Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

III. Interlocuteurs (1): poètes français et étrangers

« Faire passer » : la Russie visible et invisible de Philippe Jaccottet (Après beaucoup d’années)

Tatiana Victoroff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les marges du « Hameau »

L’intérêt de Philippe Jaccottet pour la Russie est ancien et profond. Les premières images, nées dans l’enfance à la lecture de Michel Strogoff, se précisent très tôt avec le Livre d’Heures de Rilke issu de ses deux voyages russes1. À partir des années 1950, Jaccottet consacre une série d’articles à Alexis Remizov2, Boris Pasternak3 et Marc Chagall4, publiés dans la Nouvelle Revue de Lausanne, où il tient la chronique littéraire, et dans la Nouvelle Revue Française. C’est dans la NRL qu’il réagit au procès de Joseph Brodsky5, dénonce le « grand théâtre communiste » à propos de celui d’Ilia Ehrenbourg6, ou évoque la difficile parution du Docteur Jivago de Pasternak7 dont il traduira plus tard les textes allemands de la correspondance avec Tsvetaieva et Rilke8. Mais ce n’est qu’au début des années 1970 qu’il fait connaissance avec la poésie de Mandelstam, dans la traduction poétique de Jean-Claude Schneider9. Il en est tant frappé qu’il veut apprendre la l...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search