Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cuisine de l’œuvre au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer
, 
Éléonore Reverzy

I. Diète littéraire

Les petites filles gourmandes de la comtesse de Ségur

Claudine Giacchetti

Texte intégral

1Chacun des dix-huit romans publiés par la comtesse de Ségur entre 1858 et 1871 nous invite à de copieux repas, pique-niques, goûters, dînettes ou collations improvisées. La romancière y fait l’inventaire minutieux et détaillé des mets que l’on savoure à tout moment dans les salles à manger, les offices, les cuisines, et les chambres des enfants, mais aussi les potagers et les chemins de promenade. Ces arrêts descriptifs, parfois longs et denses sont d’ailleurs surprenants dans une œuvre qui privilégie surtout le dialogue, l’anecdote et la forme brève : ils témoignent du statut privilégié de la nourriture comme unité de signification qui, d’un roman à l’autre, va transformer le personnage de la petite fille, et lui permettre de passer d’un état de dépendance, caractérisé par la faim, à la pleine maîtrise de soi, mettant en valeur l’appétit.

  • 1 Comtesse de Ségur, Œuvres, Paris, Robert Laffont, Claudine Beaussant (éd.), 1990, 3 vol. Toutes le (...)
  • 2 Francis Marcoin parle d’une « alternance d’assimilation et de distinction » dans La Comtesse de Sé (...)

2On peut citer L’Auberge de l’ange gardien (1863) comme le texte emblématique de l’obsession alimentaire représentée par l’énorme général Dourakine, connu pour ses excès de table et son féroce appétit. Dans ce premier roman du « cycle Dourakine », dont le second volet est Le Général Dourakine (1863), c’est la nourriture qui est le véritable moteur narratif, depuis la famine qui ouvre le récit jusqu’au « festin de Balthazar » qui le clôt (II, 6321). À l’auberge, se côtoient deux modèles gastronomiques qui se croiseront souvent dans d’autres romans : celui, villageois, de la soupe aux choux et du ragoût de bœuf (II, 505), et celui, aristocratique et parisien, des « bisque aux écrevisses, potage à la tortue, turbot sauce crevette, filets de chevreuil, et ailes de perdreaux aux truffes » (II, 629). Et chacun, dans l’abondance des festins que donne le gourmand général, adhère sans discernement à cette mixité des grandes tablées. Cette façon de rapprocher les groupes sociaux par le partage des cultures culinaires joue sur un subtil équilibre entre inclusion et division2.

3Dans Les Petites filles modèles, de façon bien plus modeste que chez l’excentrique et richissime Dourakine, la table des dames de Fleurville déborde elle aussi vers le village, et les classes défavorisées peuvent ainsi profiter de la prodigalité des maîtres : « tout le monde avait faim, on mangea énormément » commente la narratrice (I, 259) à propos d’une grande fête donnée en l’honneur de la bonne des enfants. Pour la comtesse de Ségur, au domaine de Fleurville comme dans les maisons paysannes, la pratique du repas partagé entre riches et pauvres, châtelains et villageois, dans le mélange des pratiques culinaires, est une forme idéale de sociabilité. La hiérarchie sociale reste cependant au centre de l’activité festive. La commensalité est l’occasion, pour l’enfant, de mettre en pratique un code de conduite et une identité de classe : l’écoulement des victuailles vers le bas de l’échelle sociale est un exercice d’économie domestique qui enseigne très tôt à la petite fille noble, par la pratique de l’œuvre de charité, à gérer la faim des autres.

4Les repas, à Fleurville ou dans les maisons villageoises, incluent toujours les enfants, et aucune hiérarchie n’ordonne les plans de table. Cette convivialité entre les générations favorise le libre exercice de la parole, surtout lorsque la présence des étrangers autorise l’excès comique et les échanges sans retenue. Comme si voracité signifiait loquacité, la gloutonnerie du grand seigneur russe qu’est Dourakine, ou celle de l’Anglais Georgey dans Le Mauvais génie, ou encore de l’Italien Paolo qui s’étrangle en ingurgitant ses repas dans François le bossu, sert surtout à délier les langues. La fonction de ces personnages adjuvants est de communiquer tout à la fois la saveur des aliments et le plaisir de les partager en famille. Ils parviennent, par la bonne humeur et le rire, à dédramatiser les situations de conflit, à calmer les angoisses autour d’une table abondante. Brouillons, désorganisés, maîtrisant mal le français, ces marginaux extravagants ont le discours facile et un appétit d’ogre qui réconfortent l’enfant parce qu’ils sont l’indice d’une grande disponibilité affective, d’une aimance débordante et rassurante.

La double contrainte

5Or l’enfant, et plus particulièrement la petite fille, n’entre pas dans cette relation simple aux aliments qu’ont les adultes, chez qui qui il suffit de manger pour assouvir sa faim, et d’avoir faim pour manger. Dans son propre rapport à la nourriture, l’enfant ségurien se trouve face à une insurmontable situation de double contrainte : il peut se jeter sur la nourriture, le verbe est souvent employé par la romancière, mais il doit aussi adhérer au code des privations alimentaires, rester sur sa faim, se retenir, apprendre à différer le plaisir de manger sous peine de représailles qui peuvent être particulièrement sévères. Pour Sophie de Réan, l’héroïne des Petites filles modèles et des Malheurs de Sophie, les deux premiers romans du « cycle Fleurville », cette injonction contradictoire est paralysante, et l’acte de se nourrir devient une entreprise culpabilisante de dissimulation dont la petite Madeleine remarque la dynamique : « tu as toujours l’air d’avoir peur ; tu te dépêches et tu te caches pour les choses les plus innocentes » reproche-t-elle à son amie (I, 186). Cette peur suivra Sophie tout au long de ses aventures qui se terminent dans le roman Les Vacances, et Madeleine a bien perçu combien la terreur est ce qui motive les fringales de Sophie.

6La gourmandise des enfants, décrite de façon contradictoire comme un penchant à réprimer mais aussi comme une pulsion nécessaire, est alternativement satisfaite et châtiée, encouragée et sanctionnée. Auteur d’un ouvrage à vocation médicale, La Santé des enfants, paru en 1855, la comtesse de Ségur a les préoccupations hygiénistes de son temps. Elle se targue de pratiquer ce qu’elle appelle la médecine préventive en préconisant une stricte discipline alimentaire, qui se traduira, dans ses romans, par des mesures restrictives allant de l’interdiction de certains mets à la diète. Or la comtesse, elle aussi dans un processus de double injonction, compte sur la résistance de l’enfant au dressage du corps et à la maîtrise de l’appétit, et par ce biais, elle subvertit ses propres leçons de sobriété. La gourmandise est un élan de la petite fille exactement semblable à celui qui la conduit sans raison à courir vers la forêt ou qui la pousse à retrousser sa robe, malgré les remontrances maternelles, pour aller pêcher les écrevisses avec les garçons (I, 385). Comme dans les nombreuses scènes de mêlée où les enfants se poursuivent dans le plus grand désordre (I, 386), le plaisir gourmand s’associe au plaisir du corps qui s’ébat sans ordre et sans retenue, libre de toute entrave, porté par l’entrain de la désobéissance.

L’être gourmand : le choix de Sophie

  • 3 Dufour Hortense, La Comtesse de Ségur, Paris, Flammarion, 2000, p. 246.
  • 4 Vinson Marie-Christine, L’Éducation des petites filles chez la comtesse de Ségur, Lyon, Presses Un (...)
  • 5 Cette notion a été avancée par Elise Nœtinger, qui parle de Sophie comme personnage « abandonnique (...)

7La gourmandise de Sophie est le grand moteur thématique du roman le plus pessimiste de l’œuvre de la comtesse de Ségur, Les Malheurs de Sophie, construit comme une série d’anecdotes de l’insoumission, de la répression et de la mise en échec. La littérature critique a souvent évoqué la « faim d’enragée3 » de Sophie, ses moments de jubilation à la vue du pain chaud, des pots de crème ou des confitures, son « rapport conflictuel à la nourriture4 » et sa fascination du manger comme moyen de combler un manque affectif5. La comtesse de Ségur explique elle-même cette dynamique de la compensation. Dans Les Malheurs de Sophie, la gourmandise et la gloutonnerie de la fillette sont des comportements pathologiques, le résultat désastreux d’une faute ou d’une indifférence de la mère, incapable de surveiller, de nourrir – donc d’aimer – suffisamment sa fille qui se jette par conséquent sur une nourriture impropre à la consommation, et vole le pain noir réservé aux chevaux : « Sophie, qui avait faim, mangeait tout ce qu’elle pouvait attraper », écrit la comtesse à la décharge de son personnage (I, 292). Confondant faim et gourmandise, la mère tourmente sa fille avec un acharnement pervers par des offres appétissantes, pour ensuite la punir d’y avoir succombé en la privant de nourriture. Mais Sophie a des stratégies d’évitement, dont en particulier le recours à un substitut maternel, sa bonne, qui lui fait passer secrètement fromage et confitures dans sa chambre-cellule (I, 293).

8Il existe de nombreux exemples, à travers toute l’œuvre, de ces réseaux d’entraide clandestine dans lesquels les domestiques sont impliqués. Parmi les complices de ces alliances gourmandes, il y a aussi les enfants, comme cette autre petite Sophie qui, dans le roman Les Bons enfants, « réussit à glisser dans sa poche deux gâteaux, une orange mandarine, une pomme d’api et des fruits confits » (II, 196) qu’elle va apporter à son frère, renvoyé dans sa chambre. Le châtiment par privation de nourriture, et plus particulièrement de mets sucrés, est tellement difficile à vivre que, chez les petites filles modèles, on le conteste par une sorte d’action de soutien : ainsi, lorsque Camille est privée de dessert (I, 142), sa sœur Madeleine, par esprit de solidarité, refuse de toucher les plats sucrés qui sont apportés à la fin du dîner (I, 142). C’est grâce à cette cohésion que l’enfant puni peut réintégrer le groupe social dont sa transgression l’a exclu, et rejoindre les enfants dans la salle à manger où les parents, eux-mêmes ralliés à la cause gourmande, autorisent un relâchement des sanctions.

9Il faut signaler l’importance que donne la narratrice à la salle à manger, seul espace de la maison qui appartient autant aux adultes qu’aux enfants, et qui réunit tout le personnel du roman. On citera l’épisode, dans Les vacances, troisième et dernier roman du cycle Fleurville, où Paul, le cousin de Sophie, retrouve ses petits amis après avoir survécu au naufrage dans lequel ses parents ont péri :

Les enfants firent honneur à un premier déjeuner que Paul mangea avec délices, s’extasiant sur la bonté du lait, l’excellence du beurre normand ; il retrouvait en chaque chose des souvenirs d’enfance, et il regardait avec bonheur et reconnaissance son cher commandant qui lui tenait lieu de père. L’excellent M. de Rosbourg, non moins heureux que Paul, répondait à ses regards par un sourire affectueux (I, 442).

10Ce déjeuner idyllique qui ramène soudain Paul à sa petite enfance (il semble d’ailleurs avoir momentanément effacé le mauvais souvenir de parents peu aimants), doit être rapproché d’un autre repas, dans l’épisode de la robinsonnade chez les sauvages du même roman. L’épisode a lieu après le naufrage qui rendra Paul orphelin, et met en scène un fabuleux diner de noix de coco dans une salle à manger improvisée sous un fourré, en compagnie de son futur père adoptif, M. de Rosbourg et de son second, le bien nommé Le Normand (I, 447). Dans l’île des sauvages ou dans le château de Normandie, l’image archétypale du bonheur ségurien, réunit, toujours autour d’un repas, la famille d’élection. La table heureuse est celle où l’on s’exprime sans détour, les larmes aux yeux, la tendresse à la bouche, où les liens du sang sont remplacés par ceux de l’amour choisi.

11Sophie va également découvrir, dans Les Petites filles modèles, le plaisir du repas familial après avoir elle aussi changé de parents, puisqu’elle est quasiment adoptée par les châtelaines de Fleurville : « Sophie n’avait plus besoin de voler du pain pour satisfaire son appétit, on lui en donnait tant qu’elle voulait » (I, 185). Il suffit d’une promesse de Mme de Fleurville « de ne jamais la chasser de table » pour que l’angoisse du manque s’apaise (I, 186), du moins provisoirement. Mais contrairement à Paul (qui d’ailleurs ne quittera plus jamais le giron de ses parents adoptifs, dont il épousera plus tard la fille Marguerite), Sophie n’est jamais une enfant rassasiée, et le repas se termine toujours dans l’insuffisance.

12Sophie reste donc incapable de tenir ses promesses de tempérance et sa gloutonnerie ira en empirant : à peine sortie de table, elle récidive et, lors d’une escapade dans la forêt, avale à une vitesse record tous les fruits qu’elle ramasse, cassis, groseilles et framboises, devant son amie Marguerite, effarée d’être témoin d’une telle crise de goinfrerie (I, 188). Et alors même que Marguerite moralise : « Nous ne mangeons jamais trop, nous savons que la gourmandise est un vilain défaut » (I, 188), Sophie vomit sur le plancher les fruits trop gloutonnement ingurgités (I, 189). Sa maladie de gourmandise semble de toute façon incurable, et aucun protocole de traitement ne pourra l’éradiquer, malgré les efforts de ses trois mères successives. Dans Les Malheurs de Sophie, Mme de Réan la brime par toutes sortes de privations et dans Les Petites filles modèles, elle est systématiquement battue par sa belle-mère pour avoir trop mangé (I, 179). Enfin, Mme de Fleurville, sa mère d’adoption, opte pour la non-intervention, causant ainsi l’indigestion punitive. Même le passage dans le célèbre « cabinet de pénitence » de Mme de Fleurville, sorte de séance de thérapie par l’écriture (I, 199), ne pourra calmer les fringales de la petite fille.

13La boulimie de Sophie traduit, pour la comtesse de Ségur, un problème relationnel qu’elle explique dans les nombreuses histoires de cueillette de fruits ou de pêche aux écrevisses organisées par les enfants. Ces expériences apprennent aux enfants à gérer la gourmandise par la mise en place de normes de partage auxquelles Sophie est incapable de se plier, car elle vit dans la pensée abandonnique du manque à combler et non de l’échange. Pour les autres enfants, ces récoltes ne sont pas de simples exercices de plein air, mais font l’objet d’expérimentations culinaires, sortes de travaux pratiques – ne perdons pas de vue qu’il s’agit de textes éducatifs – qui leur donnent une valorisante maîtrise de leur environnement. Lorsqu’ils manipulent les marrons trop chauds qui explosent (II, 227), les écrevisses ébouillantées qui changent de couleur (II, 328), les fraises qui tournent à la bouillie rouge (I, 648), les enfants sont dans une dynamique de découverte et de formation. Sophie, pour sa part, ne fait pas cet apprentissage ludique, et ses propres expériences avec les aliments, comme le thé au blanc d’argenterie qui dégoute ses amis (I, 307), les cassis vomis ou la fameuse scène des cerises où elle se bat avec Marguerite (I, 193), ne font que mettre en évidence ses conduites d’échec.

14Le fruit, dont il y a partout abondance, quelle que soit la saison, reste l’objet privilégié de la gourmandise enfantine, et même la très sage Camille, l’aînée des petites filles modèles, n’y résiste pas : « Camille aimait les bonnes choses et surtout les fruits » note la comtesse dans Les Petites filles modèles (I, 142). Le fruit, chez la romancière, a une double fonction sémantique : il est souvent destiné à une goinfrerie immédiate et solitaire (c’est presque toujours le cas des fraises des bois), mais il est aussi l’objet d’une consommation différée intégrée à l’économie domestique. Préservé et conditionné, le fruit est offert par la mère comme récompense, comme « preuve d’amour » et doit donc être mérité. Le fruit confit, très prisé des petites filles, symbolise bien la plus-value affective qui s’attache au fruit transformé en sucrerie. Lorsque Sophie grignote en cachette les fruits confits que Mme de Réan distribue trop parcimonieusement, ou quand elle se gave de groseilles et autres fruits qui n’entrent pas dans le circuit de distribution géré par la mère, elle met cette notion de « preuve d’amour » à l’épreuve, elle contourne la loi de la mère. La consommation spontanée et irrésistible des fruits volés est non seulement une réparation de la carence maternelle – se donner à soi-même ce que la mère n’a pu nous offrir – mais une libération de son emprise délétère.

15Le dysfonctionnement alimentaire comme réaction à l’abandon parental est absolument mis en évidence dans un roman moins connu, François le bossu, roman qui donne au père une nouvelle place au centre du domaine familial. Dans ce récit, la petite fille, Christine, aussi affamée que la Sophie des Malheurs, subit les réprimandes d’une mère peu aimante qui lui reproche : « tu manges trop Christine ! N’avale pas si gloutonnement ! Tu prends de trop gros morceaux » (II, 802). C’est par cette image du « mal manger » que la petite fille peut exprimer sa détresse affective à son ami François : « je ne savais plus comment faire pour manger comme maman voulait » (II, 804).

16Elle finira par demander à ses parents un « divorce », lui permettant de s’installer chez le père de son ami François, M. de Nancé, qui l’adoptera en la mariant à son fils. Notons par parenthèse combien cette situation familiale est ambiguë, comme d’ailleurs celle qui unit Paul à M. de Rosbourg, ou Gaspard à son père adoptif dans le roman La Fortune de Gaspard, car ces liens forts entre l’enfant et son père adoptif prennent souvent la tonalité d’une relation amoureuse. Cette sorte d’attachement à la figure du père comme idéal parental explique la disparition progressive de la mère, du moins dans un rôle d’autorité, dans les romans publiés après le cycle Fleurville. Dans François le bossu, roman bien plus tardif que Les Petites filles modèles, Christine est aussi plus âgée que Sophie, et c’est à elle et non plus à la narratrice que revient la décision d’exclure définitivement la mère. Cette exclusion se fait d’ailleurs en douceur et la séparation « légale » d’avec la mère n’a pas l’impact traumatisant que la mort accidentelle de Mme de Réan aura pour Sophie. Mais la dynamique reste la même : Sophie non plus ne savait pas « comment faire pour manger comme maman voulait ».

17La disparition soudaine de Mme de Réan dans le naufrage familial aura de graves conséquences sur le rapport de Sophie à la nourriture, rapport qu’elle n’apprendra à normaliser qu’à la fin du roman Les Vacances, lors du retour de son cousin Paul qui, comme elle, est un survivant. Sophie pourra alors vivre la mort maternelle sans souffrance, et en fait sans mémoire : « à force de ne pas en parler, je n’y ai plus pensé, et je l’avais pour ainsi dire oublié » dit-elle à ses amies (I, 433). C’est Paul qui, dans ce même roman, prend la parole pour exprimer ce que Sophie ne pourra jamais verbaliser, lorsqu’il confie à sa nouvelle famille, comme pour justifier la mort de ses parents et de ceux de Sophie : « mon père ne n’aimait pas, ni maman non plus » (I, 455). Christine fait elle aussi cette constatation lorsqu’elle est invitée à la table de son futur père adoptif qui lui prodigue une affection bien plus satisfaisante que les « éclairs de demi-tendresse » (II, 859) de ses propres parents.

Manger rouge : la violence alimentaire

  • 6 « Les Vacances de la comtesse de Ségur ou pour en finir avec le malheur de Sophie », La Revue des (...)
  • 7 On remarquera que cette même forêt, si extraordinairement abondante en fruits de toutes sortes, av (...)

18Dans un article sur ce même roman Les Vacances, Isabelle Nières analyse la double angoisse autour de laquelle se construit le récit : « la première, écrit-elle, c’est la séparation d’avec la mère ; la seconde, c’est l’agression dans la forêt, l’une n’étant d’ailleurs pas nécessairement indépendante de l’autre6 ». Pour le sujet qui nous intéresse, ces deux topiques restent très pertinentes, et il a déjà été établi combien la séparation d’avec la mère était liée au comportement boulimique. Le thème de la mauvaise rencontre dans la forêt, si constant dans le conte de fée qu’il est un véritable archétype, est repris par la comtesse de Ségur à plusieurs reprises : on pense aux animaux sauvages que les petites filles rencontrent dans les bois de Fleurville, mais aussi à l’agression de Félicie par le paysan ivre dans Diloy le chemineau (III, 723). C’est toujours dans ce contexte de la forêt dangereuse que l’on trouve les multiples épisodes des fruits rouges cueillis et dévorés à l’orée des bois7.

19L’anecdote sylvestre la plus dramatique est celle où Sophie, dans Les Malheurs, s’aventure seule dans la forêt, attirée par des fraises sauvages qu’elle trouve d’autant plus appétissantes qu’il lui est interdit d’y toucher : « elle s’accroupit pour les cueillir plus à son aise et plus vite » (I, 311). Elle se trouve alors en présence d’un énorme loup auquel elle échappe de justesse, à quelques pas de sa mère inattentive. Le plaisir de déguster les fruits de la forêt est ainsi associé à la peur de la forêt, à la terreur d’être avalée par une bête sauvage, d’être engloutie. Et ce n’est pas un hasard si, à la fin des Malheurs de Sophie, au moment de quitter leur château, juste avant le grand voyage vers l’Amérique au cours duquel la famille de Sophie va être littéralement engloutie par le naufrage, c’est à une cueillette de fraises des bois que sont conviés les enfants. Présage funeste, car le rapport entre le fruit rouge et la violence est constant, ne serait-ce que par l’association avec la couleur du sang.

  • 8 Lastinger Valérie, « Le sang des cerises : l’écriture de la féminité chez Sophie de Ségur », Ninet (...)

20Dans son article « Le sang des cerises », Valérie Lastinger met l’accent sur les « images rouges » symbolisant, selon elle, la menstruation, le passage à l’état féminin dont Sophie refuse les contraintes, à la fois biologiques et sociales : « La réaction de Sophie devant ces épanchements de sang et leur signification continue d’être celle d’un rejet en bloc : rejet sans doute de la maternité, mais rejet plus immédiat de la puberté et des différences qu’elle ne manque jamais d’imposer8 ». Parallèlement à ce sang menstruel, le fruit rouge rappelle aussi le sang des violences faites à l’enfant. C’est pour éviter d’être à nouveau fouettée que Sophie fait bien attention à effacer ses traces après avoir mangé des cassis (I, 188), comme pour couvrir un forfait. La petite Marguerite lui demande : « pourquoi t’essuies-tu la bouche avec des feuilles ? – Pour qu’on ne voie pas les taches de cassis à mon mouchoir » explique-t-elle à son amie interloquée, « si on voyait que j’ai mangé du cassis, on me punirait » (I, 188).

  • 9 Pour poursuivre le parallèle avec Sophie, on peut rapprocher cette scène de la robe déchirée avec (...)

21Dans le dernier roman de la comtesse de Ségur, Après la pluie le beau temps, où le château de Plaisance a remplacé le château de Fleurville, c’est Geneviève, l’enfant mal traitée qui a pris la place de Sophie, l’enfant battue. Dans le premier chapitre, intitulé « Les fraises », on retrouve le thème de la violence dans son association avec le fruit rouge : en traversant un petit bois à la recherche de fraises avec son cousin Georges, la petite fille est blessée par les ronces d’un fourré, « sa robe en lambeaux, ses bras, ses jambes et son visage même plein d’égratignures » (III, 8789). Le retour au château ne fait que prolonger l’infortune de Geneviève, car son oncle et tuteur M. Dormère, figure paternelle bien nommée dont la dureté n’est pas sans rappeler celle de la mère et de la belle-mère de Sophie, jette brutalement à terre le panier de fraises que sa pupille vient lui offrir. Les fraises des bois abîmées sont remplacées, sur la table de la salle à manger, par celles du potager et l’oncle, dans un excès de malveillance, ironise : « vous voyez, mademoiselle, qu’on n’a pas besoin de votre aide pour avoir des fraises qui sont bien meilleures que les vôtres » (III, 880).

22Dans ce dernier roman, la maltraitance parentale est moins brutale mais certainement plus perverse que dans Les Petites filles modèles car, ayant perdu toute intention corrective, elle relève d’une pratique abusive de l’autorité parentale, comme semble bien l’indiquer la fin de cet épisode : lorsque Geneviève revient dans le vestibule du château, après avoir nettoyé ses blessures et changé de robe, elle est surprise de voir « les dalles en marbre blanc nettoyées et lavées » (III, 879), comme s’il s’agissait d’un acte délictueux dont l’auteur a soigneusement effacé les traces : la symbolique du sang des fruits prend ici un caractère délétère qui n’existait pas dans les romans précédents.

23Le geste violent de l’oncle peut être lu comme un acte prémonitoire de la seconde agression contre la petite fille, dont les fraises restent à la fois l’arme et l’objet convoité. Il s’agit du chapitre intitulé « Encore des fraises », où Geneviève retrouve dans son armoire à poupées son panier de fraises des bois, qu’elle croyait détruites par son tuteur. La bonne lui explique comment les fruits ont été récupérés et cachés dans l’armoire par la fille de cuisine, dans un acte de solidarité féminine entre domestique et enfant dont on a déjà noté un exemple dans Les Malheurs de Sophie, lorsque la bonne fait passer un repas en cachette à Sophie. Lors du second épisode des fraises, Georges veut les partager avec sa cousine et, devant les refus de la petite fille, il insiste :

[il] voulut les mettre de force dans la bouche de Geneviève qui se mit à courir en riant. Georges l’attrapa et lui mit dans la bouche ouverte les fraises qu’il tenait ; elle voulut les cracher, mais Georges lui ferma la bouche avec sa main ; elle fut obligée de les avaler (III, 890).

  • 10 Ce débat sur le soi-disant « sadisme » de la comtesse de Ségur remonte à l’article de Jacques Laur (...)

24La sanction de l’oncle ne tarde pas, et Geneviève est à nouveau accusée : « je vois ta bouche, tes mains, ta robe tachées de fraises […]. Tu m’as désobéi ; tu mens par dessus le marché ; tu accuses ce pauvre Georges : tu vas être punie comme tu le mérites » (III, 890), menace-t-il. Aurions-nous là un autre exemple de ce que Jacques Laurent appelait jadis avec humour, dans son article Étrennes noires, le sadisme de la romancière ultramontaine10 ? On ne peut ignorer, en tout cas, la connotation sexuelle de l’agression dont Geneviève est victime, qui commence par la robe déchirée dans la forêt et se termine par l’introduction forcée du fruit dans la bouche de la petite fille.

  • 11 Voir le chapitre « Poupées », ibid., p. 203-212.

25On peut aussi, dans cet épisode si suggestif, poser la question du choix étrange de l’armoire à poupée pour y ranger un panier de fraises. C’est en fouillant sans permission dans les tiroirs de cette armoire que Georges découvre les fruits, et cette invasion de l’espace intime des petites filles n’est pas anodine. Le tiroir à poupée où la fille de cuisine a dissimulé les fraises, ne contient pas de poupée, il est vidé de cet objet fétiche de l’être petite fille, il n’est plus qu’un garde-manger improvisé pour des fraises meurtries. Notons que la poupée est elle-même associée à la violence corporelle, et nombreux sont les épisodes de mutilation des poupées dans l’œuvre de la comtesse11. Par contamination métonymique, le tiroir prend lui aussi cette connotation néfaste, comme lieu de la perte, de la blessure, de l’intimité endommagée, de la virginité compromise. Mais l’on peut aussi y voir un espace qui se renouvelle, qui se débarrasse de toute sa symbolique domestique et maternelle, et s’invente un nouveau destin à vocation alimentaire.

26L’épisode des fraises, qui s’apparente à la fois à un vol et à un viol, se termine effectivement de la façon la plus inattendue et la plus heureuse, par un déjeuner entre les domestiques et la petite fille, renouvelant la forte solidarité féminine qui traverse d’ailleurs tout ce roman. Geneviève est rapidement « remise en état » par la bonne et la fille de cuisine, et les fraises gâtées sont remplacées par celles, toutes fraiches, que Geneviève va cueillir dans le potager : « elle fit un excellent déjeuner avec sa bonne […] ; au dessert, elle mangea des fraises et des cerises qu’elle partagea avec sa bonne » (III, 891). Signe que l’interdit peut être levé par une simple décision de résistance, signe aussi que la petite fille peut se reconstruire : il suffit de changer de robe pour que la souillure disparaisse, et il suffit que Geneviève trouve d’autres « fraises superbes » (III, 891) pour qu’elles redeviennent savoureuses.

27Retour donc de l’appétit, qui s’exprime dans une célébration du manger, du déballage des provisions, de la préparation joyeuse des aliments par les enfants, d’ailleurs souvent gâchés par leur inexpérience, mais d’autant plus délicieux. Recouvrer cette envie, rebondir, même après le pain noir des chevaux, les cassis qui font vomir, les fraises écrasées, voilà, pour la petite fille gourmande l’occasion d’éprouver, du premier au dernier roman, au château de Fleurville comme au château de Plaisance, les techniques du risque et les stratégies de la résilience

Notes

1 Comtesse de Ségur, Œuvres, Paris, Robert Laffont, Claudine Beaussant (éd.), 1990, 3 vol. Toutes les références sont indiquées entre parenthèses dans le texte.

2 Francis Marcoin parle d’une « alternance d’assimilation et de distinction » dans La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile, Arras, Artois Presses Université, 1999, p. 165.

3 Dufour Hortense, La Comtesse de Ségur, Paris, Flammarion, 2000, p. 246.

4 Vinson Marie-Christine, L’Éducation des petites filles chez la comtesse de Ségur, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1987, p. 163.

5 Cette notion a été avancée par Elise Nœtinger, qui parle de Sophie comme personnage « abandonnique », dans son article « La faim de Sophie », Cahiers Robinson no 9, 2001, p. 152.

6 « Les Vacances de la comtesse de Ségur ou pour en finir avec le malheur de Sophie », La Revue des livres pour enfants, no 131-132, printemps 1990, p. 65.

7 On remarquera que cette même forêt, si extraordinairement abondante en fruits de toutes sortes, avec ses rivières si remplies d’écrevisses qu’elles se ramassent à pleines mains pendant les parties de pêche, ne produit plus que des glands lorsque ce sont les enfants des pauvres qui y font leur maigre cueillette !

8 Lastinger Valérie, « Le sang des cerises : l’écriture de la féminité chez Sophie de Ségur », Nineteenth-Century French Studies, no 26, 133-45, 1997-1998, p. 133-145.

9 Pour poursuivre le parallèle avec Sophie, on peut rapprocher cette scène de la robe déchirée avec un autre épisode de fraises, dans Les Malheurs de Sophie, dans lequel le jupon de la petite fille est arraché par le loup (I, p. 312).

10 Ce débat sur le soi-disant « sadisme » de la comtesse de Ségur remonte à l’article de Jacques Laurent (« Étrennes noires », La table ronde, janvier 1949), et fait l’objet d’un chapitre intitulé « lectures barbares » dans l’ouvrage de Francis Marcoin, op. cit., p. 297-313.

11 Voir le chapitre « Poupées », ibid., p. 203-212.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540