Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

II. Paysages et lieux, accès à une altérité

Philippe Jaccottet et « l’autre monde » : vers une pensée du cosmos

Ning Yuan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous habitons encore un autre monde
Peut-être l’intervalle
Philippe Jaccottet1

Le monde n’est pas homogène pour Philippe Jaccottet qui distingue du monde quotidien un « autre monde » qui paraît être la seule terre habitable. L’homme moderne qui occupe la terre ne l’habite pas vraiment, si l’on entend le terme « habiter » dans son sens archaïque de « cosmiser », comme l’explique Mircea Eliade dans Le mythe de l’éternel retour, c’est-à-dire de répéter symboliquement l’acte de la Cosmogonie pour transformer une zone chaotique en un chez-soi ordonné2. Selon Hölderlin, la simple présence sur la terre natale ne permet pas aux « gens du pays » de « l’atteindre »3. Conscients de l’absence de « sol ferme4 », les poètes modernes sont hantés constamment par « l’effroi de perdre l’espace5 » et cherchent toujours un monde nouveau où se situe « l’immobile foyer de tout mouvement6 ». Dans une certaine mesure, la poésie moderne ressemble à un long chemin semé de péripéties qui mène à la Maison éternel...

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search