Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Géopolitiques culinaires

Patapoufs et Filifers d’André Maurois et Jean Bruller (1930) : géopolitique et anthropologie de l’alimentaire entre deux guerres

Guy Ducrey

Résumé

Avant de devenir célèbre sous le nom de Vercors avec son roman Le Silence de la mer, le dessinateur Jean Bruller fut, en 1930, avec André Maurois, l’auteur d’un merveilleux album illustré intitulé Patapoufs et Filifers, promis à une certaine notoriété européenne. La contribution propose une triple lecture de cet album (texte et iconographie) : historienne d’abord (l’opposition des gras et des maigres renvoie-t-elle à celle des Allemands et des Français durant l’entre-deux guerres ? ou à celle des Soviétiques et des Américains ?) ; une lecture anthropologique ensuite, qui pourrait, bien avant Claude Lévi-Strauss, s’appliquer aux mœurs des royaumes souterrains de Bruller ; enfin une lecture allégorique, héritée de Bruegel. L’œuvre inviterait alors à méditer toute antithèse majeure entre valeurs humaines, et à concevoir son dépassement possible, dans une utopique réconciliation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’injonction proposée par notre volume, « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es », nulle œuvre du xxe siècle ne semble avoir mieux répondu qu’un petit roman illustré, publié en 1930 chez Albin Michel sous le titre Patapoufs et Filifers. Il a accompagné l’enfance de plusieurs générations de lecteurs, émerveillés par son texte, et plus encore par ses images. L’ouvrage, dans un format à l’italienne et relié dans une toile rouge frappée d’or comme les grandes aventures de Jules Verne chez Hetzel, était signé de deux noms : celui de l’écrivain André Maurois (né en 1885), alors âgé de 45 ans, déjà célèbre mais pas encore académicien (il le deviendrait en 1936) et Jean Bruller, jeune dessinateur de 28 ans qui, à la manière de Gus Bofa, avait fait ses débuts dans la presse. Celui-ci n’allait devenir célèbre qu’onze ans plus tard sous le pseudonyme de Vercors, lorsqu’il ferait paraître, en pleine Occupation et aux Éditions de Minuit qu’il avait fondées, une nouvelle poignante int...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search