Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

II. Paysages et lieux, accès à une altérité

Le dialogue avec « l’Orient limpide », nourrissante altérité : lecture de Couleur de terre

Isabelle Lebrat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La poésie est ce que nous avons en Occident de plus chinois
Philippe Jaccottet1

Rencontre avec le paysage et défaite du sujet lyrique

Depuis les années 1960, Jaccottet a entamé son voyage vers « l’Orient limpide ». Il a rendu compte des parutions de la collection « Connaissance de l’Orient », née chez Gallimard en 1956, mais c’est la rencontre en 1960 de la poésie japonaise par l’intermédiaire de Jacques Masui qui lui recommande l’anthologie de Blyth qui sera décisive. Il a non seulement fréquenté les maîtres du haïku, mais aussi lu des essais et des études sur la Chine qui ont nourri et transformé son rapport au monde. « Cette prédisposition au mouvement profond de la poésie : le concret, l’ordre, le cosmos, fonde le rapprochement entre l’Orient et l’Occident : la poésie est ce que nous avons en Occident de plus chinois2 », dit-il dans une note de La Semaison. Ce dialogue avec l’Orient nourrit son rapport à l’altérité et propose une ouverture à la poésie lyrique occidentale, comme nou...

Auteur

Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search