Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La cuisine de l’œuvre au xixe siècle

 | 
Bertrand Marquer
, 
Éléonore Reverzy

I. Diète littéraire

I. Diète littéraire

Texte intégral

1Le xixe siècle, qui redécouvre Rabelais en même temps qu’il formalise une diététique, semble donner aux liens qu’entretiennent les mets et les mots une ampleur physiologique radicalement nouvelle. « Je crois que la nourriture a une grande action sur la production littéraire », note dans son Journal Edmond de Goncourt (24 août 1893), avant d’envisager de « faire avec deux alimentations diverses, un de ces jours, […] une nouvelle ou un acte, avec une nourriture restreinte et lavée de beaucoup de thé, et un autre acte ou nouvelle, avec une nourriture très puissante et beaucoup de café ». Nutrition et création sont souvent mises en relation chez des écrivains ayant vu naître la gastronomie et se développer un discours médical sur les effets liés aux aliments. Du Traité des excitants modernes de Balzac au Journal des Goncourt, en passant par le Dictionnaire de cuisine de Dumas, l’écrivain joint à l’analyse esthète de la nutrition une réflexion théorique sur ses effets proprement esthétiques. « Avez-vous songé parfois à l’influence fatale de la cuisine sur le génie de l’homme ? », fait ainsi dire Léon Cladel à Baudelaire (Bonshommes, 1879), confirmant par là-même la parenté entre les mets et les mots, tout en insinuant leur possible concurrence. Le rapport que l’artiste entretient avec la satiété n’est en effet pas sans ambiguïté. L’ascétisme d’un Joubert (E. Tabet) ou d’un Percy Shelley (M. Delville) prolonge le parallèle biblique entre pain et parole divine, pour faire de la littérature un aliment proprement essentiel. L’inappétence semble de même caractériser tout un pan de la modernité (le « Ah ! tout est bu, tout est mangé : Plus rien à dire ! » de Verlaine), tandis que la satiété est souvent présentée comme l’apanage d’un monde honni, celui de bourgeois au « ventre caressé par une digestion heureuse » (Mirbeau, Le Jardin des supplices). La pléthore, une parole copieuse jouant sur la saveur des mots continuent néanmoins d’alimenter une poétique de la dissidence littéraire, fondée sur le négatif (J.-L. Cabanès) ou sur l’excentricité gastronomique (G. Sicotte). Car la « philosophie de la nutrition » dont Nietzsche interrogeait les conditions d’existence a toujours à voir avec les « effets moraux des aliments » (Le Gai savoir, I, 7). Elle participe de l’édification d’une norme, et tend à associer l’apprentissage de la maîtrise de soi à l’acceptation de pratiques culinaires (Cl. Giachetti). Consacrée à la diète, telle que les artistes la définissent, ou telle qu’ils la subissent (B. Marquer), cette première section entend donc explorer les représentations entourant le régime de l’artiste, et le rapport – physiologique et métaphorique – qu’il établit entre nutrition et innutrition.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540