Version classiqueVersion mobile

Combattre, survivre, témoigner

 | 
Emilia Koustova

Quatrième partie. Surveiller, interroger, se justifier : l’ expérience de la guerre dans le viseur de la police soviétique

Du traître au héros : une histoire de la mémoire officielle du « maquis communiste1 » d’Odessa

Vladimir Solonari
Traduction de Emilia Koustova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La glorification des actions héroïques menées par les groupes terroristes et partisans à Odessa durant l’occupation roumaine et allemande, entre octobre 1941 et avril 1944, a une longue tradition qui commence au lendemain du retour de l’Armée rouge et se poursuit après la disparition de l’URSS2. Elle porte avant tout sur les groupes de saboteurs qui avaient agi dans des « catacombes », en réalité des carrières. Creusées depuis le début du xixe siècle pour fournir des matériaux de construction, elles s’étendaient sur des dizaines de kilomètres et comportaient de nombreux puits et sorties donnant sur la ville et ses banlieues. À la fin de l’été et au début de l’automne 1941, le Parti, l’Armée rouge et le NKVD créèrent des groupes terroristes pour mener des attaques contre l’ennemi. À la veille de la reddition d’Odessa, le 16 octobre 1941, ces groupes descendirent dans les catacombes où des réserves de nourriture et de munitions avaient été stockées. Ils devaient agir de façon autonome...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search