Version classiqueVersion mobile

Philippe Jaccottet : poésie et altérité

 | 
Michèle Finck
, 
Patrick Werly

Ouverture

Philippe Jaccottet : poésie, obstination d’un ton tendu vers l’autre

Michèle Finck

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’il fallait essayer de définir d’un seul vocable l’œuvre de Philippe Jaccottet, telle que l’édition de la Pléiade la donne désormais à lire, je risquerais le mot « obstination », véritable sol mental et verbal de cette poésie1. Dans Truinas, le 21 avril 2001, Jaccottet exige « une conception de la poésie où le travail d’écrire et le mode de vie, la façon de se tenir dans la vie, devraient être indissolublement liés »2. L’hypothèse risquée est que cette « conception de la poésie », qui engage autant l’écriture que la vie, a pour clé de voûte « l’obstination ». Il importe d’interroger la géologie profonde de ce vocable, la façon dont il redéfinit la légitimité et la fonction de la poésie. Il faut surtout se poser la question majeure : qu’est-ce qui « s’obstine » dans l’œuvre de Philippe Jaccottet ? L’interprétation en jeu ici est que ce qui « s’obstine » chez Jaccottet, c’est fondamentalement un « ton ». On reconnaît l’œuvre de Jaccottet à cette « obstination » d’un « ton ». Encore f...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search