Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

III. Interlocuteurs (1): poètes français et étrangers

Ungaretti et Jaccottet, à la recherche du chant

Sophie Guermès

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rencontre entre deux poètes

Philippe Jaccottet a vingt et un ans, Giuseppe Ungaretti, cinquante-huit, quand ils se rencontrent pour la première fois en septembre 1946, à Rome. Le plus jeune ne sait pas encore l’italien, l’autre parle le français presque sans accent (à peine roule-t-il les « r » comme certains Bourguignons ou Corses de son temps) et l’écrit couramment. Avant la Première Guerre mondiale, Ungaretti avait étudié à Paris, et, y étant retourné, il y avait connu Jeanne Dupoix, devenue sa femme en 1920. En 1946, il habite 3 piazza Remuria, sur le versant de l’Aventin qui abrite l’église San Saba. Le bail lui a été cédé en 1942 par Tatiana Tolstoï, fille aînée de l’écrivain1. Il y devient le voisin immédiat d’autres Slaves, puisque le terrain limitrophe abrite le Collège pontifical polonais. Après la mort de sa femme, il ira vivre dans le quartier de sa fille, l’EUR, 1 via della Sierra Nevada – fuyant la solitude pour une adresse évoquant une forme de désert…2

Ils commencen...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search