Version classiqueVersion mobile

Combattre, survivre, témoigner

 | 
Emilia Koustova

Table des matières

Emilia Koustova

Introduction

La « Grande Guerre patriotique », expérience formatrice
Épreuve et bouleversement majeurs
Après une guerre absolue, un culte omniprésent
Structures et lacunes du récit officiel
Témoignages individuels, entre sollicitations et silences imposés
Foisonnement de récits
Conter la guerre au présent et à la première personne : journaux intimes et lettres du front
Raconter sa guerre, témoigner pour l’histoire
Se justifier pour et par le passé de guerre

Première partie. Journaux intimes : vivre la guerre et (se) la raconter

Alain Blum

Entre questionnements adolescents et observations des violences

Une histoire peu ordinaire
Une écriture : émotions adolescentes
De l’occupation soviétique à la violence de la guerre
Le massacre des Juifs et la souffrance endurée par les prisonniers de guerre
Le quotidien du rationnement
Emilia Koustova

Un correspondant de la Pravda en quête de la « vérité sur la guerre » : Piotr Lidov et ses carnets

Une trajectoire de guerre au fil des pages
« Je me suis procuré des épaulettes et une paire de semelles » : le quotidien des correspondants de guerre
En quête d’une « information plus réaliste et véridique sur le déroulement de la guerre »

Deuxième partie. Lettres du front : maintenir les liens et communiquer par temps de guerre

Vanessa Voisin

Mark Troïanovski, chef d’équipe cinématographique sur le front, 1941-1945

Un fonds unique d’opérateur du front
Entre la véracité des images et les difficultés du terrain
Amandine Regamey

« Nous allons à la chasse aux Fritz et aux myrtilles ». Les lettres de la sniper Natalia Kovchova, 1941-1942

« Je serai une bolchevik comme maman » : trajectoire d’une héritière rouge
« On a décidé de nous requalifier en aides-soignantes […] l’angoisse ! » : négocier sa place au front
« Pour l’instant, je n’ai eu que 11 Fritz, c’est peu » : tuer des Allemands et en parler
« Ne vous inquiétez pas pour moi » : la lettre comme relation et comme incantation

Troisième partie. Raconter sa guerre, témoigner pour l’histoire ?

Amandine Regamey

1944 : le lieutenant-chef Alexandre Levine raconte sa guerre

Hiver 1941-1942 : la découverte de la guerre
Conditions de vie et conditions de combat en 1942
Les combats de 1943 : formes de violence, registres de langue
Amour, amitié, intimité au front
La bataille du Dniepr
Oleg Budnitski et Liudmila Novikova

L’Ukraine occupée, vue de l’intérieur et racontée de l’extérieur

Le parcours atypique d’un Soviétique ordinaire

Quatrième partie. Surveiller, interroger, se justifier : l’ expérience de la guerre dans le viseur de la police soviétique

Alain Blum et Emilia Koustova

L’effacement d’une expérience

Biographies policières
La prise en compte hésitante du passé
Vladimir Solonari

Du traître au héros : une histoire de la mémoire officielle du « maquis communiste » d’Odessa

Les activités clandestines de Petrovski
« Un traître » : la mémoire officielle de l’obkom clandestin d’Odessa sous Staline
Les « glorieux partisans » sous Khrouchtchev : le retour de « l’honnête communiste »
Les « glorieux partisans » à la fin de l’époque soviétique : des histoires multiples au sens unique
Boris Kovalev

Un héros très (peu) discret

Des reconstructions (auto-)biographiques
Du vieux bolchevik au prêtre, une métamorphose en temps de guerre
Emilia Koustova

Conclusion

Annexe

Roman Podkur

L’occupation nazie en Ukraine soviétique d’après les archives ukrainiennes

Les « fonds d’occupation »
Constitution des fonds et leur usage à l’époque soviétique
Déclassification et premières explorations des « fonds d’occupation »
Le contenu des « fonds d’occupation »
Autres fonds d’archives relatifs à l’Occupation
Documents issus du mouvement partisan
Documents relatifs à l’UPA et l’OUN
Dossiers de filtration
Collections thématiques
Varia
Archives de la police politique : une nouvelle mine d’informations sur l’Occupation
Les synthèses du NKVD comme source d’information sur la situation dans les territoires occupés
Dossiers de collaborateurs

Sources et bibliographie

Liste des archives
Lituanie
Russie
Ukraine
Bibliographie
Écrits personnels, témoignages et autres sources
Travaux sur les écrits personnels, l’autobiographie et la construction du je
L’écriture de la guerre. Études générales et hors URSS
Écrits personnels et témoignages sur la guerre en URSS : sources et historiographie
Autres sources sur la guerre. Publications et analyses
L’Union soviétique dans la Seconde Guerre mondiale
Histoire de la guerre en URSS. Publications à caractère général
L’Armée rouge et le front
Dans les territoires occupés
L’arrière et la société soviétique dans la guerre
La sortie de guerre en URSS
Mémoire de la Seconde Guerre mondiale en URSS et dans l’espace postsoviétique

Crédits

Illustration de couverture
Introduction
Première partie. Journaux intimes : vivre la guerre et (se) la raconter
Entre questionnements adolescents et observations des violences
Un correspondant de la Pravda en quête de la « vérité sur la guerre » : Piotr Lidov et ses carnets
Deuxième partie. Lettres du front : maintenir les liens et communiquer par temps de guerre
Mark Troïanovski, chef d’équipe cinématographique sur le front, 1941-1945
« Nous allons à la chasse aux Fritz et aux myrtilles ». Les lettres de la sniper Natalia Kovchova, 1941-1942
Troisième partie. Raconter sa guerre, témoigner pour l’histoire ?
1944 : le lieutenant-chef Alexandre Levine raconte sa guerre
L’Ukraine occupée, vue de l’intérieur et racontée de l’extérieur
Quatrième partie. Surveiller, interroger, se justifier : l’expérience de la guerre dans le viseur de la police soviétique
L’effacement d’une expérience
Du traître au héros : une histoire de la mémoire officielle du « maquis communiste » d’Odessa
Un héros très (peu) discret
Annexe
L’occupation nazie en Ukraine soviétique d’après les archives ukrainiennes
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search