Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Choix alimentaires et fables auctoriales

Les nourritures tragiques du Parrain 3

Guillaume Gomot

Résumé

Le Parrain 3 (1990), dernier film de la célèbre trilogie de Francis Ford Coppola, peut être envisagé à partir des figures culinaires et alimentaires qui y sont mises en scène avec une grande puissance d’expression. Les forces tragiques à l’œuvre dans le récit filmique se fondent, de façon essentielle, sur la nourriture. En effet, les scènes de repas et la circulation des aliments, dans des cadres intimes et restreints ou bien, au contraire, publics et festifs, permettent de nouer ou de dénouer les rapports entre les personnages, de construire l’intrigue et de conférer au film un substrat symbolique voire fantasmatique particulièrement évocatoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La trilogie réalisée sur près de vingt ans par Francis Ford Coppola à partir de l’œuvre romanesque de Mario Puzo1 est marquée par de nombreuses scènes de repas, qui l’émaillent et la scandent de façon si déterminante qu’il est possible de considérer ces récits de mafia comme autant de fictions culinaires2. Nous nous proposons donc d’étudier plus particulièrement la mise en scène des fonctions plurielles tenues par la nourriture dans l’ultime volet de cette trilogie, sorti en 1990. En effet, plus encore que dans les films précédents peut-être, Coppola confère à la nourriture un rôle majeur dans Le Parrain 3 (The Godfather Part III), tout à la fois dramatique, symbolique, opératique et fantasmatique. Les scènes de repas et la circulation de la nourriture, dans des cadres intimes et restreints ou bien, au contraire, publics et festifs, permettent de nouer ou de dénouer les rapports entre les personnages, selon des modalités variées et puissantes, comme on le verra.

Le film entier peut a...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search