Version classiqueVersion mobile

Souvenirs d’une vie d'engagements

 | 
Magda Trocmé

Troisième partie. Récits de voyages

X.

La lutte non violente des Noirs aux États-Unis ne se mène pas sans difficultés

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 17 mars 1957

Le lundi 24 décembre, à Tallahassee, le boycottage des autobus prit fin1.

Les Noirs montèrent dans les autobus dès le matin, et tout se passa dans un calme relatif, car on sentait très bien que l’opinion grondait et que le White Citizens Council2 allait prendre sa revanche. La police faisait circuler les gens et essayait de renvoyer les camera men, toujours à l’affût de photos ou de films sensationnels. Les Noirs, eux, voyageaient « démocratiquement » (terme choisi par la résistance non violente : les Noirs refusaient actuellement d’occuper les places qui leur étaient réservées à l’arrière des autobus), mais les leaders ne pouvaient trouver de repos ni le jour, ni la nuit.

Le révérend Rollins vint me voir.

« Le téléphone ne s’arrête ni jour, ni nuit, me dit-il, et les menaces sont continuelles. Ma femme attend un bébé ces jours-ci et son système nerveux est mis à dure épreuve. Parfois on nous somme par téléphone de sortir de la maison car tout va sauter dans quelques min...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search