Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Normes identitaires et écarts alimentaires

Exil, perte et réinventions de soi : cuisine et disparition dans quatre romans antillais

Tina Harpin

Résumé

Soumise aux crispations identitaires et reflet des inégalités sociales, la nourriture est un thème essentiel de la littérature antillaise. Or, elle est souvent marquée du sceau de la disparition. Dans leur réflexion sur l’héritage culturel européen, des écrivains américains tels Oswald de Andrade et Suzanne Césaire, adoptèrent la figure du cannibale pour défier l’exotisme et l’assimilation, mais aussi pour mettre en scène le manque, en renversant les rôles : il s’agissait de dévorer au lieu d’être dévoré. Du moins, tel était le pari de nouvelles écritures. Manger ou être mangé, s’affirmer ou disparaître : telle est l’alternative qu’affrontent les personnages de fiction d’Un plat de porc aux bananes vertes d’André et Simone Schwarz-Bart et de L’autre qui danse de Suzanne Dracius, et ceux, réels et réimaginés des autobiographies de Maryse Condé, Victoire, les saveurs et les mots et Mets et merveilles. Fictions alimentaires et identitaires dysphoriques, ou célébrations enthousiastes de la réinvention de soi par la cuisine, ces récits tournent tous autour de la question du manque, en abordant les thèmes douloureux de l’exil, la mort, la colonisation, l’aliénation, et la quête d’identité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nourriture est un thème essentiel dans la littérature antillaise des xxe et xxie siècles. Souvent soumise aux crispations identitaires1 et reflet des inégalités sociales2, l’alimentation est en effet étroitement liée à ce que l’on est, ou à ce que l’on voudrait être, comme le rappelle l’aphorisme de Brillat-Savarin, « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es ». Les savoir-faire culinaires et les comportements alimentaires inspirent ainsi aux écrivains et écrivaines des Antilles des récits originaux et des revendications stratégiques, tant sur le plan esthétique que politique et social. L’enjeu est souvent de contrevenir aux représentations véhiculées par la littérature coloniale et ses descriptions « couleur locale » de la nature exubérante, des fruits, légumes et autres trésors comestibles des Antilles. Par métaphore filée, les Antilles étaient elles-mêmes présentées comme des richesses prêtes à être consommées. La nature et la nourriture, présentées de façon exotique,...

Auteur

Université de Guyane, UR MINEA.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search