Version classiqueVersion mobile

Combattre, survivre, témoigner

 | 
Emilia Koustova

Quatrième partie. Surveiller, interroger, se justifier : l’ expérience de la guerre dans le viseur de la police soviétique

Un héros très (peu) discret

Boris Kovalev
Traduction de Emilia Koustova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début des années 1920, les musées de Novgorod se trouvaient dans une situation délicate. Comment assurer une éducation communiste correcte quand on ne dispose que de matériaux archaïques, ayant trait à l’histoire de la Rus’ médiévale ? Mais voici que la fortune leur sourit, avec l’arrivée d’Ivan Amozov, héros de la guerre civile, cavalier de l’ordre du Drapeau rouge, participant au mouvement révolutionnaire local, organisateur d’un attentat contre le « maudit » Mikhaïl Islavine, dernier gouverneur tsariste de Novgorod. Le 26 juillet 1924, le principal journal militaire soviétique, la Krasnaïa Zvezda, lui consacrait un article dans la rubrique « Le pays doit connaître ses héros » :

Le camarade Ivan Vassilievitch Amozov vient d’une famille paysanne de la région d’Olonets1. Fils d’ouvrier agricole exilé, né en 1887, il fut élevé, après l’exil forcé de ses parents, par sa vieille grand-mère qui lui apprit à lire et à écrire. En 1899, à l’âge de douze ans, il partit à Leningrad [sic] à...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search