Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Formes du politique

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Éléonore Reverzy

II. Puissances narratives de l’image

Hystéries républicaines : le nerf de la guerre

Bertrand Marquer

Texte intégral

  • 1 Francisque Sarcey, Le Mot et la Chose [1861], Ollendorf, 1882, p. 279.
  • 2 Ibid. pour toutes les citations.

1Dès 1861, le critique mondain Francisque Sarcey souligne dans Le Mot et la chose l’émergence, au détriment du traditionnel « tempérament », « d’un terme dont la fortune a été singulièrement rapide. Il est sorti des livres de médecine, et convient tout à fait à un siècle matérialiste qui ne voit dans l’homme qu’un sujet d’étude physiologique. C’est le mot hystérique1 ». Pour Sarcey, ce succès lexical est dû à l’emprise croissante d’une idéologie dont les médecins constituent les relais (« Nos docteurs ont peuplé le monde d’hystériques »), succès entraînant inévitablement un écart grandissant entre le mot au « parfum d’hôpital » et la chose à laquelle il est susceptible de renvoyer, puisque le terme « se dégage peu à peu de ce cortège d’idées médicales dont il était entouré à sa naissance2 ».

  • 3 On connaît le mot, emblématique, de Jules Ferry en 1870 : « Il faut que la femme appartienne à la (...)

2Le phénomène relevé par Sarcey s’accentue sous la IIIe République, dont la politique anticléricale s’appuie sur la Science et ses plus illustres représentants3. Selon les républicains, les ruines de la monarchie de droit divin nécessitent en effet la reconstruction d’un système beaucoup plus sain, avec la Science pour architecte :

  • 4 Paul Bert, Revues scientifiques publiées par le journal La République française, Masson, 1879, p.  (...)

La science, qui est déjà libératrice de la pensée humaine, aspire à devenir la régulatrice des sociétés. Les antiques organisations sociales, qui reposaient sur la foi et la résignation et dont la forme politique logique était la royauté, se décomposent et s’écroulent au milieu de cruelles angoisses ; qui pourra reconstruire l’édifice, sinon la science qui remplace la croyance par la démonstration, la résignation par la lutte victorieuse et qui tend logiquement à la démocratie avec sa seule expression politique possible, la République ? En des termes simples, […] c’est la méthode scientifique avec laquelle doivent être abordés les problèmes sociaux4.

3Le pouvoir démocratique prêté à la Science s’accompagne tout naturellement d’une démocratisation de son appareil d’analyse. L’hystérie se taille la part du lion, au point de devenir un terme en grande partie désémantisé, ne conservant de médical que le « parfum ». Les écrivains et chroniqueurs transformant la maladie en outil d’analyse ou en clé herméneutique y voient en effet avant tout un code suggestif, et valant comme tel. Pure forme, elle se prête donc tout naturellement aux significations les plus diverses, et s’adapte à des contenus politiques très hétérogènes.

  • 5 C’est sur recommandation de Paul Bert, alors ministre de l’Instruction publique et des Cultes, que (...)

4Au-delà du succès inhérent à l’aura fantasmatique de la maladie, cette vogue républicaine pour l’hystérie s’explique néanmoins également par le poids institutionnel très rapidement acquis par le médecin qui s’est fait fort de la dompter. Soutenu par Paul Bert et Gambetta, Jean-Martin Charcot fait en effet carrière au moment où l’imbrication du politique et du scientifique atteint son apogée5, et sa Grande Hystérie constitue tout autant une forme pathologique qu’une figure du militantisme anticlérical républicain.

  • 6 Susan Sontag citée par Jean-Louis Cabanès dans sa « Présentation » à Littérature et Médecine II, B (...)
  • 7 Jules Claretie, La Vie à Paris. 1881, Havard, 1882, p. 135. Cette phrase clôt le chapitre consacré (...)

5Sous la IIIe République, l’hystérie jouissait donc des conditions nécessaires pour devenir une « maladie-métaphore6 », capable de refléter toutes les angoisses d’une époque, voire de signifier l’essence d’un état social caractérisé par le rôle prépondérant des médecins : « je me demandais – confie Jules Claretie – si, après le verdict jeté par Gavarni à la tête de nos contemporains : “–Toqués ! toqués ! tous toqués !”, on ne pouvait pas dire, justement et plus cruellement, devant la grande névrose dont souffre la société moderne : – Hystériques ! hystériques ! tous hystériques !7 ».

  • 8 Pierre Citti, « Peurs collectives à l’âge de l’individu », dans Travaux de littérature, no 16 : Le (...)
  • 9 Cousine romanesque de Tante Dide, la grand-mère de Charlot termine sa vie dans un asile, tandis qu (...)
  • 10 Au moins deux romans portent ce titre : celui de Jules Lermina (Sceaux, impr. Charaire et fils, 18 (...)
  • 11 Sur ce point, voir l’ouvrage de Nicole Edelman (op. cit.) qui étudie l’évolution des théories sur (...)

6À mi-chemin entre la dégénérescence héréditaire et le symptôme d’une modernité industrielle grisée par la vitesse ou la « fée Électricité », l’hystérie figure en effet en bonne place parmi les Grandes peurs de la fin du siècle dégagées par Pierre Citti (« l’accident de chemin de fer, la guerre et le canon à révolution, la contamination par la syphilis, les névroses ou la maladie de Charcot8 »). L’originalité de l’hystérie est néanmoins d’apparaître comme à la fois structurelle et contextuelle, et de pouvoir renvoyer alternativement à une sorte de fatum (l’hérédité, comme dans Charlot s’amuse de Paul Bonnetain9) et/ou aux conditions de vie d’une classe entière, généralement « dangereuse ». C’est ce qu’illustrent en partie des romans au titre évocateur comme Les Hystériques de Paris, dans lesquels les Rastignac mis en scène finissent tôt ou tard tout contracturés10, ou de nouveau Charlot s’amuse, dans lequel « l’assommoir » côtoie la Salpêtrière, ou enfin le roman de Jules Claretie, qui vante à travers Les Amours d’un interne la nécessité sociale de la Salpêtrière, principal garde-fou d’une société menacée de pandémie. Méritée ou non, l’hystérie est dans tous les cas la conséquence d’une déviance, que le « médecin-magistrat » a pour but de garrotter. Cette lecture hygiéniste de l’hystérie se retrouve de manière exemplaire dans le roman d’éducation de Daniel Lesueur intitulé Névrosée (1890), dans lequel la grande faute de l’héroïne est d’avoir voulu devenir une femme savante. En travaillant de la tête, elle dérègle son corps, et pervertit sa vocation sociale et naturelle : être épouse et mère. Dans ces romans, l’hystérie participe donc d’une doxa sociale et politique, qu’elle conforte la plupart du temps11.

7La réaction littéraire peut certes s’opposer à cette lecture de l’hystérie et à sa forme hygiéniste, ou se montrer tout simplement consciente du poids suspect d’une forme pathologique dans la représentation qu’une société se fait d’elle-même. C’est le cas, par exemple, de l’article bien connu de Maupassant, publié en 1882 en pleine affaire Fenayrou, et intitulé « Une femme ». Parodiant la Toinette du Malade imaginaire, Maupassant fait de l’hystérie la marque, non d’une pathologie, mais du pouvoir de contrôle qu’entend exercer le « médecin-magistrat » :

  • 12 Guy de Maupassant, « Une femme » [Gil Blas, 16 août 1882], dans Chroniques, 10/18, coll. « Domaine (...)

Hystérique, madame, voilà le grand mot du jour. Êtes-vous amoureuse ? vous êtes une hystérique. Êtes-vous indifférente aux passions qui remuent vos semblables ? vous êtes une hystérique, mais une hystérique chaste. Trompez-vous votre mari ? vous êtes une hystérique, mais une hystérique sensuelle. Vous volez des coupons de soie dans un magasin ? hystérique. Vous mentez à tout propos ? hystérique ! (Le mensonge est même le signe caractéristique de l’hystérie.) Vous êtes gourmande ? hystérique ! Vous êtes nerveuse ? hystérique ! Vous êtes ceci, vous êtes cela, vous êtes enfin ce que sont toutes les femmes depuis le commencement du monde ? Hystérique ! hystérique ! vous dis-je12.

  • 13 Ibid., p. 111-112.

8L’hystérie devient dans cette perspective une étiquette commode et politiquement correcte pour caractériser l’ensemble des comportements « déviants ». Maupassant clôt d’ailleurs son énumération par un exemple éloquent – « La Commune n’est pas autre chose qu’une crise d’hystérie de Paris » –, avant d’ajouter : « Nous voilà bien renseignés13 ». Cette remarque caustique signale bien que l’étiquetage médical n’a d’autre utilité que de signifier une emprise politique sur des phénomènes basculés stratégiquement dans le domaine du pathologique.

  • 14 Michel Foucault, Le Pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France. 1973-1974, Gallimard-Seuil, (...)
  • 15 Rae Beth Gordon, « Le caf’ conc’ et l’hystérie », Romantisme, no 64, 1989, p. 53-67. Voir égalemen (...)
  • 16 Georges Montorgueil, « Le Café-Concert », dans Demi-Cabots (le café-concert, le cirque, les forain (...)
  • 17 Ibid., p. 15.
  • 18 Ibid., p. 14.
  • 19 Rae Beth Gordon, art. cit., p. 61-62.
  • 20 Le Jardin des supplices obéit en effet à la structure paroxystique d’une crise, à laquelle l’hysté (...)

9Puisqu’elle renvoie à la marginalité (les « classes dangereuses »), l’hystérie a pu également servir de signe de reconnaissance, et sceller l’appartenance à un groupe – voire exprimer une revendication « de classe », comme les analyses de Michel Foucault et de Rae Beth Gordon semblent le laisser entendre. Tous deux font en effet de l’hystérie un phénomène de résistance fondé sur des soubassements politiques. Dans sa leçon du 12 décembre 1973 sur Le Pouvoir psychiatrique, Michel Foucault considère la vogue de l’hystérie à la fin du xixe siècle comme « une grande insurrection simulatrice », « l’envers militant du pouvoir psychiatrique, si on admet que la simulation a été la manière insidieuse pour les fous de poser de force la question de la vérité à un pouvoir psychiatrique qui ne voulait leur imposer que la réalité14 ». L’hystérie est pour Foucault l’expression d’un contrepouvoir, qui équivaut également à un retour du refoulé – le corps – que la scientia sexualis s’acharne à corseter d’un discours stérilisant, et proprement lénifiant. L’approche de Rae Beth Gordon est, quant à elle, esthétique, et vise à dégager l’influence de la nosographie hystérique dans les arts, par l’intermédiaire, notamment, du « style épileptique » pratiqué dans les Cafés Concerts15. L’exemple le plus parlant de cette influence est sans doute Jeanne Avril, l’ex-hystérique devenue icône du café-concert, « liante et serpentine, dessineuse d’arabesques avec le bout de sa petite mule barbotant dans les mousses de son jupon16 ». Ou encore le grand Paulus, dont les « claudications variées17 » semblent héritées de la danse de Saint Guy, scénographiée par l’intermédiaire du Type pathologique de la Grande Hystérie. Or, cette « hystérie gesticulatoire18 » caractérise un art populaire, fédérant un monde se présentant lui-même comme marginal : « le prestige énorme qu’avait le caf’ conc’ parmi les classes ouvrières – ces mêmes classes qui peuplaient la Salpêtrière et Charenton – nous oblige à nous demander si l’accroissement remarquable des cas d’hystérie entre 1860 et 1875 n’était pas dû en partie au délire mimétique qui caractérisait le café-concert19 ». Comme chez Foucault, le corps hystérique est bien interprété comme un moyen d’expression et de contestation : l’anarchie des corps renvoie au refus d’une norme sociale relayée par le pouvoir psychiatrique. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans Le Jardin des Supplices de l’anarchiste Mirbeau la restitution minutieuse d’une crise d’hystérie, sans que celle-ci soit identifiée par le narrateur20. Car nommer la chose, ce serait la naturaliser, valider un système, là où le récit s’évertue à prôner une anarchie formelle. Le désordre des corps hystériques a donc pu être récupéré pour transmettre un message politique, à partir d’une forme pathologique convertie en esthétique militante.

10Ce succès d’un diagnostic, fût-il détourné, est en grande partie la conséquence de la renommée de Charcot, et du succès de ses leçons à la Salpêtrière, comme le soulignait Maupassant dès 1882 :

  • 21 Guy de Maupassant, art. cit., p. 111.

Nous sommes tous des hystériques, depuis que le docteur Charcot, ce grand prêtre de l’hystérie, cet éleveur d’hystériques en chambre, entretient à grands frais dans son établissement modèle de la Salpêtrière un peuple de femmes nerveuses auxquelles il inocule la folie, et dont il fait, en peu de temps, des démoniaques21.

11Au-delà du contenu de l’attaque, sa forme est éloquente, car elle permet de cerner l’une des figures ayant permis à l’hystérie d’accéder au rang de « maladie-métaphore ». Couramment employée pour dénoncer l’emprise des médecins, l’analogie entre Science et religion retourne ici très précisément l’argumentaire anticlérical de la Salpêtrière : nouveau prêtre, Charcot fait pour Maupassant de l’hystérique une démoniaque, alors même que son succès médical repose sur la pathologisation de la possession, et donc sur un cheminement exactement inverse. Or, c’est précisément des virtualités de cette lecture analogique à double sens que découle une grande partie du succès littéraire de l’hystérie, au point qu’elle peut apparaître comme le principal trope ayant permis la transposition littéraire de la maladie.

  • 22 L’analogie entre hystériques et démoniaques avait déjà été utilisée au cours du xixe siècle par de (...)
  • 23 Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, Progrès (...)
  • 24 Cette étude présentée comme « médico-artistique » se propose de « montrer la place que les acciden (...)

12Si Charcot était loin de faire partie des médecins les plus virulents envers l’Église, la Salpêtrière a néanmoins joué un rôle essentiel dans la lutte anticléricale, en donnant à l’équation hystérique-démoniaque la solidité d’un système scientifique22, par l’intermédiaire, notamment, de Désiré Magloire Bourneville. Sorte d’ombre militante du Maître de la Salpêtrière, il est le rédacteur, avec le photographe Regnard, de la fameuse Iconographie photographique de la Salpêtrière, dont le but revendiqué est de libérer de l’obscurantisme religieux « ces phénomènes morbides qui ont conduit au bûcher un nombre, hélas ! trop considérable de malheureuses femmes atteintes à des degrés divers d’hystérie23 », en démontrant que saintes et démoniaques relèvent finalement de la même symptomatologie hystérique. Publié en 1887, Les Démoniaques dans l’art de Charcot et Richer achèvera le travail de récupération iconographique en proposant une interprétation médicale de la représentation picturale de la possession24. Puis, en 1892, avec un article intitulé « La Foi qui guérit », Charcot apporte une réponse physiologique au miracle :

  • 25 Ibid., p. 113.

La guérison plus ou moins soudaine des convulsions et des paralysies était autrefois considérée comme un miracle thérapeutique du meilleur aloi. La science ayant démontré que ces phénomènes étaient d’origine hystérique, c’est-à-dire non organiques, purement dynamiques, la guérison miraculeuse n’existerait plus en pareille matière. […]
Pourquoi jeter tant de défis à la face de la science, qui finit, en somme, par avoir le dernier mot en toutes choses25 !

  • 26 Voir sur ce point la présentation de Jacques Noiray à Lourdes [1894], Gallimard, coll. « Folio Cla (...)
  • 27 Voir la présentation du roman par Éléonore Reverzy, pour qui « le modèle de sœur Humilité est très (...)
  • 28 Le terme est employé par Alphonse Daudet dans la dédicace de L’Évangéliste : « À l’éloquent et sav (...)

13Les écrivains anticléricaux puisent donc tout logiquement à la Salpêtrière à la fois une matière et une forme leur permettant d’inscrire leurs œuvres dans une perspective militante, tout en jouissant de l’attrait d’un sujet – l’hystérie – ayant fait ses preuves auprès du public. Directement inspiré des théories de la Salpêtrière, et en particulier de « La Foi qui guérit26 », Lourdes de Zola fait le portrait d’une Bernadette qui semble tout droit issue de l’Iconographie photographique de la Salpêtrière. Quelques années auparavant, L’Hystérique de Camille Lemonnier mettait en scène un avatar romanesque de la « stigmatisée belge » Louise Lateau, elle-même abondamment analysée dans les écrits de la Salpêtrière27, tout comme l’épisode des possédées de Saint-Médard, retranscrit dès 1879 par Léon Hennique dans son roman Élisabeth Couronneau. Jules Claretie et Alphonse Daudet, familiers de Charcot, délivrent également leurs « observations28 » héritées de la Salpêtrière, avec le ton grave des écrivains soucieux de la Chose publique.

  • 29 À titre d’exemple, Geneviève, née à Loudun, est mise à l’hospice à sa naissance. Alors qu’elle a 1 (...)
  • 30 Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, Comptoir des imprimeurs unis, 1845, p. 205.

14Ces romans anticléricaux empruntent en premier lieu à la Salpêtrière ces « cas » pathologiques, volontiers exemplaires, pour les intégrer au personnel romanesque, voire les convertir en structure narrative, puisque la Salpêtrière véhicule elle-même l’histoire de ses patients, en particulier celle de ses « divas », dont l’Iconographie rappelle, d’un numéro à l’autre, les péripéties29. Les écrivains peuvent ainsi trouver dans la vie mouvementée des hystériques une trame incitant à la fiction, en transposant le savoir-faire que la Salpêtrière entend rendre accessible : avec l’analogie hystérique-démoniaque, la stigmatisation de l’emprise néfaste du prêtre sur la femme et les attaques de Michelet contre ce « troisième homme qui pénètre par le biais de la confession tous les secrets de la famille et transforme le foyer en “maison de verre”30 » intègrent un système rhétorique aux arguments moins « vaudevillesques ». L’attaque ne repose plus en effet sur une forme de « psychologie » du prêtre, toujours suspecté d’être un « amant de cœur » capable de rompre l’équilibre du couple bourgeois, mais relève les vices de forme de l’interprétation religieuse dans son ensemble – la pathologisation de la possession comme de la sainteté sapant les fondements mêmes du système de représentation et de propagande religieuses. Ainsi, dans L’Hystérique de Lemonnier, les parentés entre les deux personnages de prêtres, Orléa et Vignas, l’un partisan de la sanctification, l’autre tentant de prouver la possession de sœur Humilité, témoignent de l’absurdité du système axiologique exploité par l’Église. Toujours suspecte pour l’homme d’église, l’hystérique peut très rapidement passer de la sanctification à la possession, au gré des intérêts de chacun.

  • 31 Émile Zola, Lourdes, op. cit., p. 350.
  • 32 Ibid., p. 354.
  • 33 Ibid., p. 351.
  • 34 Ibid., p. 407.

15Dans Lourdes, la mise en scène zolienne des hystériques repose également sur la superposition de l’extase et de la possession, afin de neutraliser, par le spectacle objectif d’une seule et même pathologie, toute axiologie du sublime, et rendre ainsi caduque la lecture éthique qui en découlait. Convaincue de l’imminence de sa guérison, Marie « souriait divinement, d’un air de rêveuse éveillée, les yeux perdus, si absente, si absorbée dans l’idée fixe, qu’elle ne voyait, au loin, que la certitude de son espoir31 » ; « extasiée, ensoleillée, [elle] semblait rester étrangère à tout ce qui se passait autour d’elle, dans l’attente ravie du miracle32 ». La future miraculée se trouve alors dans une « sorte de somnambulisme33 », cette expression apposant un calque nosologique à la description jusqu’alors traditionnelle de l’extase religieuse. De fait, le miracle est vite inséré dans un rituel autre, Zola reprenant à la lettre le jeu sur les représentations opéré par Charcot, pour qui l’iconographie picturale de l’exorcisme – le démon sortant de la bouche de la possédée – n’est que l’expression figurative de l’expulsion de la « boule hystérique » : « le poids qui m’étouffait toujours, là, dans le flanc gauche, a remonté – confie Marie ; et j’ai cru que j’allais mourir, tellement il me ravageait. Mais il a dépassé ma poitrine, il a dépassé ma gorge, et je l’ai eu dans la bouche, et je l’ai craché violemment… C’était fini, je n’avais plus mon mal, il s’était envolé ». Comme un clin d’œil à Charcot, le personnage de Raboin, homme d’un autre âge, s’exclame alors : « c’est le diable qu’elle a craché34 ! ».

16Quoique sous des modalités différentes, l’extase « somnambulique » de Bernadette est également présentée comme une variante de la possession, l’analogie militante exposée dans l’Iconographie ou Les Démoniaques dans l’art consolidant l’analogie, romanesque cette fois-ci, entre Marie et Bernadette :

  • 35 Ibid., p. 131-132. Je souligne.

[Bernadette] devenait très pâle, très belle, transfigurée. Les traits remontaient doucement, s’allongeaient en une expression de béatitude extraordinaire, pendant que les yeux s’emplissaient de clarté et que la bouche entrouverte remuait, comme si elle eût prononcé des paroles qu’on n’entendait pas. Et il était bien certain qu’elle n’avait plus de volonté propre, envahie par son rêve, possédée à ce point par lui, dans le milieu étroit et spécial où elle vivait, qu’elle le continuait même éveillée, qu’elle l’acceptait comme la seule réalité indiscutable35

  • 36 Ibid., p. 130.

17Zola choisit certes d’insister, car le cadre le veut, sur la phase des attitudes passionnelles, mais il prend soin de la resituer dans l’ensemble du rituel hystérique. Si, chez Bernadette, « les crises violentes manquaient, si elle n’avait pas dans les accès la raideur des muscles, si elle gardait le souvenir précis de ses rêves, c’était simplement qu’elle apportait le très curieux document de son cas spécial ». « Selon le mot brutal d’un médecin », dont on imagine sans peine le patronyme réel, « cette fillette de quatorze ans, tourmentée dans sa puberté tardive, déjà ravagée par un asthme, n’était en somme qu’une irrégulière de l’hystérie36 ». Bernadette demeure ainsi figée dans une des phases de la Grande Hystérie, là où d’autres réalisent l’ensemble du rituel, rappelant de la sorte qu’extase et convulsion font partie d’un seul système pathologique, et doivent être l’objet d’une même compréhension :

  • 37 Ibid., p. 131.

On se souvenait qu’un berger d’Argelès, en parlant du rocher de Massabielle, avait prédit que de grandes choses se passeraient là. D’autres enfants tombaient en extase, les yeux grands ouverts, les membres secoués de convulsions ; mais eux voyaient le diable37.

  • 38 Ibid., p. 131-132.

18La perversité traditionnellement associée à l’hystérique, proprement diabolique à force de duplicité, est donc invalidée non tant par la promotion d’une représentation « apaisée » de la crise – les attitudes passionnelles – que par une réconciliation des contraires sous l’espèce du symptôme. La sincérité dont font preuve les hystériques devient donc d’autant plus pathétique qu’elle est manipulée par ceux qui jadis la niait. Humilité partage avec son modèle Louise Lateau la même bonne – et pathogène – foi, tout comme Bernadette, qui « ne mentait pas, car elle ne savait pas, ne pouvait pas, ne voulait pas vouloir autre chose38 ». Ces « hystériques canonisées » apparaissent bien comme des victimes : victimes de leurs hallucinations, certes, mais également de leur instrumentalisation par la religion, elle-même incarnation de l’ordre tout masculin du commerce et de l’argent, qui transforme la pureté de leurs visions en prostitution symbolique. Dans L’Hystérique, l’exhibition régulière de sœur Humilité confine au spectacle de foire. Dans Lourdes, les pères de la Grotte exploitent la « sainteté » de Bernadette au même titre que les commerçants de la ville, convertissent la foi candide et désintéressée de la Lourdes ancienne en frénésie marchande, et participent à la transformation du lieu de pèlerinage en un vaste lupanar :

  • 39 Ibid., p. 66. Cette condamnation se trouve également dans l’Iconographie : « Les prêtres et les mo (...)

Mais l’important – note d’emblée Zola au cours de son voyage – est que la ville s’est démoralisée en s’agrandissant. Les mœurs ont changé du tout au tout. Anciennement, il n’y avait que cinq ou six femmes de mauvaise vie, à la disposition des jeunes gens qui devaient faire la queue, tandis que maintenant les femmes pullulent. Des raccrocheuses, pas de maisons de tolérance. Toutes les jeunes filles du pays se livrent à la vente des cierges et des bouquets. Elles y mettaient de la violence, vous fourraient de force leur marchandise, jusqu’à déchirer vos vêtements. […] En outre, il y a la démoralisation par l’argent gagné, par le flot d’étrangers qui traversent la ville au galop, par le mauvais exemple. Des étrangers viennent pour coucher avec des femmes, des prêtres même. Dans la liberté du tohu-bohu, beaucoup de rendez-vous se donnent39.

19L’écrivain républicain peut ainsi se faire le seul représentant d’une commisération dont l’homme d’Église prive l’hystérique, violentée par une représentation dont les deux pôles symboliques l’écartèlent (extase-possession). Lourdes intègre ainsi au « récit de cas » une compassion dont la dimension inaugurale marque l’irruption d’une tonalité nouvelle dans l’œuvre zolienne :

  • 40 Émile Zola, « Dossiers préparatoires », Bibliothèque Méjane d’Aix-en-Provence, ms 1455, f° 52.

… je veux au centre – écrit Zola dans ses dossiers préparatoires – la souffrance humaine […] un groupe de malades emportés vers l’illusion. C’est là tout le roman, la plus grande partie. Et je ne crois pas que j’aurai besoin de roman, d’intrigues diverses : simplement des malades, avec l’histoire de leur maladie, de leur espoir, les uns qui guérissent, les autres non ; et pas de mariage à la fin, pas d’amour même, en tout cas pas d’amour central […], aucune rencontre romanesque, aucun dénouement forcé40.

  • 41 Jules Claretie, « Charcot, le consolateur », Les Annales politiques et littéraires, 20 septembre 1 (...)

20Dans ce cadre, l’hystérique devient la figure privilégiée de cette souffrance « emportant vers l’illusion » avec plus ou moins d’efficience, Lourdes devenant une réplique de la Salpêtrière décrite par Claretie et désignée sous le terme de « città dolorosa41 ».

  • 42 J’emprunte cette expression à Charles Richet qui, dans un article de vulgarisation scientifique, d (...)
  • 43 Première version de la dédicace d’Alphonse Daudet, op. cit., n. 1 p. 1132.

21Poussant le raisonnement analogique à son terme, et réalisant en quelque sorte l’injonction de Jules Ferry (« Il faut que la femme appartienne à la Science ou qu’elle appartienne à l’Église »), les écrivains vont, souvent parallèlement à leur démarche anticléricale, redonner à la « Démoniaque d’aujourd’hui42 » son indispensable complément symbolique, et mettre en scène la figure d’un exorciste scientiste. « Que ne vous a-t-on conduit la pauvre petite Éline Ebsen ? Vous qui faites des miracles, vous l’auriez guérie sans doute, et la mère ne pleurerait plus43 », se lamente Alphonse Daudet, à l’adresse de Charcot. Dans Lourdes, l’influence bénéfique du docteur Beauclair sur Marie constitue l’exact opposé de celle de l’abbé Ader sur Bernadette, et leurs regards croisés participent à la dramatisation des destins parallèles des deux hystériques. Mais, par-delà l’apparente opposition axiologique, c’est bien leur similitude qui est finalement structurellement soulignée : caractérisé par l’acuité de son regard, le docteur Beauclair perçoit d’emblée la véritable origine du mal dont souffre Marie et, conformément à la théorie de la « Foi qui guérit », lui prédit sa guérison. Immédiatement après le miracle, Pierre se souvient d’ailleurs du « diagnostic » de Beauclair, bien proche d’une « prédiction » :

  • 44 Émile Zola, Lourdes, op. cit., p. 396-397.

Et Pierre était surpris de retrouver dans sa mémoire, à cette minute suprême, des choses qu’il ne savait pas y être, par ce phénomène singulier qui fait parfois que des paroles, à peine écoutées, mal entendues, emmagasinées comme malgré soi, se réveillent, éclatent, s’imposent, après de longs oublis. Il lui semblait que l’approche même du miracle évoquât les conditions dans lesquelles Beauclair lui avait annoncé qu’il s’accomplirait44.

  • 45 Ibid., p. 122.
  • 46 Voir ibid., p. 397 : « Lui seul, après s’être enquis de l’hérédité de la malade, venait de soupçon (...)

22De même, l’abbé Ader est le premier à avoir reconnu la particularité de Bernadette. « J’ignore ce qui se passe en moi, confie-t-il, mais toutes les fois que je rencontre cette enfant, il me semble apercevoir Mélanie, la petite bergère, la compagne du petit Maximin ». Or, reconnaître cette particularité, c’est en même temps lui donner naissance, en la suggérant. « Certainement, il était obsédé par cette pensée singulière, qui se trouva une prédiction45 », commente Zola. Autrement dit, l’abbé Ader insuffle à Bernadette la maladie, tout comme Beauclair suggère à Marie sa guérison. Zola structure d’ailleurs son roman à partir de ce contrepoint : de même que l’histoire de Bernadette ponctue le récit pour signifier le poids de son influence sur le pèlerinage, de même le diagnostic de Beauclair revient comme un leitmotiv, Pierre ressassant la prédiction du médecin comme d’autres leurs prières46. Absent du roman tout en l’encadrant, le médecin constitue donc également le pendant positiviste de Bernadette, dont il tente de contrebalancer l’influence ou, du moins, d’en inverser les effets.

23Ce nouveau rapt dont l’hystérique est l’objet peut par conséquent se révéler bien ambivalent, même s’il est animé par les meilleures intentions – hygiénistes – du monde. Le piège analogique peut se retourner contre le médecin qui, nouvelle figure de l’exorciste, hérite des mêmes caractéristiques que son rival. Régnant sur une cité de femmes qu’il peut hypnotiser à sa guise, initié au fonctionnement du miracle qu’il peut reproduire comme bon lui semble, Charcot semble en effet finalement singer ce qu’il stigmatise, au cours d’une mise en scène dont les vertus pédagogique et polémique résident dans l’imitation – celle de la méthode et de la représentation religieuses (miracle et possession). Par sa maîtrise intuitive des phénomènes physiologiques, l’homme d’Église constitue bien un patron de l’homme de science, dans la mesure où il propose un système à exploiter, et une référence contre laquelle se construire. Bourneville souligne d’ailleurs lui-même la tradition pourtant honnie dans laquelle il s’inscrit :

  • 47 D. M. Bourneville, P. Regnard, op. cit., t. 2, p. 173.

Pour calmer les hystériques en attaques, les prêtres employaient autrefois, et préconisent encore aujourd’hui, les exorcismes ; les jansénistes, au milieu du siècle dernier, vantaient les secours, auxquels se rattachent, dans une certaine mesure la compression ovarienne47.

24Lorsqu’il restitue ce parallèle dans son roman, le fidèle Claretie en tire alors toutes les conséquences :

  • 48 Jules Claretie, Les Amours d’un interne, op. cit., p. 122-123. Je souligne.

… Eh bien, les fameuses Ursulines de Loudun, toutes toquées de ce satané Urbain Grandier, c’étaient des hystériques, encore tout simplement ! Et les convulsionnaires de Saint-Médard, ces femmes qui allaient tomber en pâmoison sur le tombeau du diacre Pâris, toujours des hystériques !
– Des malades alors, au lieu d’être des croyantes ? fit Serge Platoff.
– De pures malades. Il y a des gravures du temps qui représentent des gens graves occupés à leur flanquer des coups de trique ou à leur trépigner sur le ventre pour les faire revenir à elles. Eh bien, nous, nous leur comprimons la région ovarienne moins brutalement qu’au dix-huitième siècle, et beaucoup des bonshommes de la gravure font ce que Finet ferait à Lolo ou Vilandry à ses malades pour couper court à une crise. Parbleu ! non, Mongobert, il n’y a rien de nouveau48.

25S’il n’y a rien de nouveau, c’est qu’au-delà de l’analogie thérapeutique que souligne le carabin de Claretie, l’interne tire de l’hystérique le même profit que le prêtre. Lolo est en effet à la fois le sujet préféré de Finet, et sa maîtresse, sans que l’on sache réellement si cette dernière qualité ne constitue pas une des conséquences de la première :

  • 49 Ibid., p. 177-178. On reconnaît aisément, dans le patronyme du carabin hypnotiseur, Alfred Binet, (...)

Le petit Finet, très fier, renouvelait, le soir, dans son appartement de garçon, les expériences que son interne ou le docteur Fargeas avaient faites le matin sur les malades. Il invitait volontiers des amis, des étudiants en droit, des apprentis littérateurs, pour leur donner le spectacle de Lolo, la belle fille, subissant sa volonté toute-puissante, à lui, Finet. C’est ce qu’il appelait, de sa mince voix flûtée : la revanche de l’esprit sur la matière. […] Il semblait que le cerveau de la cataleptique subît, comme une cire molle, l’impression que lui voulait donner ce petit homme qui tremblait devant elle dans la vie ordinaire. […] Le petit Charles était le maître de la pensée et des sensations de cette masse de chair, devenue plus facile à pétrir entre ses doigts que le bloc de terre sous le pouce du sculpteur49.

  • 50 S’il répond à un calendrier religieux, le fait que les « miracles » d’Humilité se manifestent le v (...)

26Les mécanismes de cette emprise quelque peu revancharde, autorisée par l’hypnose, semblent quoi qu’il en soit les mêmes que ceux ayant fait tomber sœur Humilité dans les griffes d’Orléa – le sadisme en moins, et la gaudriole propre au carabin en plus. Tout comme les modalités de son spectacle, puisque l’abbé de Lemonnier exhibe Humilité comme Finet Lolo, Fargeas ses malades, ou Charcot Geneviève – qui plus est le même jour50 :

  • 51 Ibid., p. 215. Je souligne.

La main déployée comme une serre, tout l’afflux de sa volonté magnétiquement dardé sur le fantôme douloureux dressé devant lui, il avait l’attitude d’un thaumaturge opérant un miracle ; et une admiration pour le prêtre, le maître des consciences et des destinées qui, d’un mot, arrachait cette âme endormie au suaire spirituel, se mêlant à leur ferveur abigotie, madame Monard et les autres femmes s’oubliaient à contempler presque amoureusement sa beauté de domination51.

27L’emprise du prêtre rejoint par sa nomenclature celle du médecin, soulignant leurs possibles écarts communs, abondamment illustrés dans une littérature qui se place alors souvent à la droite de Dieu, et dénonce avant tout, via la mainmise sur l’hystérie/l’hystérique, l’emprise néfaste de la science : c’est le cas des Morticoles de Léon Daudet, mais également Là-bas ou, dans un registre fantastique, des Contes d’au-delà de Gaston Danville (1893), et même de Jean Mornas de Jules Claretie (1885), où le héros, carabin de son état, profite de son savoir acquis à la Salpêtrière pour pousser au vol, et malgré lui au meurtre, la jeune hystérique qu’il a hypnotisée. Ce glissement analogique plus ou moins conscient est d’ailleurs particulièrement éloquent dans le roman de Daniel Lesueur, Névrosée. Quoiqu’il ne s’agisse pas directement, dans ce roman d’éducation, d’incriminer le médecin, qui incarne au contraire le discours hygiéniste, le personnage névrosé de la femme savante fait malgré tout de l’emprise de la science sur la femme moderne le relais pathologique d’une possession mystique désormais passée de mode :

  • 52 Daniel Lesueur [Jeanne Loiseau], Névrosée, Alphonse Lemerre, 1890, p. 122.

Étiennette, en son goût sincère pour la science, avait dépensé les ardeurs que les vierges de vingt ans amortissent dans la fureur des bals, la folie des chiffons, et parfois – de plus en plus rarement à notre époque dans les extases agenouillées au pied de la croix, derrière les tristes murs d’un cloître. Suivant les siècles, l’idéal change, aussi bien pour la jeune fille que pour les nations et pour l’humanité. Depuis quelques années, c’est la substance poudreuse des livres qu’on donne en aliment à cette créature tourmentée dès l’enfance par la vocation toute-puissante de la maternité. Elle s’attache à cette proie avec l’intense avidité de ses chastes et mystérieux désirs. Elle s’y trompe si bien quelquefois qu’on la voit – navrant spectacle ! – sacrifier sa beauté même à cette stérile passion, et se flétrir dans l’étude comme une pauvre plante à laquelle son atmosphère naturelle a manqué. Sous une influence desséchante, elle devient un être sans sexe et sans grâce, dont l’ingrat aspect décourage le capricieux Amour lui-même52.

28Le médecin devient ainsi indirectement à l’origine de la terrible épidémie qu’il entendait combattre : l’hystérie peut bien, dans ce cas, être républicaine. En devenant avant tout le symbole d’un corps sous emprise, l’hystérique littéraire semble donc finalement renvoyer dos à dos l’ambition politique de la médecine positiviste, et la tutelle obscurantiste de la religion. Pure forme, elle diffracte les discours politiques en les réduisant, justement, à leur forme primitive : l’expression d’un pouvoir.

Notes

1 Francisque Sarcey, Le Mot et la Chose [1861], Ollendorf, 1882, p. 279.

2 Ibid. pour toutes les citations.

3 On connaît le mot, emblématique, de Jules Ferry en 1870 : « Il faut que la femme appartienne à la Science ou qu’elle appartienne à l’Église » (cité par Nicole Edelman, Les Métamorphoses de l’hystérie. Du début du xixe siècle à la Grande Guerre, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire », 2003, p. 257).

4 Paul Bert, Revues scientifiques publiées par le journal La République française, Masson, 1879, p. 3 (cité par Nicole Edelman, op. cit., p. 209). Pierre Guillaume souligne en outre qu’entre 1870 et 1914, le corps médical se situe globalement à gauche sur l’échiquier politique. Voir Le Rôle social du médecin depuis deux siècles. 1800-1945, Association pour l’étude de l’histoire de la sécurité sociale, 1996, p. 88-89.

5 C’est sur recommandation de Paul Bert, alors ministre de l’Instruction publique et des Cultes, que Gambetta crée en 1882 la chaire en maladies du système nerveux, financée sur le budget national.

6 Susan Sontag citée par Jean-Louis Cabanès dans sa « Présentation » à Littérature et Médecine II, Bordeaux, Cahiers du LAPRIL, no 55, Eidôlon, 2000, p. 7.

7 Jules Claretie, La Vie à Paris. 1881, Havard, 1882, p. 135. Cette phrase clôt le chapitre consacré à la Salpêtrière.

8 Pierre Citti, « Peurs collectives à l’âge de l’individu », dans Travaux de littérature, no 16 : Les Grandes Peurs, sous la dir. de M. Bertaud, Genève, Droz-ADIREL, 2003, t. 1, p. 352.

9 Cousine romanesque de Tante Dide, la grand-mère de Charlot termine sa vie dans un asile, tandis que sa mère, tout d’abord alcoolique et nymphomane, finit dans l’amphithéâtre de Charcot, exhibée comme hystérique. Le héros prend alors conscience de son triste destin, l’hystérie apparaissant comme la maladie terminale, ou « l’hyper-maladie » des nombreuses pathologies familiales.

10 Au moins deux romans portent ce titre : celui de Jules Lermina (Sceaux, impr. Charaire et fils, 1885) et celui d’Auguste Germain (Librairie universelle, 1905) auxquels on pourrait ajouter Hystérique d’André Dubarry (Chamuel éditeur, 1897).

11 Sur ce point, voir l’ouvrage de Nicole Edelman (op. cit.) qui étudie l’évolution des théories sur l’hystérie à la lumière des différents discours politiques dominants.

12 Guy de Maupassant, « Une femme » [Gil Blas, 16 août 1882], dans Chroniques, 10/18, coll. « Domaine français », 1980, t. 2, p. 111. Cette femme, c’est Gabrielle Fenayrou, qui a poussé son mari Martin, pharmacien au Pecq, à tuer son amant Aubert qui la délaissait. Son procès soulève la vindicte populaire : le public voudrait la lapider, tandis que « les hommes raisonnables restent confondus devant elle, la déclarant un problème moral ; enfin, beaucoup de journalistes ont affirmé simplement que “c’est une hystérique” se contentant de cette expression qui sert maintenant à tout expliquer » (ibid., p. 111).

13 Ibid., p. 111-112.

14 Michel Foucault, Le Pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France. 1973-1974, Gallimard-Seuil, coll. « Hautes Études », 2003, p. 138.

15 Rae Beth Gordon, « Le caf’ conc’ et l’hystérie », Romantisme, no 64, 1989, p. 53-67. Voir également Why the French love Jerry Lewis, Stanford, Stanford University Press, 2001, et en particulier le premier chapitre, « From Charcot to Charlot : the corporal unconscious ».

16 Georges Montorgueil, « Le Café-Concert », dans Demi-Cabots (le café-concert, le cirque, les forains), textes de Georges d’Esparbès, André Ibels, Maurice Lefèvre, Georges Montorgueil, Charpentier et Fasquelle, 1896, p. 14.

17 Ibid., p. 15.

18 Ibid., p. 14.

19 Rae Beth Gordon, art. cit., p. 61-62.

20 Le Jardin des supplices obéit en effet à la structure paroxystique d’une crise, à laquelle l’hystérie, spectacle ritualisé, fournit un code suggestif. Bien qu’elle ne soit pas diagnostiquée, la symptomatologie dont relève Clara semble constituer une réminiscence de la visite de l’auteur à la Salpêtrière. Voir sur ce point Bertrand Marquer, « Mirbeau et Charcot : la vision du “Diable” », Cahiers Octave Mirbeau, no 11, 2004, p. 53-67 et « L’hystérie comme arme polémique dans L’Abbé Jules et Le Jardin des supplices », Cahiers Octave Mirbeau, no 12, 2005, p. 52-68.

21 Guy de Maupassant, art. cit., p. 111.

22 L’analogie entre hystériques et démoniaques avait déjà été utilisée au cours du xixe siècle par des médecins anticléricaux, mais le discours de la Salpêtrière a su « démontrer cette équation avec une rigueur positiviste et […] la rendre publique à une grande échelle », comme l’écrit Jan Goldstein (Consoler et classifier, Les Empêcheurs de penser en rond, 1997, p. 473).

23 Désiré Magloire Bourneville, Paul Regnard, Iconographie photographique de la Salpêtrière, Progrès médical, t. 3, 1879-1880, p. 227.

24 Cette étude présentée comme « médico-artistique » se propose de « montrer la place que les accidents extérieurs de la névrose hystérique ont prise dans l’Art, alors qu’ils étaient considérés non point comme une maladie, mais comme une perversion de l’âme due à la présence du démon et à ses agissements » (Jean-Martin Charcot, Paul Richer, Les Démoniaques dans l’art, suivi de « La Foi qui guérit » [1887], présentation par P. Fédida et G. Didi-Huberman, Macula, coll. « Scènes », 1984, p. XV).

25 Ibid., p. 113.

26 Voir sur ce point la présentation de Jacques Noiray à Lourdes [1894], Gallimard, coll. « Folio Classique », 1995.

27 Voir la présentation du roman par Éléonore Reverzy, pour qui « le modèle de sœur Humilité est très certainement Louise Lateau, stigmatisée belge qui était née en 1850 et avait commencé à connaître un certain nombre de visions, de névralgies et d’hémorragies à dix-sept ans » (Camille Lemonnier, L’Hystérique [1885], Séguier, 1996, p. 14). Mais la figure de Bernadette constitue également une sorte de référent implicite au personnage de sœur Humilité. Après une crise, le médecin du Béguinage, M. Basquin, lui prescrit de l’eau de Lourdes : « [c]omme elle se sentit soudainement délivrée […], on attribua à la sainteté de cette eau sa guérison rapide » (ibid., p. 79).

28 Le terme est employé par Alphonse Daudet dans la dédicace de L’Évangéliste : « À l’éloquent et savant professeur J.-M. Charcot, médecin de la Salpêtrière, je dédie cette observation » (Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Roger Ripoll, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1994, n. 1 p. 1132).

29 À titre d’exemple, Geneviève, née à Loudun, est mise à l’hospice à sa naissance. Alors qu’elle a 15 ans, son promis meurt d’une fièvre cérébrale, ce qui déclenche sa première crise. Femme de chambre à 17 ans, elle est séduite par son patron. Elle finit pas entrer à la Salpêtrière, dans le service des aliénées, en 1866. Après un passage dans l’asile de Toulouse, dont elle s’échappe, elle retourne à la Salpêtrière, enceinte. Sa deuxième grossesse aurait été le fruit d’un « officier prussien » (D. M. Bourneville, P. Regnard, op. cit., t. 1, p. 56). Geneviève multiplie en outre les évasions (dont une pour « dire bonjour “à sa sœur Louise Lateau” comme elle dit avec raison… », ibid., p. 72), et les « déménagements », alternativement « épileptique simple » et « aliénée », comme après « une scène qu’elle fit chez M. le Directeur de la Salpêtrière » (ibid., p. 71).

30 Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, Comptoir des imprimeurs unis, 1845, p. 205.

31 Émile Zola, Lourdes, op. cit., p. 350.

32 Ibid., p. 354.

33 Ibid., p. 351.

34 Ibid., p. 407.

35 Ibid., p. 131-132. Je souligne.

36 Ibid., p. 130.

37 Ibid., p. 131.

38 Ibid., p. 131-132.

39 Ibid., p. 66. Cette condamnation se trouve également dans l’Iconographie : « Les prêtres et les moines entretenaient soigneusement les populations dans la crainte du diable, cette création aussi lucrative que stupide » (D. M. Bourneville, P. Regnard, op. cit., t. 3, p. 227).

40 Émile Zola, « Dossiers préparatoires », Bibliothèque Méjane d’Aix-en-Provence, ms 1455, f° 52.

41 Jules Claretie, « Charcot, le consolateur », Les Annales politiques et littéraires, 20 septembre 1903, no 21, p. 179.

42 J’emprunte cette expression à Charles Richet qui, dans un article de vulgarisation scientifique, désigne ainsi les hystériques de la Salpêtrière (« Les Démoniaques d’aujourd’hui », La Revue des Deux Mondes, janvier-février 1880, t. 37, p. 340-372).

43 Première version de la dédicace d’Alphonse Daudet, op. cit., n. 1 p. 1132.

44 Émile Zola, Lourdes, op. cit., p. 396-397.

45 Ibid., p. 122.

46 Voir ibid., p. 397 : « Lui seul, après s’être enquis de l’hérédité de la malade, venait de soupçonner le simple état d’autosuggestion où elle se maintenait obstinément, sous l’ébranlement, la violence première de la douleur ; et il donnait ses raisons, le champ visuel rétréci, les yeux fixes, le visage absorbé, distrait, la nature surtout de la souffrance qui avait quitté l’organe pour se porter vers l’ovaire gauche, où elle se manifestait par un poids écrasant, intolérable, qui parfois remontait jusqu’à la gorge, ces affreuses crises d’étouffement. Une volonté brusque de se dégager de la notion fausse de son mal, une volonté de se lever, de respirer librement, de ne plus souffrir, pouvait seule la remettre debout, guérie, transfigurée, sous le coup de fouet d’une grande exaltation ». Ou encore ibid., p. 398 : « Dans un transport éperdu de joie, la malade se lèverait et marcherait, les jambes brusquement légères, soulagées de la pesanteur qui les faisait de plomb depuis si longtemps, comme si cette pesanteur se fût fondue, eût coulé en terre. Mais surtout le poids qui écrasait le ventre, qui montait, ravageait la poitrine, étranglait la gorge, s’en irait, cette fois-là, en une envolée prodigieuse, en un souffle de tempête emportant avec lui tout le mal. N’était-ce point ainsi, au Moyen-Âge, que les possédées rendaient par la bouche le diable, dont leur chair vierge avait longuement subi la torture ? Et Beauclair avait ajouté que Marie serait femme enfin, que le sang de la maternité jaillirait, dans ce sursaut d’hosanna, ce réveil d’un corps resté enfant, attardé et brisé par un si long rêve de souffrance, tout d’un coup rendu à une santé éclatante, les yeux vivants, la face radieuse ».

47 D. M. Bourneville, P. Regnard, op. cit., t. 2, p. 173.

48 Jules Claretie, Les Amours d’un interne, op. cit., p. 122-123. Je souligne.

49 Ibid., p. 177-178. On reconnaît aisément, dans le patronyme du carabin hypnotiseur, Alfred Binet, qui s’est engagé avec fougue dans la controverse opposant l’École de Paris et celle de Nancy, sur la question de l’hypnose. De même, Lolo rappelle Augustine, dont la vie montre qu’« il n’est pas impossible que quelques carabins aient trouvé à demeure dans l’hôpital l’équivalent, en plus fascinant ou en plus excitant, de ce qu’étaient en ville ouvrières, bonnes et grues » (Jacqueline Carroy, Hypnose, Suggestion et Psychologie, PUF, 1991, p. 203).

50 S’il répond à un calendrier religieux, le fait que les « miracles » d’Humilité se manifestent le vendredi peut faire écho aux fameuses « leçons » de Charcot. Éléonore Reverzy souligne d’ailleurs que « ce metteur en scène qu’est Orléa, cette fausse sainte qui attire les foules, ce sont Charcot et Geneviève ou telle autre de ses patientes : non seulement il exhibe Humilité comme une créature de cirque, mais il parvient à la dompter au cours de ses extases comme fait Charcot au moyen de l’hypnose ou de son compresseur d’ovaires », Préface à Camille Lemonnier, op. cit., p. 22.

51 Ibid., p. 215. Je souligne.

52 Daniel Lesueur [Jeanne Loiseau], Névrosée, Alphonse Lemerre, 1890, p. 122.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540