Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Choix alimentaires et fables auctoriales

Fictions alimentaires chez Maryline Desbiolles : là où l’écrit mijote un entre-deux

Laurent Camerini

Résumé

Chez Desbiolles, lorsque l’écrit rejoint le culinaire ou lorsque sont évoqués les souvenirs des plats de l’enfance, il est apparemment question d’aliments aux chairs ambiguës et dans une certaine ambivalence. Nous appuyant en particulier sur ce que nous nommerons les « fictions alimentaires » de l’auteur, nous essayerons de comprendre dans quelle mesure l’univers gastronomique évoqué conduit à introduire du trouble dans une identité qui va alors se situer dans un entre-deux (des origines, du genre, de l’écrit). Mais au-delà, lorsque le rapprochement entre écriture et gastronomie permet d’entamer une réflexion, sur les racines, sur la mémoire, sur l’entre-deux sexuel et genré des êtres et des choses, il semblerait que la cuisson indiquée soit toujours celle d’un certain « mi-jotage ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un court texte intitulé « Dans la bouche », Maryline Desbiolles affirme : « Depuis Proust, la nourriture n’est plus un sujet littéraire, encore moins son accompagnement, elle désigne que les mots sont formés dans la salive, que nous faisons corps avec eux1. » Lorsque l’écrit rejoint le culinaire, lorsque sont évoqués les souvenirs des plats de l’enfance, il se mijote quelque-chose au cœur même de l’écrit, dans le corps même de la scène. Il semble toujours être question d’aliments, de plats où se jouent à la fois différence et fusion – ou transformation, voire travestissement2 – de ces corps avec lesquels les mots ne font qu’un, ou d’éléments contraires afin d’aboutir à « un éloge du mélange et du lien3 ». Des plats à la consistance moelleuse, informe (polenta, risotti, gnocchi, ravioli, acqua ou pana cotta) ou des aliments aux corps et aux chairs dans une certaine ambivalence (seiches, calmars, poulpes, fritto misto, trippa alla fiorentina) donnent l’impression d’être toujours ...

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, THALIM UMR 7172 (membre associé).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search