Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

IV. Interlocuteurs (2): peintres et musiciens

Dépayser la peinture

Martine Créac’h

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À propos de la relation du poète Philippe Jaccottet à la peinture, on retient généralement la proximité entretenue avec ses amis peintres. Dans un entretien récent, Sébastien Labrusse suggère que la « compagnie des peintres », celle de l’épouse Anne-Marie Jaccottet mais aussi celles des amis Nasser Assar, Claude Garache, Alexandre Hollan, Gérard de Palézieux, Jean-Claude Hesselbarth, Auberjonois se comprend dans un lien de proximité1. Au-delà du cercle des proches, Jaccottet choisit les œuvres qu’il aime, sinon dans la seule peinture française, du moins dans la grande tradition de la peinture occidentale à laquelle appartiennent à la fois Cézanne, della Francesca, Poussin, Morandi et Rembrandt, hôtes familiers du musée personnel de Jaccottet. Même lorsqu’il s’éloigne de ses références familières, Jaccottet semble rattrapé par celles-ci. À propos d’une remarque sur un paysage égyptien aperçu lors d’un voyage sur le Nil (« il m’a semblé, plus d’une fois, que j’avais, ce faisant, isolé...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search