Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cuisine de l’œuvre au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer
, 
Éléonore Reverzy

II. Le vivre et le couvert

II. Le vivre et le couvert

Texte intégral

1En définissant un savoir-vivre étroitement associé à l’avènement d’une classe sociale et de ses valeurs, la gastronomie participe de la symbolique nouvelle de la table au xixe siècle. Transposé sur la scène artistique, le repas apparaît très souvent comme la métaphore de la société, voire le modèle, utopique ou dysphorique, d’un vivre ensemble empruntant au schéma familial. Pour autant, et même si elle tend à caractériser le siècle, la gastronomie est loin de constituer l’unique source d’un discours sur la nutrition friand de sciences nouvelles. Avec Malthus et son Essai de principe de population, l’économie politique apporte son éclairage sur la question alimentaire, et radicalise les présupposés hygiénistes de l’efficacité diététique. Traditionnel objet de satire, le parasitisme a pu dès lors prendre l’apparence bonhomme de l’enfant surnuméraire, dont le destin tragiquement tracé d’avance avait toutes les chances de devenir romanesque (Ch. Reffait). De fait, la bouche de trop, parasite désigné (comme chez Stendhal) ou assumé, a souvent voix au chapitre, que ce soit dans une littérature prolongeant avec ses écornifleurs les antiques planipatidi ou laconici (S. Gouglemann), ou chez un Grandville brocardant une restauration où le surnuméraire privilégié occupe la meilleure place (L. Baridon). De manière générale, la dénonciation sociopolitique jette le trouble quant à la véritable identité d’un parasitisme érigé en système. Elle permet d’inverser la doxa sociale comme la logique malthusienne, en plaçant le parasite au cœur de l’œuvre, et en faisant de l’inutile le principe d’une poétique. Cette inversion rejoint donc souvent le rituel carnavalesque : aboutissement de la « montée des appétits » selon Zola, le Second Empire représenté dans le cycle des Rougon-Macquart fait ainsi également de la table et du repas l’espace même du politique, un espace ritualisant le chaos en dévoyant les symboliques culturelles liées aux pratiques culinaires (S. Ménard). Mais si la fin du siècle a pu être « gourmande » (Marie-Claire Bancquart), voire carnassière, l’appétit mis en œuvre prend très souvent la forme, apparemment négative, de la faim. Cette faim recoupe bien entendu des enjeux éthiques ou politiques, et incarne souvent cet « indubitable absolu » (Jérôme Thélot) conférant à celui qui l’éprouve toute l’acuité de sa propre existence. Huysmans la placera au cœur d’une œuvre impossible, justement parce qu’elle devient le truchement par lequel l’écrivain tente de consigner une expérience de vie par procuration (É. Reverzy). Les liens unissant le vivre et le couvert ne relèvent donc pas que de la cérémonie ou du rituel : ils circonscrivent l’espace d’une existence, de sa possibilité comme de sa négation.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540