a davantage de pouvoir et il est assisté de six démons au lieu d’un.

15 Voir une troublante hypothèse dans les sections « Institutions et sources » et « Conclusions » infra dans Follain, Antoine, et alii, « La Sorcière de ville… ». À Poitiers par exemple, les procès des deux derniers sorciers qui ont été brûlés, en 1642, sont manquants. L’affaire est donc connue seulement par un manuscrit conservé dans la bibliothèque des jésuites et par la chronique familiale et municipale d’un dévôt nommé Denesde, lequel n’a rien d’un informateur neutre, cf. infra Coutelle, Antoine, « La perception de la sorcellerie… ».

16 Par exemple, les archives alsaciennes ne sont pas toutes centralisées au niveau départemental et les archives municipales conservent encore de nombreux documents, sans compter ceux qui sont en dehors des frontières françaises. Des séries d’archives n’ont pas encore été répertoriées. Rappelons que pour la journée du 26 mars 2013 notre collègue Jean-Jacques Schwien a présenté des résultats partiels « Entre villes et campagnes, les procès de sorcellerie en Alsace » qu’il n’a pu faire aboutir pour la présente édition.

17 Mercier, Franck, La Vauderie d’Arras. Une chasse aux sorcières à l’automne du Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2006, 413-XII p. et infra « D’une Vauderie l’autre : les clés de la réussite ou de l’échec d’une persécution contre la sorcellerie en territoire urbain à Lyon (v. 1440) et Arras (v. 1460) ». Sur l’espace germanique voir infra Voltmer, Rita, « Witchcraft in the city. Patterns of persecution in the Holy Roman Empire ».

18 Cité par Di Simplicio, Oscar, « Urban Witchcraft », dans Golden, R. M. (dir.), Encyclopedia of Witchcraft. The Western Tradition, vol.  IV, Oxford/Santa Barbara, ABC-Clio, 2006, p. 1149.

19 La présente section de notre article introductif a été rédigée par Antoine Follain après avoir été discutée lors de la journée d’étude de mars 2013 et de nouveau avec notre collègue Laurence Buchholzer, membre de l’EA 3400 et de la Société Française d’Histoire Urbaine et auteur entre autres de : Une ville en ses réseaux : Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Paris, Belin, 2006, 384 p.

20 Lubin est un religieux augustin, géographe du Roi (1624-1695). Il est l’auteur de plusieurs livres édités dans les années 1660 et 1670. En 1678 il avait annoncé une carte archéologique « faisant revivre la géographie du Moyen Temps » qui devait s’intituler Orbis rudera et où devaient figurer toutes les villes détruites ou déplacées.

21 Le rapport de supériorité entre villes et villages est clair aussi au xviiie siècle, comme il l’est encore aujourd’hui. Et comme la supériorité de la ville réside aussi dans son passé, il y a quantité de monographies sur des localités qui posent comme un a priori que, dans le passé, le sujet d’étude était déjà une ville et surtout pas un village. Car être une ville qui aurait été un ancien village, c’est honteux – comme peut l’être, dans la mentalité française, être un enrichi, un parvenu, par rapport aux riches anciens. Ainsi les monographies ne sont pas des références admissibles pour dire si telle localité était une ville aux xvie et xviie siècles. Il faut soumettre chaque cas à une évaluation.

22 Voir le discours sur Blâmont, Meurthe-et-Moselle, ch.-l. c., infra dans l’article Follain, Antoine, et alii, « La Sorcière de ville… ».

23 C’est aussi le cas pour Poitiers, voir infra Coutelle, Antoine, « La perception de la sorcellerie par les élites urbaines dans une capitale provinciale du royaume de France : Poitiers aux xvie et xviie siècles ».

24 Autre exemple : en Angleterre, on sait que le réseau urbain est caractérisé par l’écart énorme entre la capitale et tout le reste, qui compte quelques villes moyennes et petites et une quantité de localités très médiocres que l’on appelle « villes » essentiellement parce qu’elles le deviendront plus tard. Les historiens britanniques utilisent d’ailleurs le concept de bourgs ou markets-towns (ou « villes-marchés ») appliqué pour le xviiie siècle à rien moins que 700 à 750 localités peuplées de seulement 600 à 1 500 habitants.

25 Reinhard, Marcel, « La population des villes. Sa mesure sous la Révolution et l’Empire », Population, 1954, n° 2, p. 279-288. La sédimentation bibliographique n’a rien changé à cette analyse initiale. L’école de l’Université de Trêves, depuis quelques années, analyse le phénomène urbain à l’échelle de l’Europe moyenne en répertoriant par période des critères d’urbanité dont la somme permet de placer chacun des lieux urbains sur une échelle ouverte. Ces critères sont topographiques, d’équipement (bâtiments du pouvoir civil, édifices religieux, institutions sociales…), de terminologie, etc.

26 Au 1er rang figurent huit villes qui ont plus de 50 000 habitants qui rassemblent 4,5 % de la population française et 35 % de la population urbaine ; aux 2e et 3e rangs 68 villes qui ont de 10 000 à 50 000 habitants et rassemblent à peu près autant de la population totale (4,5 %) et de la population urbaine. L’ensemble comprend donc 76 localités, 9 % de la population totale et 70 % de la population urbaine.

27 Étienne Juillard donne une estimation de plus de 500 villages disparus du xve au xviie siècle, ce qui a renforcé d’autant chacun des villages restants, p. 131 dans : La Vie Rurale dans la plaine de Basse-Alsace. Essai de géographie sociale, Strasbourg, Publications de l’Institut des Hautes études Alsaciennes, 582 p. Une approche comparative permet aussi de revenir sur la question du droit à l’époque moderne. Si dans tel territoire le système seigneurial a été complètement laminé dès le Moyen Âge, voire n’a jamais eu de dimension politique, tellement l’État était déjà développé, alors le critère n’est pas pertinent pour différencier le village de la ville, dès lors que tout est soumis au Prince. Inversement, si le village est régi autant que la ville par une coutume, une charte, un texte de cadrage des rapports entre la localité et le seigneur, est-il pertinent de définir la ville par son privilège ? Le statut juridique des villages dans l’espace germanique pose alors problème, car avoir un droit particulier ne peut aucunement suffire à définir la ville. Le type du « village fortifié » avec charte, très fréquent en Alsace, comprend une muraille avec des tours et il peut même avoir une entrée monumentale. Il a un droit particulier et il peut porter le nom de ville. Mais est-ce suffisant sur un plan général pour considérer toutes ces localités comme des villes ? Et est-ce intéressant pour notre étude ?

28 L’espace comprend plus de mille communautés, dont « de grosses communautés rurales, fortes de plusieurs milliers de personnes » (p. 15) ; aucun critère juridique n’existe, « aucune “liberté urbaine” particulière » bien que 548 communautés avaient reçu une charte entre 1164 et 1355, mais « rien ne permettait de distinguer celles des simples villages de celles des localités les plus importantes » (p. 16). Pour l’intendant royal en 1724 « il est connu de tout le monde qu’il n’y a que dix villes en Dauphiné » ; nombre facile à donner puisqu’il s’agissait des dix localités reconnues comme telles aux États provinciaux, même si ces États sont suspendus depuis 1628. Les réflexions de René Favier, appuyées sur les fonctions et pratiques administratives et sur les discours des géographes et des voyageurs montrent que rien n’est simple. Pour Guy Allard (fin xviie) « Saint-Marcellin […] passe pour une ville, étant fermée, y ayant un gouverneur nommé par le Roi et un bailliage » mais ce n’est que « le plus beau bourg de la province » (p. 24). Inversement « Saint-Paul-Trois-Châteaux […] est une petite ville où il y a évêché » alors qu’elle est par ailleurs rangée « du nombre des bourgs ». Au xviiie siècle apparaît chez les auteurs dauphinois le concept de « petite ville », alternativement avec celui de « gros bourg ». Finalement « Tous les auteurs étendaient le concept de ville au-delà des seules dix villes » des États mais l’effectif varie de 15 à 30 selon les auteurs. Cf. Favier, René, Les villes du Dauphiné aux xviie et xviiie siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, 512 p.

29 Pour mémoire, le premier auteur alsacien est Johannes Nider (ca. 1380-1438) qui a composé son Formicarius (« la Fourmilière ») vers 1437. C’est l’un des auteurs les plus influents des premiers écrits sur la sorcellerie. Il a été formé chez les Dominicains de Colmar dès 1402. Son œuvre a inspiré d’autres travaux majeurs. Geiler von Kaysersberg (1455-1510), théologien, réformateur et prédicateur à Strasbourg depuis 1478, a composé en 1509 vingt-cinq sermons sur la sorcellerie, publiés en 1516-1517 à Strasbourg sous le titre Die Emeis (« les Fourmis ») en référence à Nider. Il faut également rappeler l’auteur du célèbre Malleus Maleficarum, Henry Institoris-Kramer, prieur du couvent des Dominicains de Sélestat qui compose son œuvre-phare en 1484, publiée à Strasbourg en 1486-1487. L’Alsace est d’ailleurs un grand centre d’édition et de nombreux ouvrages y sont publiés au xvie siècle. Voir Simon, Maryse, « Frontières de la sorcellerie entre Alsace et Lorraine : entrelacs juridictionnels et variations contextuelles », Revue d’Alsace n° 134, 2008, p. 195-212.

30 Davies, Owen, « Urbanization and the decline of witchcraft: an examination of London », Journal of Social History, vol.  XXX, n° 3, 1997, p. 597-617.

31 Larner, Christina, Enemies of God. The witch-hunt in Scotland, London, Chatoo and Windus, 1981, X-244 p.

32 Briggs, Robin, Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context of European Witchcraft, London, Harper Collins, 1996, XVIII-456 p. (ici p. 265).

33 Gareis, Iris, « Staatsbildung und Hexenverfolgung im spanischen Raum », p. 97-115 dans Bauer, Dieter R., Dillinger, Johannes, et Schmidt, Jürgen Michael (dir.), Staatsbildung und Hexenprozess. Witch-Trials and State-Building (Hexenforschung), Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 2008, 352 p. De même à Nancy, les procédures sont uniques. Jamais les autorités n’y ont déclenché des procès en série.

34 Cette partie de notre introduction à deux mains est exclusivement due à Maryse Simon qui mène des recherches dans les archives du Parlement et qui publiera plus tard l’ensemble de ses résultats.

35 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au xviiie siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, 301 p. Pour une perspective élargie sur les circulations et les pratiques illégitimes et transgressives, voir : Aprile, Sylvie, et Retaillaud-Bajac, Emmanuelle (dir.), Clandestinités urbaines. Les citadins et les territoires du secret (xvie-xxe), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 378 p.

36 Robert Mandrou a dépouillé les 16 cartons correspondants à deux années des archives du parlement de Paris à la base de sa thèse : Mandrou, Robert, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle, une analyse de psychologie historique, Paris, Plon, 1968, 513 p. Est venu s’ajouter : Soman, Alfred, « Les procès de sorcellerie au parlement de Paris (1565-1640) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1977, n° 4, p. 790-814. Cet article a été repris, avec tous les suivants sur le même thème, dans Soman, Alfred, Sorcellerie et justice criminelle : le parlement de Paris (16e-18e siècle), Hampshire-Brookfield, Variorum, 1992, XII-328 p. Maryse Simon a repris le dossier et travaille actuellement sur le fonds d’archives conservé au Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales de Paris.

37 Entre 1540 et 1670, Alfred Soman a compté 1 288 ou 1 254 prévenus de sorcellerie, plus 97 de magie, plus 49 appelants décédés à la Conciergerie et 69 cas marginaux où la sorcellerie ou la magie sont ajoutés à d’autres charges. Il y ajoute « 593 autres poursuites dans l’énorme ressort parisien » et 521 procès de sorcellerie non portés au Parlement. Au total, selon Alfred Soman, il y aurait donc eu 2 583 cas de sorcellerie ou magie (d’après ses comptes dans « Les procès de sorcellerie au parlement de Paris (1565-1640) », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 32e année, n° 4, 1977, p. 792, 794, 798, 805 et 813).

38 Le cas de Marion la Droiturière, dite l’Estallée, et de Margot de la Barre, dite du Coignet, brulées à Paris en 1390 est apparemment le premier cas documenté de sorcellerie impliquant une habitante de Paris : Marion l’Estallée, native de Paris, y a toujours demeuré (en fréquentant même la cour), et est accusée d’avoir employé les services de l’ensorceleuse Margot de la Barre, native de Beaune en Gâtinais, qui habite à Paris, à l’hôtel du Griffon au fossé Saint Germain. Ce cas est retranscrit dans Registre criminel du Châtelet de Paris, du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, ed. Henri Duplès-Agier, impr. C. Lahure, Paris,1861, vol.  1, p. 327-362.

39 Précisément : l’étude des registres des écrous réalisée par Maryse Simon pour l’ensemble de la période de criminalisation de la sorcellerie part du premier registre conservé aux Archives nationales (1564) jusqu’à ceux dépassant la date de l’ordonnance de 1682. Cela représente une cinquantaine de registres conservés sous les cotes Ab qui ont permis d’identifier les personnes arrivant dans les prisons de la conciergerie qui sont accusées du crime de sortilège. Les cas indiqués dans ces registres renvoient à l’arrêt du Parlement qui stipule la sentence finale. La date de l’arrêt mentionnée permet de retrouver dans les registres des arrêts du Parlement conservés dans la série X2a l’arrêt concernant cette affaire qui est souvent plus détaillé que les simples mentions factuelles données dans le registre d’écrous. Les indications de dates d’arrêts données dans les écrous ne sont pas toujours exactes, et les lacunes dans les registres des arrêts ne permettent pas toujours de retrouver les cas de sorcellerie. Cette étude fera l’objet d’une publication spécifique à venir.

40 L’étude étant encore en cours, il se peut que certaines affaires ne soient pas retrouvées, lorsque la mention du crime n’est pas précisée dans le registre des écrous (par oubli ou imprécision) ou lorsqu’elle est illisible.

41 Voir Simon, Maryse, Les affaires de sorcellerie dans le val de Lièpvre (xvie-xviie siècles), Strasbourg, Société Savante d’Alsace, 2006, 357 p.

42 Trois personnes sont nées dans les environs de Paris et cinq personnes sont de plus loin : nées en Lorraine, Poitou, Picardie et Ardennes.

43 Archives nationales de France Ab 2 f° 299, Ab 10 f° 97v et Ab 46 f° 23v.

44 Arch. nat. Ab 2 f° 299.

45 Arch. nat. N. Ab 10 f° 97v.

46 Arch. nat. Ab 22 f° 97v et Ab 26 f° 175.

47 Arch. nat. Ab 23 f° 75v.

48 Arch. nat. Ab 46 f° 23v.

49 Arch. nat. Ab 2 f° 299. Aubervilliers est un village au xvie siècle. La population et l’économie maraîchère sont stimulées par le voisinage du marché parisien mais le « bourg » n’atteint que 1 500 habitants environ dans les années 1640.

50 Arch. nat. Ab 2 f° 320.

51 Arch. nat. X2a f° 203.

52 Arch. nat. Ab 26 f° 175.

53 Arch. nat. Ab 10 f° 97v.

54 Arch. nat. Ab 46 f° 23v.

55 Jusqu’à 1 600 livres dans une affaire : Arch. nat. X2a f° 247.

56 Il est question surtout des dommages et intérêts à payer et des frais du procès à rembourser : Arch. nat. Ab 23 f° 75v. Les enjeux financiers semblent des plus importants dans la majorité des cas de sorcellerie parisiens et il est plusieurs fois fait mention de faire « provision » de personnes comme caution pour garantir le paiement des sommes dues.

57 Arch. nat. Ab 31 f° 257 et X2a 248.

58 Arch. nat. Ab 26 f° 175. La sentence complète détaille l’exécution : le condamné doit faire amende honorable devant « le grand portail de l’église de Paris », étant nu en chemise avec la corde au cou, en tenant dans ses mains une torche de cire ardente du poids réglementaire de deux livres, pour ensuite être conduit en place de Grève pour y être pendu et étranglé, puis son corps doit être réduit en cendres.

59 La même sentence est prononcée à Nancy contre Le Bragard : cf. infra Follain, Antoine, et alii, « La Sorcière de ville… », op. cit.

60 Arch. nat. X2a 247. Le principal accusé, Toussaint Le Juge, a commis ses méfaits avec l’aide de sa femme et d’une complice. L’intervention d’un gentilhomme de la Maison du roi vient compliquer l’affaire sans que les archives conservées en éclairent tous les tenants et aboutissants. L’homme aurait soutiré la somme énorme de 8 858 livres à un certain passementier boutonnier nommé Vallée qui se montre indigne de la restitution de la somme qui est finalement partagée à part égale entre le dénonciateur, les nécessiteux de l’hôpital de la Santé et les prisonniers du Grand Chatelet.

61 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers…, op. cit. Cette thèse porte sur la définition et la poursuite, par la nouvelle police de Paris, des hommes et des femmes qui pratiquent une forme de magie ou d’alchimie. Les sorciers deviennent « faux » mais le « commerce de magies » est prospère. En droit, depuis l’édit royal de 1682, magie et sorcellerie sont réduits à des artifices qui cachent des desseins bien réels, comme l’empoisonnement et l’escroquerie. Pour nous, le dossier est révélateur de l’importance de la demande sociale pour obtenir une guérison, quelque avantage matériel ou pour trouver des trésors par la magie associée à un pacte avec le diable ou un esprit. Révélateur aussi de l’adhésion d’une partie au moins des habitants de Paris, au xviiie siècle, à un système de croyances et à des « secrets » que d’aucuns prendraient pour des croyances rustiques. De plus, le corpus des dossiers d’écrous à la Bastille est le résultat d’un filtrage par les autorités de police qui ne poursuivent que certaines cibles, et donc « les archives de la police ne renferment qu’une infime partie des magies qui se pratiquent dans Paris » (p. 63).

62 Cité p. 35 dans « Witch-Trials in Continental Europe, 1560-1660 », Ankerloo, Bent, Clark, Stuart et Monter, William (eds.), The Athlone History of Witchcraft and Magic in Europe, Vol.  4 The Early Modern Period, London, Athlone Press, 2002, XIV-193 p.

63 Gijswijt-Hofstra, Marijke, « Six Centuries of Witchcraft in the Netherlands: Themes, Outlines, and Interpretations », p. 25-37 (ici p. 34) dans Gijswijt-Hofstra, Marijke, et Frijhoff, Wilhelmus, Witchcraft in the Netherlands from the fourteenth to the twentieth century, Rotterdam, Universitaire Pers, 1991, XII-211 p.

64 Waardt, Hans de, « Prosecution or Defense: Procedural Possibilities Following a Witchcraft Accusation in the Province of Holland Before 1800 », p. 149-171 (ici p. 157) dans Gijswijt-Hofstra, Marijke, et Frijhoff, Wilhelmus, Witchcraft in the Netherlands…, op.cit.

65 La dernière des 79 personnes exécutées est Michée Chauderon en 1652 : Porret, Michel, L’Ombre du Diable. Michée Chauderon, dernière sorcière exécutée à Genève (1652), Chêne-Bourg, Georg Éditeur, 2009, 259 p.

66 Modestin, Georg, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 1460), Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 1999, 403 p.

67 Voir Rummel, Walter, et Voltmer, Rita, Hexen und Hexenverfolgung in der Frühen Neuzeit, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft., 2008, VII-136 p. Voir également Voltmer, Rita, Hexen. Wissen was stimmt, Freiburg im Breisgau, Verlag Herder, 2008, 128 p. ; et Behringer, Wolfgang, Witchcraft Persecutions in Bavaria. Popular Magic, Religious Zealotry and Reason of State in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, XV-477 p.

68 Soman, Alfred, « La décriminalisation… », op. cit., p. 188.

69 Midelfort, H. C. Erik, Witch-hunting in Southwestern Germany, 1562-1684: The Social and Intellectual Foundations, Stanford, Stanford University Press, 1972, VIII-306 p. (ici p. 83).

70 À Augsbourg, l’une des plus grandes villes impériales libres, où il n’y eut que peu de procès de sorcellerie, le grand banquier Jacob Fugger s’est essayé à lire dans une boule de cristal : ibid., p. 82. Mais nous ne savons pas à quel point cette pratique pour avoir des informations économiques par un moyen surnaturel pouvait être partagée par les autres membres de ce milieu des affaires urbain.

71 Krampl, Ulrike, Les secrets des faux sorciers…, op. cit. De même que c’est la chasse aux sorcières qui « révélait » ou inventait au xvie siècle la sorcellerie, pour Ulrike Krampl « c’est l’intervention [de la police] qui fait apparaître – et non pas exister – la croyance » en la magie. C’est la police qui définit les actes délictueux et qui désormais reproche la « séduction » non plus au Diable mais à ceux qu’elle qualifie de « faux sorciers ». Cette figure nouvelle ne dure que la première moitié du xviiie siècle car dans la deuxième moitié la fausseté du sorcier est considérée comme établie et il ne reste donc plus que l’escroc – une autre figure presque nouvelle et en tout cas de plus en plus distincte de celle du voleur. Voir aussi pour Madrid les deux livres tirés de la thèse (1999) de Molero, Valérie, Magie et sorcellerie en Espagne au siècle des Lumières 1700-1820, Paris, L’Harmattan, 2006, 276 p. et Magiciens, sorciers et répression inquisitoriale en Espagne au siècle des Lumières, Paris, L’Harmattan, 2012, 263 p.

72 Monter, William, « Witch-Trials in Continental Europe, 1560-1660 », op. cit., p. 47.

73 Ferber, Sarah, Demonic Possession and Exorcism in Early Modern France, London, Routledge, 2004, 240 p.

74 Cf. Le Rat de ville et le Rat des champs : livre premier, fable 9 du Recueil des fables… de Jean de la Fontaine (1621-1695).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search