Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cuisine de l’œuvre au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer
, 
Éléonore Reverzy

I. Diète littéraire

Portrait de l’artiste en dyspeptique

Bertrand Marquer

Texte intégral

  • 1 Palacio Jean de, « À rebours, ou les leçons du rangement d’une bibliothèque », Figures et formes d (...)

1Lorsqu’il tirait « les leçons du rangement d’une bibliothèque » – celle de des Esseintes, Jean de Palacio interprétait « l’invasion de la chose littéraire par le vocabulaire culinaire » comme « la recherche d’un impossible équilibre entre deux fonctions, intellectuelle et digestive ; entre deux organes, cerveau et estomac, qui apparaissent décidément inconciliables ; entre culture et dyspepsie1 ».

2C’est cet impossible équilibre ou, pour mieux dire, ce lien de nécessité entre culture et dyspepsie que je souhaiterais ici explorer, pour esquisser quelque chose comme une psychopathologie de l’artiste. Psychopathologie de l’artiste faisant d’une faim bien régulée un enjeu tout à la fois hygiénique et esthétique (le dyspeptique étant celui qui ne digère pas, ou digère mal ce qu’il ingère, au point d’en perdre l’appétit). Psychopathologie qui, par conséquent, définit un rapport consubstantiel entre processus de création et processus de digestion, bien qu’elle puise massivement ses « cas » chez les hommes de lettres.

3Aussi le glorieux patronage sous lequel se place cet article ne sera-t-il pas, je l’espère, qu’un simple clin d’œil respectueux (et quelque peu opportuniste), mais permettra de dessiner les figures (forcément acrobatiques) des affres psychopathologiques de la création.

Hygiène de l’homme de lettres et psychopathologie du génie

  • 2 Voir Alexandre Wenger, La Fibre littéraire. Le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle, D (...)
  • 3 Il s’agit de la première publication, en langue latine. Tissot publiera ensuite lui-même une tradu (...)
  • 4 Physiologie et hygiène des hommes livrés aux travaux de l’esprit, Paris, Baillière, 1881 [1834].
  • 5 Introduction à la médecine de l’esprit, Félix Alcan, 1897.
  • 6 Dyspepsie et dyspeptiques, étude pratique sur les maladies de l’estomac et des organes digestifs d (...)
  • 7 L’Hygiène de l’estomac : guide pratique de l’alimentation, Laboulaye, s.d., avec une préface de Th (...)
  • 8 Voir Maurice de Fleury, op. cit., p. 124-125 ; Jules Seure, op. cit., p. 251.
  • 9 Tissot André, De la santé des gens de lettres, Paris, Baillière, nouvelle édition augmentée d’une (...)

4Le portrait à dresser impose un inévitable détour par la littérature médicale soucieuse de l’hygiène de l’estomac, et en particulier des estomacs créateurs. Comme l’a montré Alexandre Wenger2 pour le xviiie siècle, c’est tout d’abord la fibre littéraire qui est disséquée dans ces traités hygiénistes, et reliée à une posture – celle de l’homme de lettres, sédentaire et courbé sur sa table, au détriment de sa digestion. De la santé des gens de lettres (17663), du médecin suisse André Tissot, sert en effet de modèle aux traités hygiénistes du xixe siècle, de Réveillé-Parise4 à Maurice de Fleury5, en passant par les docteurs Seure6 ou Monin7. La dyspepsie devient ainsi, à la fin du siècle, la « maladie des gens de lettres8 », en vertu de l’axiome de Tissot, immanquablement cité : « L’homme qui pense le plus, est celui qui digère le plus mal ; toutes choses égales d’ailleurs, celui qui pense le moins, est celui qui digère le mieux9 ». Pour surprenante qu’elle puisse paraître, cette loi d’influence réciproque n’est elle-même que l’illustration d’une physiologie conçue sur le modèle des vases communicants :

  • 10 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 61.

Un des effets principaux de la tension continuelle du cerveau est d’affaiblir tous les organes plus ou moins immédiatement placés sous sa dépendance, en les privant d’une partie de l’influx nerveux nécessaire à leur action […]. L’organe le plus exposé, peut-être, à cette privation est l’estomac ; aussi l’affaiblissement du système digestif semble-t-il particulier aux hommes illustres. De nos jours, on a même été jusqu’à prétendre évaluer le génie d’après l’état de l’estomac10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid., p. 62.
  • 13 Ibid.

5Bien que Réveillé-Parise s’empresse de reconnaître « l’exagération de cette assertion11 », celle-ci traduit néanmoins l’insensible glissement dont est l’objet la physiologie de l’homme de lettres établie par Tissot (dont Réveillé-Parise cite d’ailleurs juste après l’axiome). En précisant, quelques lignes après ce passage, que l’« [o]n voit des femmes, des artisans, très sédentaires, qui digèrent à merveille12 » alors que Napoléon avait « un estomac susceptible et irritable13 », Réveillé-Parise choisit en effet de dissocier sédentarité et dyspepsie : la posture (celle de l’écrivain sédentaire) tend à se convertir en une nature, celle du génie, dont l’estomac devient, en soi, l’instrument de mesure.

  • 14 Gauchet Marcel, Swain Gladys, La Pratique de l’esprit humain, Gallimard, « NRF », 1980, p. 331. Il (...)

6Cette conversion était d’ailleurs facilitée, ou préparée, par la place centrale que jouent les pathologies de la digestion dans les maladies traditionnellement rattachées au génie. La nosographie des passions qui sert de cadre général à Esquirol, notamment pour bâtir sa lypémanie (censée remplacer la mélancolie), repose ainsi sur ce que Gladys Swain et Marcel Gauchet nommaient une « métaphore épigastrique », « vérité non pas seulement abstraite, mais expérimentale d’un temps et d’une culture14 ». Le promoteur des monomanies et de l’hallucination, dont on sait la fortune littéraire, fait ainsi de « [l]’altération évidente des organes épigastriques », le signe distinctif des aliénés :

  • 15 Esquirol Jean-Étienne, Des passions considérées comme causes, symptômes et moyens curatifs de l’al (...)

L’accès s’annonce par la jauneur de face, la diminution de l’appétit, ou une faim vorace, des nausées, le vomissement : un grand nombre se plaignent de resserrements douloureux à l’épigastre, aux hypocondres. Les uns se refusent à toute sorte de nourriture ; les autres, et c’est le plus grand nombre, ont un appétit famélique ; la plupart sont tourmentés d’une soif ardente ; quelques-uns se refusent à toute sorte de boisson : ils sont très-sujets aux embarras gastriques, se plaignent de mal digérer ; souvent ils sont plus exaspérés après les repas ; presque tous sont sujets à des rêves affreux ; et l’on me dispense de m’étendre sur les rapports des rêves avec l’état de l’estomac et celui de la circulation. On en voit qui ont des rapports acides, fades, amers ; la bouche pâteuse, amère ; le ventre serré, ou bien la diarrhée est constante15.

  • 16 Esquirol Jean-Étienne, Des maladies mentales, J. B. Baillière, I, 1838, p. 445.
  • 17 « L’encre de la mélancolie », dans Mélancolie : génie et folie en Occident, (Jean Clair dir.), Réu (...)
  • 18 Voir M. Fleury, op. cit., et du même : Recherches cliniques sur l’épilepsie et sur son traitement,(...)
  • 19 Claretie Jules, Les Amours d’un interne, E. Dentu éditeur, 1881, p. 126. Jules Seure parlera, lui, (...)
  • 20 Huysmans Joris-Karl, Là-bas, éd. établie par P. Cogny, Garnier-Flammarion, 1978 [1891], p. 247. Il (...)

7Dans ce cadre, les « mélancoliques », précise-t-il dans le premier tome Des maladies mentales, se caractérisent par « le déplacement du colon transverse16 », cette altération du système digestif donnant finalement un siège à l’antique « bile noire, captive et morose », dont Jean Starobinski fait « l’image d’une intériorité contrainte17 ». À l’autre extrémité du siècle, Maurice de Fleury réunit quant à lui sous la même bannière des « ralentis de la nutrition » les grands esprits, les épileptiques et les neurasthéniques, tous dyspeptiques ou névropathes18, et donc devant tous être soumis à la même cure : une hygiène de vie fondée sur la régularité, et une diète alimentaire empruntant à Tissot ses catégories. Quant à l’hystérie, son tympanisme spectaculaire associait de fait la dyspepsie à cette autre maladie des gens de lettres, en particulier dans la seconde moitié du xixe siècle. Aussi Jules Claretie prend-il soin de préciser, dans son roman consacré à la Salpêtrière, que l’hystérie « n’est pas essentiellement le délire érotique dont parle le vulgaire. C’est une sorte de détraquement cérébral, de dyspepsie morale, de grain qui germe dans plus d’une tête, aujourd’hui. Un grain qui est de l’ivraie19 ». L’analogie utilisée par Huysmans dans sa lettre à Ludovic Naudeau acquiert, dans ces conditions, un éclairage particulier, la congestion cérébrale prenant bien la forme d’un ventre tympanisé, ou d’une « panse […] météorisée20 », pour reprendre une expression de Là-bas :

  • 21 Huysmans Joris-Karl, lettre à Ludovic Naudeau, 13 janvier 1892, en réponse à une enquête sur « Lit (...)

Tout artiste qui s’emballe et s’exacerbe sur un chapitre sort de cette lutte plus épuisé qu’après la plus formidable des ribotes.
Ces fatigues et ces tensions activent les hystéries originelles, déterminant souvent des névroses21.

  • 22 Lombroso Cesare, L’Homme de génie, Félix Alcan, 1889, p. 330.
  • 23 Willième Ferdinand Joseph, Théorie et pratique des dyspepsies dites essentielles, leur nature et l (...)
  • 24 Une note cite un passage de Jack de Daudet.
  • 25 Lombroso Cesare, op. cit., p. 330. Lombroso note également que Darwin « souffrait d’ailleurs de dy (...)

8On comprend dès lors que la « maladie des gens de lettres » ait pu recouper la pathologisation dont le génie est l’objet au cours du xixe siècle. Si la dyspepsie est anecdotique chez Lombroso, celui-ci note quand même que ce qui « distingue les mattoïdes des criminels et de beaucoup d’aliénés, c’est une sobriété allant jusqu’aux excès des cénobites22 », confirmant ainsi la permanence des représentations auquel l’axiome de Tissot a donné une forme scientifique. Le docteur Ferdinand Joseph Willième, auteur d’une Théorie et pratique des dyspepsies dites essentielles, rapporte ainsi que « Newton et Beethoven allaient, au dire de M. Réveillé Parise, jusqu’à perdre le sentiment de la faim et se persuadaient avoir fait leur repas lorsqu’ils n’avaient rien pris23 ». Pour Lombroso, « [ce] fait est explicable : ils trouvent un aliment et un réconfort suffisant dans leurs élucubrations bizarres24 ; tel est le cas des ascètes et des grands penseurs ; d’ailleurs, pauvres, ils préfèrent consumer le peu qu’ils possèdent pour atteindre le triomphe de leurs idées plutôt que pour satisfaire leur propre estomac25 ».

De la physiologie à la physionomie

  • 26 Esquirol Jean-Étienne, « Lypémanie ou mélancolie », cité par Jackie Pigeaud, « La mélancolie des p (...)
  • 27 Voir Jean de Palacio, Configurations décadentes, Peeters, 2007, en particulier p. 218 : « Tous les (...)
  • 28 Tissot André, op. cit., p. 80-81.
  • 29 Ibid., p. 80.
  • 30 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 229.
  • 31 Ibid., p. 230.

9La physiologie du penseur dyspeptique semble donc dessiner, en toute logique, une physionomie, liée à cet ascétisme plus ou moins contraint, par la nature ou par la conjoncture. Pourtant, de manière surprenante, si la physiologie confirme sa pérennité au fil du siècle, la physionomie semble, elle, demeurer ambivalente. Bien que la maigreur pathologique soit associée à l’aliénation mentale (penser à Louis Lambert, comme au « corps maigre et grêle » du lypémaniaque d’Esquirol26) ou encore à l’hystérie (dont Jean de Palacio rappelle qu’elle est, pour les médecins, un des symptômes majeurs27), cette maigreur est loin de s’imposer dans le portrait du dyspeptique. La physionomie esquissée par Tissot propose même un paradigme antagoniste : « l’on a remarqué avec raison que c’est souvent un malheur pour les gens de lettres que d’avoir un estomac trop fort28 », car ils « meurent de quelqu’une des maladies occasionnées par la pléthore29 ». « Le plus grand nombre des gens de lettres, comme les gens du monde, penche en général vers les excès de table », remarque, comme une mise en garde, Réveillé-Parise30, puisque « [l]e gros ventre fait le gros entendement31 ».

  • 32 Gautier Théophile, « De l’obésité en littérature », Les Jeunes-France, romans goguenards, suivis d (...)

10Dans ces conditions, « [l]’homme de génie doit-il être gras ou maigre32 ? », ainsi que le formule Gautier d’un ton faussement docte, soulignant au passage la part du mythe dans la représentation romantique de la maigreur :

  • 33 Ibid., p. 364.

Un teint d’orange ou de citron, les cheveux en flamme de pot à feu, des sourcils paraboliques, des yeux excessifs, et la bouche dédaigneusement bouffie par une fatuité byronienne, le vêtement vague et noir, et la main nonchalamment passée dans l’hiatus de l’habit.
En vérité, je ne me figurais pas autrement un homme de génie et je n’aurais pas admis un poète lyrique pesant plus de quatre-vingt-dix-neuf livres ; le quintal m’eût profondément répugné : il est facile de comprendre par tous ces détails que j’étais un romantique pur sang et à tous crins33.

  • 34 Ibid., p. 363.
  • 35 Byron est « entre tous […] un exemple frappant : dans un article récent de la Revue politique et l (...)
  • 36 « Le monde et la gloire de M. Hugo ne peuvent contenir sa gloire et son ventre : tous les jours un (...)
  • 37 Ibid., p. 364.

11Le reniement de cet idéal de jeunesse relève certes d’une ironie authentiquement romantique, puisqu’il amorce le portrait d’une génération qui s’est embourgeoisée, et dont la poésie a « pri[s] du ventre34 ». La pléthore n’en est pas pour autant un repoussoir, puisqu’elle est partagée par Hugo, Balzac, Eugène Sue, et même Byron (un faux maigre pour Gautier, mais un vrai dyspeptique, selon le docteur Seure35). La galerie de ces corps d’artistes à la fois grotesques et sublimes36 a même pour enjeu véritable de redonner à cette pléthore santé et vigueur, en remplaçant un mythe (« la race du littérateur maigre37 ») par un autre, pour renouer avec l’épique :

  • 38 Ibid., p. 368. L’exemple du bœuf de Milon de Crotone est également utilisé dans la préface de Made (...)

Quant à M. Théophile Gautier, il renouvellera incessamment l’exploit de Milon de Crotone de manger un bœuf en un jour (les cornes et les sabots exceptés, bien entendu) : ce que ce jeune poète élégiaque consomme de macaroni par jour donnerait des indigestions à dix lazzarones38.

  • 39 Lettre d’Émile Solié qui félicite Monselet, Le Gourmet, Journal des intérêts gastronomiques, no 4, (...)
  • 40 Le Gourmet, no 1, 21 février 1858.
  • 41 Voir le no 4 : « Sois le Malherbe de la gourmandise ; deviens le législateur de la poétique de la (...)
  • 42 Annonce intitulée « Hygiène gastronomique », figurant dans les numéros 6 (28 mars 1858) et 7 (4 av (...)

12Gautier participe d’ailleurs activement à la littérature gastronome dont Le Gourmet, Journal des intérêts gastronomiques dirigé par Charles Monselet, constitue l’éphémère organe. Le premier numéro (21 février 1858) choisit ainsi le mode de l’étal, ou du tableau de chasse, pour exhiber ses adhésions prestigieuses, regroupées par poids : Émile Solié (100 kg) et Louis Ulbach (110 kg) figurent ainsi parmi les « quelques littérateurs gras », trônant devant les « littérateurs simplement dodus », parmi lesquels on compte Charles Asselineau ou Henry Murger. L’enjeu, spécifié en en-tête, est explicite : « La tradition des écrivains faméliques disparaît de jour en jour ; nous n’en voulons pour preuve que les adhésions qui nous parviennent, et qui sont signées par les auteurs les mieux portants de Paris ». Les numéros suivants poursuivent cette reconquête de la digestion, en ralliant « les cœurs hardis, les estomacs solides, qui ont le courage de leurs opinions et de leurs digestions39 », en confiant notamment à monsieur Louis Goudal « Le compte-rendu des théâtres – au point de vue digestif40 ». Pesante à souhait41, la rhétorique du Gourmet n’en a pas moins une fonction cathartique – purgative, donc –, alternative aux discours hygiénistes, discrètement présents dans les encarts publicitaires vantant les mérites des « pillules stomachiques apéritives (connues autrefois sous le nom de Pilules ante cibum) de la Pharmacie Colbert, rotonde Colbert, rue Vivienne, en face la grille de la Bibliothèque42 ». Le cinquième numéro du Gourmet prend d’ailleurs sur lui de mentionner le « revers de la médaille », en proposant la longue liste de « [c]eux qui mangent mal » : « Tous les musiciens en général », « Les danseurs », « Les chanteurs » pour des raisons professionnelles ; « les peintres et les sculpteurs », « la moitié des membres de l’Institut » et « les poètes », « tous les historiens, romanciers, compilateurs, traducteurs », pour des raisons financières. Les « conseils [donnés] aux pauvres diables » évoquent alors de manière ironique ceux que le discours hygiéniste prodigue aux artistes dyspeptiques :

  • 43 Le Gourmet, no 5, 21 mars 1858.

Leur devoir et leur intérêt exigent qu’ils donnent à leur esprit autant de nourriture qu’il en peut supporter. Ainsi la méditation, la lecture et la composition doivent occuper tous leurs instants et toutes les facultés de leur âme. C’est par leur moyen que, s’élevant à la dignité des pures intelligences, ils iront même jusqu’à oublier l’heure de la nécessité et du besoin, bien loin de penser aux bons repas43.

13À l’image, donc, de Newton et Beethoven selon Réveillé-Parise. Comble de l’ironie, la médecine fin-de-siècle va même adouber cette époque bénie d’un épique rabelaisien, pour mieux l’intégrer au discours hygiéniste :

  • 44 Fleury Maurice de, op. cit., p. 123.

Si nos maîtres de 1830 furent à tous les points de vue des pléthoriques – note Maurice de Fleury –, il suffit d’avoir fréquenté quelques artistes contemporains pour être frappé de la quantité de plaintes qu’ils émettent sans cesse sur l’état de leurs nerfs ou de leur estomac. […] Votre romancier favori, Madame, digère déplorablement. Après chacun de ses repas, il devient rouge, il a sommeil, il se sent alourdi ; son estomac se gonfle et son gilet le gêne : soyez sûre qu’il le déboutonne s’il dîne en famille ; s’il dîne en ville il se contente d’en desserrer furtivement la boucle44.

  • 45 « Mais sa misère [au neurasthénique] la plus cruelle est encore la douloureuse lenteur de la diges (...)

14À la fin du siècle, la neurasthénie guette le pléthorique, à tel point que cette description se retrouve au mot près dans le Manuel pour l’étude des maladies du système nerveux, du même docteur Fleury45. Le mythe – littéraire – de la pléthore romantique en vient à légitimer la surveillance hygiéniste déjà élaborée par Tissot, mais qui est désormais, pour ce médecin ami de Zola, clairement associée à une hygiène de la création :

  • 46 Fleury Maurice de, op. cit., p. 124.

Que diable voulez-vous mener la vie mouvementée avec une organisation semblable ! On ne peut s’en tirer qu’à la condition expresse de régler méthodiquement sa journée, de suivre un régime précis et de ne s’écarter jamais des règles d’une hygiène sage. Et c’est ainsi que l’hygiéniste et le médecin sont appelés à donner des avis à l’artiste, à le guider dans sa façon de vivre46.

Hygiène de la création

15À l’origine symptôme d’une position physique liée à la création, la dyspepsie croise donc une appréciation du geste créateur en tant que tel. En vertu du lien entre l’œuvre et l’alimentation, entre la poétique d’un auteur et sa digestion, l’hygiène suppose et impose en effet implicitement une forme à la création. Dans sa Physiologie des écrivains et des artistes, Émile Deschanel constate ainsi que

  • 47 Deschanel Émile, Physiologie des écrivains et des artistes, Hachette, 1864, p. 171.

[le] régime des gens de lettres et des artistes est souvent très-bizarre. Il ne serait pas impossible toutefois de retrouver dans leurs ouvrages la trace, soit de leurs principales habitudes, soit même quelquefois de leurs excentricités. Vous savez quel était le régime de notre grand romancier Balzac dans ses crises de composition. Après un frugal dîner, il se couchait à six ou sept heures, se faisait réveiller à minuit, prenait du café noir, ou plutôt verdâtre, extrêmement fort, et travaillait jusqu’à midi.
Eh bien dans ses œuvres pleines d’effort, quel que soit le génie, ne sentez-vous pas cet homme surmené, ce tempérament nervoso-sanguin, encore entraîné artificiellement par les excès d’un tel régime ?
C’est justement à propos de lui que M. Sainte-Beuve, dans ses Causeries du lundi, disait : « La physiologie et l’hygiène d’un écrivain sont devenues un des chapitres indispensables dans l’analyse qu’on fait de son talent47 ».

  • 48 Voir Joseph-Henri Réveillé-Parise, op. cit., p. 237 : « Personne n’ignore combien les poètes ont c (...)
  • 49 Voir le chapitre XV (« La soif des poisons ») de La Poésie décadente devant la science psychiatriq (...)
  • 50 Tissot André, op. cit., p. 177.
  • 51 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 228.
  • 52 Ibid., p. 234.
  • 53 Voir sur ce point Bertrand Marquer, « De l’épigastre au ventre : œconomia animale et économie du c (...)
  • 54 Ibid., p. 47.
  • 55 Ibid., p. 48.
  • 56 Id.
  • 57 Seure Jules, op. cit., p. 251.
  • 58 Voir Éléonore Reverzy, La Mort d’Éros : la mésalliance dans le roman du second xixe siècle, SEDES, (...)

16Dans ce cadre, la bonne digestion a tendance à devenir un signe de santé littéraire, et à conditionner un contenu, autant alimentaire qu’esthétique. Les raisons physiologiques de la dyspepsie, parmi lesquelles Réveillé-Parise range l’usage de la « liqueur intellectuelle » des poètes (le café qui « débêtise48 »), et Émile Laurent la « soif des poisons49 », croisent bien évidemment des raisons idéologiques, en prônant la mesure et la régularité d’une « mastication exacte50 ». Pour Réveillé-Parise, « le grand œuvre de la digestion, la transubstantiation [sic] alimentaire, est une opération importante, complexe, réclamant l’activité pleine et entière des forces digestives51 ». Or, précise-t-il un peu plus loin, « [q]u’est-ce que la digestion ? c’est une fonction qui consiste dans l’affinité de soi pour soi, dans l’attraction des éléments similaires ; c’est la reproduction des organes par la puissance même de leur action52 ». La différence du dyspeptique, rétif à l’assimilation et étranger à son propre corps, en fait dans ces conditions une figure de la marginalité, à une époque où la reproduction du même et la circularité tautologique (l’affinité de soi pour soi) renvoient à la norme bourgeoise53. Réveillé-Parise fait d’ailleurs explicitement le lien entre repas dysphorique, envers du repas bourgeois, et « maladie des gens de lettres », en remarquant que « ces hommes connaissent rarement ce qu’on appelle l’économie du bonheur54 », passant « avec une incroyable rapidité du nécessaire au superflu55 », et des « privations » aux « indigestions56 ». Le docteur Seure relie quant à lui la dyspepsie de Byron au fait que « lady Byron avait fait un enfer de leur salle à manger et que, pour en sortir le plus vite possible, lord Byron abrégeait ses repas, au détriment de son estomac57 ». Illustre, la dyspepsie croise ici sa version boulevardière, tout en confirmant le discours de mésalliance sur lequel le roman de l’artiste du second xixe siècle se construit58.

  • 59 Nordau Max, op. cit., t. I, p. 181.
  • 60 Ibid., p. 420.
  • 61 Nordau Max, Psycho-physiologie du génie et du talent, Félix Alcan, 1897, p. 58.
  • 62 Ibid., p. 56-57.
  • 63 Voir Éric Blondel, Nietzsche : le corps et la culture, PUF, « philosophie d’aujourd’hui », 1986, p (...)

17L’appréciation médicale des estomacs « persillés » de la décadence n’apparaît donc pas comme une exception, mais comme l’aboutissement d’un processus faisant de l’estomac (et de sa santé) le lieu clinique d’un diagnostic esthétique. Ainsi, pour Nordau, les symbolistes Moréas et Guaita manient un « bric-à-brac d’érudition », où « les noms de Schopenhauer, Darwin, Taine, Renan, Shelley, Gœthe, […] servent d’étiquette à des rognures informes et méconnaissables, à des balayures de bribes non digérées59 ». Quant à Maeterlinck le mystique, « il s’est gavé l’estomac de Shakespeare et rend les morceaux non digérés, mais transformés d’une manière répugnante et avec un commencement de décomposition putride. Cette image n’est pas ragoûtante, mais elle peut seule donner une idée claire du processus intellectuel qui se produit lorsque des dégénérés font ce qu’ils appellent « créer60 »». Ces variations sur l’innutrition devenue vomissures abjectes sont certes assez banales, mais elles sont loin d’être anecdotiques chez Nordau, comme en témoigne sa Psycho-physiologie du génie et du talent, où la capacité à digérer sert de critère à la définition du génie : à l’image de la plante à chlorophylle qui est la seule à pouvoir transformer le carbone et l’azote en nutriments, le « génie transforme, avec les organes digestifs intellectuels que lui seul possède, les impressions des sens en une œuvre d’art compréhensible, digestible pour les autres humains61 ». La dyspepsie devient, dans ces conditions, le signe du « non génie [qui] ne peut digérer la nature, se l’assimiler, la transformer en parties constitutives de sa propre conscience62 ». De manière surprenante, Nordau rejoint d’ailleurs ici Nietzsche, et sa critique d’une culture dyspeptique63, dont l’Allemagne est pour lui l’organe principal, et dont l’interprétation philologique est l’exact contraire, comme l’évoque l’avant-propos de La Généalogie de la morale :

  • 64 Nietzsche Frédéric, La Généalogie de la morale, Société du Mercure de France, 1900, trad. par Henr (...)

Il est vrai que, pour élever ainsi la lecture à la hauteur d’un art, il faut posséder avant tout une faculté qu’on a précisément le mieux oubliée aujourd’hui […] : la faculté de ruminer64

  • 65 Cité par Laurent Cherlonneix, Nietzsche : santé et maladie, l’art, L’Harmattan, « ouverture philos (...)
  • 66 Nietzsche Frédéric, Ainsi parlait Zarathoustra, Société du Mercure de France, 1898, trad. par Henr (...)
  • 67 « pommes de terre, jambon, moutarde, oignons, poivre, tout ce qui est cuit à la graisse, pâte feui (...)
  • 68 Nietzsche Frédéric, Le Gai savoir, Société du Mercure de France, 1901, trad. par Henri Albert, p.  (...)

18À l’inverse, précise-t-il dans Opinions et sentences mêlées, « il y a des auteurs dyspepsiques qui n’écrivent précisément que lorsqu’ils ne peuvent pas digérer quelque chose, ils commencent même parfois à écrire quand ils ont encore leur nourriture dans les dents65 ». Reste que la démarche prônée par Nietzsche, si elle joue avec les normes du discours hygiéniste, fait de la rumination un instrument de rupture, le signe distinctif d’un refus de l’assimilation, en faisant parallèlement l’éloge des « estomacs récalcitrants et difficiles qui ont appris à dire « Moi » et « Oui » et « Non ». / Mais tout mâcher et tout digérer – c’est faire comme les cochons66 !». Il est d’ailleurs significatif qu’un médecin du xxe siècle ait finalement reproduit, en se penchant sur « le syndrome de Nietzsche », la lecture de Nordau, en réduisant la métaphore de la digestion à sa littéralité : la liste où Nietzsche mentionne les « [c]hoses dont [son] estomac vient à mal ou pas du tout à bout67 » est, dans cette perspective, réduite à un simple document clinique. Or, cette liste constitue autant un rejet alimentaire qu’un rejet de la culture, pesamment germanique, qu’elle représente, et croise l’idéal nietzschéen d’un philosophe « danseur », à qui la nourriture apporte non « la graisse », mais « une plus grande vigueur et une plus grande souplesse68 ». C’est donc toujours la dyspepsie qui est rejetée comme un anti-modèle, mais précisément parce qu’elle renvoie à une norme pathogène, à laquelle échappe la légèreté dansante du véritable penseur :

  • 69 Ibid., p. 354-355.

Notre première question pour juger de la valeur d’un livre, d’un homme, d’un morceau de musique, c’est de savoir s’il y à la de la marche et, mieux encore, de la danse […] Oh, combien nous devinons vite comment un auteur est arrivé à ses idées, si c’est assis devant son encrier, le ventre enfoncé, penché sur le papier : oh ! combien vite alors nous en avons fini de son livre ! Les intestins comprimés se devinent, on pourrait en mettre la main au feu, tout comme se devinent l’atmosphère renfermée de la chambre, le plafond de la chambre, l’étroitesse de la chambre69.

  • 70 Nordau Max, op. cit., t. II, p. 361.
  • 71 Nietzsche apparaît comme l’anti Bergougnard, en somme, dont Jacques Vingtras « ne sait pas au just (...)

19L’hygiène nietzschéenne, à bien des égards paradoxale (Nordau disait que « le système de Nietzsche est un produit de la folie de contradiction70 ») renverse ainsi la norme médicale, la convertit en geste philosophique, et en esprit libre-penseur71.

Péroraison : poétique du borborygme

  • 72 Huysmans Joris-Karl, À rebours, éd. établie par M. Fumaroli, Gallimard, « Folio », 1977 [éd. de 19 (...)
  • 73 Je reprends ici l’expression-manifeste de Champfleury-Pommageot, dans Charles Demailly : « je pens (...)

20Cette inversion de la norme médicale est évidemment au cœur de l’esthétique fin-de-siècle, où la dyspepsie permet bien de faire œuvre – la « bible du décadentisme » racontant finalement les tentatives d’un esthète pour « leurrer la défiance de [son] estomac72 ». Pourtant, la morale d’À rebours semble bien proche du discours hygiéniste, et faire courir le risque de ramener la « poésie » des tentations esthétiques de des Esseintes à un simple « borborygme73 ». Diserte ou bruyante, la dyspepsie ne peut pourtant pas se réduire à une triste revanche du corps contre qui se rêve tout cerveau : elle dessine également les contours d’une nouvelle incarnation, polémique du fait de son inconvenance, ironique parce qu’elle pousse à son comble la logique du discours hygiéniste, qui prône l’écoute obsessionnelle du corps.

  • 74 Montorgueil Georges, Le Café-concert, l’Estampe originale, 1893, p. 5.
  • 75 Auteur d’un « poème simultané » constitué de borborygmes. Voir Dada 3 (Henri Béhar, Catherine Dufo (...)
  • 76 Larbaud Valéry, « Les borborygmes », Prologue, Poésies, dans Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de (...)

21Dans cette perspective, le borborygme, ou poésie du ventre, offre bien à l’esthétique fin-de-siècle le souffle d’un esprit nouveau. C’est ainsi « sur une musique tout en borborygmes74 » que s’exprime, pour Georges Montorgueil, la gouaille des corps débridés du café-concert, qui met tête-bêche les conventions. Et c’est un grand admirateur de Rimbaud et de Laforgue (et non un précurseur de Dada et de Hugo Ball75) qui choisit d’ouvrir les Poésies de Barnabooth par « l’inévitable chanson de l’œsophage », qui est aussi « la seule voix humaine qui ne mente pas76 ».

22Toujours un peu ventriloque, l’artiste dyspeptique a peut-être donc bien, finalement, quelque chose du saltimbanque.

Notes

1 Palacio Jean de, « À rebours, ou les leçons du rangement d’une bibliothèque », Figures et formes de la décadence, première série, Séguier, 1994, p. 204-205.

2 Voir Alexandre Wenger, La Fibre littéraire. Le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle, Droz, 2007, en particulier p. 182 : « les problèmes d’estomac et les multiples déclinaisons particulières dont ils font l’objet sous la plume des médecins sont, par leur importance, la première infirmité attachée à la condition même des gens de lettres ».

3 Il s’agit de la première publication, en langue latine. Tissot publiera ensuite lui-même une traduction en 1769, pour faire oublier une traduction non autorisée publiée à Paris. L’ouvrage sera réédité à de nombreuses reprises.

4 Physiologie et hygiène des hommes livrés aux travaux de l’esprit, Paris, Baillière, 1881 [1834].

5 Introduction à la médecine de l’esprit, Félix Alcan, 1897.

6 Dyspepsie et dyspeptiques, étude pratique sur les maladies de l’estomac et des organes digestifs dans leurs rapports avec la dyspepsie, traitement alimentaire, médication proprement dite, Paris, A. Coccoz, 1885.

7 L’Hygiène de l’estomac : guide pratique de l’alimentation, Laboulaye, s.d., avec une préface de Th. de Banville.

8 Voir Maurice de Fleury, op. cit., p. 124-125 ; Jules Seure, op. cit., p. 251.

9 Tissot André, De la santé des gens de lettres, Paris, Baillière, nouvelle édition augmentée d’une notice sur l’auteur et de notes par F. G. Boisseau, 1826, p. 32. Voir aussi Joseph-Henri Réveillé-Parise, op. cit., p. 61 ; Jules Seure, qui cite Réveillé-Parise citant Tissot (op. cit., p. 251).

10 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 61.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 62.

13 Ibid.

14 Gauchet Marcel, Swain Gladys, La Pratique de l’esprit humain, Gallimard, « NRF », 1980, p. 331. Ils citent Esquirol p. 330 : « Les passions appartiennent à la vie organique : leurs impressions se font sentir dans la région épigastrique ; que ce soit primitivement ou secondairement, elles ont là leurs foyers ; elles altèrent sensiblement la digestion, la respiration, la circulation, les excrétions, dont les organes forment le centre épigastrique ».

15 Esquirol Jean-Étienne, Des passions considérées comme causes, symptômes et moyens curatifs de l’aliénation mentale, Imprimerie Didot Jeune, 1805, p. 18.

16 Esquirol Jean-Étienne, Des maladies mentales, J. B. Baillière, I, 1838, p. 445.

17 « L’encre de la mélancolie », dans Mélancolie : génie et folie en Occident, (Jean Clair dir.), Réunion des musées nationaux / Gallimard, 2005, p. 24.

18 Voir M. Fleury, op. cit., et du même : Recherches cliniques sur l’épilepsie et sur son traitement, J. Rueff, 1900, p. 282 : « Mais chez ces ralentis de la nutrition, chez ces dilatés hypopeptiques, atteints, tout comme les neurasthéniques, d’une véritable dyspepsie nervomotrice, il est extrêmement utile de rehausser la tonicité des parois et d’exciter les sécrétions glandulaires ».

19 Claretie Jules, Les Amours d’un interne, E. Dentu éditeur, 1881, p. 126. Jules Seure parlera, lui, de « dyspepsie d’origine cérébrale » (op. cit., p. 250).

20 Huysmans Joris-Karl, Là-bas, éd. établie par P. Cogny, Garnier-Flammarion, 1978 [1891], p. 247. Il s’agit de la fameuse scène de la messe noire où se développe l’« aura de la grande hystérie » (id.).

21 Huysmans Joris-Karl, lettre à Ludovic Naudeau, 13 janvier 1892, en réponse à une enquête sur « Littérature et folie », cité par Jean-Louis Cabanès, « L’écriture artiste : écarts et maladie », dans Dieu, la chair et les livres : une approche de la décadence, textes réunis par Sylvie Thorel-Cailleteau, Honoré Champion, 2000, p. 370.

22 Lombroso Cesare, L’Homme de génie, Félix Alcan, 1889, p. 330.

23 Willième Ferdinand Joseph, Théorie et pratique des dyspepsies dites essentielles, leur nature et leurs transformations, A. Delahaye, 1868, p. 174.

24 Une note cite un passage de Jack de Daudet.

25 Lombroso Cesare, op. cit., p. 330. Lombroso note également que Darwin « souffrait d’ailleurs de dyspepsie » (ibid., p. 488), en prenant le témoignage du fils de ce dernier, constat repris par Maurice de Fleury qui en fait lui l’exemple (avec Zola) du « ralenti de la volonté » (et donc de la digestion) ayant réussi par l’hygiène à domestiquer son mal (op. cit., p. 288).

26 Esquirol Jean-Étienne, « Lypémanie ou mélancolie », cité par Jackie Pigeaud, « La mélancolie des psychiatres. Esquirol : De la lypémanie ou mélancolie », Mélancolie : génie et folie en Occident, op. cit. p. 390.

27 Voir Jean de Palacio, Configurations décadentes, Peeters, 2007, en particulier p. 218 : « Tous les cliniciens unanimes ont vu dans la maigreur un des symptômes majeurs de l’hystérie ».

28 Tissot André, op. cit., p. 80-81.

29 Ibid., p. 80.

30 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 229.

31 Ibid., p. 230.

32 Gautier Théophile, « De l’obésité en littérature », Les Jeunes-France, romans goguenards, suivis de Contes humoristiques, Paris, Charpentier et Cie, 1880, p. 363.

33 Ibid., p. 364.

34 Ibid., p. 363.

35 Byron est « entre tous […] un exemple frappant : dans un article récent de la Revue politique et littéraire, Arvède Barine rappelle que ce grand poète « était fourbu de travail, de maux de nerfs et de maux d’estomac » » (op. cit., p. 251).

36 « Le monde et la gloire de M. Hugo ne peuvent contenir sa gloire et son ventre : tous les jours un bouton saute, une boutonnière se déchire ; il ne pourrait plus entrer dans son habit des Feuilles d’automne. » ; Balzac est « un muid plutôt qu’un homme. Trois personnes, en se donnant la main, ne peuvent parvenir à l’embrasser, et il faut une heure pour en faire le tour ». Rossini est « un hippopotame en culottes » (Gautier Théophile, op. cit., p. 366).

37 Ibid., p. 364.

38 Ibid., p. 368. L’exemple du bœuf de Milon de Crotone est également utilisé dans la préface de Mademoiselle de Maupin, pour remettre en question l’idée de progrès : « Quel économiste nous élargira l’estomac de manière à contenir autant de beefsteaks que feu Milon le Crotoniate, qui mangeait un bœuf ? », Gautier Théophile, Œuvres, « Bouquins », Robert Laffont, 1995, p. 194.

39 Lettre d’Émile Solié qui félicite Monselet, Le Gourmet, Journal des intérêts gastronomiques, no 4, 4 mars 1858.

40 Le Gourmet, no 1, 21 février 1858.

41 Voir le no 4 : « Sois le Malherbe de la gourmandise ; deviens le législateur de la poétique de la table ; D’un mets mis en sa place enseigne le pouvoir » ; « Mais je m’aperçois que je prêche comme saint Jean, dans le dessert »…

42 Annonce intitulée « Hygiène gastronomique », figurant dans les numéros 6 (28 mars 1858) et 7 (4 avril 1858) du Gourmet. Ces pilules sont censées « rétablir ou exciter l’appétit et les fonctions digestives », permettre de « bien digérer toutes les bonnes choses ci-dessus », et « éviter l’apoplexie et les congestions cérébrales ».

43 Le Gourmet, no 5, 21 mars 1858.

44 Fleury Maurice de, op. cit., p. 123.

45 « Mais sa misère [au neurasthénique] la plus cruelle est encore la douloureuse lenteur de la digestion. Il se met à table avec appétit, mange bien et beaucoup, et voilà qu’au lieu de tirer quelqu’énergie physique de l’alimentation, il est, en sortant de table, congestionné, torpide, somnolent, incapable de travailler ; Son estomac gonfle, et il lui faut déboutonner son gilet et son pantalon. /Il est pris de dyspnée, devient incapable de se baisser pour ramasser un objet ou pour boutonner ses bottines », Manuel pour l’étude des maladies du système nerveux, Félix Alcan, 1904, p. 838-839. Voir également l’« étiologie » proposée par Max Nordau : « Les Européens mangent aujourd’hui un peu plus et un peu mieux qu’il y a cinquante ans, mais nullement, il s’en faut de beaucoup, en proportion du surcroît de fatigue qui leur est actuellement imposé. Et même s’ils avaient en excès les aliments les plus choisis, cela ne leur servirait à rien, car ils seraient incapables de les digérer. Notre estomac ne peut marcher du même pas que notre cerveau et notre système nerveux ; celui-ci réclame beaucoup plus que l’autre n’est à même de donner. » (Dégénérescence, Félix Alcan, 1894, t. I, p. 71-72)

46 Fleury Maurice de, op. cit., p. 124.

47 Deschanel Émile, Physiologie des écrivains et des artistes, Hachette, 1864, p. 171.

48 Voir Joseph-Henri Réveillé-Parise, op. cit., p. 237 : « Personne n’ignore combien les poètes ont célébré cette délectable boisson, et l’hyperbolique qualification de liqueur intellectuelle qui lui fut donnée. Quelques médecins ont même partagé cet enthousiasme. Barthez disait du café, qui l’échauffait : « Il me débêtise » ».

49 Voir le chapitre XV (« La soif des poisons ») de La Poésie décadente devant la science psychiatrique, Alexandre Maloine, 1897, p. 107-112.

50 Tissot André, op. cit., p. 177.

51 Réveillé-Parise Joseph-Henri, op. cit., p. 228.

52 Ibid., p. 234.

53 Voir sur ce point Bertrand Marquer, « De l’épigastre au ventre : œconomia animale et économie du corps social », Romantisme, no 154 (4/2011), p. 53-64.

54 Ibid., p. 47.

55 Ibid., p. 48.

56 Id.

57 Seure Jules, op. cit., p. 251.

58 Voir Éléonore Reverzy, La Mort d’Éros : la mésalliance dans le roman du second xixe siècle, SEDES, 1997.

59 Nordau Max, op. cit., t. I, p. 181.

60 Ibid., p. 420.

61 Nordau Max, Psycho-physiologie du génie et du talent, Félix Alcan, 1897, p. 58.

62 Ibid., p. 56-57.

63 Voir Éric Blondel, Nietzsche : le corps et la culture, PUF, « philosophie d’aujourd’hui », 1986, p. 303.

64 Nietzsche Frédéric, La Généalogie de la morale, Société du Mercure de France, 1900, trad. par Henri Albert, p. 22-23.

65 Cité par Laurent Cherlonneix, Nietzsche : santé et maladie, l’art, L’Harmattan, « ouverture philosophique », 2002, p. 58.

66 Nietzsche Frédéric, Ainsi parlait Zarathoustra, Société du Mercure de France, 1898, trad. par Henri Albert, p. 275.

67 « pommes de terre, jambon, moutarde, oignons, poivre, tout ce qui est cuit à la graisse, pâte feuilletée, choux-fleurs, chou, salade, tous les légumes à l’huile, vin, saucisses, sauces au beurre avec la viande, civette, mie de pain fraîche, tous les pains au levain », Fragments posthumes, t. XI, cité par Jacques Rogé, Le Syndrome de Nietzsche, Odile Jacob, 1999, p. 254.

68 Nietzsche Frédéric, Le Gai savoir, Société du Mercure de France, 1901, trad. par Henri Albert, p. 383.

69 Ibid., p. 354-355.

70 Nordau Max, op. cit., t. II, p. 361.

71 Nietzsche apparaît comme l’anti Bergougnard, en somme, dont Jacques Vingtras « ne sait pas au juste [s’il] est philosophe parce qu’il est constipé, ou s’il est constipé parce qu’il est philosophe » (Vallès Jules, L’Enfant, Gallimard, « Folio », p. 296).

72 Huysmans Joris-Karl, À rebours, éd. établie par M. Fumaroli, Gallimard, « Folio », 1977 [éd. de 1929], p. 293.

73 Je reprends ici l’expression-manifeste de Champfleury-Pommageot, dans Charles Demailly : « je pense que la poésie est un borborygme », Garnier-Flammarion, 2007 [1860], p. 42.

74 Montorgueil Georges, Le Café-concert, l’Estampe originale, 1893, p. 5.

75 Auteur d’un « poème simultané » constitué de borborygmes. Voir Dada 3 (Henri Béhar, Catherine Dufour dir.), « Les Dossiers H », L’Âge d’Homme, 2005, p. 183.

76 Larbaud Valéry, « Les borborygmes », Prologue, Poésies, dans Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1958, p. 43.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site