Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

I. Approches de l’altérité

La figure de l’autre dans le livre de deuil : une lecture d’Obituaire

Françoise Rouffiat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Philippe Jaccottet est de ceux chez qui le sentiment de la mort est originaire. En témoigne le titre des premiers poèmes publiés, Requiem juste après Trois poèmes aux démons. Parler des morts, les « appeler » même, plus que de la mort même, fut sa manière d’entrer en poésie, dans un élan lyrique juvénile empreint de gravité. L’influence de Rimbaud, de Rilke, de Thomas Mann, est sensible dans ces vers parcourus d’un frémissement et déjà entrés en résonance.

Revenant « après beaucoup d’années » sur son inspiration première, demeurée une constante de son œuvre, dans les remarques qui suivent le recueil republié en 1991, Jaccottet avec une infinie douceur compare la poésie aux « chants, ou ne fût-ce qu’une sourde rumeur, destinés à envelopper les morts comme d’une tendresse amoureuse, maternelle » et la redéfinit comme « un travail de réparation » à effectuer, « comme si le chant pouvait recoudre, quand bien même le tissu ne cesserait de se redéchirer ici, et ici, et là ». Est-ce ce qu’i...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search