Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Choix alimentaires et fables auctoriales

Manger chez Perec : le geste anti-madeleine dans La Vie mode d’emploi

Priya Wadhera

Résumé

L’épisode de la madeleine chez Marcel Proust subit de profondes transformations durant la période d’après-guerre, ce dont témoigne l’œuvre de Georges Perec. Dans La Vie mode d’emploi, Perec essaie de décrire tous les habitants d’un seul immeuble parisien. Mais à chaque fois qu’on tombe sur une cuisine on n’y voit pas grand-chose. De plus, le peu de gens qui mangent le font de manière irrégulière. Ce manque de nourriture va de pair avec un manque des souvenirs. La mémoire des personnages du texte est souvent faible sinon effacée ou vidée. Il en va de même pour certains projets artistiques comme les aquarelles de Bartlebooth ou le tableau de Valène. Le manque de nourriture chez Perec reflète la condition des Juifs dans les camps (sa mère est morte, selon toute probabilité, à Auschwitz). Lorsque l’on enlève aux scènes de nourriture toute notion de plaisir sensoriel et d’accès euphorique au souvenir, le sens est clair : après la Seconde Guerre mondiale et ses atrocités, on ne peut plus prendre plaisir à la moindre des choses, et si l’on se souvient, c’est pour dire que l’on a su, et si l’on a su, c’est pour dire que l’on aurait pu faire plus pour lutter contre. La Vie mode d’emploi reflète donc la façon dont Perec choisit de lutter. Le manque de sustentation dont Perec a souffert dans sa jeunesse cède la place à l’abondance et à la richesse de l’œuvre qu’il produira dans sa vie, le résultat de sa propre recherche.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour tous ceux qui s’intéressent aux évocations de la nourriture dans la littérature française du xxe siècle, l’épisode de la madeleine chez Marcel Proust (1871-1922) reste une référence incontournable. Quand le protagoniste d’À la recherche du temps perdu (1913-1927) trempe une madeleine dans du thé, le goût de la madeleine le transporte dans son enfance. Tout un flot de souvenirs en résulte, donnant naissance au livre que le lecteur a en main et à la fin duquel Marcel, le narrateur, décidera de devenir écrivain. Ce passage met en scène le plaisir sensoriel que la nourriture offre et démontre à quel point les choses inanimées peuvent déclencher les souvenirs. Il souligne ainsi le rôle puissant de la mémoire involontaire. Il va de soi dès lors que tous les auteurs qui écrivent dans l’ombre de Proust vont avoir Marcel en tête quand ils donnent à manger à leurs propres protagonistes. Quel est alors l’héritage de l’épisode de la madeleine de Proust ? Les textes littéraires postérieurs ...

Auteur

Adelphi University.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search