Version classiqueVersion mobile

Une armée de diplomates

 | 
François Doppler-Speranza

Première partie. La politique culturelle des États-Unis et l’émergence des pratiques parabellicistes (1944-1953)

Chapitre 2. Les fondements idéologiques de la guerre psychologique (1950-1953)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque le major américain Benjamin H. Namm inaugure le pont de Dun-sur-Meuse près de Verdun, le 30 juillet 1950, en compagnie du maire Henri Bayard et de tout le village, la presse est au rendez-vous et participe au rayonnement de l’US Army dans la région. Pour l’État-major américain, ce pont est hautement symbolique, car il n’existait pas avant l’intervention des Doughboys lors de la Première Guerre mondiale et la Meuse se franchissait en barque. Mais le 4 novembre 1918, les hommes de la 5e division de l’armée de terre du général Pershing attaquent l’ennemi allemand installé dans le bourg voisin après avoir pu ériger un ponton, qui sera consolidé après la guerre et inauguré en grande pompe le 4 juillet 1931. Au début de la Seconde Guerre mondiale, sa destruction fait alors disparaître « le monument commémoratif, qui consistait en une rampe de pont ouvragée achetée par les anciens combattants de la 5e division1 » ; ceux-ci financeront sa reconstruction pour montrer aux Français de ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search