Version classiqueVersion mobile

« Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »

 | 
Bertrand Marquer

Normes identitaires et écarts alimentaires

Traces, rémanences et réinventions. Les gastronomies autochtones dans la littérature au Québec

Geneviève Sicotte

Résumé

L’article examine, dans la longue durée historique, les représentations de la gastronomie autochtone au Québec et leurs implications identitaires. Un survol de quelques textes de « découvreurs » et des premiers colonisateurs du Canada montre que l’alimentation des indigènes est décrite comme altérité radicale. Les pôles du cru et du pourri dominent dans ces descriptions où les nourritures autochtones deviennent graduellement des figures de l’incomestible. Après la chute de la Nouvelle-France et l’instauration du Régime britannique, les représentations se raréfient. Il faut attendre le xxe siècle pour que des fictions abordent de nouveau le sujet. Or dans les occurrences modernes et contemporaines, les représentations qui exacerbent les pôles du cru et du pourri s’avèrent encore très présentes, indiquant la persistance d’un imaginaire qui, à divers degrés, reste imprégné des catégories du colonialisme. En fin de parcours, la contribution évoque des œuvres récentes de poètes autochtones qui abordent le thème gastronomique. Ces écrivaines déplacent les représentations et proposent de nouvelles versions des liens entre identité et culture alimentaire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La dernière décennie a été marquée par un mouvement mondial de résurgence des cultures autochtones. Dans les Amériques, en Océanie, dans certains pays nordiques, les revendications des populations indigènes ont acquis une visibilité inédite et ont été discutées sur des bases parfois renouvelées. Beaucoup de chemin reste à faire pour être à la mesure de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones1 – et le Canada et le Québec n’échappent pas à ce reproche. Néanmoins, des collectivités ont commencé à sortir de l’ombre, faisant éclater les carcans coloniaux et renouant avec un héritage culturel longtemps refoulé.

Dans le sillage de ce mouvement de résurgence, les gastronomies autochtones ont connu un essor remarquable. Que ce soit au Québec avec des entreprises médiatisées comme l’Hôtel-Musée Premières Nations à Wendake avec son restaurant La Traite2, au Canada avec la plateforme Pachamama, en Australie avec la mise en valeur de la tradition aborigène des Bush...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search