Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Normes identitaires et écarts alimentaires

Des corps qui cuisinent et des corps cuisinés

Anne Isabelle François

Résumé

La contribution analyse, dans une perspective comparatiste, la représentation de corps qui cuisinent comme modalités de reconfigurations de mécanismes normatifs, transformant la cuisine en instrument de soumission aussi bien qu’en arme politique d’affirmation et de libération, en particulier si l’on pense l’acte politique en termes d’ingestion. Examinant la récurrence dans l’imaginaire occidental des dispositifs de cannibalisme charnel ritualisé, compris comme expression codifiée des relations de pouvoir genrées, le schème narratif figure un fantasme d’omnipotence et de désir radical, sous forme de dévoration primitive. En s’appuyant sur les théories de bell hooks, Elspeth Probyn, Judith Butler et Angela Carter, l’auteure propose en particulier une lecture du premier roman de Margaret Atwood, The Edible Woman (1969), texte paradigmatique qui problématise les fantasmes de consommation et d’incorporation charnelles, métaphore des violences au fondement du régime alimentaire et sexuel qui régule la société.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« At the deepest level people are madder than they want to believe.
You will find that they fear being eaten, and are alarmed by theirdesire to devour others.
 »
Hanif Kureishi, Something to Tell You (2008)

Préparer et consommer de la nourriture, depuis longtemps associée à la sexualité et à la mort, figure un processus liminal perturbant les frontières entre objet et sujet. Avaler et être avalé littéralise ce rêve de séparation absolue transformée en unité absolue : ce que nous ingérons devient pleinement nôtre ; nous devenons ce qui nous dévore. La chair, ce terme éminemment ambigu, trouble les limites entre ce que nous sommes et ce que nous mangeons, mais aussi ce que, ou qui, nous désirons, en résumé la question de savoir si un corps est comestible ou « baisable » (ou les deux). Ces tensions se trouvent en particulier incarnées dans les récits de cannibalisme charnel, schéma récurrent des « imaginaires comestibles1 » et expression codifiée des relations de pouvoir : fantasme d’omnip...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search