Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Choix alimentaires et fables auctoriales

Le Livre de cuisine d’Alice Toklas

Yves-Michel Ergal

Résumé

Alice Toklas publie, en 1954, son Alice B. Toklas Cook Book, traduit en français en 1981. Dans l’ombre de sa compagne, l’écrivaine américaine Gertrude Stein, elle ne fut soumise à son amie qu’en apparence : avec son livre de cuisine, où sont consignés de somptueux menus réalisés par Alice pour leurs invités de l’entre-guerre de la rive gauche parisienne, dont Picasso et Hemingway, elle dresse de truculents portraits et brosse le tableau d’un âge d’or des Américains à Paris, tout en prenant une revanche tendre et amusée sur « Miss Stein ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Gertrude Stein et Alice B. Toklas forment un couple mythique, au point qu’il est souvent difficile de les différencier, non pas physiquement, car Miss Stein est puissante, imposante, tandis que Miss Toklas paraît frêle, en retrait, chétive, mais tout au moins de comprendre qui a écrit quoi. En effet, il serait naïf de croire que dans le récit célèbre paru en 1933, The Autobiography of Alice Toklas, et traduit en français dès l’année suivante, Miss Toklas raconte la vie de son excentrique compagne rencontrée en 1907, alors que celle-ci était la secrétaire du frère collectionneur de tableaux, Léo Stein, et devenue, dès 1909, l’amie fidèle de toute une vie, jusqu’à la mort de Miss Stein en 1946, à l’hôpital américain de Neuilly. Miss Toklas lui survit vingt-et-un ans, et meurt en 1967, à Paris.

C’est en effet Gertrude Stein elle-même, qui parle d’elle, à la troisième personne, écrivant sa propre hagiographie (plus encore qu’une simple biographie), prétendant être vue par le regard énamo...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search