Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Normes identitaires et écarts alimentaires

Nourriture, corps national, et assimilation : (dé)faire le genre, la « race », la classe en mangeant

Flavia Bujor

Résumé

Cette contribution interroge la notion de « fictions alimentaires » à partir d’un corpus romanesque contemporain composé d’œuvres de Marie NDiaye, Suzette Mayr et Hiromi Goto. L’imaginaire de l’universalisme républicain français y est interrogé comme une « fiction identitaire » intenable, qui s’appuie sur le modèle de l’assimilation culinaire, tout en traçant de manière métalittéraire les contours d’un certain canon. S’y oppose la farce parodique du multiculturalisme canadien, qui réifie en mets typiques une différence culturelle hyperbolique. Les fictions romanesques dessinent alors, entre ces deux modèles, de possibles réécritures de l’identité à partir de la nourriture, cuisinée et ingérée, dans une perspective non-essentialiste.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En nous appuyant sur un corpus de romans contemporains en langue française et anglaise, nous partons de l’idée selon laquelle la représentation de la nourriture ne sert pas seulement à révéler une identité ; elle informe voire transforme les corps à travers des processus d’incorporation. Ainsi, les pratiques alimentaires paraissent d’emblée marquées du point de vue du genre, de la « race », de la classe ; la fiction romanesque matérialiserait un rapport métonymique de l’individu au corps national, à partir de la nourriture absorbée, convoitée, cuisinée. Néanmoins, l’action de manger se présente également comme une forme de « faire » qui refait voire défait le genre, la « race », et la classe, en concrétisant la métaphore de l’assimilation culturelle. Les romans de notre corpus, écrits par Marie NDiaye, Suzette Mayr et Hiromi Goto, ont comme point commun de mettre en œuvre une certaine poétique de l’étrangeté, qui, en s’éloignant de l’esthétique réaliste, transforme la représentation...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search