Version classiqueVersion mobile

Pouchkine, poète de l’altérité

 | 
Évelyne Enderlein
, 
Tatiana Victoroff

Pouchkine, poète européen

La mort de Pouchkine vue par ses contemporains

Galina Sedova
Traduction de Violaine Acker et Évelyne Enderlein

Texte intégral

  • 1 Белинский В. Г., Литературные мечтания, Полное собрание сочинений в 13 т. М.: Изд-во АН СССР, 1953 (...)
  • 2 Гоголь Н. В., В чем же наконец существо русской поэзии и в чем ее особенность, Полное собрание соч (...)

1En 1834, le célèbre critique russe Vissarion Belinski écrivit au sujet de Pouchkine : « Aucun poète en Russie n’a connu une telle popularité et une telle gloire de son vivant et aucun n’a été aussi durement humilié1. » Cette assertion reflète très justement l’évolution de l’attitude de ses contemporains envers ses œuvres. Au milieu des années 1830, le réalisme pouchkinien était considéré par les lecteurs comme une trahison, comme une preuve de son abandon des idéaux romantiques de sa jeunesse et de sa vocation de pourfendeur des errements de la foule et des abus du gouvernement. Et Gogol renchérit : « Lorsque Pouchkine a fini par devenir non pas Byron, mais Pouchkine, la société s’est détournée de lui2. »

  • 3 Idem. C 419.
  • 4 [ Иваницкий Н. И.] «Пушкин в воспоминаниях и в дневнике Н. И. Иваницкого», Пушкин и его современни (...)

2Si tel est le cas, la réaction des contemporains face à la mort de Pouchkine en janvier 1837 semble inexplicable. En effet, selon les récits des témoins, à peine les rumeurs d’une blessure mortelle s’étaient-elles répandues à travers Saint-Pétersbourg qu’on vit affluer une foule de personnes et de voitures devant la porte de la maison où le poète louait un appartement. Une connaissance de Pouchkine, Ekaterina Mesherskaïa, relate dans ses souvenirs comment la foule, composée de personnes de tous âges et de toutes conditions, s’agglutinait sans fin en une masse hétéroclite autour de son cercueil : « les femmes, les vieux, les enfants, les écoliers, les roturiers en touloupes et les autres, même habillés de loques, sont venus se recueillir sur la dépouille du poète tant aimé3. » Tout Saint-Pétersbourg parlait soudain de Pouchkine comme si l’opinion négative que l’on avait de lui encore récemment s’était transformée en un enthousiasme effréné. Tous se ruaient dans les librairies pour acheter la toute dernière édition miniature du roman Eugène Onéguine et en l’espace de trois jours, plus de deux mille exemplaires de cette édition furent vendus4.

  • 5 Панаев И. И., Литературные воспоминания, Предисловие и комментарии И. Г. Ямпольского. М.- Л. : Пра (...)

« L’écrivain Ivan Panaïev se souvient que toutes les classes de la population, même les personnes illettrées, considéraient comme un devoir de se recueillir sur le corps du poète. Cela ressemblait à une manifestation populaire, à une opinion publique reprenant soudain conscience5. »

  • 6 Щёголев П. Е. Дуэль и смерть Пушкина (с приложением новых материалов из нидерландских архивов). Из (...)
  • 7 Карамзина С. Н. «Письмо А. Н. Карамзину, 2 февраля 1837», Пушкин в письмах Карамзиных, 1836-1837. (...)
  • 8 Крестова Л. Н. «Из письма Я. М. Неверова к Т. Н. Грановскому, 29 января 1837», Московский Пушкинис (...)
  • 9 Щёголев П. Е., Дуэль и смерть Пушкина, ibid., c. 376.
  • 10 Моравский Ст. Воспоминания in Красная газета. 1928. № 318.
  • 11 Русский архив. 1912. t 2. c. 160.

3Certes, nul n’a compté les personnes qui se sont présentées à cette période à la porte de son immeuble, tous les contemporains ont donné des chiffres très différents, cela allait d’une dizaine6 de milliers de personnes à une vingtaine7, à une trentaine8 voire même à une cinquantaine de milliers9. La rumeur courait que « tous les habitants, particulièrement le bas peuple et les paysans10 » étaient venus devant la maison du poète. Beaucoup de représentants de la haute aristocratie furent effrayés par un tel afflux. Le Comte Aleksandre Stroganov se souvient qu’en janvier 1837, lorsqu’il a vu « tous ces visages de brigands et toutes ces canailles, il a demandé à son père de ne pas venir11. »

  • 12 Щёголев П. Е. Ibid., с. 301.
  • 13 Ibidem.

4L’un des protagonistes du drame, l’envoyé hollandais, le Baron Heeckeren, père d’adoption de D’Anthès, a déclaré dans un communiqué à son ministre le Baron Verstolk : « Mon sens du devoir m’oblige à vous révéler que l’opinion publique s’est exprimée lors du décès de M. Pouchkine avec une force d’une plus grande importance que prévu12. » Heeckeren a attiré l’attention sur le fait que la majorité des visiteurs n’appartenaient pas à la classe supérieure, mais étaient des hommes du peuple, ou encore des hommes de lettres, des artistes, des petits fonctionnaires et des marchands. Il a mis en évidence que cette classe occupe une place intermédiaire « entre la vraie aristocratie et les personnes à hautes responsabilités d’une part et la masse populaire, totalement étrangère à l’évènement, d’autre part13 ».

  • 14 Ibidem.
  • 15 Кишкин Л. С. О восприятии пушкинского наследия в Чехии in Временник Пушкинской комиссии. СПб. : На (...)

5Bien que l’envoyé néerlandais ne parlât pas russe, en tant que diplomate lucide, il devinait l’humeur de la population. Il a fait remarquer avec justesse que le simple peuple était effectivement « totalement étranger » à cet évènement sur lequel il ne pouvait proférer de jugement14. Beaucoup de témoins ont concédé que bien que la mort de Pouchkine ait rassemblé devant la maison sur la Moïka et près de l’église Koniouchennaïa, où eut lieu l’office religieux, « une foule innombrable de toutes conditions », une grande partie « ne connaissait le défunt que par ouï-dire15 ».

6Il est évident que de nombreux habitants de Saint-Pétersbourg se sont rendus à la maison sur la Moïka par simple curiosité, considérant ce qui s’était passé comme un évènement important comparable à une parade militaire ou à un grand incendie. Ces gens savaient bien peu de choses sur le poète, certains n’ont découvert ses vers que pendant les jours tragiques qui suivirent son décès ; ils ne pouvaient comprendre quelle perte représentait la mort de Pouchkine pour la Russie.

  • 16 Щёголев П. Е., ibid., с. 301.
  • 17 Карамзина С. Н. Письмо к А. Н. Карамзину, 2 февраля 1837 in Пушкин в письмах Карамзиных. c. 171.
  • 18 Ibidem.

7Parallèlement, on entendait dans la foule des paroles de réelle compassion16. Près du cercueil du poète, un groupe d’étudiants lisait à voix basse ses poèmes au lieu des prières habituelles. Une connaissance de Pouchkine, Sofia Karamzine, fille de l’historien, les a appelés « la deuxième société ». Selon elle, ils ont fait preuve pendant cette période d’une telle « peine, d’une telle compassion, que l’âme de Pouchkine devait s’en réjouir17 ». Sofia Karamzine ajoutait que parmi les jeunes de ce cercle, parallèlement à la compassion humaine, s’élevait une vague d’indignation envers le meurtrier de Pouchkine, à travers « des menaces et des cris de colère18 ». La mort du poète était considérée par beaucoup d’entre eux comme la marque de son opposition intellectuelle à la société et aux autorités.

8Pendant ces mêmes jours, le baron Karl von Lutzerode, l’envoyé saxon, notait dans un rapport à son gouvernement :

  • 19 Щёголев П. Е., ibid, с. 368.

« La compassion exprimée à la suite de la mort de Pouchkine par les Pétersbourgeois appartenant à la seconde et troisième classe a entraîné des mesures de surveillance de la part de la police et des gendarmes, particulièrement aux alentours du consulat néerlandais19. »

9Il s’agissait du bâtiment situé à l’angle de la perspective Nevski et de la rue Sadovaïa dans lequel le baron Heeckeren et, à l’étage inférieur, son fils adoptif Georges D’Anthès, celui-là même qui blessa mortellement Pouchkine, louaient un appartement. Selon l’envoyé polonais Stanislav Moravski, tous les habitants de la capitale « tremblants et comme pris de convulsions » n’attendaient plus qu’une chose, – pouvoir « se venger de D’Anthès ».

  • 20 Тургенев А. И., « Письмо к А. И. Нефедову, 1 февраля 1837 », Пушкин в воспоминаниях современников  (...)

« Toute la journée et jusque tard dans la nuit, le peuple se massait autour de son cercueil, – raconte Alexandre Tourgueniev, un des amis de Pouchkine –, que de bruits et d’animosité envers Heeckeren-fils ! La police fait en sorte apparemment que les fenêtres de la maison de Heeckeren père, où vit aussi son fils, ne soient pas brisées et que rien ne se produise lors de la levée du corps et de l’office20. »

10De son côté, l’envoyé bavarois le Comte Maksimilian Lerchenfeld rapporta à son gouvernement que le jour des funérailles du poète, des vitres du consulat néerlandais auraient été brisées.

11Toutes ces rumeurs expliquent que l’enlèvement du cercueil contenant la dépouille du poète fut organisé en secret, pendant la nuit, et que le lieu de l’office fut modifié au dernier moment. Mais la police n’avait pas prévu que les personnes souhaitant participer à la cérémonie funéraire ne viendraient pas à l’église où était prévu l’office, mais aux portes du dernier domicile du poète. C’est là qu’ils ont appris l’adresse du lieu de l’office et ils s’y sont ensuite rendus. L’écrivain Ivan Panaïev mentionne qu’il est arrivé chez Pouchkine avec un ami à 8 heures du matin ; le gardien les a alors prévenus que pendant la nuit, le cercueil avait été emporté à l’église du Saint-Sauveur-Sur-Le-Sang-Versé, place Koniouchennaïa.

  • 21 Модзалевский Б. Л., Пушкин : воспоминания, письма, дневники, Москва : Аграф, 1999. c. 292.

12Les témoins s’étonnèrent alors que les autorités aient concentré sur les lieux un nombre important de soldats. Selon Ivan Panaïev, les gendarmes à pied « patrouillaient dans la foule » et ceux qui étaient à cheval « encerclaient la place », « on ne laissait entrer dans l’église que ceux qui avaient un carton d’invitation21 ».

  • 22 Император Николай I, «Письмо Великому князю, 3 февраля 1837», Николай I и его эпоха : в 2х т. /пре (...)

13On se demandait pourquoi des soldats patrouillaient dans la rue, s’il n’avait pas suffide placer des gardes pour surveiller le consulat néerlandais. Apparemment, les autorités ne se préoccupaient pas le moins du monde de la protection du Baron Heeckeren et de son fils adoptif D’Anthès. Le lendemain de l’office, alors que le cercueil contenant la dépouille du poète se trouvait encore dans les soussols de l’église, un contingent de soldats fut cantonné sur la place près de l’église par décret du tsar. Nicolas Ier dans la lettre du 2 février à son frère précisait : « Hier, j’ai fait venir inopinément toute la garnison locale en tenue de marche complète avec des convois et j’en étais très content, d’autant plus que personne ne s’attendait à cela22. »

14De qui et de quoi Nicolas Ier avait-il tant peur, pourquoi mettre en place des mesures aussi exceptionnelles pour les funérailles d’un civil au grade peu élevé, tel que l’était Pouchkine ?

  • 23 Моравский Ст., ibid.

15On peut s’étonner que les chercheurs s’intéressant à ces évènements n’aient pas porté l’attention nécessaire au fait que la foule surexcitée reprochait à D’Anthès non seulement la mort de Pouchkine, mais aussi son origine étrangère. Quelques heures après le drame, on se mit à parler de complot contre le défunt et même de trahison nationale. On soulignait que c’était un étranger qui avait blessé le poète ; on aurait ordonné à des étrangers de le soigner23 et ensuite de le tuer. Dans ce cas précis, par médecins étrangers, on entendait le docteur Nikolaï Arendt, médecin personnel de l’Empereur Nicolas Ier. Il était Allemand d’origine, de Lorraine. À Saint-Pétersbourg, on se soignait depuis longtemps selon les traitements d’Arendt, les pharmacies vendaient des pommades et des mixtures populaires préparées d’après ses prescriptions. Ce n’est qu’à la mort de Pouchkine qu’on se rappela son origine étrangère, et ensuite, cela fut rapidement oublié.

  • 24 Саводник В. Ф., « Московские отголоски дуэли и смерти Пушкина », Московский пушкинист/Статьи и мат (...)
  • 25 Карамзина С. Н., ibid., c. 172.

16Quand la funeste nouvelle parvint à Moscou, un Moscovite écrivit cette note dans son journal : « Nous avons reçu la triste nouvelle du décès de Pouchkine […]. On écrit que ce malheur suscite une forte indignation à l’encontre d’Heeckeren et de tous les étrangers en général24. » Cette remarque livre la clé qui explique la réaction d’une envergure sans précédent de la population, y compris celle des autorités, face à la disparition de Pouchkine. La foule immense venue exprimer son indignation en voulant assister à l’office donné pour le poète effraya le pouvoir. Nicolas Ier fut troublé d’apprendre que des départements entiers de l’administration avaient demandé congé pour pouvoir assister à la cérémonie. Tous les fonctionnaires de l’Académie des Sciences, de nombreux étudiants et tous les acteurs russes de la capitale ont exprimé la même demande25.

17Sur la place près de l’église où se déroulait l’office s’étaient rassemblés des officiers de grades inférieurs, des marchands, des petits fonctionnaires et des artistes. C’est justement dans ce milieu que les rumeurs sur les « tueurs » de Pouchkine se sont rapidement répandues, que circulaient les vers À la mort du poète, écrits non seulement par Mikhaïl Lermontov, mais aussi par maints autres auteurs anonymes. On pleurait le poète autant qu’on cherchait les coupables de sa mort et qu’on souhaitait les punir. Les paroles de Lermontov sur l’étranger arrivé en Russie « en quête du bonheur et de grades » et méprisant effrontément « les terres de langue et de mœurs étrangères » ont résonné à l’unisson dans les esprits. Il n’est pas à exclure que Lermontov, ayant senti ce tournant inattendu dans cette ambiance surchauffée, ait modifié son poème la Mort du poète, y ajoutant des vers accusateurs dans lesquels il dépeint les visages des ennemis de la Russie qui se tenaient en « une masse avide » près du trône russe.

  • 26 Щёголев П. Е., ibid., c. 39.

18Le 2 février 1837, approximativement à la même époque, alors que l’on découvrait les poèmes de Lermontov, le contenu d’une lettre anonyme accusatrice reçue par le Comte Alekseï Orlov parvint à la connaissance de Nicolas Ier. L’auteur anonyme comptait sur le fait que Nicolas Ier serait immédiatement informé de son contenu puisqu’Orlov occupait une place importante au sein de la cour. Dans cette lettre, il était souligné que le pouvoir absolu se concentre dans les mains d’une personne qui n’en était pas digne, car entourée d’une « meute d’Allemands », marque certaine de mépris envers ses propres ressortissants de confiance. L’auteur menaçait le pouvoir, affirmant que la protection offerte aux étrangers devenait pour les Russes de plus en plus insupportable26. Il concluait en demandant d’interdire aux étrangers de rentrer au service de la Russie et insinuait qu’une telle mesure pourrait atténuer la douleur générale.

19Ainsi, les réactions entraînées par le décès de Pouchkine ont révélé de manière inattendue la présence d’un antagonisme profond entre deux parties de la société russe, les uns trouvaient les causes de tous les malheurs de la Russie dans la seule présence des étrangers proches de la cour, les autres considéraient que c’était un faux problème, puisqu’ils ne voyaient aucune différence entre les nobles étrangers et russes, si tous deux juraient fidélité à la Russie.

20Remarquons que l’attitude « réservée » d’une part de la société envers les étrangers servant la Russie n’était pas nouvelle. Imitant l’Europe dans de nombreux domaines, économique, militaire, culturel, le pays ne voulait pas reconnaître sa dépendance vis-à-vis des innovations occidentales. La société russe avait commencé à percevoir cette européanisation de manière très négative dès le règne de Pierre Ier (1689-1725), ensuite sous le règne de l’impératrice Anna Ioanovna (1730-1740), sous l’empereur Pierre III, sous l’impératrice Catherine II (1762-1796), et puis sous son fils l’empereur Paul Ier (1796-1801), sous les empereurs Alexandre Ier (1801-1825) et Nicolas Ier (1825-1855). Paradoxalement, on s’appropriait les succès issus d’une alliance avec les étrangers alors qu’on imputait les défaites à leur soi-disant perfidie !

21Au début du xixe siècle, alors que la bureaucratisation du système militaire et de l’administration menaçait sérieusement la progression de nombreux officiers de rangs inférieurs, de petits fonctionnaires, de négociants débutants, l’hostilité de ces personnes envers les étrangers se renforça encore. Ces « petites gens », comme les a appelés par la suite Dostoïevski, cherchaient de plus en plus à expliquer leur situation professionnelle difficile et leur absence de droits par la prédominance des étrangers. Ils justifiaient leur jalousie par le « patriotisme », transformant les gens simples en héros défenseurs de la patrie.

  • 27 La Russie envahie par les Allemands : Notes recueillies par un vieux soldat, qui n’est ni pair de (...)

22Cette xénophobie allait de pair avec une intolérance religieuse et une barrière linguistique. Cela était particulièrement mal perçu par les Allemands, dont beaucoup occupaient des postes importants dans le domaine des sciences, dans l’armée, au sein du gouvernement, sous le règne d’Alexandre Ier, comme sous celui de Nicolas Ier. Sept années après la mort de Pouchkine, Filipp Viguel, dans une brochure intitulée La Russie envahie par les Allemands (publiée anonymement à l’étranger), présentait l’histoire de la Russie des dernières décennies comme une tentative de la part des Allemands de prendre la Russie en otage de l’intérieur, en infiltrant toutes les sphères de la vie politique et sociale27.

  • 28 Рогов К., « Декабристы и « немцы », Новое литературное обозрение, 1997, № 26, c. 105-126.

23Rappelons à cet effet que, pendant la guerre contre Napoléon, l’empereur Alexandre Ier, souhaitant décorer le général A. Ermolov, lui demanda quelle décoration il voulait recevoir et il reçut en réponse : « Faites de moi un Allemand, Votre Majesté ! » Dans la société s’était constituée une idée forte selon laquelle l’existence dans l’administration d’« Allemands étrangers » était un des signes principaux d’un pouvoir despotique. Pour les Décembristes, un tel pouvoir s’opposait à l’idée de la construction d’un gouvernement sur le modèle prépétrinien28.

  • 29 Гляссе А., « Дуэль и смерть Пушкина по архивным документам Вюртембергского консульства », Временни (...)

24On peut se demander pourquoi les chercheurs n’ont pas, jusqu’à présent, porté leur attention sur le fait que le décès de Pouchkine a servi de prétexte pour ranimer la question brûlante des étrangers dans la société russe. L’envoyé du Wurtemberg, le prince Hohenlohe-Kirchberg, est arrivé à la conclusion que, même si le temps calme les esprits, « il n’y aura jamais dans les cœurs des Russes de la sympathie pour les étrangers29 ».

25Comme il l’avait prédit, les esprits échauffés par l’histoire du duel et de la mort de Pouchkine, se sont apaisés assez rapidement. L’année suivante, le jour anniversaire de sa mort, il n’y avait personne devant sa maison. Les propriétaires avaient fait de gros travaux dans l’appartement où le poète était décédé et dès 1838, le fils de la propriétaire, le grand prince Grigori Volkonski, y passa avec sa jeune femme sa lune de miel. Les œuvres du poète en onze tomes, éditées au profit de ses enfants en 1838, se sont vendues à grand-peine dans les librairies. Cela confirme bien que la réaction passionnée à la mort du poète en janvier 1837 n’était pas uniquement liée aux sentiments suscités par la disparition de Pouchkine.

26Sa mort a commencé à occuper une place particulière et spécifique dans la conscience collective russe non en 1837, mais seulement au xxe siècle. C’est à cette époque que s’est forgé le mythe national autour de sa vie et de ses valeurs morales. De longues années de luttes sociales et littéraires autour du nom de Pouchkine ont précédé l’apparition de ce mythe. Le rejet de son œuvre par les cercles démocratiques dans les années 1840 a laissé la place à une autre attitude dans les années 1850. À cette époque les décès de Gogol et de Joukovski ont entraîné de vifs débats concernant l’influence de Gogol et de Pouchkine sur la littérature russe. À la suite de ces débats, on a commencé à considérer Pouchkine comme un poète de « l’art pour l’art », étranger aux agitations et aux angoisses de ce monde. Ainsi, les cercles radicaux de jeunes des années 1850-1860, sur les pas de Pissariev, ont vaillamment ignoré Pouchkine et à travers leurs écrits l’ont même combattu.

27En 1859, Ivan Tourgueniev a fait remarquer que Pouchkine, comme la majeure partie des artistes et poètes amateurs, subissait une distanciation de la part de ses contemporains :

  • 30 Тургенев И. С., Собрание сочинений в 15ти томах, М.-Л.: Изд-во АН СССР, 1960-1968, t. 5, 1960. c. (...)

« Les dernières générations s’en éloignaient de plus en plus, cessaient d’avoir besoin de lui, de s’instruire grâce à lui, et il y a seulement peu de temps qu’on se tourne de nouveau vers sa poésie30. »

28Dans les années 1860, le poète démocrate Nicolas Nekrassov prit la défense de Pouchkine. Il a essayé de prouver qu’il était « un vrai poète «, un messager des grands idéaux humains, dont l’évolution était importante pour la littérature, mais aussi pour l’histoire.

29Parallèlement, pendant plusieurs décennies après la mort de Pouchkine, s’est perpétué le point de vue officiel selon lequel il avait été un serviteur soumis et fidèle, un chantre de l’autocratie. Son image a été, pour ainsi dire, falsifiée en celle d’un poète maudit. En 1862, on eut l’idée d’ériger un monument à son image, mais les discussions autour de ce projet ont duré 15 ans. C’est seulement dans les années1870 que l’on prit conscience qu’avant Pouchkine des auteurs et des poètes avaient existé, mais il n’y avait pas eu de conscience littéraire qui aurait endossé la fonction spécifique d’autorité spirituelle. Avant le règne de Pierre le Grand, cette fonction était exercée par l’Église, au xviiie siècle, à la suite de la sécularisation de la culture, elle passa au pouvoir politique ; à partir des années 1820, la littérature, grâce à Pouchkine, devint instance spirituelle. En 1880, les discours d’inauguration du monument à Pouchkine ont bien souligné l’influence de Pouchkine sur la formation des valeurs morales de la nation.

30La même année, une plaque commémorative a enfin été fixée sur la façade de la maison sur la Moïka où Pouchkine a passé ses derniers jours. Cependant, l’endroit où le poète est décédé n’a pas connu à cette époque le statut particulier qu’il acquerra au xxe siècle. La coutume de s’y rassembler le jour anniversaire de sa mort ne s’est mise en place qu’à partir de 1925. Les employés de la Maison Pouchkine de l’Académie des Sciences ont commencé la restauration progressive de l’ancien appartement du poète. C’est justement cette nouvelle perception qui s’est renforcée ces dernières années. Anna Akhmatova s’en fit l’écho, quand en 1961 elle écrivit le célèbre Mot sur Pouchkine. Dans cet essai, la poétesse a créé l’image d’une Russie intellectuelle, demeurée fidèle au poète dès le jour de sa mort en 1837.

31Nous restons encore aujourd’hui imprégnés de cette image poétique, assimilant souvent les cris de la foule en émoi aux voix fortes des quelques vrais disciples de Pouchkine, ceux pour qui le nom du poète n’a jamais été lié à la politique et qui restera à jamais un symbole fondamental de la culture nationale russe.

  • 31 Le « terroirisme » est un courant de pensée apparu dans les années 1860 en Russie, issu du slavoph (...)

32Ainsi pouvons-nous dire que la pensée sociale russe est passée de la vision de Pouchkine « soleil de notre poésie » à la compréhension de son lien intrinsèque avec la culture européenne. Cette prise de conscience ne devint possible que lorsque l’idée de l’appartenance de la Russie à la civilisation européenne fut le fait de larges couches de la société, et non pas seulement, comme en 1837, d’un cercle restreint de gens cultivés. Ce nouveau regard sur Pouchkine fut remarquablement exprimé en 1880 dans le célèbre discours de F. Dostoïevski lors de l’inauguration du monument au poète. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Dostoïevski, un des plus farouches adeptes de ce que l’on appelle le « terroirisme » (potchvennitchestvo) a vu en Pouchkine le poète russe qui avait le mieux exprimé la « compassion universelle31 ».

Notes

1 Белинский В. Г., Литературные мечтания, Полное собрание сочинений в 13 т. М.: Изд-во АН СССР, 1953-1959. t. 1. c. 87.

2 Гоголь Н. В., В чем же наконец существо русской поэзии и в чем ее особенность, Полное собрание сочинений в 14 т. [М.; Л.]: Изд-во АН СССР, 1937-1952. t. 8. Статьи. c. 385.

3 Idem. C 419.

4 [ Иваницкий Н. И.] «Пушкин в воспоминаниях и в дневнике Н. И. Иваницкого», Пушкин и его современники. СПб, 1910. Вып. XIII. c. 32-37.

5 Панаев И. И., Литературные воспоминания, Предисловие и комментарии И. Г. Ямпольского. М.- Л. : Правда, 1988. c. 226.

6 Щёголев П. Е. Дуэль и смерть Пушкина (с приложением новых материалов из нидерландских архивов). Изд. 5-ое, исправл. и доп., СПб. Пушкинский проект, 1999. c. 182.

7 Карамзина С. Н. «Письмо А. Н. Карамзину, 2 февраля 1837», Пушкин в письмах Карамзиных, 1836-1837. М.-Л.: Изд-во АН СССР, 1960. c. 171.

8 Крестова Л. Н. «Из письма Я. М. Неверова к Т. Н. Грановскому, 29 января 1837», Московский Пушкинист/Статьи и материалы. М.: Никитинские субботники, 1927. t. I. c. 44.

9 Щёголев П. Е., Дуэль и смерть Пушкина, ibid., c. 376.

10 Моравский Ст. Воспоминания in Красная газета. 1928. № 318.

11 Русский архив. 1912. t 2. c. 160.

12 Щёголев П. Е. Ibid., с. 301.

13 Ibidem.

14 Ibidem.

15 Кишкин Л. С. О восприятии пушкинского наследия в Чехии in Временник Пушкинской комиссии. СПб. : Наука, 1996. Вып. 27. c. 91.

16 Щёголев П. Е., ibid., с. 301.

17 Карамзина С. Н. Письмо к А. Н. Карамзину, 2 февраля 1837 in Пушкин в письмах Карамзиных. c. 171.

18 Ibidem.

19 Щёголев П. Е., ibid, с. 368.

20 Тургенев А. И., « Письмо к А. И. Нефедову, 1 февраля 1837 », Пушкин в воспоминаниях современников : в 2х т. СПб. : Пушкинский проект, 1998. t. 2. c. 213.

21 Модзалевский Б. Л., Пушкин : воспоминания, письма, дневники, Москва : Аграф, 1999. c. 292.

22 Император Николай I, «Письмо Великому князю, 3 февраля 1837», Николай I и его эпоха : в 2х т. /пред. и прим. Б. Н. Тарасова. Москва: Олма-пресс, 2000. t. I. с. 3.

23 Моравский Ст., ibid.

24 Саводник В. Ф., « Московские отголоски дуэли и смерти Пушкина », Московский пушкинист/Статьи и материалы. М.: Никитинские субботники, 1927. t. I. c. 58.

25 Карамзина С. Н., ibid., c. 172.

26 Щёголев П. Е., ibid., c. 39.

27 La Russie envahie par les Allemands : Notes recueillies par un vieux soldat, qui n’est ni pair de France, ni diplomate, ni député, Paris, Renouard, Leipzig, 1844.

28 Рогов К., « Декабристы и « немцы », Новое литературное обозрение, 1997, № 26, c. 105-126.

29 Гляссе А., « Дуэль и смерть Пушкина по архивным документам Вюртембергского консульства », Временник пушкинской комиссии, 1977, Л. : Наука, 1980, c. 12.

30 Тургенев И. С., Собрание сочинений в 15ти томах, М.-Л.: Изд-во АН СССР, 1960-1968, t. 5, 1960. c. 72.

31 Le « terroirisme » est un courant de pensée apparu dans les années 1860 en Russie, issu du slavophilisme, dont l’idée principale était de revenir à sa « terre », aux valeurs traditionnelles, (NdT).

Auteur

Docteur ès lettres, est responsable du musée-appartement A. S. Pouchkine. Elle a beaucoup exploré les documents les moins connus des archives de Pouchkine. Elle est l’auteur de plusieurs monographies et de nombreux articles sur ses journaux intimes, sa correspondance et tout particulièrement sur les derniers mois de la vie d Pouchkine. Elle vient de terminer une thèse de doctorat d’État sur ce sujet. Elle a également signé un très beau volume sur la demeure de Pouchkine au bord de la Moïka à Saint-Pétersbourg. Elle a écrit plusieurs monographies sur Pouchkine : « Я жить хочу… ». Последние месяцы жизни Пушкина, СПб, 2008 ; Пушкин и особняк на Мойке, СПб, Абрис, 2008 ; Мир Пушкина : том 5. Последняя дуэль : дневники, переписка, воспоминания. СПб, 2007.

Violaine Acker (Traducteur)
Évelyne Enderlein (Traducteur)

Évelyne Enderlein a été pendant de nombreuses années la directrice du Département d’études slaves de l’Université de Strasbourg, où elle a enseigné la littérature et la civilisation russes, elle a aussi longtemps dispensé des cours à l’ENA. Auparavant elle a exercé à l’Université allemande de Fribourg. Elle est actuellement professeur honoraire de l’Université de Strasbourg. Agrégée de russe, docteur en études slaves et habilitée à diriger des recherches, elle a publié plusieurs articles sur ses deux grands champs d’investigations qui sont : l’histoire des femmes en Russie et leur représentation dans la littérature du xxe siècle ainsi que l’histoire des relations culturelles entre la France et la Russie. Elle est l’auteur d’un livre sur les Femmes en Russie soviétique et d’un gros dictionnaire thématique du Russe contemporain.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search