Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

Coda

L’altérité retrouvée dans « Oiseaux, fleurs et fruits » (Airs, 1967)

José-Flore Tappy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est peu après la parution de quelques poèmes d’Airs dans les Cahiers du Sud (juin-juillet 1961) et dans La NRF (juin 1962), que Jean-Pierre Richard consacre à Philippe Jaccottet un bel essai dans Onze études sur la poésie moderne. Il salue une poésie du retournement, de l’inversion, du « pivotement ontologique » où l’obscurité se fait clarté par « une heureuse traversée du négatif » : « Philippe Jaccottet n’est pas le poète des arrachements dramatiques, des mutations ni des hiatus, des dualismes sans issue. Son don, c’est de surprendre au niveau le plus humble […] »1. Cette étude, la première de cette importance, place désormais le poète parmi ses pairs.

Jaccottet vient pourtant de traverser une période difficile. Dans une « Note III » qu’il ajoute à la fin de la Promenade sous les arbres au moment de sa réédition en 1961, il évoque cette traversée du désert : « La poésie est donc ce chant que l’on ne saisit pas, cet espace où l’on ne peut demeurer, cette clef qu’il faut toujours r...

Auteur

Université de Lausanne

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search