Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

IV. Interlocuteurs (2): peintres et musiciens

Sur la voix/e de l’Autre : Pétrarque, Monteverdi, Purcell

Initiation pétrarquiste à la musique

Natacha Lafond

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« J’ai toujours été très sensible à l’italien de Pétrarque, même si je le connais mal, où que je rouvre ses livres. Je ressens ce langage (immédiatement, avant toute réflexion ou analyse) comme tout entier net et poreux, comme constitué d’ouvertures sonores (comme si on marchait dans des galeries toutes de verre et d’espace) ».1 Rappelons d’abord que, par l’influence d’Ungaretti, Jaccottet a donné quelques traductions de cette poésie dans son recueil D’une lyre à cinq cordes. Or, le choix de ces traductions est très significatif. S’il suit, dans deux fragments des Triomphes, les textes d’Ungaretti, il a placé en tête de son recueil deux sonnets du Canzoniere de son libre choix. Selon le Sonnet CLXXXVIII (188) : « Soleil, mon seul amour est cette feuille verte / Qu’avant moi tu aimas – ores seul ornement / De notre beau séjour […] ».2 Dans ces premières lignes du sonnet, il faut relever l’invocation au soleil, source de lumière, qui est chez Jaccottet, comme chez Bonnefoy, l’élément ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search