Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Géopolitiques culinaires

La cuisine géopolitique et identitaire de Wladimir Kaminer

Alexia Gassin

Résumé

Dans la littérature allemande du xxie siècle, la cuisine russe se voit attribuer une place importante, en particulier chez les auteurs émigrés d’origine russe (Lena Gorelik, Wladimir Kaminer) ou chez les écrivains allemands ayant tissé des liens avec les Russes (Alexandra Fröhlich), l’art culinaire semblant faire partie intégrante de l’identité russe. Dans son œuvre Küche totalitär. Das Kochbuch des Sozialismus von Wladimir und Olga Kaminer (2006), traduit en français sous le titre La cuisine totalitaire (2012), Wladimir Kaminer présente des recettes de cuisine de dix anciennes républiques de l’ex-URSS. Cependant, son livre ne se résume pas à la préparation d’entrées, de plats principaux et de desserts. Au contraire, il permet d’introduire la vision de l’auteur sur l’histoire géopolitique des républiques citées ainsi que des anecdotes bâties autour de références à des aliments bien précis rattachés à la gastronomie spécifique de ces républiques, lesquelles contribuent à souligner la construction de l’identité sociale, politique et culturelle des différents peuples à travers leur manière de boire ou de cuisiner.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque les auteurs émigrés russes du xxie siècle résidant en Allemagne se mettent à parler de leur pays d’origine, force est de constater l’importance accordée à la nourriture qui semble faire partie intégrante de leur culture, une idée soulignée dans le titre même de l’ouvrage collectif Russische Küche und kulturelle Identität ([Cuisine russe et identité culturelle], 2013), dirigé par Norbert Franz. Ce phénomène apparaît tout particulièrement dans le livre Verliebt in Sankt Petersburg. Meine russische Reise [Amoureuse de Saint-Pétersbourg. Mon voyage russe], paru en 2008, où Lena Gorelik consacre deux chapitres à la gastronomie russe. Alors que le premier porte sur le cliché de la vodka, le second, intitulé « Eine Ode an Dill » [Une ode à l’aneth], commence par ces mots :

Chaque voyage et chaque voyageur ont un but. Certains s’intéressent particulièrement à l’architecture, d’autres au contraire se rendent systématiquement sur tous les sites remarquables et d’autres encore pensent q...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search