Version classiqueVersion mobile

Pouchkine, poète de l’altérité

 | 
Évelyne Enderlein
, 
Tatiana Victoroff

Pouchkine face au pouvoir

Pouchkine et Nicolas Ier : deux couronnements vus par les témoins oculaires

Vera Nevskaïa
Traduction de Violaine Acker et Évelyne Enderlein

Texte intégral

1Le 29 septembre 1826, le littérateur et journaliste V. V. Ismaïlov, qui se trouvait pendant le couronnement de Nicolas Ier dans sa propriété près de Moscou, écrivait à Pouchkine :

  • 1 « Как мне прискорбно, что я не могу за слабостию здоровья моего вас видеть и слышать, вам лично уди (...)

« Comme je regrette, à cause de la faiblesse de ma santé, de ne pouvoir vous voir et vous entendre, vous admirer personnellement et suivre votre triomphe dans la capitale. J’envie Moscou. Elle a couronné l’Empereur, à présent elle couronne le poète1 ».

2Se réjouissant sincèrement pour Pouchkine, qu’il avait autrefois initié à la grande littérature après avoir imprimé en 1814 son poème « À un ami poète » dans le journal Le Messager de l’Europe, Ismaïlov n’avait sans doute pas donné à sa phrase plus d’importance qu’une simple figure de style réussie. Cependant, ces deux évènements de l’année 1826, les festivités du couronnement à Moscou et le retour de Pouchkine de son exil à Mikhaïlovskoïe, nommé alors premier poète de Russie, sont étroitement liés. Notons en premier lieu que les amis de Pouchkine ont fait coïncider les démarches administratives pour la libération du poète déchu précisément avec le couronnement de Nicolas Ier et que ce calcul réussit. L’audience dans le palais Tchoudov au Kremlin accordée par l’Empereur à Pouchkine le jour de son arrivée à Moscou s’est déroulée pendant les festivités du couronnement ; elle a déterminé le nouveau statut civil du poète et a marqué le commencement de son triomphe littéraire. Les deux « couronnements » ont encore une autre circonstance importante en commun : la réception équivoque réservée par les contemporains.

3Les partisans de Nicolas Ier attendaient le jour de son couronnement, le 22 août 1826, avec impatience. La situation politique interne, liée à l’abdication du Grand Duc Konstantin Pavlovitch et la révolte sur la place du Sénat, exigeait une bénédiction religieuse du pouvoir monarchique comme confirmation de son indiscutable légitimité. On suppose aussi que les festivités fastueuses du couronnement ne font pas qu’exalter le monarque aux yeux du peuple, mais atténuent aussi les sombres souvenirs de l’exécution des meneurs de la révolte des décembristes.

4Les fêtes liées au couronnement de Nicolas Ier et de son épouse Aleksandra Fiodorovna se sont poursuivies pendant environ deux mois : de la fin du mois de juin 1826, lorsque l’empereur est arrivé à Moscou, jusqu’à la fin du mois de septembre, lorsque la famille impériale a quitté l’ancienne capitale. Le couronnement s’est achevé par un album en grand format de lithographies, édité à Paris en français en 1828 et immortalisant les moments les plus importants de cet évènement historique. Une liste nominative témoignait des participants à cet album : « Vues des cérémonies les plus intéressantes du Couronnement de Leurs Majestés Impériales L’Empereur Nicolas Ier et L’Impératrice Alexandra à Moscou. Dessinées sur les lieux par les meilleurs Artistes du Pays. Lithographiées à Paris par M. M. L. Courtin et V. Adam, et imprimées par Engelmann et Co. Paris, imprimerie de Firmin Didot, imprimeur du Roi et de l’Institut ». La collection du musée d’État A. S. Pouchkine compte des feuilles de l’album :

  • « Départ de la famille impériale du Palais de Petrovski pour Moscou »,

  • « Proclamation du couronnement sur la place Rouge à Moscou »,

  • « Cérémonie du couronnement »,

  • « Fête pour le peuple sur la place de Dievitchie polie »,

  • « Départ de la famille impériale de Moscou ».

5Les lithographies représentées coïncident pleinement avec les témoignages des personnalités officielles de l’entourage de Nicolas Ier. Ainsi, le directeur du troisième service nouvellement créé de la chancellerie de Sa Majesté Impériale De Fock a rapporté à son supérieur le Comte A. von Beckendorf :

  • 2 « Общее внимание обращено на Москву. Все заняты одною мыслью – коронациею. […] Общественное настрое (...)

« L’attention générale est portée sur Moscou. Tous ne s’occupent que d’une chose, le couronnement. […] L’humeur générale n’a jamais été aussi bonne qu’actuellement. […] Le gouvernement est tellement fort moralement que personne ne peut s’y opposer2 ».

Jacques-François Ancelot, gravure.

I. E. Vivien de Chatobrin, Pouchkine, aquarelle, 1826.

I. G. Robinson d’après D. Dawe, Nicolas Ier, gravure, 1826.

6Le comte A. von Beckendorf a relevé le même état d’esprit dans une lettre personnelle envoyée de Moscou le 19 septembre 1826 au Gouverneur général de Nouvelle Russie, le comte M. S. Vorontsov (Pouchkine avait servi sous ses ordres à Odessa) :

  • 3 Шильдер Н. К., Император Николай Первый, его жизнь и царствование. Примечания и приложения ко второ (...)

« Tout le monde s’est ranimé : la gaieté reprend ses droits et se venge de ces années perdues pour son culte. La jeunesse se remet à la danse et s’occupe déjà beaucoup moins de l’organisation de l’État, de la politique des deux mondes et des rêves de la mysticité3 ».

7A. I. Kochelev, qui travaillait aux archives moscovites du ministère des Affaires étrangères, connu par la suite pour ses idées slavophiles, livre une vision radicalement différente du Moscou de l’époque :

  • 4 «Вслед за этим известием пришло другое: о назначении дня коронования императора Николая Павловича.. (...)

« À la suite de cette information [sur l’exécution des décembristes] en est arrivée une autre : la date fixée pour le couronnement de l’empereur Nicolas Pavlovitch. Son arrivée à Moscou, le couronnement en lui-même, les bals de la cour, ainsi que les bals dans les ambassades étrangères et chez certains hauts dignitaires russes, tout cela s’est déroulé dans une atmosphère pesante après les exécutions. Beaucoup sont restés chez eux à la campagne et seules les personnes dont les fonctions exigeaient d’être présentes ont participé aux festivités. L’empereur était particulièrement morose, son apparence a provoqué chez tous une réaction de dégoût, le futur est devenu plus que triste et alarmant4 ».

  • 5 Mémoires du maréchal Marmont duc de Raguse de 1792 à 1841, 2e éd., Paris, Perrotin, 1857, t. 8 : 18 (...)

8Parmi ceux qui ont laissé une trace écrite de cette époque, se trouvait le maréchal Marmont, duc de Raguse, habilité par le roi Charles X à représenter le consulat extraordinaire de France lors du couronnement de Nicolas Ier. La délégation française est arrivée à Saint-Pétersbourg au début du mois de mai 1826, car le couronnement était initialement prévu pour la fin du même mois, mais il a été décalé du fait du décès de l’impératrice Elizaveta Alekseevna, épouse d’Alexandre Ier. Il est curieux que peu de temps avant son voyage en Russie, Marmont ait assisté au couronnement de Charles X à Reims (le premier dimanche de juin 1825). L’arrivée en Russie en 1826 a été rapportée dans le huitième tome de ses gigantesques mémoires, traduits partiellement en russe5. Marmont parle peu de la cérémonie du couronnement qui se déroula dans la cathédrale Ouspenski (de la Dormition) du Kremlin. Le militaire qu’il était fut bien plus impressionné par les passages en revue des troupes et les manœuvres. Il décrit dans ses mémoires avec tout autant de détails le bal donné en l’honneur de Nicolas Ier à Moscou dans le palais du prince A. B. Kourakine, mis à la disposition de la délégation française. Les témoins ont rapporté que le bal était réellement exceptionnel et que le maréchal Marmont avait réussi à « surpasser » le consul anglais, le feld-maréchal Wellington duc de Devonshire, qui donnera un bal deux jours plus tard.

  • 6 Русский архив, 1865, стлб. 1248-1249.

9Par pur hasard, le bal chez Marmont s’est déroulé justement le 8 septembre, jour de l’arrivée de Pouchkine à Moscou et de son audience chez Nicolas Ier. Une autre coïncidence a fait que quelque temps après l’audience, Pouchkine et l’empereur se sont dirigés vers la même rue, la rue Staraïa Basmannaïa : l’empereur se rendait au bal chez Marmont, et Pouchkine chez son oncle, le poète V. L. Pouchkine, qui résidait presque en face du palais de Kourakine. Le plus important est que c’est précisément à ce bal que Nicolas Ier a dit à D. N. Bloudov, un proche, au sujet de Pouchkine6 : « J’ai parlé longuement aujourd’hui avec l’homme le plus intelligent de la Russie, Pouchkine6 ». Malheureusement, cette opinion sur le poète ne figure pas dans les mémoires de Marmont, tout comme le nom même de Pouchkine. Il s’est cependant exprimé sur Nicolas Ier. Il a, d’une part, écrit sur l’empereur russe ce que tous les personnages officiels avaient exprimé en utilisant à peu près les mêmes termes :

  • 7 Mémoires du maréchal Marmont duc de Raguse, Paris, Perrotin 1857, t. 8, p. 48.

« Nicolas, si jeune et si étranger jusque-là aux affaires, déploya sur-le-champ le plus grand caractère et cette puissance morale, ce courage dont l’âme et le for intérieur sont les principaux éléments7 ».

L. Courtin et V. Adam, Cérémonie du couronnement, lithographie, 1828.

  • 8 Ibid.
  • 9 «Да, наш Николинька как посмотрит, так душа в пятки уходит, а как прикрикнет, то коленки от подлост (...)

10D’autre part, il est l’auteur d’une remarque étonnante et non conforme au protocole : « Quand il est hors de son cabinet, avec son chapeau sur la tête, personne, je pense, n’éprouve la tentation de se trouver sur son chemin8. » Ces mots ne comportent rien d’exceptionnel sur le fond, les contemporains faisaient souvent remarquer la fière majesté de Nicolas Ier, l’air intimidant de ses yeux froids, mais à notre avis, sa remarque correspond plus que les autres à la phrase de Pouchkine qui nous est parvenue à travers le récit de A. O. Smirova-Rosset, dame d’honneur de l’impératrice et amie proche du poète : « Oui, notre Nicolas a un tel regard que vous avez une peur bleue, et quand il élève la voix, vos genoux tremblent…9 »

11L’audience dans le palais Tchoudov du Kremlin, comme nous avons déjà dit, a marqué le début du « sacre » de Pouchkine. Dans la collection du Musée d’État de Pouchkine se trouve une vue du Kremlin avec le palais Tchoudov, qui n’existe plus aujourd’hui, et des portraits de Pouchkine et Nicolas Ier, réalisés à peu près à cette époque. Pendant l’audience, que nous connaissons grâce à des témoignages nombreux, mais partiels, des contemporains, Pouchkine, sans renier ses amis décembristes, a donné à l’empereur sa parole d’honneur qu’il n’écrirait rien contre le gouvernement. Une grande partie de la conversation du tsar et du poète nous reste inconnue. Selon des chercheurs, la discussion a pu porter sur les réformes présumées, la grâce des décembristes exilés, sur le rôle de conseiller privé de l’empereur que pourrait endosser le poète de par sa position proche du trône, rôle consacré par le nom du prédécesseur de Pouchkine, l’écrivain et historien Karamzine.

L. Courtin et V. Adam, Sortie de la cathédrale, lithographie, 1828.

L. Courtin et V. Adam, Proclamation du couronnement sur la place Rouge à Moscou, lithographie, 1828.

  • 10 «Господа, вот вам новый Пушкин, о старом забудем». Лорер Н. И., Записки декабриста, Иркутск, 1984, (...)
  • 11 «Ну, теперь ты не прежний Пушкин, а мой Пушкин». Вяземские П. А. и В. А. «Рассказы о Пушкине, запис (...)

12En tout cas, dans la pièce adjacente de son cabinet dont il venait de sortir après l’audience, et où se trouvaient les courtisans, l’empereur a prononcé la phrase que le décembriste N. I. Lorer a retranscrite dans ses Notes, d’après le frère du poète L. C. Pouchkine, comme suit : « Messieurs, voici le nouveau Pouchkine, oublions l’ancien10. » V. F. Viazemskaïa, épouse de l’ami de Pouchkine, a retenu cette phrase, selon les dires du poète, de façon légèrement différente : « Eh bien, maintenant, tu n’es plus l’ancien Pouchkine, mais mon Pouchkine11. » Il y a encore d’autres variantes des paroles de l’empereur, mais elles contiennent toutes les mots-clés « mon » et « nouveau ».

L. Courtin et V. Adam, Départ de la famille impériale du Palais de Petrovski pour Moscou, lithographie, 1828.

L. Courtin et V. Adam, Départ de la famille impériale de Moscou, lithographie, 1828.

13Sans doute le pardon de l’empereur favorisa-t-il la sympathie du poète pour le monarque… Toujours est-il que, pour la première fois, le 10 septembre, Pouchkine lut chez Sobolevski la tragédie Boris Godounov, écrite à Mikhaïlovskoïe, et le 12 septembre, il assiste à la représentation d’une comédie de Chakhovskoï, Aristophane, au Bolchoï (le Grand Théâtre). N. V. Poutiata, littérateur et ami proche du poète Baratynski, se souvient :

  • 12 «Театр наполняли придворные, военные и гражданские сановники, иностранные дипломаты, словом – все в (...)

« Le théâtre était plein de courtisans, de militaires, de fonctionnaires civils et de diplomates étrangers. Il y avait la plus haute et la plus brillante société de Saint Petersbourg et de Moscou. Quand Pouchkine […] entra dans la salle, une rumeur traversa tout le théâtre. On répétait son nom. Tous les regards, toutes les attentions se concentrèrent sur lui. À la sortie, une foule l’entourait et on le désignait de loin, car il était facilement reconnaissable à son chapeau de teinte claire. Il se trouvait alors à l’apogée de sa popularité12. »

14C’était, en quelque sorte, une cérémonie de couronnement qui fut suivie par d’autres manifestations d’amour et d’émerveillement du public.

15Mais, d’autres voix aussi s’élevaient parmi le chœur d’enthousiasme et d’éloges. Les rumeurs dans les hôtels moscovites sur certaines grâces que l’empereur aurait accordées à Pouchkine et les démonstrations publiques de remerciements que Pouchkine adressait à l’empereur ont incité les contemporains à réfléchir sur la sincérité du poète et à envisager différemment son nouveau statut public.

  • 13 «Я заметил в нем одну только перемену: исчезли замашки либерализма. Правду сказать, они всегда каза (...)
  • 14 «И действительно, он стал новым. Когда я знал его, он был проникнут глубокою благодарностью и благо (...)

16Peu de gens ont cru à la sincérité du « nouveau » Pouchkine. Parmi ceux-là se trouve un dramaturge, traducteur et critique littéraire, Pavel Katenine qui fréquentait Pouchkine à cette époque. « J’ai remarqué en lui un seul changement : les attitudes libérales ont disparu. Il est vrai qu’elles ont toujours plus ressemblé à de la complaisance à la mode qu’à un engouement personnel13. » Mikhaïl Yusefovitch, qui a participé à la guerre russo-turque de 1828-1829, nous donne un autre témoignage. Il avait discuté avec Pouchkine en 1829 alors que celui-ci servait dans l’armée russe au Caucase. Plus tard, lorsque Yusefovitch eut lu le manuscrit des Notes du décembriste N. I. Lorer, il fit en marge plusieurs remarques, y compris sur le « nouveau » Pouchkine. Voici l’une d’entre elles : « Est-il vraiment nouveau ? Quand je l’ai connu, il était rempli d’une profonde reconnaissance et d’une soumission pieuse à Nicolas Pavlovitch14 ». Dans une autre remarque, en réponse à l’accusation de Lorer concernant le fait que Nicolas Ier n’a pas pris la mesure du mouvement des décembristes et ne les a pas du tout compris, Yusepovitch rappelait :

  • 15 «Однако ж предлагал прощение Н. Бестужеву. Он же простил и Пушкину то, чего не прощал ему Александр (...)

« Cependant, il a proposé de gracier N. Bestoujev. Il a pardonné aussi à Pouchkine ce que ne lui avait pas pardonné Alexandre Pavlovitch. Par contre, c’est bien pour cela que Pouchkine savait l’apprécier, non pas par sentiment de servitude, mais par sincère reconnaissance. Je n’ai jamais lu de critique de Pouchkine sur Nicolas Pavlovitch : il le défendait ardemment15. »

17Le témoignage de Yusefovitch concerne bien entendu une époque plus tardive, à savoir l’année 1829, mais il confirme la constance des relations entre Pouchkine et l’empereur.

18D’autres contemporains, particulièrement la police politique, ont continué à voir en Pouchkine un poète connu écrivant des vers libres, incapable de se mettre au service du tsar et de la patrie, ainsi qu’un homme sans morale solide. Voici la caractéristique attribuée à Pouchkine par l’employé du 3e service De Fock dans son Bulletin (en français) du 17 septembre 1826 :

  • 16 Troyat H., Pouchkine, Plon, 1966, p. 416.

« Cet individu (Pouchkine) est connu généralement pour être un philosophiste dans toute la force du terme, donc pour professer un égoïsme systématique avec un mépris des hommes, un dédain des sentiments comme des vertus, enfin une volonté active de se procurer les jouissances de la vie aux dépens de tout ce qu’il y a de plus sacré. C’est un ambitieux consumé par la faim du désir, qui, observe-t-on, a une si mauvaise tête qu’on sera obligé de le morigéner à la première occasion. On dit que le souverain lui a fait un accueil chaleureux et qu’il ne justifiera pas les bontés que Sa Majesté a eues pour lui16. »

19L’opinion de De Fock est très précieuse pour nous, car ce type de bulletins exprime moins les opinions personnelles que les remarques entendues dans les maisons et les rues de Moscou à ce sujet.

20Les rumeurs sur Pouchkine sont devenues très acerbes lorsqu’ont commencé à se répandre dans les correspondances personnelles les Stances de Pouchkine adressées à Nicolas Ier et les poèmes En Sibérie adressés aux décembristes en exil. S. P. Chevyrev, écrivain, critique et historien de la littérature, plus tard professeur de l’université de Moscou, a révélé les rumeurs et les commérages qui couraient au sujet de Pouchkine dans le Moscou de l’époque

  • 17 «Москва неблагородно поступила с ним: после неумеренных похвал и лестных приемов охладела к нему, н (...)

« Moscou n’a pas été reconnaissante envers lui : après les louanges démesurées et les exemples flatteurs on s’est lassé de lui, on a même commencé à le calomnier, en l’accusant de flatterie, de cafardage et d’espionnage envers le souverain17 ».

  • 18 «Стихи Пушкина «К друзьям» – просто дрянь. Этакими стихами никого не выхвалишь, никому не польстишь (...)

21En 1828, Pouchkine a écrit le poème À mes amis dans le but d’expliquer sa position à l’égard du souverain : « Non, louer le tsar sans contrainte/N’est pas faire œuvre de flatteur. /Je dis mes sentiments sans crainte, /Mon langage est celui du cœur ». En somme, ceux qui étaient convaincus que Pouchkine pratiquait la flatterie se confortaient encore davantage dans cette opinion. C’est ainsi que par exemple le poète N. M. Yazykov, avec lequel Pouchkine avait discuté à Mikhaïlovkoïe et Trigorskoïe, et qu’il appelait son « frère de muse et de destin » a écrit à son frère, A. M. Yazykov le 20 septembre 1828 : « Les vers de Pouchkine À mes amis sont tout simplement de la camelote. Avec de tels vers, tu ne vas faire l’éloge de personne, tu ne flatteras personne18… » Abordons maintenant la manière dont le « nouveau » Pouchkine a été perçu par les décembristes. Lorsque les deux poèmes de Pouchkine (Stances et En Sibérie) sont arrivés en Sibérie, ils ont été accueillis différemment. L’opinion la plus sévère est celle de Dmitri Zavalichine, ancien lieutenant du 8e équipage de marine, membre de la Société du Nord et condamné à 20 ans de bagne.

  • 19 «вступил на тот путь, за который осуждал Жуковского, и в то время как писал нам послание, писал ста (...)

« En 1826, Pouchkine, a pris la voie pour laquelle il avait blâmé Joukovski, et tout en nous écrivant une épître, il composait des Stances (Du bien et de la gloire épris) dans lesquelles il qualifie de « streltsy fougueux » les mêmes personnes qu’il poussait auparavant à prendre des mesures révolutionnaires19. »

22Dans ses mémoires, Zavalichine souligne qu’il n’exprimait pas seulement son opinion personnelle, mais aussi l’opinion du cercle décembriste dont il était proche qui, non seulement ne reconnaissait pas le « nouveau » Pouchkine, mais qui l’accusait de reniement.

23En conclusion, intéressons-nous à un autre témoin de l’évènement, l’écrivain français François Ancelot, auteur des mémoires intitulés Six mois en Russie qui marquent la fin de son voyage en 1826 dans la suite du maréchal Marmont. La collection de livres du Musée d’État de Pouchkine possède la première édition de cet ouvrage, édité à Paris en 1827. Immédiatement après leur parution, ils ont été interdits en Russie. Il suffit de dire que le nom de Ryleev, décembriste condamné à mort et exécuté, est mentionné et qu’y figure la traduction d’un fragment de son poème Nalivaïko. Malgré l’interdiction, et dans une certaine mesure, grâce à elle, les mémoires d’Ancelot ont été lus par tout le monde en Russie, ils se trouvaient dans la bibliothèque de Pouchkine et notre poète a formulé à leur encontre une remarque critique dans l’article « Extraits de lettres, pensées et remarques ». Elle était plus précisément destinée aux littérateurs et journalistes Boularine et Gretch, aux adversaires littéraires de Pouchkine, qui accompagnaient Ancelot à Saint-Pétersbourg et, de ce fait, incarnaient en quelque sorte pour l’écrivain français la littérature russe du temps.

24Bien que pendant les cérémonies de couronnement Pouchkine et Ancelot se soient trouvés tous les deux à Moscou et aient eu tous les deux l’honneur d’avoir une audience avec le tsar (Pouchkine, le 8 septembre et Ancelot, le 9). Selon toute apparence, ils ne se sont pas rencontrés. En tout cas, Ancelot a exprimé dans ses mémoires son regret de ne pas avoir pu faire la connaissance de Pouchkine.

25Six mois en Russie est écrit sous forme de lettres adressées à l’ami de l’auteur, Xavier Saintines, et une lettre (no 33) contient une traduction en prose effectuée par un auteur anonyme du poème Le Poignard, le plus révolutionnaire des poèmes politiques de Pouchkine, « coupable panégyrique de l’assassinat ». Bien que le nom de Pouchkine en tant qu’auteur de ces vers ne fût pas mentionné, on pouvait le deviner grâce au contexte de la lettre. La mention en elle-même du Poignard dans les mémoires d’Ancelot témoignait une nouvelle fois que, pendant les cérémonies du couronnement, alors que Pouchkine avait déjà donné sa parole à Nicolas Ier de ne rien écrire contre le gouvernement, son Poignard continuait à être sur les listes de la censure, ce qui renforçait sa réputation de poète dangereux libre-penseur.

François Ancelot. Six mois en Russie. Lettres écrites à M. X. B. Saintines, en 1826, à l'époque du couronnement de l’empereur. Paris, Dondey-Dupré, 1827.

26Outre les allusions directes à Pouchkine, les mémoires d’Ancelot contiennent d’autres rapprochements avec le poète dont l’un a inspiré l’avant-propos du livre. Ancelot a écrit deux œuvres sur le couronnement de Nicolas Ier : Ode sur le couronnement de S. M. l’empereur Nicolas I, autocrate de toutes les Russies et Cantate sur le couronnement de l’empereur Nicolas Ier. La cantate devait être interprétée lors du bal chez le maréchal Marmont, mais, pour des raisons inconnues, l’empereur n’a pas donné son consentement. Les deux œuvres ont été imprimées à Moscou par des éditeurs différents, dans le Journal de St Petersbourg et à Paris dans Le Journal des débats daté du 19 octobre 1826. Dans le journal français, comme l’a écrit Ancelot dans l’avant-propos de ses mémoires, il fut qualifié de « rimeur d’ambassade » et de « poète salarié ». Dans ce même avant-propos, Ancelot a affirmé pour se défendre que sa position était indépendante, qu’il avait profité de la mission du Maréchal de Raguse, mais qu’il « ne faisait point partie de son ambassade », qu’il était « un voyageur obscur et libre ». Dans ses mémoires, de Raguse lui-même appelait Ancelot son secrétaire. On comprend dans l’avant-propos que les mémoires ont été imprimées par l’auteur seulement par besoin de protéger son honneur. Dans tous les cas, les vers sur le couronnement valurent à Ancelot la même critique acerbe que les vers Stances et À mes amis de Pouchkine.

27Cet exposé n’avait pas pour but de présenter les deux couronnements dans leur pleine mesure. Nous nous sommes intéressés avant tout aux différents points de croisement entre Pouchkine et Nicolas Ier à un moment précis, important pour le tsar tout comme pour le poète. Pour Pouchkine, de complexes relations avec l’empereur débutèrent au moment de son triomphe littéraire et elles furent interprétées de différentes manières par leurs contemporains. Nous ne pouvons pas faire abstraction de ces opinions divergentes, car elles sont une partie intégrante de l’un des thèmes principaux de la littérature sur Pouchkine, « Pouchkine et le pouvoir ».

Notes

1 « Как мне прискорбно, что я не могу за слабостию здоровья моего вас видеть и слышать, вам лично удивляться и следовать за вашим торжеством в столице. Завидую Москве. Она короновала императора, теперь коронуетпоэта ». Пушкин А. С., Полн. собр. соч.: В 17-ти т., М., Л., АН СССР, 1937-1959, т. XIII, с. 297.

2 « Общее внимание обращено на Москву. Все заняты одною мыслью – коронациею. […] Общественное настроение никогда еще не было так хорошо, как в настоящее время. […] Нравственная сила правительства так велика, что ничто не может противостоять ей». Петербургское общество при восшествии на престол имп. Николая I по донесениям М. Я. Фока А. X. Бенкендорфу. Июль – сентябрь 1826 г., Русская старина. СПб., 1881, Сентябрь, c. 175, 179.

3 Шильдер Н. К., Император Николай Первый, его жизнь и царствование. Примечания и приложения ко второму тому, СПб., 1903, с. 268.

4 «Вслед за этим известием пришло другое: о назначении дня коронования императора Николая Павловича.. Его въезд в Москву, самая коронация, балы придворные, а равно балы у иностранных послов и у некоторых московских вельможей – все происходило под тяжким впечатлением совершившихся казней. Весьма многие остались у себя в деревнях; и принимали участие в упомянутых торжествах только люди, к тому обязанные по службе. Император был чрезвычайно мрачен; вид его производил на всех отталкивающее действие; будущее являлось более чем грустным и тревожным». «Записки А. И. Кошелева». Русское общество 40-50-х годов XIX в. ч. I., М., Издательство Московского университета, 1991, с. 55.

5 Mémoires du maréchal Marmont duc de Raguse de 1792 à 1841, 2e éd., Paris, Perrotin, 1857, t. 8 : 1824-1829.

6 Русский архив, 1865, стлб. 1248-1249.

7 Mémoires du maréchal Marmont duc de Raguse, Paris, Perrotin 1857, t. 8, p. 48.

8 Ibid.

9 «Да, наш Николинька как посмотрит, так душа в пятки уходит, а как прикрикнет, то коленки от подлости подкашиваются и делается в коленках дрожь…». Смирнова А. О., Дневник. Воспоминания. М., Наука, 1989, с. 492.

10 «Господа, вот вам новый Пушкин, о старом забудем». Лорер Н. И., Записки декабриста, Иркутск, 1984, с. 205.

11 «Ну, теперь ты не прежний Пушкин, а мой Пушкин». Вяземские П. А. и В. А. «Рассказы о Пушкине, записанные П. И. Бартеневым», А. С. Пушкин в воспоминаниях современников, в 2-х т. М., 1985, т. 2, с. 178.

12 «Театр наполняли придворные, военные и гражданские сановники, иностранные дипломаты, словом – все высшее, блестящее общество Петербурга и Москвы. Когда Пушкин […]вошел в партер, мгновенно пронесся по всему театру говор, повторивший его имя: все взоры, все внимание обратилось на него. У разъезда толпились около него и издали указывали его по бывшей на нем светлой пуховой шляпе. Он стоял тогда на высшей степени своей популярности.», Там же, с. 5.

13 «Я заметил в нем одну только перемену: исчезли замашки либерализма. Правду сказать, они всегда казались угождением более моде, нежели собственным увлечением…», Там же, т. 1, с. 190.

14 «И действительно, он стал новым. Когда я знал его, он был проникнут глубокою благодарностью и благоговейною преданностью к государю Николаю Павловичу». Лорер Н. И, Записки, с. 205.

15 «Однако ж предлагал прощение Н. Бестужеву. Он же простил и Пушкину то, чего не прощал ему Александр Павлович. За то и Пушкин умел ценить его не по рабскому чувству, а по искреннему сознанию. Я не раз слышал отзыв Пушкина о Николае Павловиче : он с жаром защищал его». Там же, с. 104.

16 Troyat H., Pouchkine, Plon, 1966, p. 416.

17 «Москва неблагородно поступила с ним: после неумеренных похвал и лестных приемов охладела к нему, начали даже клеветать на него, взводить на него обвинения в ласкательстве и наушничестве и шпионстве перед государем». Шевырев С. П. «Рассказы о Пушкине». А. С. Пушкин в воспоминаниях современников, т. 2, с. 50.

18 «Стихи Пушкина «К друзьям» – просто дрянь. Этакими стихами никого не выхвалишь, никому не польстишь…». «Исторический вестник», № 12, 1883, с. 527.

19 «вступил на тот путь, за который осуждал Жуковского, и в то время как писал нам послание, писал стансы («В надежде славы и добра»), в которых клеймил именем «буйных стрельцов» тех самых людей, которых прежде возбуждал к крайним революционным мерам». Писатели-декабристы в воспоминаниях современников: В 2-х. М., 1980, т. 2, с. 246.

Table des illustrations

Légende Jacques-François Ancelot, gravure.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende I. E. Vivien de Chatobrin, Pouchkine, aquarelle, 1826.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende I. G. Robinson d’après D. Dawe, Nicolas Ier, gravure, 1826.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende L. Courtin et V. Adam, Cérémonie du couronnement, lithographie, 1828.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende L. Courtin et V. Adam, Sortie de la cathédrale, lithographie, 1828.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende L. Courtin et V. Adam, Proclamation du couronnement sur la place Rouge à Moscou, lithographie, 1828.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende L. Courtin et V. Adam, Départ de la famille impériale du Palais de Petrovski pour Moscou, lithographie, 1828.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende L. Courtin et V. Adam, Départ de la famille impériale de Moscou, lithographie, 1828.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende François Ancelot. Six mois en Russie. Lettres écrites à M. X. B. Saintines, en 1826, à l'époque du couronnement de l’empereur. Paris, Dondey-Dupré, 1827.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/2727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 191k

Auteur

Vera Nevskaïa dirige le Département scientifique du Musée Pouchkine de Moscou. Elle a fait ses études littéraires à l’université de Saint-Pétersbourg, puis a travaillé 10 ans au Musée de Mikhaïlovskoe, l’ancienne propriété de Pouchkine, située dans la région de Pskov. Elle réside à Moscou depuis 1984 où elle organise régulièrement des expositions, des conférences sur la vie et l’œuvre du poète. La dernière exposition a eu lieu au printemps 2010, sous le titre La Poésie du Mythe de Pouchkine. Elle est co-auteur de nombreux ouvrages collectifs sur Pouchkine et Moscou, Eugène Onéguine, l’Encyclopédie de Pouchkine, la Généalogie du poète.

Violaine Acker (Traducteur)
Évelyne Enderlein (Traducteur)

Évelyne Enderlein a été pendant de nombreuses années la directrice du Département d’études slaves de l’Université de Strasbourg, où elle a enseigné la littérature et la civilisation russes, elle a aussi longtemps dispensé des cours à l’ENA. Auparavant elle a exercé à l’Université allemande de Fribourg. Elle est actuellement professeur honoraire de l’Université de Strasbourg. Agrégée de russe, docteur en études slaves et habilitée à diriger des recherches, elle a publié plusieurs articles sur ses deux grands champs d’investigations qui sont : l’histoire des femmes en Russie et leur représentation dans la littérature du xxe siècle ainsi que l’histoire des relations culturelles entre la France et la Russie. Elle est l’auteur d’un livre sur les Femmes en Russie soviétique et d’un gros dictionnaire thématique du Russe contemporain.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search