Version classiqueVersion mobile

Combattre, survivre, témoigner

 | 
Emilia Koustova

Première partie. Journaux intimes : vivre la guerre et (se) la raconter

Un correspondant de la Pravda en quête de la « vérité sur la guerre » : Piotr Lidov et ses carnets

Emilia Koustova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il paraît difficile de trouver un héros de guerre plus connu en Russie que Zoïa Kosmodemianskaïa, jeune membre du Komsomol torturée et tuée par les nazis en novembre 1941, alors qu’elle participait à une action de diversion derrière la ligne du front1. Première femme promue « Héros de l’Union soviétique », elle s’imposa immédiatement comme un modèle de courage et d’abnégation face aux atrocités allemandes. Aux origines de sa notoriété se trouvaient les publications du correspondant de la Pravda, Piotr Lidov2. Son premier article racontant l’exploit de la jeune fille fut publié le 27 janvier 1942 sous le titre « Tania » [Fig. 1 et 2], d’après le faux nom que celle-ci avait utilisé. La publication aurait attiré l’attention de Staline, conduisant à décorer Zoïa de la plus haute distinction soviétique. Le 18 février, deux jours après la signature du décret correspondant, la Pravda publiait un nouvel article, « Qui était Tania », où Lidov donnait le vrai nom de l’héroïne et racontait sa ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search