Version classiqueVersion mobile

Pouchkine, poète de l’altérité

 | 
Évelyne Enderlein
, 
Tatiana Victoroff

Auteurs

Texte intégral

1Jean-Louis Backès est professeur émérite de Littérature Comparée à l’Université Paris IV – Sorbonne. Traducteur de Pouchkine, il est également l’auteur de l’un des premiers livres en français sur le poète, Pouchkine par lui-même (Le Seuil, 1966) et un des derniers, Pouchkine (Hachette, 1996). Il a aussi composé de très nombreux ouvrages sur la poétique de la traduction et les différents aspects de la littérature comparée, il s’intéresse plus particulièrement aux rapports entre la littérature et la musique (Musique et Roman, le Manuscrit, 2008 ; Littérature et Musique dans la France contemporaine, PUS, 2001).

2Évelyne Enderlein a été pendant de nombreuses années la directrice du Département d’études slaves de l’Université de Strasbourg, où elle a enseigné la littérature et la civilisation russes, elle a aussi longtemps dispensé des cours à l’ENA. Auparavant elle a exercé à l’Université allemande de Fribourg. Elle est actuellement professeur honoraire de l’Université de Strasbourg. Agrégée de russe, docteur en études slaves et habilitée à diriger des recherches, elle a publié plusieurs articles sur ses deux grands champs d’investigations qui sont : l’histoire des femmes en Russie et leur représentation dans la littérature du xxe siècle ainsi que l’histoire des relations culturelles entre la France et la Russie. Elle est l’auteur d’un livre sur les Femmes en Russie soviétique et d’un gros dictionnaire thématique du Russe contemporain.

3Katia Goloubinova-Cennet est maître de conférences de littérature russe à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Elle s’intéresse au développement de la littérature de jeunesse en Russie du xxe siècle, à l’étude des problématiques de la littérature soviétique pour les jeunes, à la traduction et l’édition des textes pour enfants et adolescents. Elle a récemment publié des articles « La Littérature de jeunesse au pays des soviets » (in Table ronde sur la littérature de jeunesse en Russie, décembre 2010), « Amitié dans la littérature de jeunesse soviétique » (in Journée d’Etudes « Amitié », ILCEA/CESC, juin 2011), « L’Idéal au service de l’idéologie : le cas de “Et l’Acier fut trempé” de Nikolaï Ostrovski » (Actes du colloque « La Fabrique du “Soviétique” dans les arts et la culture. Construire/Déconstruire l’homme nouveau »).

4Jean-Philippe Jaccard est professeur de littérature russe à l’Université de Genève. Spécialiste de la littérature russe de l'époque du modernisme, il a consacré ses principaux travaux aux poètes avant-gardistes et à la littérature de l’absurde. Il est l'auteur du livre Daniil Harms et la fin de l’avant-garde russe (Berne, 1991, Saint-Pétersbourg, 1995). Traducteur de Daniil Harms et Nikolaï Erdman. A également écrit plusieurs articles sur l’œuvre pouchkinienne, comme « L'élément érotique dans le poème de Pouchkine Rouslan et Loudmila », ou « Les tempêtes narratives de Pouchkine », consacré à La Tempête de neige et à La Fille du capitaine. Ces études en russe sont reprises dans son dernier livre Литература как таковая. От Набокова к Пушкину (La littérature en tant que telle. De Nabokov à Pouchkine, Moscou, NLO, 2011).

5Michael Meylac, après des études en langues et littératures classiques, romanes et slaves à l’Université de Saint Pétersbourg, a mené des recherches en langue et littérature occitanes à l’Institut de linguistique de l’Académie des Sciences de Russie où il a publié une série de traductions de textes des troubadours, ainsi que des romans et des récits de Vladimir Nabokov. Après sa découverte des archives des poètes de « l’Obériou », groupe littéraire post-futuriste russe, il a publié les éditions complètes de ces principaux poètes. Ses autres axes de recherche touchent la poésie et la poétique de Pouchkine et des poètes acméïstes, ainsi que la mythologie comparée. Arrivé en France après avoir été prisonnier politique en URSS, il a enseigné la littérature russe dans plusieurs universités. Depuis 2000, il est professeur titulaire à l’Institut d’études slaves de l’Université de Strasbourg.

6Jean-Pierre Morel est professeur émérite de littérature comparée à la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, il a publié Le Roman insupportable (Gallimard, Bibliothèque des Idées, 1985), Heiner Müller. L’Hydre et l’ascenseur (Circé, 1996), Dos Passos (Belin, 1998), trois livres consacrés aux rapports entre littérature et révolution au xxe siècle. Il a coédité, avec Jascha David, Le Siècle de Kafka (Centre Georges-Pompidou, 1984) et présenté Le Procès et Le Château de Kafka (Gallimard, Foliothèque, 1998 et 2008). Il a traduit des textes de Brecht (L’Arche), de Marina Tsvetaeva (Actes Sud) et de Heiner Müller (Éditions de Minuit). Plus récemment, il a participé au Dictionnaire Albert Camus (Robert Laffont, 2009), coédité Dans le dehors du monde : exils d’écrivains et d’artistes au xxe siècle (Presses Sorbonne nouvelle, 2010) et préfacé Varia de Danilo Kiš (Fayard).

7Vera Nevskaïa dirige le Département scientifique du Musée Pouchkine de Moscou. Elle a fait ses études littéraires à l’université de Saint-Pétersbourg, puis a travaillé 10 ans au Musée de Mikhaïlovskoe, l’ancienne propriété de Pouchkine, située dans la région de Pskov. Elle réside à Moscou depuis 1984 où elle organise régulièrement des expositions, des conférences sur la vie et l’œuvre du poète. La dernière exposition a eu lieu au printemps 2010, sous le titre La Poésie du Mythe de Pouchkine. Elle est co-auteur de nombreux ouvrages collectifs sur Pouchkine et Moscou, Eugène Onéguine, l’Encyclopédie de Pouchkine, la Généalogie du poète.

8Clotilde von Rintelen est l’arrière-arrière petite fille du poète, elle exerce comme psychiatre et psychothérapeute à Wiesbaden, elle vit depuis son enfance en Allemagne où elle fit ses études, se maria, eut trois fils, ignorant largement ses origines, sujet tabou dans la famille. Ce n’est qu’à la Perestroïka qu’elle décida d’apprendre le russe et de renouer des liens avec la patrie de son illustre ancêtre. Depuis, elle est régulièrement invitée en Russie pour participer aux cérémonies de commémoration.

9Olga Sedakova est chercheuse, formée par les structuralistes de l’école de Tartou de Moscou. Elle enseigne la littérature russe à l’Université de Moscou. Elle est lauréate de nombreux prix littéraires, en particulier le Prix Européen de Poésie (Rome 1995) et le prix Soljenitsyne (Moscou 2003). Sa poésie, d’abord diffusée par les réseaux parallèles du Samizdat, est aujourd’hui largement rependue et connaît de nombreuses traductions et publications à l’étranger (voir en français son recueil Le voyage en Chine et autres poèmes, Caractères, 2004).

10Galina Sedova, docteur ès lettres, est responsable du musée-appartement A. S. Pouchkine. Elle a beaucoup exploré les documents les moins connus des archives de Pouchkine. Elle est l’auteur de plusieurs monographies et de nombreux articles sur ses journaux intimes, sa correspondance et tout particulièrement sur les derniers mois de la vie d Pouchkine. Elle vient de terminer une thèse de doctorat d’État sur ce sujet. Elle a également signé un très beau volume sur la demeure de Pouchkine au bord de la Moïka à Saint-Pétersbourg. Elle a écrit plusieurs monographies sur Pouchkine : « Я жить хочу… ». Последние месяцы жизни Пушкина, СПб, 2008 ; Пушкин и особняк на Мойке, СПб, Абрис, 2008 ; Мир Пушкина : том 5. Последняя дуэль : дневники, переписка, воспоминания. СПб, 2007.

11Nikita Struve est professeur émérite de Russe à l’Université Paris X – Nanterre, directeur des éditions YMCA-Press, éditeur, notamment, de l’intégralité de l’œuvre de Soljenitsyne. Il est l’auteur de l’Anthologie de la poésie russe au xixe et au xxe siècles, qui révèle, entre autre, l’héritage de Pouchkine au lecteur français. Grand connaisseur du poète sur lequel il a écrit maints articles, il anime à la librairie russe « Les Éditeurs Réunis » un séminaire, consacré à la culture russe et à ses rapports avec la France ; l’héritage pouchkinien y réapparait comme point de références et de repères.

12Tatiana Victoroff est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Strasbourg. Auteur de la thèse sur « La Renaissance du mystère au xxe siècle en Angleterre et en Russie » (Moscou, 1999), elle a consacré une série d’articles sur le genre du mystère au xxe siècle (« Dramaturgie du silence dans les mystères des symbolistes russes et francophones », in Ecriture et Silence au xxe siècle, PUS, 2010) ainsi que sur la littérature de l’émigration russe en France (« L’exil au « centre du monde » : les Russes à Paris », in Exils en France au xxe siècle, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010). Elle est également l’auteur de l’ouvrage Anna Akhmatova. Requiem pour l’Europe, Infolio (Suisse), 2010.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search